LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

L'État doit-il surveiller ou diriger ?

On peut se demander toutefois si un tel projet ne reste pas trop minimal, peu exigeant, ou inadéquat, pour répondre à tous les défis et problèmes effectifs que pose la vie en société. A moins que cette dernière, nécessairement, ne soit jamais que le plus réducteur des compromis. ayek: Le libéralisme veut qu'on fasse le meilleur usage possible des...

4 pages - 1,80 ¤

L'État doit-il se conformer au droit ?

Si un médecin qui entend bien son métier, au lieu d'user de persuasion, contraint son malade, enfant ou homme fait, ou femme, à suivre un meilleur traitement, en dépit des préceptes écrits, quel nom donnera-t-on à une telle violence ? Tout autre nom, n'est-ce pas ? que celui dont on appelle la faute contre l'art, l'erreur fatale à...

6 pages - 1,80 ¤

L'État doit-il se soumettre au peuple ?

Il ne peut pas ignorer la vox populi, c'est-à-dire la voix du peuple; autrement dit sa volonté. L'État est au service de la paix publique Le prince qui se servirait de son autorité à autre fin que pour le salut de son peuple contreviendrait aux maximes de la tranquillité publique, c'est-à-dire à la loi de nature fondamentale» (Thomas Hobbes, Le...

5 pages - 1,80 ¤

L'État est-il un mal nécessaire ?

Machiavel, Sur la première décade de Tite-Live, 1531 (posth.) « La violence se donne toujours pour une contre-violence, c'est-à-dire pour une riposte à la violence de l'Autre. » Sartre, Critique de la raison dialectique, 1960. « Il faut concevoir l'État contemporain comme une communauté humaine qui, dans les limites d'un territoire déterminé [...], revendique avec succès pour...

6 pages - 1,80 ¤

Peut-on concevoir une société sans État ?

Partout où il y a encore du peuple, il ne comprend pas l'État et il le déteste comme le mauvais oeil et une dérogation aux coutumes et aux lois.Je vous donne ce signe : chaque peuple a son langage du bien et du mal ; son voisin ne le comprend pas. II s'est inventé ce langage pour ses...

6 pages - 1,80 ¤

Le conflit met-il en danger la société ?

En ce sens d'abord que l'adaptation du principe au monde, de la conscience de la liberté à la réalité concrète, qui est par essence la tâche historique « exige un long & pénible effort d'éducation ». « L'histoire universelle n'est pas le lieu de la félicité. Les périodes de bonheur y sont des pages blanches : car ce sont des périodes de concorde...

7 pages - 1,80 ¤

La société améliore-t-elle l'être humain ?

L'idée des droits de l'homme, centrée sur le respect des autres et la tolérance, prétend par exemple incarner des valeurs universelles, aussi bien sur le plan social et politique que sur le plan moral. On peut se demander toutefois si un tel projet ne reste pas trop minimal, peu exigeant, ou inadéquat, pour répondre à tous les défis...

4 pages - 1,80 ¤

La société repose-t-elle sur des conventions arbitraires ?

C'est une réalité purement sociale car c'est le résultat d'une conduite en tant que celle-ci est institutionnalisée. Ce n'est qu'en tant que membre d'une collectivité qu'un individu peut avoir des droits.] L'origine de la justice est une convention. Dans ce passage de La République, Glaucon, ami de Socrate prend la parole pour tenter de définir la justice. Contre Thrasymaque qui vient...

8 pages - 1,80 ¤

La société représente-t-elle l'aliénation de l'individu ?

Cherche-t-on l'utile ou le bien ? Au nom de quoi pourrait-on critiquer ou vouloir bouleverser une société ou une autre ?L'idée des droits de l'homme, centrée sur le respect des autres et la tolérance, prétend par exemple incarner des valeurs universelles, aussi bien sur le plan social et politique que sur le plan moral. On peut se demander...

4 pages - 1,80 ¤

La liberté individuelle est-elle compatible avec la vie en société ?

Note : 5.4/10

Par exemple, il y a fort à parier que, comme « citoyen «, j'ai voulu et continue de vouloir une loi interdisant le vol ou protégeant la propriété. Il se peut que dans le même temps je désire m'approprier le bien de mon voisin. Si je vole, je ferai prévaloir mon intérêt égoïste sur l' « intérêt général...

4 pages - 1,80 ¤

L'homme est-il fait pour vivre en société ?

Note : 5.4/10

Quant à la fin elle-même, elle reste problématique : cela signifierait-il un retour à la sauvagerie et au désordre, ou bien l'homme est-il réellement capable d'inventer d'autres formes d'organisation sociale ? En quoi consiste l'opposition entre réalisme et idéalisme ? Les données culturelles détermineront pour une bonne part les diverses réponses apportées à ces questions politiques. Les règles sociales,...

4 pages - 1,80 ¤

Le droit de propriété est-il une entrave à la vie en société ?

Note : 5.4/10

Car il cesserait immédiatement d'être un État, c'est-à-dire une autorité politique. Il ne serait alors que pure violence, illégitime, qui ne mérite, en retour, qu'une résistance tout aussi violente. CITATIONS: « Hors de la société, chacun a tellement droit sur toutes choses qu'il ne s'en peut prévaloir et n'a la possession d'aucune; mais dans la république, chacun jouit paisiblement...

5 pages - 1,80 ¤

L'État doit-il obéir à la morale ?

Note : 5.4/10

Nombreuses sont les possibilités de décalage entre l'État et la société. Qui doit détenir la primauté ? Qui doit trancher ? achiavel: Il n'est pas bien nécessaire qu'un prince les [bonnes qualités] possède toutes, mais il l'est nécessaire qu'il paraisse les avoir. J'ose même dire que s'il les avait effectivement, et s'il les montrait toujours dans sa conduite, elles...

4 pages - 1,80 ¤

L'égalité est-elle possible en société ?

Note : 5.4/10

Parmi elles, les plus importantes sont les libertés politiques (droit de vote et d'occuper un poste public), la liberté d'expression, de réunion, la liberté de pensée et de conscience ; la liberté de la personne qui comporte la protection à l'égard de l'oppression psychologique et de l'agression physique (intégrité de la personne) ; le droit de propriété personnelle...

5 pages - 1,80 ¤

L'intérêt est-il fondement premier de la société ?

Note : 10/10

Il vaut mieux répartir les travaux nécessaires entre un cultivateur, un maçon, un tisserand, un cordonnier que de confier à chacun l'ensemble des tâches nécessaires à son propre entretien. Avec le partage des tâches, ce sont à la fois une première forme de division du travail et un premier mode d'existence sociale qui voient le jour. À la...

8 pages - 1,80 ¤

La société se confond-elle avec la communauté ?

Note : 10/10

Reste qu'une tension existe entre société et communauté et, par conséquent, entre la société et l'État, tension non seulement entre des concepts mais entre des aspects réels de la réalité [...]. Mais une fois de plus, le problème n'est pas résolu quand on en nie l'existence, et c'est ce que l'on fait quand, choisissant entre communauté et société,...

3 pages - 1,80 ¤

La superstition est-elle déraisonnable ?

Note : 10/10

En effet on ne peut douter que le mal existe dans le monde ; l'homme que l'on proclame l'être le plus parfait de la création est souvent accablé de misères. Certes, si le monde était divin, il serait meilleur. Dans ces conditions, dit Épicure a ou bien Dieu veut supprimer le mal et ne le peut pas ;...

6 pages - 1,80 ¤

La raison est-elle la chose du monde la mieux partagée ?

Note : 10/10

* Au sens subjectif : mode de penser propre à l'homme (lui-même défini comme « animal raisonnable «).* Par opposition à l'intuition : faculté de raisonner, c'est-à-dire de combiner des concepts et des jugements, de déduire des conséquences.* Par opposition à la passion ou à la folie : pouvoir de bien juger, de distinguer le vrai du faux,...

2 pages - 1,80 ¤

La conscience de soi est-elle la première des certitudes ?

Note : 10/10

La conscience de soi désigne la ressaisie par laquelle l'homme appréhende le monde et s'appréhende lui-même. La certitude est le mode de validité d'une connaissance telle qu'elle se présente à la conscience sous une forme évidente. Ainsi si la certitude est produite par un examen de la conscience, il serait logique que la conscience de soi soit la...

6 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 14472 14473 14474 14475 14476 14477 14478 14479 14480 14481 14482 14483 14484 14485 14486 14487 14488 14489 14490 14491 14492 14493 14494 14495 14496 14497 14498 14499 14500 14501 14502 14503 14504 14505 14506 14507 14508 14509 14510 14511 14512 14513 14514 14515 14516 14517 14518 14519 14520 14521 14522 14523 14524 14525 14526 14527 14528 14529 14530 14531 14532 14533 14534 14535 14536 14537 14538 14539 14540 14541 14542 14543 14544 14545 14546 14547 14548 14549 14550 14551 14552 14553 14554 14555 14556 14557 14558 14559 14560 14561 14562 14563 14564 14565 14566 14567 14568 14569 14570 14571

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit