LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< trffhyy Les apports de la sismologie TP >>


Partager

Kant : L’art est-il la représentation d’une belle chose ou la belle représentation d’une chose ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Kant : L’art est-il la représentation d’une belle chose ou la belle représentation d’une chose ?



document rémunéré

Document transmis par : diim-320375


Publié le : 13/2/2021 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Kant : L’art est-il la représentation d’une belle chose ou la belle représentation d’une chose ?
Zoom

Kant : L’art est-il la représentation d’une belle chose ou la belle représentation d’une chose ? : I/ L’art est une plaisante imitation qui fait jouir l’homme tout en le faisant accéder à la connaissance de lui-même et du monde: 1) L’art fait partie de la nature humaine en tant que celle-ci est encline à imiter les choses du monde pour créer un autre monde plus dense et plus intense: D’emblée, il faut admettre que l’art est le fait de l’homme puisqu’il repose sur l’usage de la faculté naturelle de l’imitation : « en effet, écrit Aristote au début de Poétique, imiter est naturel aux hommes, dès leur enfance ; ils diffèrent des autres animaux en ce qu’ils sont très enclins à l’imitation (…) ». Il ajoute que les hommes « acquièrent leurs premières connaissances par l’imitation, et ils trouvent tous plaisir aux imitations. ». Ainsi les arts « imitent beaucoup de choses en reproduisant leurs images par des couleurs et des figures de même que d’autres font des imitations vocales. ». Le Stagirite considère ainsi que l’art est une activité technique et artisanale qui reproduit les choses en usant du procédé de la représentation. Mais pour Aristote cette représentation n’est pas une copie par duplication des objets du monde puisque il précise que l’art réalise une sorte de distanciation qui instaure un recul critique qui permet à l’homme de regarder avec plaisir ce qui a l’habitude de le rebuter dans le réel : « nous prenons du plaisir, dit-il, à contempler la représentation la plus précise des choses dont la vue nous est pénible dans la réalité, comme les formes des animaux es plus hideux et des cadavres. ». Donc, Aristote établit une équivalence entre l’imitation et la représentation et ce grâce à l’imagination. Cette équivalence n’est pas due au trait commun de la beauté qui caractérise à a fois le monde et sa représentation artistique. En effet, la beauté n’est pas ce qui fait la différence car l’artiste ne peut pas égaler ou surpasser la beauté du monde même s’il imite la nature : le beau dans la nature n‘a pas besoin de l’art pour exister, mais ce dernier a le pouvoir de le célébrer, quand il est réel ou de le créer, quand il est absent ou caché. Par ailleurs, la beauté du monde existe et vaut sans l’art et l’art ne saurait l’égaler ou la dépasser. C’est pour cela qu’il faut penser qu’Aristote entend par le fait d’imiter l’acte de déployer par l’artiste une vision claire qui perçoit le monde tel qu’il est sans le transfigurer ou le défigurer par le prisme des représentations humaines qui sont nécessairement particularisantes et réductrices. Il convient de souligner que sous l’effet de l’habitude et des déterminismes culturels collectifs, les hommes regardent le monde sans le voir et lui impriment souvent des significations triviales ou utilitaristes alors que le fait de l’imiter, par le moyen de l’art, permet de le mettre à distance pour le regarder différemment. L’art serait, en vérité, le moyen d’opérer une reconversion du regard qui rend de nouveau le monde visible, spectaculaire et étonnant. 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 5930 mots (soit 9 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Kant : L’art est-il la représentation d’une belle chose ou la belle représentation d’une chose ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit