Grand oral du bac : PIERRE ET MARIE CURIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Grand oral du bac : L' ECOLOGIE FANTASMES ET ÉROTISME >>


Partager

Grand oral du bac : PIERRE ET MARIE CURIE

Physique / chimie

Aperçu du corrigé : Grand oral du bac : PIERRE ET MARIE CURIE



Publié le : 1/2/2019 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Grand oral du bac : PIERRE ET MARIE CURIE
Zoom

DATES CLÉS

 

1896

 

Le physicien français Henri Becquerel découvre la radioactivité au cours de ses travaux sur la fluorescence.

 

1898

 

Les physiciens français Pierre et Marie Curie découvrent le polonium ; le physicien britannique Ernest Rutherford découvre les émissions radioactives correspondant aux rayons alpha et bêta.

 

1900

 

Le physicien français Paul Villard découvre l\'émission gamma et l’identifie comme un rayonnement électromagnétique.

 

1932

 

Le physicien britannique sir James Chadwick découvre le neutron, l’une des particules fondamentales de la matière, qui permet ultérieurement d’envisager la fission nucléaire.

 

1932-1934

 

Le physicien américain Wolfgang Pauli et le physicien italien Enrico Fermi montrent que la radioactivité bêta met en jeu l’émission du neutrino, particule neutre très pénétrante.

 

1934

 

Les physiciens français Irène et Frédéric Joliot-Curie découvrent la radioactivité artificielle et l’émission bêta plus.

 

1935

 

Le physicien japonais Yukawa Hideki introduit le méson, particule élémentaire théorique.

 

1938

 

Les physiciens allemands Otto Hahn et Fritz Strassmann découvrent la fission nucléaire de l’uranium.

 

années 1970

 

Les accélérateurs d’ions lourds permettent de découvrir de nouveaux noyaux.

Marie Curie, prix Nobel de physique en 1903 conjointement à Pierre Curie et Henri Becquerel. Marie Curie reçoit également le prix Nobel de chimie en 1911. Elle ne sera jamais membre de /\'Académie des sciences parce que elle est... une femme.

Réception de

 

Marie Curie à la Sorbonne, où elle a été la première femme nommée professeur.

pechblende un élément chimique quelle appelle le polonium, du nom de sa patrie, la Pologne. La même année, elle isole un autre élément radioactif, le radium. Le gouvernement autrichien lui offre une tonne de résidus de pechblende, ce qui lui permet de préparer quelques décigrammes de radium. En 1903, Marie Curie soutient enfin sa thèse de doctorat. La même année, elle obtient le prix Nobel de physique conjointement à Henri Becquerel et Pierre Curie. Après la mort accidentelle de son mari, en 1906, Marie Curie reprend sa chaire de physique à l’École de physique et de chimie de Paris, et poursuit ses travaux. En 1910, elle prépare du radium métallique pur, encolla-boration avec le chimiste français André Louis Debierne (1874-1949). Un an plus tard, Marie Curie reçoit le prix Nobel de chimie. Pendant la Première Guerre mondiale, elle s’investit dans la mise en place d’un service de radiologie mobile. La maladie qui l’emporte en 1934 aurait été provoquée par une exposition prolongée aux rayonnements radioactifs lors de ses expériences.

 

Marie Curie acquiert très tôt une célébrité mondiale. Outre deux prix Nobel, elle reçoit honneurs et distinctions. Mais elle ne peut devenir membre de l’Académie des sciences. Il faudra en effet attendre près de cinquante ans pour qu’une femme, Marguerite Perey (1909-1975), qui a d’ailleurs été son élève, soit élue à l’Aca-démie des sciences, en 1962.

 

Pierre Curie

 

Pierre Curie naît en 1859 à Paris. En physique, ses premiers travaux concernent les rayonnements infrarouges. Il mène des recherches sur les cristaux, avec la collaboration de son frère Paul Jacques Curie (1855-1941), avec lequel il découvre la piézo-électricité en 1880. La piézo-électricité est l’apparition de phénomènes électriques à la surface de certains cristaux lorsqu’ils sont soumis à des contraintes. Pierre Curie imagine une application de la piézo-électricité : la mesure de faibles courants électriques. Avec son frère, il met au point des dispositifs dans ce sens.





Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Grand oral du bac : PIERRE ET MARIE CURIE Corrigé de 1543 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Grand oral du bac : PIERRE ET MARIE CURIE" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

Grand oral du bac : PIERRE ET MARIE CURIE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit