LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

La passion est-elle une erreur ?

||Ce terme de passion a été connoté négativement par de nombreux philosophes. Souvent opposées à la raison, on reproche aux passions de nous aveugler, de tromper nos sens et de brouiller notre jugement. On a en effet tendance à surestimer l’objet de notre passion. La passion, lorsqu’on en est remis, peut nous conduire à produire des erreurs et...

3 pages - 1,80 ¤

Le désir est-il la marque de la misère de l'homme ?

L'abolition du désir entraîne l'abolition de la souffrance. Nous pouvons présenter ceci par l'équation : vie = Désir = Souffrance. En effet, il n'y a de vie que par le désir, par le désir farouche de survivre, de se défendre contre les autres vivant, de se nourrir, de tuer pour cela, comme on le...

14 pages - 1,80 ¤

Dans quelle mesure est-il injurieux de qualifier un être humain d'inconscient ?

D'où son incapacité à comprendre par analyse ce qui lui arrive, et à « parler à son propre coeur » - ce qui signale la possibilité de « dire Moi », de « penser Moi » : la majuscule redoublée souligne l'importance, la majesté de ce qui est ainsi perdu. Et Alain de faire référence à Ulysse -...

4 pages - 1,80 ¤

La conscience de soi doit-elle quelque chose à la présence d'autrui ?

Kant, Anthropologie du point de vue pragmatique, 1798.Dès le moment où l'enfant commence à parler de lui à la première personne - moment décisif et irréversible -, il se saisit lui-même comme sujet pensant et conscient. Cette faculté de la conscience à se prendre elle-même pour objet, qu'on appelle la « réflexivité « de la conscience, fait de...

7 pages - 1,80 ¤

Le vivant est-il entièrement connaissable ?

||«Puisque le savoir et la science arrivent, pour toutes les voies de la recherche dont il y a principes, causes ou éléments, en acquérant la connaissance de ceux-ci […], il est clair que pour la science de la nature aussi, il faut tenter de déterminer d’abord tout ce qui concerne les principes.«               C’est ainsi qu’Aristote ouvre sa Physique...

4 pages - 1,80 ¤

Les animaux sont-ils comparables à des machines ?

« C'est la nature qui agit en eux, selon la disposition de leurs organes; ainsi qu'on voit qu'un horloge (- une horloge), qui n'est composé que de roues et de ressorts, peut compter les heures, et mesurer le temps, plus justement que nous avec toute notre prudence « (Discours de la Méthode, 1637). ...

3 pages - 1,80 ¤

La maladie d'un être vivant est-elle comparable à la panne d'une machine ?

Parties du programme abordées : - La connaissance du vivant.- La technique. Analyse du Sujet : Les dysfonctionnements d'un système organique sont-ils de même nature que ceux d'un assemblage mécanique produit par l'industrie humaine ? Conseils pratiques : Appuyez-vous sur des connaissances solides. Évoquez la thèse mécaniste avec Descartes ou La Mettrie ; montrez ses limites. Montrez ce qu'implique le vitalisme....

2 pages - 1,80 ¤

Peut-on donner un modèle mécanique du vivant ?

Entre les corps matériels et les êtres vivants il n'y a pas de différence de nature, mais de degré. Les animaux sont semblables aux automates que fabrique l'homme, ils sont seulement beaucoup plus complexes. La biologie, chapitre de la physique (Descartes). Descartes, préoccupé de physique et, en particulier, de mécanique (= étude de...

7 pages - 1,80 ¤

Peut-on concevoir des limites à l'expérimentation humaine ?

Les thèmes agités par la bioéthique sont-ils pour ce comité des sages des enjeux de marchandage ou l'occasion d'avis mitigés ? A moins qu'on ne considère que la responsabilité du choix ne relève exclusivement du chercheur. Mais Pasteur est-il moral lorsqu'il propose d'inoculer la rage sur des condamnés à mort ?II - Le point de vue épistémologique et...

2 pages - 1,80 ¤

Sur quoi repose l'accord des esprits ?

Note : 7.3/10

Il n'y a pas d'accord qui ne soit un accord sur l'objet. Ainsi le petit esclave du Ménon, lorsqu'il dit « oui » à Socrate, ne se range pas à l'avis ou à l'opinion de ce dernier, mais ne fait que reconnaître à son tour la même vérité que Socrate connaissait déjà. Il ne s'agit donc pas d'une...

2 pages - 1,80 ¤

Autrui me connaît-il mieux que je ne me connais moi-même ?

Note : 7.3/10

Par suite de l'inégalité qui tient à ce que, pour l'une des deux consciences de soi, la liberté a plus de valeur que la réalité sensible présente, tandis que, pour l'autre, cette présence assume, au regard de la liberté, valeur de réalité essentielle, c'est alors que s'établit entre elles, avec l'obligation réciproque d'être reconnues dans la réalité effective...

9 pages - 1,80 ¤

Le semblable et le prochain : Dois-je respecter autrui ?

Note : 7.3/10

Cette prudence dans l'usage de mon respect peut ainsi acquérir en elle-même une certaine valeur, si elle s'accompagne de discernement, et si je réserve mon respect à ce qui est véritablement (moralement) respectable.b) Du même ordre sont les distinctions que recommande Pascal dans les Discours sur la condition des grands. Il y a différentes sortes de respects. Des...

3 pages - 1,80 ¤

Qu'est-ce que faire le bonheur d'autrui ?

Note : 7.3/10

Faire le bonheur d'autrui, cela implique déjà de savoir ce qui correspond, pour lui, au bonheur, l'idée qu'il s'en fait. De plus, la vision qu'on se fait du bonheur d'autrui, comme du notre d'ailleurs, peut différer de ce qu'il serait vraiment. Il faut également distinguer les sensations particulières de bonheur comme satisfactions de désirs ponctuels, du bonheur comme...

3 pages - 1,80 ¤

L'art éloigne-t-il du réel ?

Note : 7.3/10

Mais l'art occidental après avoir connu, en sa jeunesse, le style sublime, puis le beau style de la maturité (Winkelmann) n'était-il pas condamné à entrer en une décadence, celle qui provoquera la réaction moderniste ?II - Le retour du tragiquea) « Sers Dieu, abandonne les idoles » (Le Coran, sourate 16), « ne fais pas d'images sculptées »...

2 pages - 1,80 ¤

La quête de la beauté est-elle la seule fin de l'art ?

Note : 7.3/10

Une œuvre d’art n’a-t-elle pour vocation que celle d’être belle et de provoquer du plaisir chez le spectateur ? De sorte que toute œuvre d’art serait uniquement évaluée en termes de beauté et ne possèderait nulle autre fonction. Mais une œuvre d’art ne peut-elle pas être utile, en témoigne l’art contemporain qui fait des objets de l’utilité...

5 pages - 1,80 ¤

Ce qui est beau doit-il être moralement bon ?

Note : 7.3/10

- Bon objet/mauvais objet (psychanalyse) : termes désignant les premiers objets pulsionnels de la vie fantasmatique de l'enfant, opposés, par leur caractère gratifiant ou frustrant et surtout par la différence des pulsions qui s'y investissent (pulsion de vie ou de mort). 7. - Bonne volonté : pour KANT, qualité de la volonté déterminée par le pur respect de...

2 pages - 1,80 ¤

Peut-on considérer les beaux-arts comme un langage ?

Note : 7.3/10

I - Les beaux-arts sont un langage.a) Une sculpture de Picasso peut ressembler à une statue africaine mais c'est au prix d'une totale méprise. L'histoire de l'art aussi bien que la classification des beaux-arts ne sauraient donc être fondées sur des considérations uniquement formelles : elles doivent être rattachées, pour devenir intelligibles, à l'histoire des civilisations dont elles...

2 pages - 1,80 ¤

Peut-on parler d'art populaire ?

Note : 7.3/10

a) Ce concept de l'« art » est un produit historiquement déterminé, inventé non pas pour unir les hommes mais pour les diviser : pour séparer, pour « distinguer » le peuple de ses « élites ». L'ésotérisme de « l'art contemporain » a porté à son comble cette fracture.b) Mais ce concept de l'art est, à l'évidence,...

2 pages - 1,80 ¤

Peut-on exercer sa liberté sans prendre de risque ?

Note : 7.3/10

C'est pourquoi il nous semble important de souligner que la liberté ne se manifeste qu'à travers l'action et qu'elle consiste, à l'instar des sciences, à avoir prise sur le réel et à modifier l'ordre du réel. En ce sens la liberté se constitue toujours contre quelque chose ou quelqu'un et, à l'image du progrès, n'est possible qu'en déjouant...

6 pages - 1,80 ¤

Peut-on se fier au sentiment de liberté ?

Note : 7.3/10

C'est-à-dire qu'il est « conditionné par sa classe «, « son salaire «, « la nature de son travail «, conditionné jusqu'à ses sentiments et ses pensées. Mais si l'homme ne peut pas choisir sa classe sociale, il peut se choisir lui-même dans sa « manière d'être «. Sartre lui-même reconnaît en 1940 qu'il...

5 pages - 1,80 ¤

Le corps est-il pour ma liberté un instrument ou un obstacle ?

Note : 7.3/10

3° Liberté du sage. État de celui qui est délivré des passions et agit à la lumière de la raison. Le postulat fondamental du problème repose sur l'opposition traditionnelle entre l'âme, l'esprit ou plus précisément « l'intellect «, et le corps (nous aurons à discuter de la rigueur et de la vérité d'un tel postulat). Le corps en...

2 pages - 1,80 ¤

Est-il juste d'affirmer que pour bien comprendre autrui il faut tenter de se mettre à sa place ?

Note : 7.3/10

. Sachant par expérience personnelle que le rire est le signe de la joie, je conclus en voyant mon voisin rire qu'il est joyeux. Cela s'appuie sur une conceptualisation donnée inconsciemment, fondée sur le principe de causalité qui veut que les mêmes causes produisent les mêmes effets, et c'est par une induction que j'arrive à cette conclusion que...

3 pages - 1,80 ¤

Peut-on revendiquer le droit au secret ?

Note : 7.3/10

Que le secret est un pouvoir sur autrui. La coquette se pare du secret, de l'inconnu, et de par ce silence qu'elle oppose au prétendant, se place comme inaccessible, lointaine car indéchiffrable. Cela nous a donné les plus beaux chants élégiaques, mais qu'est-ce à dire? Pouvoir sur les autres, puissance de mystification, de mythification, véritable chantage parfois, le...

2 pages - 1,80 ¤

Le sens de ce que l'on dit se réduit-il à ce que l'on veut dire ?

Note : 7.3/10

Cela pourrait venir du langage lui-même, de sa complexité et souvent de son imperfection. Nous avons parfois des difficultés à trouver « le mot juste », et le vocabulaire ne « colle » pas toujours à l'idée que nous voulons exprimer. De plus, les mots ont parfois un double sens, ou changent de signification suivant le contexte. Ainsi...

3 pages - 1,80 ¤

Quelle est la valeur éducative des mathématiques ?

Note : 7.3/10

, qui est proposée à notre réflexion.« En mathématique, disait Fourier, il n'y a pas de signes pour exprimer des notions confuses. » Les mathématiques ne sont-elles pas l'école de la rigueur par excellence? Eu dehors des mathématiques, nous nous contenterons bien souvent de pensées approximatives, d'intuitions grossières. C'est pourquoi le premier contact avec les mathématiques déconcerte toujours...

2 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 14437 14438 14439 14440 14441 14442 14443 14444 14445 14446 14447 14448 14449 14450 14451 14452 14453 14454 14455 14456 14457 14458 14459 14460 14461 14462 14463 14464 14465 14466 14467 14468 14469 14470 14471 14472 14473 14474 14475 14476 14477 14478 14479 14480 14481 14482 14483 14484 14485 14486 14487 14488 14489 14490 14491 14492 14493 14494 14495 14496 14497 14498 14499 14500 14501 14502 14503 14504 14505 14506 14507 14508 14509 14510 14511 14512 14513 14514 14515 14516 14517 14518 14519 14520 14521 14522 14523 14524 14525 14526 14527 14528 14529 14530 14531 14532 14533 14534 14535 14536

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit