LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Rechercher un sujet

Saisissez vos mots-clés séparés par des espaces puis cochez les rubriques dans lesquelles rechercher.
Enfin choisissez le mode de recherche. "ET" signifie que tous les mots-clés doivent être trouvés et "OU" signife qu'un des mots-clés doit être présent.

Mots-clés :    Categorie :  

Résultats de la recherche

  • Catégorie
  • Popularité
  • Prix
  • Note
  • Pages
  • Publication


Toutes les catégories -> Popularité décroissante



3 résultat(s) trouvé(s)

Les 5 premiers résultats les plus consultés

Deux spécialistes du surréalisme, Henri Béhar et Michel Carassou, le définissent ainsi : «Le surréalisme n'est comparable à aucune école littéraire. C'est qu'en fait il n'en est pas une. Groupe ou mouvement, il a d'autres ambitions que de régenter la littérature, qu'il déborde de toutes parts, s'attachant à l'expression humaine sous toutes ses formes. Partant d'objectifs philosophiques nettement caractérisés, il entreprend une investigation du champ total de la connaissance. Pour ce faire, le talent artistique n'a qu'une importance secondaire. Ce qui compte, c'est la qualification morale de chacun, sa volonté d'en terminer avec les sempiternelles théories de l'art pour l'art, l'action pour l'action, la fin justifiant les moyens, etc., au profit d'une pratique révolutionnaire de l'art. Ce qui compte encore, c'est la mise en commun des forces et des moyens, le sentiment du groupe passant avant celui des individus. On a beaucoup trop glosé sur les exclusions du surréalisme, suivies de rapprochements plus ou moins durables : c'est parce qu'il voulait fonctionner comme un ensemble prenant en compte les volontés diverses que le surréalisme a subi les phénomènes de toue dynamique de groupe. A la limite, se voulant une contre-institution, il s'est vu contraint de sécréter les règles minimales d'une institution. Les surréalistes voulaient embrasser la totalité du savoir et aussi bien ils ont été souvent tentés (mais tentés seulement) de former une société secrète, préparant l'avènement d'une nouvelle révolution.» (Le surréalisme, L.G.F., 1992.) Commentez et appréciez ce texte.


1 page - 1,80 euro

Henri Béhar et Michel Carassou analysent ainsi les rapports surréalistes du monde intérieur et du monde extérieur : «Les exigences de leur démarche, autant que les circonstances, les conduisant à privilégier l'action, les surréalistes ont su éviter les dangers d'un romantisme mystique, à l'écart de la réalité, qui les aurait fait sombrer dans le nihilisme du désespoir. Aussi le rêve ne fut-il pas envisagé comme un refuge, au-delà des limites d'un monde inapte à satisfaire l'individu ; il fut toujours l'aiguillon qui décide celui-ci non pas à se résigner aux conditions qui lui sont faites, mais à tenter de les dépasser de toute sa force reconquise. Ni contemplation ni fuite hors du réel, le surréalisme, dans le même mouvement qu'il s'attache à explorer les profondeurs subjectives, se tourne vers le monde extérieur - moins pour le reconnaître tel qu'il est, que pour le recréer selon les lois du désir. [...] Ainsi existe-t-il, pour Breton, entre la nécessité naturelle qui régit le monde et la nécessité humaine, une interpénétration étroite par laquelle, souvent, parviennent à se réaliser les tendances profondes de l'individu. Une réconciliation apparaît possible entre l'homme et le monde extérieur, dès lors que celui-ci cesse d'être ressenti comme étranger ou hostile. Pour parvenir à cette réconciliation, sinon accomplie du moins envisagée, sans doute avait-il été nécessaire que le surréalisme commençât par refuser la réalité du monde. Ce rejet n'était que la première étape dans un mouvement dialectique appelé à se renouveler jusqu'à ce que soit atteint le but ultime : la fusion avec le monde. [...] Les surréalistes ont donc d'abord nié la réalité extérieure, puis ils ont souhaité la transformer. En chemin, ils se sont attachés à la réinterpréter. Leur attitude face au monde, de plus en plus, a été dictée par le sentiment de l'analogie. La quête surréaliste, au plan de la connaissance, consiste alors à rechercher les affinités entre les objets, entre les êtres, entre les êtres et les objets. Il s'agit de demeurer disponible pour capter les signaux du mystère, pour attendre, voire pour favoriser la trouvaille ou la rencontre.» (Le surréalisme, L.G.F.,1992.) Expliquez, illustrez d'exemples et commentez ce texte.


1 page - 1,80 euro

L'esthétique surréaliste

Julien Gracq déclare dans son ouvrage sur André Breton (1948) : «On ne peut comprendre profondément le surréalisme si l'on ne se rend compte qu'il a été, à tort ou à raison, une folie de la poésie, au sens où on a parlé d'une «folie de la Croix«, qu'autour de la révélation poétique s'est...


2 pages - 1,80 euro

» Consulter également les résultats sur Aide-en-philo.com

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit