LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Quelle relation la conscience entretient-elle avec ses objets ?

Le mot intentionnalité ne signifie rien d'autre que cette particularité foncière et générale qu'a la conscience d'être conscience de quelque chose.» (Méditations cartésiennes, 1929.) La «réduction phénoménologique» consiste à renoncer à la naïveté de croire que l'on peut s'interroger sur le monde directement, sans s'interroger sur la représentation du monde dans la conscience. Contre l'empirisme, Husserl se situe...

3 pages - 1,80 ¤

Peut-on être libre et obéir ?

Sujet 1044Peut-on être libre et obéir ? Définition des termes du sujet: Obéir: verbe transitif indirect  (latin oboedire, de audire, écouter).* Se soumettre à la volonté de quelqu'un, à un règlement, exécuter un ordre : Obéir à ses parents, à la loi.* Céder à une incitation, un sentiment, etc. : Obéir à ses instincts.* Répondre au mouvement commandé,...

8 pages - 1,80 ¤

Qu'est-ce qu'un citoyen libre ?

(plan détaillé) A) L'homme comme "animal politique" (Aristote). 1) Double nature de l'homme: à la fois voué à la satisfaction de ses besoins (survie) et tourné vers les autres hommes pour rechercher ensemble la "vie bonne": dimension politique de l'existence. 2) L'homme tire son humanité de son rapport "politique" aux autres hommes: être citoyen, c'est avant tout participer à la vie...

4 pages - 1,80 ¤

La liberté est-elle un fait ?

En le déclarant coupable (avec ou sans circonstances atténuantes), nous affirmons, en fait, qu'au moment où il a commis cet acte, il pouvait, malgré tout son passé, ne pas le commettre. On sait que Kant considère la causalité, non comme une réalité objective, mais comme un a priori de l'entendement humain. D'où l'idée que l'homme ne connaît pas...

2 pages - 1,80 ¤

Peut-on prouver la liberté ?

Nous avons tous le sentiment intérieur d'être libre de vouloir ou de ne pas vouloir, d'affirmer ou de nier, de choisir tel parti plutôt que tel autre. Les seuls obstacles à notre liberté nous paraissent extérieurs à nous-mêmes. Mais peut-on fonder la liberté sur un tel sentiment ? Comme le souligne Spinoza, notre croyance en notre liberté n'est...

9 pages - 1,80 ¤

Faut-il dire de l'homme qu'il est libre ou qu'il se libère ?

Cette certitude psychologique de la liberté se vérifie, de fait, dans le fonctionnement des sociétés. En effet, le fait que les crimes et les délits soient jugés et éventuellement punis indique un jugement sur la responsabilité des accusés. Or la responsabilité présuppose la liberté d'agir. On ne peut en effet déclarer un homme véritablement responsable d'une action que...

3 pages - 1,80 ¤

La liberté consiste-t-elle à accepter la nécessité ?

|| • Selon quelle(s) appréhensions de la liberté le problème d'une relation non « antithétique « entre la nécessité et laliberté peut-il se poser ?• Remarquer qu'il ne s'agit pas, en toute rigueur, purement et simplement de la nécessité mais « d'accepter la nécessité «.• S'agit-il de l'idée selon laquelle, par exemple, on ne peut se...

3 pages - 1,80 ¤

Le souci du bonheur est-il étranger à la morale ?

Note : 8/10

ÉPICURE lui-même fait consister le bonheur dans l'absence de douleur et la tranquillité de l'âme : « ne pas souffrir dans son corps et ne pas être troublé dans son âme «, telle est selon lui la vraie félicité et, tout comme PLATON, il déclare que, même soumis à la torture, jusque dans le...

4 pages - 1,80 ¤

Le bonheur nous manque parce que nous le désirons: qu'en pensez-vous ?

Note : 8/10

1) La thèse d'Epicure est que « le plaisir est la fin de la vie ». Cette définition de la fonction du plaisir est une position qui ne lui est pas personnelle mais qui renvoie plus généralement à la doctrine philosophique de l'épicurisme (« nous »). Quant à la « fin » de la vie, il faut entendre...

5 pages - 1,80 ¤

La mauvaise conscience est-elle chose bienfaisante ?

Note : 8/10

Si la conscience était à nos actions ce que l'instinct est à la conduite animale, nous ne pourrions lui résister. Mais, précisément, « tout » nous fait oublier cette voix de la nature. a Tout », c'est-à-dire l'éducation que nous recevons dans la société et qui, dès l'enfance, inculque des préjugés. La voix de la conscience n'est ni...

4 pages - 1,80 ¤

Quelle peut être l'origine de la conscience morale ?

Note : 8/10

7. - Originel : qui vient de l'origine (péché originel). MORAL(E):Moral: 1) qui concerne la morale. 2) qui est conforme aux règles de la morale; opposé à immoral.Morale: ensemble des règles de conduite -concernant les actions permises ou défendues- tenues pour universellement et inconditionnellement valables. La conscience vient du latin conscientia, qui signifie « accompagné » (cum) de «...

5 pages - 1,80 ¤

La morale nous contraint-elle ?

Note : 8/10

C'est pourquoi l'homme doit opposer sa conscience morale à ses passions et à ses instincts. La société ne peut pas être fondée sur la libre satisfaction des passions, mais sur leur régulation.] La nature est amorale La morale est en effet contraire à la nature, mais il faut qu'il en soit ainsi parce que la nature est amorale. Les animaux ne savent pas...

4 pages - 1,80 ¤

L'État doit-il être bienveillant ?

Note : 8/10

Dès lors il faut comprendre que la jouissance de nos droits comme l'exercice de nos libertés engendrent une créance sociale en ce qu'ils résultent d'une action collective, qui pour ne pas être concertée, n'en produit pas moins un patrimoine commun dont nous sommes les bénéficiaires. Il serait par conséquent aussi superficiel qu'erroné de...

5 pages - 1,80 ¤

L'État a-t-il pour but de maintenir l'ordre ?

Note : 8/10

2. - Catégorie, classe à laquelle appartiennent des personnes ou des choses hiérarchisées : l'ordre des médecins ; biol : groupe morphologique intermédiaire entre la classe et la famille. 3. - Rang ; degré dans une hiérarchie : infiniment petit du second ordre, un philosophe de premier ordre. 4. - Harmonie « Dieu ne fait rien hors de...

12 pages - 1,80 ¤

Une fin de la politique est-elle envisageable ?

Note : 8/10

La politique désigne sous son acception la plus générale l'organisation du vivre ensemble. Elle a pour but d'établir la meilleure organisation possible entre les hommes. Or tant que l'activité politique change les lois ou modifie un régime, il semble que cette fin au sens de but ne soit pas atteint. Atteindre son but pour la politique consisterait...

6 pages - 1,80 ¤

La politique n'est-elle qu'un simple savoir-faire ?

Note : 8/10

Car il y a force et force. Chaque animal dans le nature est ce qu'il est. Les espèces le font différent. Mais l'animal en l'homme est multiple. D'où cette extraordinaire galerie d'animaux : le loin, le loup, le renard. Tant qu'à être, la vanité du Prince se satisferait d'être lion, le roi des animaux. Mais dans la tripartition des animaux...

4 pages - 1,80 ¤

Quel rapport la politique entretient-elle avec la morale ?

Note : 8/10

Sur cette impuissance, nous dit-il, les hommes tirent des conclusions sur la nature de la justice, contre lesquelles il s'oppose. Les philosophes, en effet, au lieu de remettre en cause la relativité des conceptions du juste et de l'injuste, ne trouvent rien de mieux que d'essayer de la légitimer, ajoutant encore plus à la confusion.L'un, confondant la justice...

7 pages - 1,80 ¤

Les hommes sont-ils naturellement sociables ?

Note : 8/10

Qui refuserait d'indiquer la route à un homme égaré ? Ou de venir en aide à quelqu'un qui meurt de faim ? [...] Qui donc enfin n'entendrait avec horreur comme contraires à la nature humaine, des propos tels que ceux-ci : "Moi mort, que la terre soit livrée aux flammes ! " ou : "Que m'importe le reste,...

6 pages - 1,80 ¤

La société est-elle une contrainte pour l'individu ?

Note : 8/10

N'est-ce pas la société elle-même, au travers par exemple de modifications légales qui va d'elle-même permettre telle libération ? L'autorisation de la pilule contraceptive ou de l'avortement n'ont pas été sans débats ni heurts alimentés par le conservatisme mais c'est au final l'institution qui a tranché. Comment se libérer autrement qu'en s'autorisant d'une loi ? S'épanouir contre semble impossible, à...

3 pages - 1,80 ¤

Pourquoi le progrès scientifique n'a-t-il pas fait disparaître les religions ?

Note : 6/10

.../... Mais le progrès scientifique est-il vraiment la cause du déclin des religions ? De quelle science s'agit-il ? Toutes les sciences ? Et quelles religions ? Le Christianisme, l'Islam, le Bouddhisme, etc. On peut supposer, avec progrès scientifique, que la relation faîte avec la religion ne concerne que les pays développés. Le réel problème ce n'est pas pourquoi...

8 pages - 1,80 ¤

Croire et savoir ?

Note : 6/10

On peut, par exemple, croire en Dieu, tout en acceptant les théories scientifiques existantes. AVERROÈS: «Que la Loi divine invite à une étude rationnelle et approfondie de l'univers, c'est ce qui apparaît clairement dans plus d'un verset du Livre de Dieu.« La raison rejoint la croyance religieuse....

5 pages - 1,80 ¤

L'art nous éloigne-t-il du réel ?

Note : 6/10

C'est en s'éloignant le plus du réel empirique que l'art nous rapproche de ce qui est vraiment. L'essentiel n'est-il pas, en effet, invisible ? L'art nous dévoile ce qui est véritablement, dans son essence.  IntroductionDans leurs contrastes, les deux tableaux les plus célèbres du monde, la Joconde et Guernica, témoignent de l'opposition de deux esthétiques : au sourire énigmatique...

2 pages - 1,80 ¤

Que pensez-vous de cette formulation de Kant: "Le beau est ce qui plaît universellement sans concept" ?

Note : 6/10

. Comme la beauté est toujours saisie sur un objet concret, matériel, singulier, il n'y a pas de règles universelles du beau. Le jugement de goût n'est pas un jugement de connaissance.   ·  Troisième définition : « La beauté est la forme de la fïnalité d'un objet en tant qu'elle y est perçue sans la représentation d'une fin ».   Ce qui est beau a...

7 pages - 1,80 ¤

La beauté s'explique-t-elle ?

Note : 6/10

On peut toujours discuter de la beauté et le goût en matière d'art peut toujours se cultiver par l'exercice de la discussion et de la critique. On peut ainsi acquérir des renseignements sur la nature sociale et historique d'une oeuvre, ou encore sur les matériaux et les techniques employés par l'artiste, mais les concepts sont impuissants à nous...

4 pages - 1,80 ¤

Puis-je en même temps dire: "c'est beau" et "ça ne me plaît pas" ?

Note : 6/10

Il en va tout autrement du beau. Il ne viendrait à l'idée de personne de dire : « Cet objet est beau pour moi ». Si je qualifie une chose de belle, c'est précisément pour signifier que quiconque, la jugeant esthétiquement, devrait la trouver belle. En pareil cas, le principe : « à chacun selon son goût »...

5 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 14440 14441 14442 14443 14444 14445 14446 14447 14448 14449 14450 14451 14452 14453 14454 14455 14456 14457 14458 14459 14460 14461 14462 14463 14464 14465 14466 14467 14468 14469 14470 14471 14472 14473 14474 14475 14476 14477 14478 14479 14480 14481 14482 14483 14484 14485 14486 14487 14488 14489 14490 14491 14492 14493 14494 14495 14496 14497 14498 14499 14500 14501 14502 14503 14504 14505 14506 14507 14508 14509 14510 14511 14512 14513 14514 14515 14516 14517 14518 14519 14520 14521 14522 14523 14524 14525 14526 14527 14528 14529 14530 14531 14532 14533 14534 14535 14536 14537 14538 14539

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit