LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Les démonstrations en mathématique reposent-elles sur des évidences ?

Parallèlement à cet effort d'axiomatisation des mathématiques, se constitue avec Boole, Peano et Frege une logique enfin capable de formaliser effectivement le discours mathématique. Dès lors, la tâche du mathématicien est de déduire des théorèmes à partir d'axiomes ni vrais ni faux mais simplement posés. Quant à la validité des démonstrations, elle ne repose plus que sur la...

1 page - 1,80 ¤

La démonstration mathématique comme idéal de rationalité

Mais toute thèse repose sur des présupposés qui, eux, peuvent être ébranlés. Toute vérité, en philosophie, est donc relative à des prémisses. * Il n'y a pas de démonstration parfaiteToute démonstration suppose des principes ou des présupposés qui ne sont pas eux-mêmes démontrés. Pour les démontrer, il faudrait partir d'autres principes, eux-mêmes indémontrés. Une démonstration parfaite engagerait dans une...

3 pages - 1,80 ¤

La conscience morale a-t-elle une origine sociale ou est-elle innée ?

6. - Originaire : a) Qui tire son origine de... b) Qui est l'origine de... 7. - Originel : qui vient de l'origine (péché originel). MORAL(E):Moral: 1) qui concerne la morale. 2) qui est conforme aux règles de la morale; opposé à immoral.Morale: ensemble des règles de conduite -concernant les actions permises ou défendues- tenues pour universellement et...

4 pages - 1,80 ¤

Suis-je le mieux placé pour me connaître ?

VOCABULAIRE: CONNAÎTRE / CONNAISSANCE: 1. - Être familier de quelqu'un ou quelque chose. 2. - Discerner, distinguer quelque chose : « Le premier et le moindre degré de connaissance, c'est d'apercevoir » (CONDILLAC) 3. - Posséder une représentation de quelque chose, en part. une représentation exacte. 4. - Connaissance: a) Acte par lequel un sujet s'efforce de saisir...

9 pages - 1,80 ¤

Limites et illusions de la conscience

Note : 7.5/10

En clair, il faut remettre en cause le pseudo savoir dont on a hérité et commencer par le doute : Je déracinais cependant de mon esprit toutes les erreurs qui avaient pu s'y glisser auparavant. Non que j'imitasse en cela les sceptiques, qui ne doutent que pour douter ; car, au contraire, tout mon dessein ne tendait qu'à...

5 pages - 1,80 ¤

La qualités de la conscience

Note : 7.5/10

Mais ces facultés sont toutes déduites à partir de l'unité du cogito. La conscience s'apparaît donc à elle-même comme fondamentalement unique & identique. Elle joue comme pouvoir unificateur. C'est cette unité de la conscience qui assure l'accès à la personne. Kant écrit : « Posséder le JE dans sa représentation : ce pouvoir élève l'homme infiniment au-dessus de...

5 pages - 1,80 ¤

Bonheur comme dignité

Note : 7.5/10

Ne va-t-il pas en user pour se livrer à des excès ? « Bref il est incapable de déterminer, avec une entière certitude, d'après quelque principe, ce qui le rendrait heureux. » Certes des conseils empiriques sont toujours bons à recevoir : un régime alimentaire, l'économie, la politesse, la réserve, « toutes choses qui, selon les enseignements de l'expérience, contribuent en thèse générale...

4 pages - 1,80 ¤

Le bonheur comme vertu du juste milieu

Note : 7.5/10

d) Vertus cardinales : la sagesse, le courage, la tempérance et la justice, que les morales antiques considèrent comme la condition de possibilité de la vie heureuse. Pour Aristote, le bonheur est la fin suprême au-delà de laquelle on ne saurait penser d'autres fins. Il réside dans l'activité raisonnable et maîtrisée qui prend comme fin l'accomplissement plénier de soi-même...

3 pages - 1,80 ¤

Le bonheur ne réside pas dans une vie vouée au plaisir ?

Note : 7.5/10

2.2 La recherche du bonheur s'identifie plus à une quête morale qu'à une poursuite du plaisir. La recherche du bonheur s'inscrit dans la durée et non dans l'instant comme celle du plaisir. La finalité est de nature morale et non sensible. « Le bien pour l'homme consiste dans une activité de l'âme en accord avec la vertu, et, au cas...

4 pages - 1,80 ¤

Autrui: Le radicalement autre

Note : 7.5/10

Il me commande de l'aimer ou tout au moins de ne pas être indifférent à son égard, son premier mot est : « tu ne tueras point ». C'est cette « résistance éthique » qui est absolument Autre, autrement dit, « présence de l'infini ». « Je pense plutôt que l'accès au visage est d'emblée éthique. C'est lorsque vous voyez...

1 page - 1,80 ¤

Autrui: L'altérité de Dieu

Note : 7.5/10

Parlant de la révolution d'Einstein, Husserl déclare : « Ainsi Einstein ne réforme pas l'espace et le temps où se déroule notre vie d'être vivant ». Loin de comprendre ceci comme une attaque contre les sciences (auxquelles fut formé Husserl), il faut le comprendre et comme une attaque contre le scientisme, et comme la nécessité d'un retour aux questions centrales du sens : « De...

2 pages - 1,80 ¤

Autrui: L'isolement des consciences

Note : 7.5/10

La reconnaissance immédiate de l'existence d'une pluralité de consciences semble être aujourd'hui d'une terrible banalité. Pourtant l'idée de l'isolement de la conscience a longtemps persisté. Chez Descartes, la vérité première, celle qui résiste à tous les efforts du doute le plus extravagant qu'il soit, c'est le cogito, le « je pense donc je suis ». Je ne suis,...

2 pages - 1,80 ¤

L'ignorance est-elle la seule cause de nos erreurs ?

Note : 7.5/10

Car la liberté, dans le domaine théorique comme dans la pratique, ne se mesure pas à la quantité de connaissances engrangées sur une question ou une situation. [2. L'illusion trahit bien autre chose que de l'ignorance]Lorsque l'esprit est rempli de préjugés et d'illusions (ces dernières reposant, comme l'a montré Freud, sur la force du désir), cela n'est pas équivalent...

3 pages - 1,80 ¤

La diversité des opinions nous empêche-t-elle d'atteindre la vérité ?

Note : 7.5/10

  Transition : Cependant, parler d'une communauté d'esprit scientifique, souhaitable afin d'atteindre la vérité, c'est oublier le véritable sens du terme « opinion ». Le débat constructif et fructueux, ne suppose-t-il pas la raison, l'idée construite et démontrée plutôt qu'une simple opinion ?   3) En effet, les dialogues de Platon présupposent une confrontation d'idées et non d'opinions ; la communauté scientifique méconnaît l'opinion car...

10 pages - 1,80 ¤

Toute vérité est-elle vérifiable ?

Note : 7.5/10

Il permet aussi, d'un point de vue moral, et même politique et judiciaire, d'éprouver la valeur de la vérité concernée. Est « vrai « ce qui est vérifiable. Mais quand doit-on s'arrêter dans l'exigence de vérification ? À partir de quand une preuve est-elle considérée comme suffisamment probante pour se passer d'autres preuves ? Le risque est celui...

6 pages - 1,80 ¤

Agir selon sa conscience, est-ce agir selon ses valeurs personnelles ?

Note : 7.5/10

Au contraire, lorsque Freud parle d'inconscient, il le fait en référence à la conscience psychologique, et pas du tout par rapport à la conscience morale.Certes la conscience est toujours double, car la conscience oppose toujours ce qui devrait être à ce qui est. « La conscience suppose une séparation de moi d'avec moi, en même temps qu'une reprise...

10 pages - 1,80 ¤

Faut-il défendre sa liberté ?

Note : 7.5/10

  Pour cela, il décompose la société en ses éléments initiaux que sont les individus, ces « atomes de société » doués du pouvoir de persévérer dans leur être (« conatus »).  Les individus sont « libres », comme l'eau qui coule lorsqu'ils ne rencontrent pas d'obstacles pour développer leur propre puissance et satisfaire leurs aspirations.   Le problème vient de ce...

8 pages - 1,80 ¤

Qu'est-il raisonnable d'espérer de l'histoire ?

Note : 7.5/10

  Elle est l'opium du peuple. » Ce n'est pas pour pouvoir se représenter sa propre essence que l'homme la projette, à l'extérieur de lui-même, dans le divin.  Cette interprétation feuerbachienne de l'aliénation reste marquée par l'idéalisme hégélien. C'est le monde concret de l'homme réel qui produit l'aliénation religieuse.  La religion est « la conscience inversée du monde »,...

3 pages - 1,80 ¤

L'histoire est-elle dépourvue de sens ?

Note : 7.5/10

C'est après coup, par un regard rétrospectif, qu'on découvre éventuellement une signification aux événements. En postulant au contraire ce sens, comme une hypothèse de départ et non comme le résultat d'une recherche, les philosophies du progrès sombrent dans l'idéologie. Elles risquent de légitimer les pires atrocités, au nom du nécessaire cheminement vers le but postulé. L'évangélisation peut ainsi...

4 pages - 1,80 ¤

Est-il raisonnable de critiquer le progrès technique ?

Note : 7.5/10

Mais les pouvoirs accrus acquis par l'homme du fait de sa puissance technique lui donnent aujourd'hui la possibilité de faire du mal à un être qui est fort éloigné de lui et à l'égard duquel ne peut se poser la question de la réciprocité: un homme qui n'existe pas encore, celui...

8 pages - 1,80 ¤

Les oeuvres d'art peuvent-elles être utiles ?

Note : 9/10

Pourquoi la nature ? Kant veut signifier par l'emploi du mot nature:* que la création ne s'apprend pas. Un savoir-faire s'apprend et le grand artiste l'a acquis. Mais il permet de re-faire ce qui a été fait, d'imiter les grands, il ne permet pas de créer. Le savoir-faire est une condition nécessaire mais pas suffisante. La création relève...

5 pages - 1,80 ¤

L'art transforme-t-il la nature ou la dévoile-t-il ?

Note : 9/10

||On considère souvent l'activité créatrice de façon caricaturale : comme puisant sa matière et son inspiration dans la nature, comprise au sens large comme l'ensemble des choses existantes, ou au contraire comme innovant et imposant au réel ses propres normes. Dans le premier cas, l'art apparaît comme une simple continuation et appropriation de la nature ; dans le...

8 pages - 1,80 ¤

Respecter la nature, est-ce renoncer à la transformer ?

Note : 9/10

||HTML clipboard Le véritable respect de la nature ne s'identifie donc pas à une contemplation inactive, romantico-idéaliste. Car lorsque l'homme se laisse vivre et absorber dans le Grand Tout, il perd cet éveil réflexif et cette étincelle de liberté qui font de lui un homme. Mais la transformation de la nature doit, pour être pleinement humaine, s'accompagner...

4 pages - 1,80 ¤

Le pouvoir que nous avons sur la nature repose-t-il sur la connaissance de ce qu'elle est ?

Note : 9/10

Il postule en cela qu'il est au sommet de l'échelle naturelle, donc que ses intérêts prévalent sur ceux des autres (anthropocentrisme). Et il est indifférent à la connaissance de la nature des êtres dont il se sert. 2. La considération des moyens (comment ça marche ? à quoi ça sert ?) prend ainsi le pas sur l'examen des fins...

2 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 14437 14438 14439 14440 14441 14442 14443 14444 14445 14446 14447 14448 14449 14450 14451 14452 14453 14454 14455 14456 14457 14458 14459 14460 14461 14462 14463 14464 14465 14466 14467 14468 14469 14470 14471 14472 14473 14474 14475 14476 14477 14478 14479 14480 14481 14482 14483 14484 14485 14486 14487 14488 14489 14490 14491 14492 14493 14494 14495 14496 14497 14498 14499 14500 14501 14502 14503 14504 14505 14506 14507 14508 14509 14510 14511 14512 14513 14514 14515 14516 14517 14518 14519 14520 14521 14522 14523 14524 14525 14526 14527 14528 14529 14530 14531 14532 14533 14534 14535 14536

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit