NoCopy.net

Le temps

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Commentaire Marx: Tendance historique de l'ac ... ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE
DU SYSTÈ ...
>>


Partager

Le temps

Philosophie

Aperçu du corrigé : Le temps



document rémunéré

Document transmis par : Adamoss-306694


Publié le : 16/6/2019 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Le temps
Zoom

?Depuis le début de ce mémoire nous tentons de décrire les phénomènes par lesquels l'être humain conçoit l'écoulement du temps, sans avoir réellement pu donner une définition satisfaisante de cette notion. En effet, le temps s'écoule en permanence autour de nous, mais nous serions bien incapables de le décrire concrètement. Saint Augustin, dans Les Confessions, dit à ce sujet : "Qu'est-ce donc que le temps? Si personne ne me le demande, je le sais. Mais si on me le demande je ne le sais plus." Cette remarque illustre parfaitement le sentiment de frustration qui nous emplit lorsque l'on tente de définir, en vain, une notion que nous utilisons pourtant quotidiennement.
Cette incapacité à décrire efficacement le temps s'explique de différentes manières.
Dans un premier temps, le temps est immatériel. Il est aisé de décrire quelque chose grâce à ses caractéristiques physiques, puisque l'homme a tenté de nommer tout ce qu'il lui est possible de voir, de manière à pouvoir en rendre compte à ses semblables. Ce qui n'est pas le cas pour tous les concepts psychologique ou intellectuels, ainsi bien plus compliqués à définir.
Ensuite, le temps, dont nous n'avons connu ni le début -si début il y eut- ni la fin, nous semble nécessairement infini et universel. En effet, il nous est assez simple de concevoir que le monde matériel tel que nous le connaissons est "né" un jour, mais pour ce qui est du temps, il nous semble ne pas avoir de début. Avant l'apparition de la matière, le temps se serait déjà écoulé comme il le fait aujourd'hui, puisqu'il n'a à priori pas de lien direct avec une quelconque entité physique. Déjà, cette conception d'un temps antérieur à la matière pourrait poser problème, dans la mesure où nous mesurons le temps exclusivement en observant l'évolution de phénomènes matériels ou psychiques, ayant tous débuté après la naissance de la matière.
D'ailleurs, cette propension à traduire le temps en termes spatiaux pour le mesurer est également gênante lorsqu'il s'agit de le définir dans la mesure où sa nature propre a tendance à nous échapper au profit de l'acception spatiale que nous en avons conçu.
De plus, nous serions tentés de définir le temps comme la succession des trois parties que l'homme a conceptualisé, le passé, le présent et le futur. Or, Ces trois entités semblent, comme l'explique Saint Augustin dans son ?uvre, passer successivement de l'existence à la non existence. En effet, nous pourrions dire que l'on vit dans l'instant "présent", qui deviendra par la suite "passé", afin de laisser place à un nouveau "présent", précédemment futur. Or, comment concevoir l'existence du passé et du futur, dans la mesure où le premier n'existe plus, et le second n'existe pas encore. De plus, le présent, qui serait dans cette configuration le seul temps existant réellement et en permanence, ne serait-il pas une sorte d'éternité? Or pour qu'il soit considéré comme présent, il est nécessaire qu'il finisse passé et ait été futur auparavant, nous ne pouvons donc pas non plus le définir comme éternel.

Une nouvelle difficulté s'impose alors : peut-on définir la longueur d'un temps donné? En admettant que les dix derniers jours sont un temps "court" passé, nous contredisons le fait que le passé n'existe plus. Nous pourrions à la rigueur dire que ce passé a été long. Mais peut-on déterminer la taille de quelque chose qui n'existe pas? Nous pourrions alors dire, ce présent a été long, étant donné que ce passé n'a existé que durant le laps de temps où il était présent.
Dans ce cas, peut-on alors dire du siècle en cours qu'il constitue un long présent? Cela ne semble pas si simple. En effet, si nous nous trouvons dans la deuxième année de ce siècle, les 98 suivantes ne sont pas encore présent...


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Le temps Corrigé de 2973 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Le temps" a obtenu la note de : aucune note

Le temps

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit