NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< André Malraux voyage en Egypte Regret, remords. repentir : Leur place respec ... >>


Partager

« Les livres sent de précieux auxiliaires. On peut lire pour se cher-cher ou pour s'oublier. » Commentez et discutez cette pensée.

Philosophie

Aperçu du corrigé : « Les livres sent de précieux auxiliaires. On peut lire pour se cher-cher ou pour s'oublier. » Commentez et discutez cette pensée.



Publié le : 16/9/2014 -Format: Document en format HTML protégé

« Les livres sent de précieux auxiliaires. On peut lire pour se cher-cher ou pour s'oublier. » Commentez et discutez cette pensée.
Zoom

Mais est-il bien juste de voir dans les exemples que nous venons de citer des cas d'oubli de soi ? Pour s'oublier, il faut d'abord avoir été soi, c'est-à-dire avoir agi suivant ses aspirations profondes et mené une vie conforme à son idéal. Or l'employée comme l'élève médiocre se livrent à un travail qui leur est imposé et qui contredit leurs tendances natu­relles. A plus forte raison ne suis-je pour rien dans le malheur qui m'atterre : en cherchant à m'en distraire, ce n'est pas moi que je tâche d'oublier; au contraire, j'espère me retrouver; pour cela, je m'efforce d'écarter l'obstacle à la vie que j'ambitionne et, faute de mieux, je me crée une existence de rêve qui compense les déceptions éprouvées dans l'existence réelle.

 

On ne lit donc pas pour s'oublier, mais pour oublier les choses ou les événements qui nous empêchent d'être nous et de vivre notre vie. Nous pouvons déclarer, appliquant à l'oubli la célèbre réflexion de ROTER-COLLARD sur le souvenir : on ne s'oublie pas soi-même; on n'oublie que les choses. Même quand on semble lire pour s'oublier, on se cherche. L'employée et l'écolier, lorsqu'ils reprennent le roman interrompu par des occupations que leur imposent la nécessité de gagner leur vie ou la volonté des parents, n'ont pas l'impression de se perdre mais, au contraire, de se retrouver.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2643 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "« Les livres sent de précieux auxiliaires. On peut lire pour se cher-cher ou pour s'oublier. » Commentez et discutez cette pensée." a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit