NoCopy.net

Le pouvoir du Discours et le discours du Pouvoir dans l'oeuvre de Michel Foucault

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Langage et média Pouvoir du langage et langage du pouvoir >>


Partager

Le pouvoir du Discours et le discours du Pouvoir dans l'oeuvre de Michel Foucault

Philosophie

Aperçu du corrigé : Le pouvoir du Discours et le discours du Pouvoir dans l'oeuvre de Michel Foucault



Publié le : 13/10/2019 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Le pouvoir du Discours et le discours du Pouvoir dans l'oeuvre de Michel Foucault
Zoom

à la question : \"Qu\'est-ce que l\'Homme Parce qu\'il montrait comment les sciences humaines trouvaient hors de l\'Homme l\'explication des faits humains et dissolvaient l\'Homme en déterminations impersonnelles, impensées, inconscientes ? Bien plutôt s\'agit-il d\'une \"philosophie historienne\" soucieuse de mettre à jour le sous-sol de l\'humain, le Discours et les lois du Discours, les conditions historiquement changeantes des pratiques discursives qui ordonnent, à notre insu, nos mentalités, nos choix, nos refus et nos engagements. Et, parce que toute histoire est politique, cette philosophie l\'est aussi : elle indique, modestement mais résolument où, comment et jusqu\'à quel point il est possible de changer notre condition en reconsidérant nos sélections, nos partages, nos exclusions. Philosophie du soupçon ? Parce que les livres de Michel Foucault sont autant de bombes qui ont fait sauter l\'un après l\'autre les bastions les plus récents et les plus chers de l\'idéologie du XXème siècle ? (La prétendue délivrance des fous par la psychiatrie; les prétendus miracles bienfaisants de la clinique médicale; les prétendues révélations lumineuses des prétendues sciences humaines; la prétendue humanisation des peines dans la justice criminelle; la prétendue libération sexuelle). Bien plutôt faut-il parler de Philosophie de la Finitude. Non pas finitude négative de l\'homme relative à l\'infini de Dieu ou de l\'Histoire. .Mais finitude positive et sans autre référence qu\'à elle-même, et qui nous invite à faire de notre vie un produit bien \"fini\", en cherchant à épuiser dans le présent le champ du possible. \"L\'analyse critique du monde dans lequel nous vivons constitue de plus en plus la grande tâche de la philosophie\". (Deux essais sur le Sujet et le Pouvoir). Mais découvrir ce que nous sommes devenus pour le refuser et construire ce que nous devrions être, suppose une enquête généalogique. Michel Foucault a repéré trois axes généalogiques : Généalogie du Sujet de la Connaissance; comment sommes-nous devenus des chercheurs du Savoir ? Généalogie du Sujet des Pouvoirs; comment nous sommes-nous constitués en Sujets agissants et subissants ? Généalogie enfin du Sujet Moral; comment et pourquoi sommes-nous devenus des agents éthiques ? C\'est la Généalogie de l\'Individu moderne en tant que Sujet, c\'est-à-dire support de l\'action, mais aussi assujetti à un autre ou bien à lui-même.

 

La réalisation de ce projet généalogique exigeait l\'élection d\'objets d\'investigation apparemment indignes de la réflexion philosophique, parce que axiologiquement négatifs, ou bien impropres à cette réflexion parce que relevant d\'un savoir positif : la Folie, la Maladie, le Crime, le Sexe ! Cependant le choix de ces thèmes ne constitue pas une provocation : c\'est à travers la production de ces objets que s\'est élaboré le Sujet moderne. L\'individu actuel s\'est défini en retranchant de son être la déraison, le pathologique, la délinquance et les perversions. Et c\'est l\'analyse critique de ces exclusions qui conduit Michel Foucault à la découverte étonnante de ce\'pouvoir sans lequel il n\'est aucun autre pouvoir : le pouvoir du Discours. Ne reculant pas devant le scandale, Foucault a même l\'audace d\'étudier des \"cas\" qui vérifient tragiquement le pouvoir producteur du Discours : le cas Raymond Roussel, le cas Pierre Rivière.

 

Raymond Roussel, un écrivain que Janet soignait en tant que psychasthénique en proie à des obsessions-impulsions, et qui finit par se donner la mort, à moins qu\'il n\'ait été la victime consentante de son meurtre déguisé en suicide. Fallait-il passer par l\'analyse de l\'oeuvre de cet écrivain dipsomane, homosexuel, drogué et suicidaire, pour découvrir que le langage peut ne pas vouloir dire les choses, mais se dire lui-même, langage du langage où le signifiant est à lui-même son propre signifié ? Et pourquoi un professeur de philosophie organise-t-il un séminaire au


La Folie ? A en croire la Psychopathologie, sur laquelle s\'est construite la Psychologie positive, la maladie mentale révèlerait par contraste l\'essence de l\'Homme. Mais, observe Foucault dans son premier ouvrage, Maladie mentale et Psychologie, c\'est présupposer une essence immuable de l\'Homme, une nature humaine. Par ce présupposé, la Psychologie essaie de dérober à l\'Homme la conscience angoissante de sa liberté, comme déchirement d\'avec la nature. Car la liberté passe par le risque de la Folie. Celle-ci n\'est pas une maladie, mais le drame dans lequel l\'homme s\'accouche de son être, dans le risque et le tourment de la liberté. Le Discours de la Psychologie et son produit, la notion de Folie, escamotent cette vérité exigeante : la Liberté est une aventure. Il faut donc écrire L\'Histoire de la Folie comme histoire d\'un Discours qui masque le pouvoir d\'ébranlement de la Folie. L\'histoire de la Folie que propose Michel Foucault ne cherche pas à répondre à la question \"Qu\'est-ce que la Folie ?\', question qui présuppose une entité Folie, une essence de la Folie. Au contraire, Foucault demande, dans un style nietzschéen : \"Qui dit que la Folie est ceci ou cela ? Qui a intérêt à enfermer la Folie dans une définition, pour enfermer les fous dans des asiles



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Le pouvoir du Discours et le discours du Pouvoir dans l'oeuvre de Michel Foucault Corrigé de 10284 mots (soit 15 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Le pouvoir du Discours et le discours du Pouvoir dans l'oeuvre de Michel Foucault" a obtenu la note de : aucune note

Le pouvoir du Discours et le discours du Pouvoir dans l'oeuvre de Michel Foucault

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit