NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< la ferme des animaux Comment pouvons-nous être sur de nos convicti ... >>

Consultation interdite

Plagiat détecté


Partager

Kant : «Être bienfaisant envers d'autres hommes [...] est un devoir»

Philosophie

Aperçu du corrigé : Kant : «Être bienfaisant envers d'autres hommes [...] est un devoir»



document rémunéré

Document transmis par : OphelLie-214059


Publié le : 2/10/2013 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Kant : «Être bienfaisant envers d'autres hommes [...] est un devoir»
Zoom

Clothilde Tronquet pour le 17/11/08
TES1



Philosophie :
Explication de texte















Au XVIII, Kant propose un fondement à la conscience morale : la raison. Celle-ci permet une morale du devoir, dans laquelle l'obligation, c'est-à-dire la loi qu'on s'impose librement, doit porter vers l'universalité. Dans le texte présenté, Kant traite un aspect de la morale : la bienfaisance, en abordant les questions suivantes : doit-on être bienfaisant envers tout homme ? Quelle place laisser à nos sentiments envers les autres dans notre pratique du devoir ? Cette pratique conduit-elle à un changement favorable dans nos dispositions ? Si oui, à quelles conditions ? Kant estime que la pratique de la bienfaisance est un devoir et qu'à ce titre, elle doit se distancier et prendre le dessus sur toutes considérations sentimentales. Ainsi qu'importe le mérite de l'homme, qu'importe ses vices, on se doit de prendre pour fin son bien être. D'ailleurs, à force de pratiques vertueuses, quel que soit cet homme, on finit par l'aimer.
Nous nous pencherons tout d'abord sur l'indépendance du devoir de bienfaisance vis-à-vis des sentiments que l'on peut éprouver envers l'humanité : Kant affirme qu'il faut vouloir et faire du bien, même à un homme qui n'est pas digne d'amour ou qui abhorre l'humanité, la haine du vice n'affecte pas non plus ce devoir. Puis nous étudierons les conséquences de cette pratique du bien envers l'humanité dans sa globalité sur nos propres sentiments à son encontre ; selon Kant, l'exercice régulier et « réussi « de la bienfaisance engendre une inclination à la bienfaisance en général : l'amour des hommes.


Kant assure qu'«Être bienfaisant envers d'autres hommes [?] est un devoir«. Le devoir dans la morale kantienne est une intention pure, dictée par la raison, il correspond à une loi que l'on s'impose à soi-même en toute liberté et qui doit pouvoir être appliquée universellement; faire le bien, être bienfaisant serait donc une obligation morale pour tout homme. Pour tout homme certes, mais chacun à son niveau: Kant ajoute en effet que cette bienfaisance doit être accomplie « selo...




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 132 mots (soit 1 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Kant : «Être bienfaisant envers d'autres hommes [...] est un devoir»" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit