LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Les sciences humaines pensent-elles l'homme comme un être prévisible ?

  La méthode statistique n'énonce que des moyens et ne peut préjuger du futur d'un individu en particulier Pourtant il faut bien voir que les sciences humaines ne disposent que d'outils statistiques qui ne permettent de donner que des moyennes. Ainsi Boudon réaffirme la nécessité de comprendre que des relations statistiques ne peuvent être interprétées comme des relations causales, qu'avec...

4 pages - 1,80 ¤

Puis-je connaître autrui ?

||  Remarques d’introduction : -          « Puis-je « renvoie à la question du possible ; or est possible 1) ce qui est réalisable c’est-à-dire ce que j’ai les moyens ou la capacité de faire 2) ce qui est permis, c’est-à-dire ce que j’ai le droit de faire. -          Ici la question du droit ne semble d’abord pas problématique : moralement, connaître autrui...

5 pages - 1,80 ¤

Être libre, est-ce faire ce que l'on veut ?

Note : 5.1/10

Si notre idée de la liberté signifie « faire ce que l'on veut «, il n'est pas possible d'être complètement libre dans le sens d'une liberté parfaite et totale. En effet, il existe bon nombre de facteurs limitatifs, qui sont autant de déterminismes nous empêchant de faire ce que nous voulons. De surcroît, nos choix personnels sont motivés...

11 pages - 1,80 ¤

L'État est-il chargé du bonheur des individus ?

Note : 5.1/10

Relève-t-il uniquement de la sphère privée et individuelle (et alors chaque homme travaillerait à son bonheur à sa manière et par ses propres moyens) ? Ou est-il une recherche collective, qui peut être concrétisée par l'institution de communautés politiques, d'États ?   Plusieurs alternatives sont possibles concernant cette définition du rapport de l'homme à l'État en ce qui concerne son bonheur,...

8 pages - 1,80 ¤

N'y a-t-il que ce qui est égal qui est juste ?

Note : 5.1/10

L'État n'a pas à intervenir dans la répartition des richesses, car sinon il contreviendrait au principe de l'égalité devant la loi. Des avantages seraient octroyés, qui menaceraient les libertés égales pour tous.► 3. Cela dit, on peut objecter au libéralisme que l'égalité des chances n'est que purement formelle. Les individus ne disposent pas à la naissance des mêmes...

5 pages - 1,80 ¤

La société ne repose-t-elle que sur l'intérêt ?

Note : 5.1/10

On peut alors imputer au fonctionnement des échanges une large part d'explication dans la constitution de la société. ill: Une société d'êtres humains, si on excepte la relation de maître à esclave, est manifestement impossible si elle ne repose pas sur le principe que les intérêts de tous seront consultés. Une société d'égaux ne peut exister s'il n'est...

5 pages - 1,80 ¤

Tout est-il matériel ?

Note : 5.1/10

Le matérialisme d'Épicure suppose la liberté. Il en va de même pour l'homme : ce dernier est libre de penser ce qu'il veut parce qu'il est doté du pouvoir de choisir parmi les simulacres.Les simulacres, qui sont vus et pensés par l'homme, sont les petites parties des corps qui se détachent lorsque les atomes...

7 pages - 1,80 ¤

En quoi la machine offre-t-elle un modèle pour penser le vivant ?

Note : 5.1/10

Il n'est pas constitué d'une juxtaposition de parties ajoutées les unes aux autres. Ces parties forment un tout car elles sont interdépendantes (le fonctionnement d'une partie est tributaire de celui des autres) et paraissent toutes participer à une fin commune : le maintien de l'être vivant en vie. Parce qu'il est un organisme, l'être vivant est un organisme....

2 pages - 1,80 ¤

Une pensée cohérence est-elle une pensée vraie ?

Note : 5.1/10

|| I. Une pensée ne peut être vraie si elle n'est pas cohérente : le critère de la vraisemblance peut être ici mobilisé, la vraisemblance s'entendant, dans l'un de ses deux sens, comme plausibilité logique. En mathématiques, l'énoncé de cette thèse peut être radicalisé : en l'absence de tout critère matériel possible, ne sont effectivement vraies que les pensées...

7 pages - 1,80 ¤

Y a-t-il des expériences sans théorie ?

Note : 5.1/10

                   * Certaines expériences scientifiques apparaissent aussi sans théorie préalable, et arrivent ainsi par hasard. Cf. Fleming et l'invention de la pénicilline, cette expérience qui a mis au jour le médicament n'a été précédée d'aucune théorie. Ce n'est qu'après, une fois l'hypothèse lancée, que l'inventeur multiplie les expériences pour consolider ce qu'il a trouvé par hasard. è...

2 pages - 1,80 ¤

En quel sens y a-t-il une ironie de l'histoire ?

Note : 5.1/10

Et étant donné que ces ruines ne sont pas seulement l'oeuvre de la nature, mais encore de la volonté humaine, le spectacle de l'histoire risque à la fin de provoquer une affliction morale et une révolte de l'esprit du bien, si tant est qu'un tel esprit existe en nous. On peut transformer ce bilan en un tableau des...

6 pages - 1,80 ¤

Notre rapport au monde est-il en train de devenir essentiellement technique ?

Note : 5.1/10

Pour y comprendre quelque chose, il convient de démêler la cause et l'effet. D'une approche de la nature basée sur la contemplation des grands espaces, l'exaltation de la subjectivité face aux éléments, la recherche de la solitude en mot le plaisir esthétique basé sur le sentiment du sublime, comment est-on arrivé à une consommation...

7 pages - 1,80 ¤

L'artiste sait-il ce qu'il fait ?

Note : 5.1/10

Le créateur est-il un démiurge ou un intermédiaire ? I. La création artistique vise à produire un effet sciemment voulu et contrôlé : l'artiste maîtrise sa création comme un démiurge. On peut penser par exemple au narrateur omniscient du roman réaliste. Le procès platonicien de l'art repose sur l'idée que l'artiste nous trompe alors qu'il pourrait ne pas le...

6 pages - 1,80 ¤

Pourquoi désirer l'impossible ?

Note : 5.1/10

Celui qui pourrait tout sans être Dieu, serait une misérable créature ; il serait privé du plaisir de désirer ; toute autre privation serait plus supportable." Le plan de votre devoir devra consister en une variation sur le terme d'impossible. I . On désire l'impossible pour le rendre possible. Premier sens de l'impossible : ce qui n'a...

15 pages - 1,80 ¤

Suis-je capable de vouloir du bien à autrui ?

Note : 5.1/10

Il affirme alors que la raison pure est pratique par elle seule et nous donne la loi morale. Celle-ci nous est donnée sous la forme d'un impératif, puisque nous sommes des êtres finis, c'est-à-dire imparfaits : « Agis de telle sorte que la maxime de ta volonté puisse en même temps toujours valoir comme principe d'une législation universelle ». L'impératif ne...

2 pages - 1,80 ¤

Le recours à l'inconscient autorise-t-il l'alibi de l'inconscience ?

Note : 5.1/10

||Pourquoi cette question ? Ce n'est que l'homme coupable ou supposé coupable qui invoque un alibi, c'est-à-dire une justification de son innocence, alibi qui, s'il est réel supprime toute faute, ou bien faux alibi qui peut à la rigueur tromper autrui mais non le sujet lui-même. Formulation du problème : Or quel est...

11 pages - 1,80 ¤

Percevoir, est-ce seulement recevoir ?

Note : 5.1/10

Cela n'autorise cependant pas à confondre leurs attributions ; c'est, au contraire, une grande raison pour les séparer et les distinguer soigneusement l'un de l'autre. Ainsi distinguons-nous la science des règles de la sensibilité en général, c'est-à-dire l'Esthétique, de la science des règles de l'entendement en général, c'est-à-dire de la Logique. Avez-vous compris l'essentiel ?1 L'esprit est-il seulement...

4 pages - 1,80 ¤

Faut-il vivre avec son temps ?

Note : 5.1/10

Cette transformation des modes de vie a suscité de vives résistances. D'un point de vue global, ce que le « capitalisme » impose comme transformation a été imposée au nom des bienfaits techniques voire moraux qu'il était censé apporter b)                 Les bouleversements soudains ne sont en réalité jamais des ruptures. Dans l'histoire il n'y a pas de saut. Mais les transformations, les...

2 pages - 1,80 ¤

La vie a-t-elle un sens ?

Note : 9/10

||Si vivre c’est se savoir mortel, se pose immédiatement la question du sens de la vie. Mais ce n’est peut-être pas seulement d’un point de vue individuel que la question se pose mais aussi d’un point de vue collectif. Nous savons aussi que les civilisations sont mortelles et même que l’humanité est mortelle. La...

6 pages - 1,80 ¤

Le bonheur est-il de ce monde ?

Note : 9/10

Épicure propose un certain usage, bien réglé, des plaisirs, et considère que le bonheur consiste dans cet usage. Le bonheur est alors possible dans la vie humaine, dans le monde humain. Ces plaisirs sont choisis pour leur constance et pour la prise que l'homme peut avoir sur eux s'il s'exerce bien - il ne faut prendre les épicuriens pour...

4 pages - 1,80 ¤

Est-il raisonnable d'aimer ?

Note : 9/10

« Aimer, ce n'est pas se regarder l'un l'autre, c'est regarder ensemble dans la même direction. »Comme l'affirma  Antoine de Saint-Exupéry, l'amour nous fait fusionner avec l'objet aimé. «  Le coeur sans raison n'est que passion destructrice. La raison sans coeur mène à l'extinction de l'âme! ». On notera d'abord que si l'attachement à notre semblable procède rarement...

6 pages - 1,80 ¤

Est-il toujours possible de faire la différence entre travail et divertissement ?

Note : 9/10

La joie de vivre, qui est celle du travail, ne se trouvera jamais dans l'oeuvre : elle ne saurait se confondre avec le soulagement, la joie inévitablement brève, qui suivent l'accomplissement et accompagnent la réussite. Le bonheur du travail, c'est que l'effort et sa récompense se suivent d'aussi près que la production et la consommation des moyens...

6 pages - 1,80 ¤

Peut-il y avoir de mauvais usages de la raison ?

Note : 9/10

Selon lui, en effet, les concepts morcellent le réel en rompant l'unité concrète des objets qui le composent ; en outre, ils déforment ce réel en rendant communes à une infinité de choses des propriétés singulières, et en réunissant dans leur extension et leur compréhension des objets et des éléments incompatibles entre eux ; enfin, ils figent l'écoulement...

6 pages - 1,80 ¤

La difficulté de comprendre les autres fausse-t-elle tout rapport avec eux ?

Note : 9/10

L'expérience du cogito cartésien (Méditations métaphysiques) nous enseigne en effet que je me pense moi-même comme sujet par réflexion de ma propre conscience sur elle-même. Nous avons donc une conscience solitaire avant même de considérer autrui, de sorte que « Je « n'implique nullement autrui. Chez Descartes, la vérité première, qui résiste à tous les efforts...

3 pages - 1,80 ¤

Peut-on perdre la raison ?

Note : 9/10

Or l'homme qui vit de la sorte est selon Aristote au-dessous d'une bête, et déchoit de son humanité. Donc s'il est possible de perdre la raison, cela entraîne aussitôt le fait de cesser d'être un homme, de sorte que l'on ne peut pas perdre seulement la raison, tout en gardant son humanité.      II. On peut perdre la raison...

2 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 14441 14442 14443 14444 14445 14446 14447 14448 14449 14450 14451 14452 14453 14454 14455 14456 14457 14458 14459 14460 14461 14462 14463 14464 14465 14466 14467 14468 14469 14470 14471 14472 14473 14474 14475 14476 14477 14478 14479 14480 14481 14482 14483 14484 14485 14486 14487 14488 14489 14490 14491 14492 14493 14494 14495 14496 14497 14498 14499 14500 14501 14502 14503 14504 14505 14506 14507 14508 14509 14510 14511 14512 14513 14514 14515 14516 14517 14518 14519 14520 14521 14522 14523 14524 14525 14526 14527 14528 14529 14530 14531 14532 14533 14534 14535 14536 14537 14538 14539 14540

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit