NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< >>


Partager

La passion: David Hume, Traité de la nature humaine, II, 3e partie, section III.

Philosophie

Aperçu du corrigé : La passion: David Hume, Traité de la nature humaine, II, 3e partie, section III.



Publié le : 30/1/2020 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
La passion: David Hume, Traité de la nature humaine, II, 3e partie, section III.
Zoom

David Hume, Traité de la nature humaine, II, 3e partie, section III.

1 « Une passion est une existence primitive ou, si vous le voulez, un mode prhnitil

d’existence et elle ne contient aucune qualité représentative qui en fasse une copie d’une autre existence ou d’un autre mode. Quand je suis en colère, je suis réellement possédé par cette passion et, dans cette émotion, je n’ai pas plus de référence 5 à un autre objet que lorsque je suis assoiffé, malade ou haut de plus de cinq pieds.

Il est donc impossible que cette passion puisse être combattue par la vérité et la raison ou qu’elle puisse les contredire ; car la contradiction consiste dans le désaccord des idées, considérées comme des copies, avec les objets qu’elles représentent [...]. Puisque rien ne peut être contraire à la vérité ou à la raison sinon ce qui s’y rap-10 porte et que, seuls, les jugements de notre entendement s’y rapportent ainsi, il doit en résulter que les passions ne peuvent être contraires à la raison que dans la mesure où elles s’accompagnent d’un jugement ou d’une opinion. Selon ce principe qui est si évident et si naturel, c’est seulement en deux sens qu’une affection peut être appelée déraisonnable. Premièrement, quand une passion, telle que 15 l’espoir ou la crainte, le chagrin ou la joie, le désespoir ou la confiance, se fonde sur la supposition de l’existence d’objets qui, effectivement, n’existent pas. Deuxièmement, quand, pour éveiller une passion, nous choisissons des moyens insuffisants pour obtenir la fin projetée et que nous nous trompons dans notre 20 jugement sur les causes et sur les effets. Si une passion ne se fonde pas sur une fausse supposition et si elle ne choisit pas des moyens impropres à atteindre sa fin, l’entendement ne peut ni la justifier ni la condamner. Il n’est pas contraire à la raison de préférer la destruction du monde entier à une égratignure de mon doigt. Il n’est pas contraire à la raison que je choisisse de me ruiner complètement pour 25 prévenir le moindre malaise d’un Indien ou d’une personne complètement inconnue de moi [...]. Bref, une passion doit s’accompagner de quelque faux jugement pour être déraisonnable ; même alors ce n’est pas, à proprement parler, la passion qui est déraisonnable, c’est le jugement ».





Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2316 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "La passion: David Hume, Traité de la nature humaine, II, 3e partie, section III." a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit