LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Comment puis-je connaître autrui ?

PUF p.39 "La sévérité de nos jugements sur les autres tient d'ordinaire à ce que nous prenons notre idéal pour notre pratique et leur pratique pour leur idéal. " M. Blondel, L'action, p.169. "Entre autrui et moi-même il y a un néant de séparation. Ce néant ne tire pas son origine de moi-même, ni...

6 pages - 1,80 ¤

Que puis-je connaître de mon inconscient ?

CITATIONS: « La recherche psychologique [...] se propose de montrer au moi qu'il n'est seulement pas mare dans sa propre maison ». Freud, Introduction à la psychanalyse, 1917. « L'homme comme tout être vivant pense sans cesse, mais ne le sait pas; la pensée qui devient consciente n'en est que la plus petite partie, disons : la partie...

4 pages - 1,80 ¤

La perception est-elle source de connaissance ?

Faculté par laquelle le moi se forme, à partir de ses sensations, une représentation unifiée des objets extérieurs à lui. 1. La perception est trompeuse Une grande partie de la tradition philosophique, notamment Platon et Descartes, a rejeté la perception comme instrument de connaissance, au profit de la raison les sens sont trompeurs, changeants, et il ne faut pas se...

4 pages - 1,80 ¤

La conscience peut-elle sortir d'elle-même ?

3. Le risque du solipsisme.Le «solipsisme», c'est la solitude absolue. Je suis sûr que «je pense» [voir «un auteur, une idée »: Descartes] ; mais suis-je sûr que les choses que je me représente existent en-dehors de moi ? C'est la question que pose Descartes: « Or maintenant, je sais avec certitude que je suis, et en même temps,...

6 pages - 1,80 ¤

Etre un sujet, est-ce être autonome ?

De quelle secrète et mystérieuse retraite fut-il tiré en un instant, pour que j'inclinasse mon cou sous votre joug de douceur, mes épaules sous votre fardeau léger [... ] ?» Saint Augustin, Confessions (400 après J.-C.), livre IX. 2. Difficulté à définir le sujet.Définir le sujet indépendamment de ses attributs n'est pas une évidence: y a-t-il vraiment un point...

6 pages - 1,80 ¤

L'Etat est-il une communauté illusoire ?

Alors que l'illusion, qui est de l'ordre du désir, peut devenir réalité. - L'énoncé s'attache au caractère illusoire de cette communauté que constitue l'État. Il part donc de l'État compris comme l'ensemble des institutions qui garantissent l'ordre social et le droit sur un territoire géographiquement déterminé. Il en interroge la légitimité.- L'État peut-il correspondre réellement à la société...

4 pages - 1,80 ¤

Y a-t-il des vérités préjudiciables ?

Non pas seulement parce qu'il n'est pas toujours facile de savoir ce qui est vrai, comme par exemple dans le cadre de la recherche de connaissance. Il en est aussi et surtout ainsi parce que certaines vérités semblent ne pas être bonnes à dire ou à entendre, à tel point qu'on peut même parfois se les cacher à...

2 pages - 1,80 ¤

Exister, est-ce penser sa vie ?

Ma vie sera l'effet d'un choix originel de ma part. Nous n'avons pourtant pas souvent l'impression de peser sur notre propre vie au point de pouvoir choisir entièrement ce que nous devenons. « C'est la vie ! » disons-nous, comme si c'était un processus sur lequel nous n'avons pas de prises. A certains moments pourtant, nous nous demandons...

2 pages - 1,80 ¤

Mémoire et vérité

En effet, questionnant un jeune garçon qui n'a reçu aucune éducation en mathématiques, Socrate fait résoudre à celui-ci le problème suivant: comment construire un carré dont la surface soit le double d'un autre carré? Le jeune garçon parvient à la solution sans que Socrate lui ait rien «soufflé», seulement guidé par les questions de Socrate.Conclusion: les vérités mathématiques...

4 pages - 1,80 ¤

Les rapports entre la matière et l'esprit

Être matérialiste, c'est reconnaître l'existence des choses en dehors de l'esprit et considérer les sensations et les idées comme des copies ou des reflets de ces choses. Autrement dit, la matière détermine la pensée. Par opposition, le spiritualisme affirme la primauté de l'esprit sur la matière. L'esprit est une réalité substantielle radicalement distincte de la matière. Réalisme et...

3 pages - 1,80 ¤

Par ses choix, l'homme engage l'humanité tout entière

La liberté est donc le choix permanent qui oblige chacun, à chaque instant, quel que soit l'obstacle ou la situation, à se faire être. Jamais nous n'avons été aussi libres que sous l'occupation allemande. (Situations, III) Sartre ne prétend nullement que l'occupation allemande aurait été propice à la liberté politique. C'est de la liberté au sens métaphysique du terme qu'il...

2 pages - 1,80 ¤

L'homme est condamné à être libre

  Il ne saurait être tantôt libre, tantôt esclave.  Ce que Sartre exprime sous cette formule : « L'homme est condamné à être libre. » Si l'homme est celui qui se fait, ce projet réalise pas dans l'intimité douillette d'un ego refermé sur lui-même, mais ne peut se réaliser que dans son rapport au monde et à autrui. L'homme...

3 pages - 1,80 ¤

L'appareil psychique

A. Limites & illusions de la conscience.Si c'est dans son rapport à elle-même que la conscience s'éprouve comme une certitude, qu'en est-il du rapport à l'autre ? Qu'en est-il du rapport entre les consciences ? A m'enfermer dans le cogito, comment puis-je communiquer avec les autres consciences ? Le seul rapport qu'il me soit permis d'avoir avec autrui...

5 pages - 1,80 ¤

L'inconscient et ses manifestations

Le fou tua le voyageur. Le rêveur s'identifie donc avec le fou et justifie son acte par la représentation obsédante, qui le tourmente de temps à autre, qu'il doit « supprimer tous les témoins ». mais il trouve ensuite une meilleure motivation qui forme le point de départ du rêve. Il a revu la veille au théâtre la...

4 pages - 1,80 ¤

L'histoire comme réalisation de la liberté

selon le degré historique de son développement. »La violence peut prendre la forme d'une guerre pour l'hégémonie : « L'idée générale, la catégorie qui se présente d'abord dans ce changement sans trêve des individus et des peuples qui existent un temps puis disparaissent, c'est en général la transformation. La vue des ruines d'une magnificence antérieure, nous conduit...

4 pages - 1,80 ¤

L'existence est projet

L'existence n'est pas un concept contenu dans un concept, elle n'est pas contenue dans une idée. L'existence est une absolue position. Nous saisissons l'existence d'une chose seulement parce que nous en sommes affectés. La preuve du pudding, disait Engels, c'est que nous le mangeons.Dans cette même perspective, Sartre affirme, dans La Nausée, que l'existence est comme la pâte...

3 pages - 1,80 ¤

Exister et être

. Exister c'est donc provenir de quelque chose, être à partir de quelque chose, recevoir son être d'un autre être que soi. L'existant est donc dépendant de l'être dont il tire l'origine. Pour la théologie chrétienne, exister peut se dire de la créature, car son être provient et dépend de l'être du créateur, c'est-à-dire de Dieu. De ce...

5 pages - 1,80 ¤

Lois et volonté générale

BERNARD) ; les positivistes opposent l'explication par les causes à celle par les lois dans lesquelles ils voient « des relations constantes qui existent entre des phénomènes observés « (A. COMTE). 5. - Loi naturelle : a) Prescription du droit naturel. b) Loi de la nature. Si l'homme a besoin d'être lié par des lois,...

1 page - 1,80 ¤

Droit positif et histoire

Mais si elle oblige absolument, elle ne contraint pas pour autant matériellement, ce qui signifie que les hommes peuvent aussi agir sans tenir compte de la raison et de ses prescriptions. D'où la nécessité des lois positives et de la contraintes qui en assure la validité. Pour être justes, ces lois doivent être conformes à la loi naturelle. F)...

4 pages - 1,80 ¤

Droit positif: lois et contrainte

Pour comprendre la réponse de Rousseau, il faut comprendre le mécanisme même qui pousse un individu à désobéir. En désobéissant à la loi, je désobéis à moi-même, à une partie de ma volonté commune. Cela n'est possible que parce qu'il y a une différence entre « homme « et « citoyen « : « En effet chaque individu peut...

4 pages - 1,80 ¤

Devoir et liberté

c'est ce qui le rend digne de louange ou de blâme. » Descartes, Principes de la philosophie, 1644. « Si à un instant la roue du monde s'arrêtait et qu'il y eût là une intelligence calculatrice omnisciente pour mettre à profit cette pause, elle pourrait continuer à calculer l'avenir de chaque être jusqu'aux temps les plus éloignés et...

6 pages - 1,80 ¤

Le désir de reconnaissance de l'homme par l'homme

Termes du sujet: HOMME: Le plus évolué des êtres vivants, appartenant à la famille des homini­dés et à l'espèce Homo sapiens (« homme sage »).* Traditionnellement défini comme « animal doué de raison », l'homme est aussi, selon Aristote, un « animal politique ». Ce serait en effet pour qu'il puisse s'entendre avec ses semblables sur le bon, l'utile...

1 page - 1,80 ¤

Démontrer et prouver, est-ce la même chose ?

Il s'agit donc d'éprouver, de mettre à l'épreuve une proposition qui, au premier abord, ne va pas de soi. Et si la preuve réussit à faire approuver la proposition qu'elle appuie, elle ne constitue pas toutefois une garantie absolue contre toute erreur. En outre, si la preuve nous assure que la réalité est conforme à la proposition qu'elle...

2 pages - 1,80 ¤

Les démonstrations en mathématique reposent-elles sur des évidences ?

Parallèlement à cet effort d'axiomatisation des mathématiques, se constitue avec Boole, Peano et Frege une logique enfin capable de formaliser effectivement le discours mathématique. Dès lors, la tâche du mathématicien est de déduire des théorèmes à partir d'axiomes ni vrais ni faux mais simplement posés. Quant à la validité des démonstrations, elle ne repose plus que sur la...

1 page - 1,80 ¤

La démonstration mathématique comme idéal de rationalité

Mais toute thèse repose sur des présupposés qui, eux, peuvent être ébranlés. Toute vérité, en philosophie, est donc relative à des prémisses. * Il n'y a pas de démonstration parfaiteToute démonstration suppose des principes ou des présupposés qui ne sont pas eux-mêmes démontrés. Pour les démontrer, il faudrait partir d'autres principes, eux-mêmes indémontrés. Une démonstration parfaite engagerait dans une...

3 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 14440 14441 14442 14443 14444 14445 14446 14447 14448 14449 14450 14451 14452 14453 14454 14455 14456 14457 14458 14459 14460 14461 14462 14463 14464 14465 14466 14467 14468 14469 14470 14471 14472 14473 14474 14475 14476 14477 14478 14479 14480 14481 14482 14483 14484 14485 14486 14487 14488 14489 14490 14491 14492 14493 14494 14495 14496 14497 14498 14499 14500 14501 14502 14503 14504 14505 14506 14507 14508 14509 14510 14511 14512 14513 14514 14515 14516 14517 14518 14519 14520 14521 14522 14523 14524 14525 14526 14527 14528 14529 14530 14531 14532 14533 14534 14535 14536 14537 14538 14539

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit