Devoir de Philosophie

Khmers, royaumes

Publié le 07/02/2013

Extrait du document

1   PRÉSENTATION

Khmers, royaumes, États historiques, fondés par les Khmers dans la péninsule indochinoise.

Ayant pour berceau une partie du Cambodge actuel, les Khmers ont construit un royaume qui, rayonnant depuis sa capitale Angkor, s’est étendu à son apogée sur le sud du Viêt Nam, le Laos, l’est de la Thaïlande et une partie de la Birmanie d’aujourd’hui.

2   ROYAUMES PRÉANGKORIENS

Du ier au vie siècle apr. J.-C., le royaume indianisé du Funan règne sur un territoire correspondant à l’actuel Cambodge. C’est au ve siècle que les Khmers du royaume de Zhenla, un État situé dans le Bas-Laos, conquièrent le Funan, dont ils sont vassaux. Ce royaume entretient de bonnes relations avec la Chine et le royaume voisin de Champa, avant d’éclater en deux royaumes rivaux.

3   ROYAUME D’ANGKOR

Le grand Empire khmer d’Angkor est fondé par Jayavarman II (802-850), qui unifie ce qui reste du Zhenla, en l’arrachant au royaume de Srivijaya. Il restaure le culte du Dieu-Roi à son profit et fonde sa capitale sur les rives du Tonlé Sap. Ses successeurs, dont Yasovarman Ier (v. 889 jusqu’en 900 au moins), s’installent à Angkor, où sont construits de grands temples dédiés aux dieux de l’hindouisme (Shiva, Vishnou), ainsi que des réservoirs (baray) et un réseau de canaux d’irrigation d’une grande complexité. Après des décennies de paix, le roi Suryavarman Ier (1004-v. 1050) pénètre en Thaïlande et étend son empire jusqu’à la Birmanie. Des conflits successoraux aboutissent à l’établissement d’une nouvelle dynastie royale, fondée par Suryavarman II (1113-v. 1150), qui bâtit une nouvelle ville dans Angkor : Angkor Vat. Il doit combattre les Cham, les Viêt et les Thaïs.

Cette guerre dure plus d’un siècle, au cours duquel le Cambodge est envahi à plusieurs reprises ; Angkor est détruite et pillée en 1177 par les Cham.

Le chaos cesse avec la libération d’Angkor par un prince, couronné plus tard sous le nom de Jayavarman VII (1181- v. 1220), qui consolide l’État et conquiert le royaume vietnamien du Champa. Fidèle du bouddhisme mahayana, il construit une troisième cité dans la capitale, Angkor Thom, que couronne le Bayon, grand temple bouddhiste de la nouvelle ville. Après sa mort, le royaume khmer commence à subir la pression du royaume thaï de Sukhothaï, mais il conserve sa puissance et sa splendeur tout au long du xiiie siècle. Au xive siècle, une mutation religieuse se produit : le bouddhisme theravada devient la religion d’État, déstructurant la hiérarchie sociale associée aux temples d’Angkor.

En butte aux fréquentes incursions armées des Thaïs du royaume d’Ayuthya, Angkor est finalement abandonnée vers 1431, après avoir été de nouveau pillée et saccagée.

4   ROYAUMES POST-ANGKORIENS

Les souverains khmers se retirent peu à peu vers Phnom-Penh, où ils recréent un État. La période suivante, mal connue et confuse, voit le transfert de la capitale à Lovek puis à Udong, sous Ang Chan Ier (1516-1566), mais les Siamois la détruisent en 1593. Cherchant à contrebalancer la puissance d’Ayuthya, Chetta II (1618-1625) épouse une princesse vietnamienne et abandonne le Sud du Viêt Nam (alors terre khmère) à ses puissants voisins. À partir de cette période, les souverains khmers sont assujettis soit aux Thaïs soit aux Viêt.

Les royaumes khmers ont été le point de rencontre entre l’hindouisme et le bouddhisme en Asie du Sud-Est. Les souverains d’Angkor ont bâti une civilisation originale, fondée sur une maîtrise de l’eau, qui est restée inégalée pendant des siècles.

Microsoft ® Encarta ® 2009. © 1993-2008 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.

Liens utiles