NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< ARISTOTE, La Politique: un animal fait pour l ... DESCARTES, Méditation I: Les opinions sont so ... >>


Partager

«Justice-Force»: PASCAL,Pensées

Philosophie

Aperçu du corrigé : «Justice-Force»: PASCAL,Pensées



Publié le : 24/3/2020 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
«Justice-Force»: PASCAL,Pensées
Zoom

Approche du texte

A. Le thème :

Il s’agit du problème des rapports entre la justice et la force.

B. Question implicite à laquelle le texte répond :

La justice idéale respectant la dignité de l’homme peut-elle s’incarner dans les individus et les institutions ?



«Justice-Force»

«Il est juste que ce qui est juste soit suivi ; il est nécessaire que ce qui est fort soit suivi. La justice sans la force est impuissante : la force sans la justice est tyrannique. La justice sans force est contredite, parce qu\'il y a toujours des méchants ; la force sans ia justice est accusée. Il faut donc mettre ensemble la justice et la force et pour cela faire en sorte que ce qui est juste soit fort, ou que ce qui est fort soit juste.

La justice est sujette à dispute, la force est très reconnaissable et sans dispute. Ainsi on n\'a pu donner la force à la justice, parce que la force a contredit la justice et a dit qu\'elle était injuste, et a dit que c\'était elle qui était juste. Et ainsi ne pouvant faire que ce qui est juste fût fort, on a fait que ce qui est fort fût juste...

Ne pouvant faire qu\'il soit force d\'obéir à la justice, on a fait qu\'il soit juste d\'obéir à la force ; ne pouvant fortifier la justice, on a justifié la force, afin que le juste et le fort fussent ensemble, et que la paix fût, qui est le souverain bien.»

PASCAL,Pensées {298-299).



paraître avoir le droit de son côté. En ce sens, Rousseau affirmait : «Le plus fort n\'est jamais assez fort s’il ne transforme sa force en droit et l’obéissance en devoir.» Autrement dit, la force ne peut durer. si elle ne se trans-. forme pas en situation juridique et morale. Justice et force s’appellent donc mutuellement : «Il faut faire en sorte, que ce qui est juste soit fort ou que ce qui est fort soit juste» ; dans le premier cas il s’agit de la justice idéale, dans le second cas, d\'un simulacre de justice destiné à faire accepter la force, c\'est alors une justice conventionnelle, une justice extérieure qui a cependant pour Pascal le mérite de faire régner l\'ordre dans la société.



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "«Justice-Force»: PASCAL,Pensées" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit