LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

A quoi tient la force des religions ?

Note : 5.5/10

B - LA RELIGION MISE SUR LA FORCE DE L'IRRATIONNEL 1) Le sentiment ne doute pas de lui-même Ce que je sens, j'ai du mal à le mettre en doute. Je suis traversé par le sentiment, il m'accompagne et se fortifie de mon acceptation. L'intime conviction d'être dans le vrai se passe aisément de preuves. Tel est le sentiment...

7 pages - 1,80 ¤

Une oeuvre d'art peut-elle ne pas être belle ?

Note : 5.1/10

  Et, de fait les jugements sont divers et il semble impossible de les ramener à l'unité.  Mais, considérons les choses de plus près.  Le consensus n'est-il pas étonnant ? Après tout n'y a-t-il pas moins de désaccord sur la grandeur de Sophocle, sur la beauté du ciel étoilé que sur la théorie du big-bang? Cet accord surprenant...

7 pages - 1,80 ¤

L'imagination peut-elle s'affranchir de toute contrainte ?

Note : 5.1/10

||L'imagination, qui semble défier la raison par sa puissance, peut-elle être absolue, c'est-à-dire se libérer des obstacles qu'elle peut rencontrer, et se déployer indéfiniment en toute liberté ?||Un plan en deux parties est tout à fait adéquat ici : •    La puissance débridée de l'imagination n'épargne personne.•    Cependant, l'imagination n'est pas forcément une puissance stérile : elle est à...

3 pages - 1,80 ¤

L'être libre : tyran ou sage ?

Note : 5.1/10

Il s'agit là de deux positions extrêmes que l'on rencontre dès l'Antiquité. Tyrannie ou liberté de la pensée et de l'intériorité ? Maîtrise des autres ou maîtrise de soi-même ? CONSEILS PRATIQUESIl faut examiner avec beaucoup de soin chacun des termes de l'alternative qui est posée, et bien en analyser les inconvénients : le tyran devient le prisonnier de...

3 pages - 1,80 ¤

Faire régner la justice, est-ce seulement appliquer le droit ?

Note : 5.1/10

Elle signifie que la nature des choses ou de l'homme est le fondement originaire où toutes les conventions trouvent leur légitimité. Ainsi, la loi positive ou conventionnelle, qui est fixée par le législateur, ne peut être juste que dans la mesure où elle est conforme aux principes naturels. Pour Aristote, la fin du droit est le juste. Or...

5 pages - 1,80 ¤

Juge-t-on du beau ou le perçoit-on ?

Note : 5.1/10

||Sont-ce les sens qui nous font percevoir la beauté ? Ou bien, notre intelligence, notre entendement ? Si le beau est perçu par les sens, peut-on encore parler d'objectivité du jugement de goût ? La perception est relative alors que le jugement lui est objectif.||...

4 pages - 1,80 ¤

L'indépendance suffit-elle à définir la liberté ?

Note : 5.1/10

.../... En ce sens, l'indépendance désigne bien la condition absolue de la liberté, comprise au sens large comme capacité de l'individu à s'affirmer comme un sujet.À cet égard, Descartes a montré la nécessité absolue de rompre avec les préjugés, c'est-à-dire avec toute pensée reçue de l'extérieur (parents, précepteurs, nourrices, etc.) et dont on n'a pas pris la peine d'examiner...

4 pages - 1,80 ¤

Faut-il être connaisseur pour apprécier une oeuvre d'art ?

Note : 5.1/10

Il y a quelque chose de profondément subjectif dans le rapport à l'art. Avoir un rapport à l'art, c'est être capable de ressentir quelque chose devant une oeuvre. C'est se laisser gagner par l'émotion qu'elle suscite. Cet aspect subjectif du rapport à l'art est d'autant plus important qu'il est conforté par deux éléments : l'art, comme le disait Hegel, c'est...

2 pages - 1,80 ¤

Expliquer une oeuvre d'art, est-ce la comprendre ?

Note : 5.1/10

Mais il semble que les oeuvres résistent bien à cette tentative. Elles permettent très souvent de nouvelles interprétations, elles nous surprennent, ou bien nous leur donnons un sens complètement différent du créateur, tels les surréalistes s'emparant de l'oeuvre de J. Bosch pour des raisons étrangères à la religion. III - UNE DEMARCHE POSSIBLEA - LA CONNAISSANCE DE L'oeUVRE COMME...

5 pages - 1,80 ¤

Devons-nous nous méfier de nos certitudes ?

Note : 5.5/10

||La certitude désigne l'état d'esprit de celui qui est assuré de détenir la vérité. Quelqu'un de certain de ses idées est souvent assimilé à quelqu'un plein de préjugés et d'a priori. Si l'on blâme celui qui ne remet pas en cause ses certitudes, cela signifie-t-il pour autant qu'on ne peut avoir aucune certitude ? Ne faut-il pas parfois...

5 pages - 1,80 ¤

L'Homme cherche-t-il toujours à connaître la vérité ?

Note : 5.5/10

La vérité est désignée comme une notion générique. On peut toutefois faire la distinction entre différents types de vérités comme par exemple la vérité mathématique, la vérité matérielle ou la vérité historique. Cette distinction peut être utile pour analyser d'éventuelles différences dans les modalités de la recherche que fait l'Homme de ces vérités. Le caractère intemporel de la recherche...

3 pages - 1,80 ¤

La vérité dépend-elle de nous ?

Note : 5.5/10

En d'autres termes, si nous ne pouvons exiger des théories scientifiques qu'elles soient vérifiables, nous pouvons exiger d'elles qu'elles soient mises à l'épreuve. Il s'agit pour cela de déduire de la théorie examinée des énoncés singuliers ou « prédictions » susceptibles d'être facilement testés dans ExPERIMENTATION : Montage technique visant à la production artificielle de phénomènes dans des...

9 pages - 1,80 ¤

Peut-on convaincre autrui qu'une oeuvre d'art est belle ?

Note : 5.3/10

On juge et on sent que cette musique ou cette montagne sont belles mais on ne peut le prouver.  Il n'y a pas de règles a priori du beau.  En langage kantien, le sujet esthétique n'est pas législateur.  En science le sujet légifère, retrouve dans la nature les règles nécessaires, universelles qu'il...

4 pages - 1,80 ¤

Peut-on changer le cours de l'histoire ?

Note : 5.3/10

IV - UNE DÉMARCHE POSSIBLEA - Le problème philosophique posé par l'histoire est de savoir si elle a un sens, une cohérence et une unité qui permettent d'en parler en évoquant l'idée d'un cours. En un sens, l'histoire pèse sur les vivants en ce qu'elle borne leur liberté. Elle est ainsi souvent ressentie comme un destin. Les changements qu'on...

2 pages - 1,80 ¤

Les hommes peuvent-ils avoir des droits sans avoir des devoirs ?

Note : 5.3/10

III - LES GRANDES LIGNES DE REFLEXIONA - L'exigence de droits subjectifs se fonde dans l'association du concept de personne (ou de sujet de droit) avec le concept de liberté.Si je suis capable de droit, c'est d'abord parce que je suis capable de liberté. Au premier abord, c'est donc dans l'opposition à toute contrainte, à toute obligation et...

3 pages - 1,80 ¤

Nos paroles dépassent-elles notre pensée ?

Note : 5.3/10

Si la langue, selon le mot d'Ésope, est la meilleure et la pire des choses, c'est sans doute parce qu'elle évite à notre pensée de rester confinée dans l'incommunicabilité et qu'elle lui impose en même temps la perte de son authenticité singulière. Ainsi, à peine proférées, nos paroles semblent dépasser par leurs effets le but que nous leur...

4 pages - 1,80 ¤

L'idée d'une liberté totale a-t-elle un sens ?

Note : 5.3/10

Point de vue hégélien Constat facile : l'homme grec était moins libre que l'homme moderne. Hegel en déduit que le concept de liberté était lui-même incomplet. Conséquence : l'idée de liberté est soumise à une progression, qui la généralise de plus en plus et lui donne une définition de plus en plus vaste.Dès lors, c'est à la fin de...

4 pages - 1,80 ¤

Le respect n'est-il dû qu'à la personne ?

Note : 5.3/10

) Qui concerne les personnes par opposition aux choses ; opposé à réel (impôt personnel, par opposition à impôt réel). c) Individuel, propre. d) Qui rapporte tout à soi, qui ne tient pas compte des autres : un jeu personnel, un pouvoir personnel ; cf. sens 6 e. RESPECT : Sentiment éprouvé face à une valeur jugée éminente ou...

3 pages - 1,80 ¤

Donner pour recevoir, est-ce le principe de tout échange ?

Note : 5.3/10

Dès lors, l'échange semble toujours impliquer une réciprocité : on donne pour recevoir, comme dans l'échange de marchandises.  Cette réciprocité paraît alors constituer le principe de l'échange, c'est-à-dire sa cause unique, nécessaire et suffisante. Pourtant, l'échange n'est pas limité à l'échange marchand : on peut échanger des paroles, des pensées. Dans ce cas,...

3 pages - 1,80 ¤

De quelle vérité l'opinion est-elle capable ?

Note : 5.3/10

■ Même quand elle tombe juste, « l'opinion pense mal« (Bachelard), car elle ne peut se fonder rationnellement. ■ La philosophie, comme quête de la vérité, est ainsi en lutte contre les opinions. L'opinion se définit comme une croyance, un préjugé, un savoir mal assuré.Au contraire, la vérité est un savoir qui peut rendre raison de lui-même. On pourrait...

4 pages - 1,80 ¤

La liberté se définit-elle comme un pouvoir de refuser ?

Note : 5.3/10

||  Vouloir connaître la liberté pour savoir quand elle est implique de pouvoir la définir. La définition de la liberté est le thème de cet énoncé. D’une manière plus, précise, l’énoncé s’interroge sur la pertinence et la validité d’une définition négative de la liberté. Définition négative exprimée par la notion de refus. Car le refus...

3 pages - 1,80 ¤

Notre connaissance du réel se limite-t-elle au savoir scientifique ?

Note : 5.3/10

L'opinion est un obstacle épistémologique à la connaissance du réel. Elle le déforme par nos préjugés ou nos passions. B) QUEL EST LE RÉEL CONNU PAR LA SCIENCE ? Bachelard montre que ce réel est construit. Il n'est pas séparable des instruments qui ont réalisé l'expérimentation. Ce n'est pas une réalité immédiate, vécue. Au contraire, c'est un produit très élaboré...

12 pages - 1,80 ¤

L'histoire est-elle ce qui arrive à l'homme ou ce qui arrive par l'homme ?

Note : 5.3/10

Analyse du sujet : · On remarquera tout d'abord que le terme Histoire, écrit en lettre majuscule désigne en règle générale l'histoire de l'humanité et non d'un homme seul. Nous pouvons donc nous centrer sur ce sujet en tant qu'il s'agit d'Histoire universelle et non particulière (sont éliminés aussi les histoires que...

4 pages - 1,80 ¤

Prendre conscience de soi est-ce devenir étranger à soi ?

Note : 5.3/10

Pour le stoïcisme, l'esclave peut être beaucoup plus libre que le maître ; certes, il ne fait rien de ce qu'il veut, mais il connaît la plénitude de la liberté intérieure ; il est maître des choses par le jugement qu'il pose sur elles. Or ce n'est pas ainsi que Sartre pose le problème...

8 pages - 1,80 ¤

Comment décider qu'un acte est juste ?

Note : 5.1/10

.../... « Ni rire, ni pleurer, ni haïr, mais comprendre « rappelait Spinoza dans son Éthique. La majorité des gens est d'accord sur le fait que les sentiments gênent, obscurcissent plus qu'ils ne fournissent un soutien aux raisonnements de toutes sortes et en particulier aux questions d'éthique. Agir de manière juste en tout, porter sur les actions d'autrui un...

4 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 14472 14473 14474 14475 14476 14477 14478 14479 14480 14481 14482 14483 14484 14485 14486 14487 14488 14489 14490 14491 14492 14493 14494 14495 14496 14497 14498 14499 14500 14501 14502 14503 14504 14505 14506 14507 14508 14509 14510 14511 14512 14513 14514 14515 14516 14517 14518 14519 14520 14521 14522 14523 14524 14525 14526 14527 14528 14529 14530 14531 14532 14533 14534 14535 14536 14537 14538 14539 14540 14541 14542 14543 14544 14545 14546 14547 14548 14549 14550 14551 14552 14553 14554 14555 14556 14557 14558 14559 14560 14561 14562 14563 14564 14565 14566 14567 14568 14569 14570 14571

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit