LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Peut-on envisager un « éternel retour » ?

Deuxième partie : Éternel retour et volonté de puissance Chez Nietzsche, l'Éternel retour est une hypothèse qui peut être déduite du concept de volonté de puissance, en admettant que l'être n'existe pas, c'est-à-dire que l'Univers n'atteint jamais un état final, qu'il n'a pas de but  ; en conséquence, l'Univers...

3 pages - 1,80 ¤

En histoire, connaissons-nous le passé ou le rêvons-nous ?

Dans un sens, on pourrait donc dire que chaque chercheur donne un sens différent à l'histoire, et par ses convictions la raconte à sa manière. "L'historien va aux hommes du passé avec son expérience humaine propre. Le moment où la subjectivité de l'historien prend un relief saisissant c'est celui...

4 pages - 1,80 ¤

Faut-il opposer le vrai et le faux ?

Si en mathématiques le vrai et le faux sont des concepts objectifs et qu'ils ne requièrent aucune interprétation subjective, il n'en est pas de même en ce qui concerne le domaine de la morale. Chacun pense savoir ce qui est vrai et ce qui est faux mais pourtant la vérité n'est pas la même en fonction de chaque...

1 page - 1,80 ¤

Le passé a-t-il disparu ?

||  A. Sens des termes   — Passé : de "passare", passer ; temps écoulé, envisagé dans son irréversibilité. Notion corrélative du présent et de l'avenir. — Disparu - Disparaître : cesser d'être, d'exister ; se perdre, être détruit, anéanti.    B. Sens du sujet   Le temps, qui s'est enfui et écoulé dans son irréversibilité, s'est-il anéanti ?   C. Problème  Ce sujet pose...

2 pages - 1,80 ¤

Y a-t-il des choses indifférentes ?

Sur le plan de la vie pratique, nous pouvons suivre les lois et les coutumes existantes, mais tout en gardant à l'esprit qu'elles ne traduisent pas des valeurs qui seraient fondées en elles-mêmes, et qu'elles sont donc indifférentes au sens où elles pourraient être remplacées par d'autres coutumes et d'autres lois.   2° L'existence de choses indifférentes résulte non...

2 pages - 1,80 ¤

Que peut attendre l'homme de la Nature ?

De nombreux progrès techniques réussissent à ce que l'homme ne soit plus astreint à regarder la nature comme une simple réserve de nourriture ou comme le lieu de son travail. On redécouvre la contemplation et on porte son regard sur des choses qui ne sont plus immédiatement utiles. Ce n'est pas un hasard si Kant, dans la Critique...

3 pages - 1,80 ¤

Quelle valeur accorder à l'expression« Petites causes, grands effets » ?

b) Dans le monde vivant, c'est un principe général qu'il n'y a pas de proportion entre l'excitant et la puissance de la réaction que l'excitation provoque. c) Enfin le monde historique semble nous montrer une disproportion plus générale encore, car les événements qui le constituent dépendent de conditions physiques et de conditions biologiques et de plus de conditions psychologiques...

3 pages - 1,80 ¤

À quoi servent les utopies ?

Mais aussi, par la tempérance dont résulte la beauté à ses actions. Incompatible avec un travail, un métier ou des intérêts privés, son action, réservée, l'expose à tisser la cohésion de la cité à partir de la dissolution de la multiplicité, des désirs et des ignorances, en les répartissant selon les lumières du modèle, de l'essence des choses...

4 pages - 1,80 ¤

Peut-on dire que « l'impossible, c'est le réel » ?

DIRE: signifie ici affirmer en connaissance de cause, mais cela désigne aussi l'opinion qui dit n'importe quoi, qui se contente d'affirmer ce qu'elle affirme, qui transforme son désir en vérité universelle. POSSIBLE: faisable, réalisable; le possible, c'est ce qu'on peut faire, ce que l'on a le pouvoir, la puissance de faire. Réalité / Réel Réalité: * Caractère...

2 pages - 1,80 ¤

À quoi bon des projets ?

Les projets de l'un sont des étapes sur le chemin d'une vie éternelle, ceux de l'autre sont une révolte ou une acceptation du néant qui l'attend. II : Fonction vitale des projets Les projets comme adaptations au milieu Un être vivant doit choisir entre diverses stratégies possible pour tirer son bénéfice des situations et s'adapter au milieu. Le grand projet des...

2 pages - 1,80 ¤

Faut-il opposer pour penser ?

L'opposition peut bien constituer un point de départ, et encore en tant qu'il est contingent (on peut tout à fait être d'accord, et ce de manière réfléchie, et donc pensée) mais elle ne saurait être un point d'arrivée, ni se suffire à elle-même.   III-       Pourquoi s'opposer ? L'affirmation de la vie rend raison, voire légitime l'activité dissolvante de la pensée   Parce qu'on...

3 pages - 1,80 ¤

Aurais-je pu savoir que César franchirait le Rubicon ?

SAVOIR / SAVANT: * Savoir: a) Comme nom, ensemble de connaissances acquises par l'apprentissage ou l'expérience. b) Comme verbe, avoir appris quelque chose, et pouvoir le dire, le connaître, le répéter. * Savoir-faire: ensemble de procédés de gestes habituels permettant la réalisation régulière de certains buts. * Savant: a) Celui qui possède un maximum de connaissances....

3 pages - 1,80 ¤

Une existence sans croyance, religieuse ou d'une autre nature, vous semble-t-elle possible ?

2 - La foi elle-même n'est pas, chez Hegel, l'opposé de la vérité ou du savoir. Comprise subjectivement au chapitre 4 du livre, son contenu - la religion - est repris au chapitre 7 d'un point de vue « objectivement suffisant « au sens de Kant : c'est-à-dire qu'il ne manque à la conscience religieuse, selon Hegel, «...

7 pages - 1,80 ¤

Comment comprendre l'expression : « faire son possible » ?

A contrario, si je prends l'énoncé « Matthieu nage dans la Tamise », de toute évidence « nager dans la Tamise » n'est pas compris dans l'essence de Matthieu. Je rajoute quelque chose au concept de Matthieu, quelque chose d'extérieure. Dans le premier cas, l'énoncé est analytique, dans le deuxième il est synthétique. Leibniz, en disant que toute vérité est un jugement analytique...

4 pages - 1,80 ¤

Peut-on réduire le temps à l'espace ?

Rien de plus commun que la mesure du temps par l'espace. Si je demande à un passant: «L'hôtel de Paris, c'est encore loin?«, on me répondra indifféremment: «C'est à cinq minutes « ou « C'est à trois cents mètres «. Scientifiquement, la mesure du temps se traduit par la mesure d'un espace parcouru par...

1 page - 1,80 ¤

Science et religion sont-elles nécessairement incompatibles ?

Note : 8/10

L'incompatibilité de la science et de la religion est uniquement contingente   a.      Une frontière plus ténue qu'il n'y parait entre science et religion Cependant, science et religion ne sont peut être pas nécessairement incompatibles, mais uniquement en fonction de situations contingentes. Nous pouvons notamment remarquer que science et religion sont susceptibles de...

4 pages - 1,80 ¤

Peut-on vouloir l'impossible ?

Note : 8/10

Mais une question nouvelle apparaît : pendant que je détruis mon ancienne demeure, pour en reconstruire une nouvelle, où vais-je loger ?« Car ce n'est pas assez, avant de recommencer à rebâtir le logis où l'on demeure, que de l'abattre [...] il faut aussi s'être pourvu de quelque autre où o puisse être logé commodément pendant le temps...

6 pages - 1,80 ¤

Dieu joue-t-il aux dés ?

Note : 8/10

Le hasard de la nature ne peut-il pas être compatible avec l'existence d'un projet divin pour l'humanité ?   2- L'intentionnalité de Dieu. La tradition religieuse n'est pas immédiatement compatible avec cette thèse scientifique et leurs principes semblent en contradiction Créationnisme et intentionnalité de Dieu qui établit le projet du monde. Passage du Chaos au Cosmos, monde organisé. Voltaire : Dieu est le...

2 pages - 1,80 ¤

À quoi bon raisonner ?

Note : 8/10

). La raison existe et a une puissance réelle en l'individu, mais elle se heurte en permanence à des obstacles qui lui sont extérieurs. Peut-on alors toujours parler de toute-puissance de la raison et dire, par exemple à la manière des stoïciens, que le plein exercice de la raison constitue à faire en sorte qu'elle ait prise sur...

4 pages - 1,80 ¤

Quel sens accorder à l'expression commune« manquer de volonté » ?

Note : 8/10

Le nihilisme est en ce sens la volonté de ne pas vouloir, la volonté qui prend pour objet sa propre négation. Nietzsche, enfin, a sonné le glas de la raison, dont il faisait remonter l'acte de naissance à Socrate et l'apparition de la dialectique. Philosophe "à coups de marteaux", la valeur de la raison...

2 pages - 1,80 ¤

Le temps a-t-il une origine ?

Note : 8/10

Le temps est une idée de notre esprit, qui n'a pas d'autre réalité que cela. Aussi, en faisant du temps la forme du sens interne, la conception kantienne s'élevait, en quelque sorte, au-dessus de l'opposition des notions statique et dynamique du temps. Elle n'ignorait pas, en effet, que le temps concerne la sensibilité, qui reçoit des impressions successives,...

2 pages - 1,80 ¤

Y a-t-il des différences insurmontables ?

Note : 8/10

De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté." 
Déclaration universelle des droits de l'homme 3)      Cependant, il ne faut pas faire de cette...

4 pages - 1,80 ¤

Foi et preuve sont-elles ennemies ?

Note : 8/10

              2° L'idée de Dieu est une création des hommes faibles             Nietzsche s'interroge également sur la provenance de l'idée de Dieu, mais pour en affirmer l'origine non pas divine, mais humaine. Dieu est une invention des hommes qui veulent oublier leur propre volonté de puissance, c'est-à-dire leur force de vie, la force de leur corps et de...

2 pages - 1,80 ¤

Entre le vrai et le faux, y a-t-il une place pour le probable ?

Note : 8/10

Autrement dit, en multipliant les observations et les expériences, le savant en tirait, en vertu du fameux principe d'induction, des lois qu'il considérait comme nécessaires et universellement valides. Partant de là, les néopositivistes soutenaient que tout ce qui n'est pas vérifiable est « métaphysique » et doit être éliminé de la science. Or, comme le souligne Popper, l'induction, qui consiste...

4 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 14440 14441 14442 14443 14444 14445 14446 14447 14448 14449 14450 14451 14452 14453 14454 14455 14456 14457 14458 14459 14460 14461 14462 14463 14464 14465 14466 14467 14468 14469 14470 14471 14472 14473 14474 14475 14476 14477 14478 14479 14480 14481 14482 14483 14484 14485 14486 14487 14488 14489 14490 14491 14492 14493 14494 14495 14496 14497 14498 14499 14500 14501 14502 14503 14504 14505 14506 14507 14508 14509 14510 14511 14512 14513 14514 14515 14516 14517 14518 14519 14520 14521 14522 14523 14524 14525 14526 14527 14528 14529 14530 14531 14532 14533 14534 14535 14536 14537 14538 14539

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit