NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< KIERKEGAARD et le sérieux HEGEL: l'état de nature >>


Partager

J.-J. ROUSSEAU,Du contrat social. «Céder à la force est un acte de nécessité,non de volonté»

Philosophie

Aperçu du corrigé : J.-J. ROUSSEAU,Du contrat social. «Céder à la force est un acte de nécessité,non de volonté»



Publié le : 24/3/2020 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
J.-J. ROUSSEAU,Du contrat social. «Céder à la force est un acte de nécessité,non de volonté»
Zoom

1. Entraînement à la compréhension du texte :

A propos de ce texte, veuillez préciser :

le thème évoqué par l’auteur.; .

la. question implicite à laquelle le texte répond ;

la réponse à la question posée idée générale, b} structure logique du texte.

2. Exercice d\'explication commentée :

a) Veuillez en relevant les termes clés du - texte et en utilisant vos connaissances, expliquer et commenter les passages suivants:

«Le plus fort n’est jamais assez fort pour être toujours le

maître s\'il ne transforme sa force en droit et l\'obéissance en devoir» ;

«Céder à la force est un acte de nécessité,non de volonté»;



«Le plus fort n\'est jamais assez fort pour être toujours le maître, s\'il ne transforme sa force en droit et l\'obéissance en devoir. De là le droit du plus fort ; droit pris ironiquement en apparence et réellement établi en principe. Mais ne nous expliquera-t-on jamais ce mot ? La force est une puissance physique ; je ne vois point quelle-moralité peut résulter de ses effets. Céder à la force est un acte de nécessité, non de volonté ; c\'est tout au plus un acte de prudence. En quel sens pourra-ce être un devoir ?

Supposons un moment ce prétendu droit. Je dis qu\'il n\'en résulte qu\'un galimatias inexplicable, car sitôt que c\'est la force qui fait le droit, l\'effet change avec la cause. Toute force qui surmonte la première succède à son droit. Sitôt qu\'on peut désobéir impunément, on le peut légitimement ; et, puisque le plus fort a toujours raison, il ne s\'agit pas de faire en sorte qu\'on soit le plus fort. Or qu\'est-ce qu\'un droit qui périt quand la force cesse ? S\'il faut obéir par force, on n\'a pas besoin d\'obéir par devoir ; et si l\'on n\'est plus forcé d\'obéir, on n\'y est plus obligé. On voit donc que ce mot de droit n\'ajoute rien à la force, il ne signifie ici rien du tout.»

J.-J. ROUSSEAU,Du contrat social.


Souvenez-vous que des exemples sont les bienvenus pour illustrer des idées abstraites, mais vous devez marquer clairement leur relation avec les idées et avoir le souci de les analyser ; une énumération d\'exemples ne peut tenir lieu de démonstration. 



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1180 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "J.-J. ROUSSEAU,Du contrat social. «Céder à la force est un acte de nécessité,non de volonté»" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit