LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Dire «Je», est-ce exprimer son individualité ?

||Le « je « définissant le sujet conscient de lui-même nous place dans le champ de l'authenticité. Le « je « s'oppose au « on «, à la pluralité informe. Il est prise de risque et affirmation de soi. Dès lors il semble bien que le « je « exprime l'individualité d'une personne, d'un sujet,  en tant que...

7 pages - 1,80 ¤

Exister, est-ce accepter le temps ?

||On parle d'existence pour un animal qui a conscience de lui-même en tant qu'il produire des choix et définir un projet de vie. Or l'existence est intrinsèquement liée au temps dans la mesure où elle est une donnée a priori mais aussi parce qu'il est le critérium de la fin de la vie. Le temps en tant que...

3 pages - 1,80 ¤

La mort est-elle la vérité de l'existence ?

||La mort peut apparaître comme le moment de vérité de l?existence. En effet, la mort permet de relire rétrospectivement le projet que l'homme a porté en lui et développer. C'est en ce sens que l'on peut faire l'éloge ou blâmer un homme à la mort de ce dernier : cela permet de faire le calcul de son action,...

4 pages - 1,80 ¤

Est-il vain de désirer ?

Le désir est l'expression d?un manque, d'un besoin. Il est intrinsèque à la nature humaine en tant que l'on peut la comprendre comme défaillante ou non nécessairement adapté à son milieu selon le mythe de Prométhée. Cependant, l'essence du désir semble de se renouveler sans cesse. C'est le cycle infernal du désir. A peine satisfait, il fait place...

6 pages - 1,80 ¤

Un monde sans autrui est-il possible ?

||L'approche de cette question mérite tout d'abord une restriction importante pour qu'elle ait  véritablement un sens. Il s'agit moins effectivement de savoir si un monde où je vivrais seul  est possible sans la présence physique d'autrui que sans sa prise en compte. La différence est  de taille : sans autrui, difficile de voir l'émergence d'un monde et cela...

7 pages - 1,80 ¤

Faut-il aimer autrui pour le connaître ?

||Définition des termes : L’amour sera pris en trois sens. Il est tout d’abord une passion, l’homme est alors attiré irrésistiblement vers un objet ou une personne. Il peut également signifier la bienveillance, dans ce cas nous recherchons le bonheur de la personne aimée. Enfin l’amour peut signifier une union entre deux personnes, il n’a plus un sens...

5 pages - 1,80 ¤

Peut-on être étranger à soi-même ?

Termes du sujet: étranger: A la fois présent et absent: qui n'appartient pas au milieu parce qu'il est autre ou parce qu'il se sent étranger. L'autre et le même sont deux catégories fondamentales de la pensée : l'identité (rester le même) à travers un devenir-autre (transformation, altération) nous permet de concevoir ce qu'est une chose, comme le morceau...

2 pages - 1,80 ¤

Peut-on dire : «je n'ai pas d'inconscient» ?

||La question ici ne porte pas directement sur notre capacité à dire ou ne pas dire cette phrase mais bien à comprendre s'il y a un sens ou une légitimité à dire « je n'ai pas d'inconscient «. Dès lors le problème est de saisir ce qu'est cet inconscient. Mais plus profondément la difficulté repose sur la simple...

5 pages - 1,80 ¤

Être inconscient, est-ce ignorer ?

||L'inconscient ou l'inconscience se définissent comme absence de conscience au plus simple. Or la conscience, c'est avoir la connaissance ou du moins l'attention à soi et au monde extérieur définissant une responsabilité en tant que je sais ce que je fais. En ce sens, la conscience est choix. L'inconscient est justement ce que je connais pas, ce qui...

5 pages - 1,80 ¤

Est-ce par ma perception que je découvre le monde ?

Ainsi, par exemple, nous observons qu'un phénomène donné est suivi d'un autre phénomène donné. Rien ne nous permet d'affirmer qu'il existe entre eux une relation causale nécessaire sinon l'habitude que nous avons acquise, sous l'influence d'une association souvent répétée, de nous attendre à les voir se suivre. Le principe de causalité est donc...

6 pages - 1,80 ¤

Devons-nous écouter ce que nous dit notre conscience ?

Note : 7/10

||Par la formulation même du sujet, il semble que nous nous placions d'emblée dans le champ de la morale. Plus exactement, il s'agit de définir et développer ce que pourrait être une conscience morale. Or notre conscience n'est-elle pas ce tribunal intérieur qui nous juge sans cesse et nous pousse à bien agir afin de ne pas avoir...

4 pages - 1,80 ¤

La conscience est-elle distincte du corps ?

Note : 7/10

« Ce moi, c'est-à-dire l'âme, par laquelle je suis ce que je suis, est entièrement distincte du corps, et même qu'elle est plus aisée à connaître que lui, et qu'encore qu'il ne fût point, elle ne laisserait pas d'être tout ce qu'elle est. « Descartes, Discours de la méthode, 1637.Par « distincte «, il ne faut pas comprendre...

4 pages - 1,80 ¤

La conscience est-elle une connaissance de soi ?

Note : 7/10

||Comme nous le montre l'exemple cartésien il semble que la découverte du sujet, dans son fondement, comme conscience de soi, soit connaissance de soi. Ainsi, par le doute, par la négation du monde de l'extérieur la conscience revient sur elle est devient transparente à elle-même. En ce sens, à chaque fois que j'ai conscience je sais dans quel...

3 pages - 1,80 ¤

Faut-il nier le monde pour découvrir sa conscience ?

Note : 7/10

||Le monde peut se comprendre comme l'ensemble de nos représentations, ce qui nous entoure et ce  qui nous est propre. Le monde est alors l'ensemble des images que j'en ai centré autour d'une  image particulière qui est moi. La conscience est un état psychique d'attention et de perception  active, de connaissance de soi. La question est alors de...

3 pages - 1,80 ¤

La religion est-elle une illusion ?

Note : 7/10

Il est plus pertinent de voir en elle une façon de structurer activement la vie humaine et de l'arracher au non-sens : cela à la fois par la pratique de certaines rites, et par l'adhésion à des dogmes et des mythes visant à exprimer et à affirmer, dans un langage symbolique, une certaine conception de la vocation spirituelle...

5 pages - 1,80 ¤

Les sciences humaines pensent-elles l'homme comme un être prévisible ?

Note : 7/10

  La méthode statistique n'énonce que des moyens et ne peut préjuger du futur d'un individu en particulier Pourtant il faut bien voir que les sciences humaines ne disposent que d'outils statistiques qui ne permettent de donner que des moyennes. Ainsi Boudon réaffirme la nécessité de comprendre que des relations statistiques ne peuvent être interprétées comme des relations causales, qu'avec...

4 pages - 1,80 ¤

Puis-je connaître autrui ?

Note : 7/10

||  Remarques d’introduction : -          « Puis-je « renvoie à la question du possible ; or est possible 1) ce qui est réalisable c’est-à-dire ce que j’ai les moyens ou la capacité de faire 2) ce qui est permis, c’est-à-dire ce que j’ai le droit de faire. -          Ici la question du droit ne semble d’abord pas problématique : moralement, connaître autrui...

5 pages - 1,80 ¤

Être libre, est-ce faire ce que l'on veut ?

Note : 5.1/10

Si notre idée de la liberté signifie « faire ce que l'on veut «, il n'est pas possible d'être complètement libre dans le sens d'une liberté parfaite et totale. En effet, il existe bon nombre de facteurs limitatifs, qui sont autant de déterminismes nous empêchant de faire ce que nous voulons. De surcroît, nos choix personnels sont motivés...

11 pages - 1,80 ¤

L'État est-il chargé du bonheur des individus ?

Note : 5.1/10

Relève-t-il uniquement de la sphère privée et individuelle (et alors chaque homme travaillerait à son bonheur à sa manière et par ses propres moyens) ? Ou est-il une recherche collective, qui peut être concrétisée par l'institution de communautés politiques, d'États ?   Plusieurs alternatives sont possibles concernant cette définition du rapport de l'homme à l'État en ce qui concerne son bonheur,...

8 pages - 1,80 ¤

N'y a-t-il que ce qui est égal qui est juste ?

Note : 5.1/10

L'État n'a pas à intervenir dans la répartition des richesses, car sinon il contreviendrait au principe de l'égalité devant la loi. Des avantages seraient octroyés, qui menaceraient les libertés égales pour tous.► 3. Cela dit, on peut objecter au libéralisme que l'égalité des chances n'est que purement formelle. Les individus ne disposent pas à la naissance des mêmes...

5 pages - 1,80 ¤

La société ne repose-t-elle que sur l'intérêt ?

Note : 5.1/10

On peut alors imputer au fonctionnement des échanges une large part d'explication dans la constitution de la société. ill: Une société d'êtres humains, si on excepte la relation de maître à esclave, est manifestement impossible si elle ne repose pas sur le principe que les intérêts de tous seront consultés. Une société d'égaux ne peut exister s'il n'est...

5 pages - 1,80 ¤

Tout est-il matériel ?

Note : 5.1/10

Le matérialisme d'Épicure suppose la liberté. Il en va de même pour l'homme : ce dernier est libre de penser ce qu'il veut parce qu'il est doté du pouvoir de choisir parmi les simulacres.Les simulacres, qui sont vus et pensés par l'homme, sont les petites parties des corps qui se détachent lorsque les atomes...

7 pages - 1,80 ¤

En quoi la machine offre-t-elle un modèle pour penser le vivant ?

Note : 5.1/10

Il n'est pas constitué d'une juxtaposition de parties ajoutées les unes aux autres. Ces parties forment un tout car elles sont interdépendantes (le fonctionnement d'une partie est tributaire de celui des autres) et paraissent toutes participer à une fin commune : le maintien de l'être vivant en vie. Parce qu'il est un organisme, l'être vivant est un organisme....

2 pages - 1,80 ¤

Une pensée cohérence est-elle une pensée vraie ?

Note : 5.1/10

|| I. Une pensée ne peut être vraie si elle n'est pas cohérente : le critère de la vraisemblance peut être ici mobilisé, la vraisemblance s'entendant, dans l'un de ses deux sens, comme plausibilité logique. En mathématiques, l'énoncé de cette thèse peut être radicalisé : en l'absence de tout critère matériel possible, ne sont effectivement vraies que les pensées...

7 pages - 1,80 ¤

Y a-t-il des expériences sans théorie ?

Note : 5.1/10

                   * Certaines expériences scientifiques apparaissent aussi sans théorie préalable, et arrivent ainsi par hasard. Cf. Fleming et l'invention de la pénicilline, cette expérience qui a mis au jour le médicament n'a été précédée d'aucune théorie. Ce n'est qu'après, une fois l'hypothèse lancée, que l'inventeur multiplie les expériences pour consolider ce qu'il a trouvé par hasard. è...

2 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 14457 14458 14459 14460 14461 14462 14463 14464 14465 14466 14467 14468 14469 14470 14471 14472 14473 14474 14475 14476 14477 14478 14479 14480 14481 14482 14483 14484 14485 14486 14487 14488 14489 14490 14491 14492 14493 14494 14495 14496 14497 14498 14499 14500 14501 14502 14503 14504 14505 14506 14507 14508 14509 14510 14511 14512 14513 14514 14515 14516 14517 14518 14519 14520 14521 14522 14523 14524 14525 14526 14527 14528 14529 14530 14531 14532 14533 14534 14535 14536 14537 14538 14539 14540 14541 14542 14543 14544 14545 14546 14547 14548 14549 14550 14551 14552 14553 14554 14555 14556

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit