LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Suis-je plus ou moins libre ?

La liberté est mesurée par ces lois. Elles en déterminent les limites de telle sorte qu'à l'intérieur de ces limites on est libre, et qu'à l'extérieur de ces limites on n'est pas libre. Donnez deux exemple. Mais si les lois de la nature s'imposent universellement et sont identiques pour tous, par contre les lois de la société imposent...

7 pages - 1,80 ¤

Peut-on ne pas savoir ce que l'on fait ?

Note : 8.6/10

  voici un sujet qui nous interroge sur les limites de la connaissance, dans le domaine particulier de l'action. Est-il possible, en effet, de ne pas saisir, de façon précise et adéquate, dans toute leur ampleur et leurs conséquences, les actions que nous exerçons nous-mêmes sur la réalité, et que nous paraissons maîtriser? A priori, cet énoncé peut sembler...

14 pages - 1,80 ¤

Peut-on se donner pour règle morale de suivre la nature ?

Note : 8.6/10

• Le terme nature peut être pris en des acceptions différentes : 1. Certains parlent de nature « en l'homme « en tant qu'être psycho-organique : (« tendances «, « besoins «, « instincts «). Sens purement « naturaliste «.2. On a également considéré que la « nature de l'homme « intégral (l'homme com-pris dans la totalité de ses...

7 pages - 1,80 ¤

Y a-t-il des droits sans devoirs ?

Note : 8.6/10

"La loi est faite pour les faibles et pour le grand nombre. C'est donc par rapport à eux-mêmes et en vue de leur intérêt personnel qu'ils font la loi et qu'ils décident de l'éloge et du blâme. Pour effrayer les plus forts, les plus capables de l'emporter sur eux, et pour les empêcher de l'emporter en effet, ils...

5 pages - 1,80 ¤

Le temps libre est-il le temps de notre liberté ?

Note : 8.6/10

Les périodes de notre vie sur lesquelles ne pèse aucune obligation, où rien ne nous est imposé, où nous pouvons nous livrer au pur loisir, sont-elles celles pendant lesquelles peuvent se déployer sans contrainte nos choix, notre droit de dire oui ou non ? La difficulté de ce sujet réside entièrement dans les différents sens que vous attribuerez au...

2 pages - 1,80 ¤

Le bonheur est-il inaccessible à l'homme ?

Note : 8.6/10

L'objet de la « Dialectique « de la raison pure pratique, c'est le souverain bien , défini comme l'accord de la vertu et du bonheur, dont nous avons besoin en tant qu'êtres doués d'une sensibilité. La vertu et le bonheur sont liés dans le concept du souverain bien. Par suite, il faut déterminer la nature de cette liaison,...

15 pages - 1,80 ¤

La liberté est-elle absence de contrainte ?

Note : 8.6/10

Les arguments de Calliclès Faite par la masse, la loi en exprime forcément les intérêts et les valeurs. Elle n'est donc universelle qu'en apparence. Cette loi est un instrument d'oppression non par la force mais par un mécanisme d'intériorisation. Elle n'est donc juste qu'en apparence. Les valeurs prônées par cette loi n'ont pas de réalité propre :...

12 pages - 1,80 ¤

A quoi reconnaît-on l'humanité en chaque homme ?

Note : 8/10

Qu'autrui existe semble être pour la pensée contemporaine une évidence. Pourtant, l'idée d'un isolement de la conscience a longtemps persisté. C 'est, sans doute, parce que l'esprit des philosophes était obsédé par le problème de la recherche de la vérité. D'où l'opposition entre, d'un côté, le sujet connaissant et, de l'autre, le monde à connaître. Dans cette confrontation,...

5 pages - 1,80 ¤

Peut-on à la fois être libre et passionné ?

Note : 8/10

Les critiques adressées aux passions sont aussi diverses que les motifs de les exalter. Un inventaire exhaustif des griefs avancés au cours de l'histoire de la philosophie serait pour le moins fastidieux. Nous n'en retiendront que les plus significatifs, que nous classerons en fonction de leurs principes de référence. Ø Un premier critère est...

8 pages - 1,80 ¤

Peut-on désobéir aux lois ?

Note : 8/10

||Si le droit est toujours plus ou moins lié à des rapports de forces et si la loi consacre le pouvoir du plus fort, il en résulte que la légalité ne coïncide pas toujours avec la légitimité (ce qui est juste). Le droit ne peut donc être assimilé à ce qui a été ou à ce qui est...

10 pages - 1,80 ¤

Est-ce le droit qui fonde la justice ou la justice qui fonde le droit ?

Note : 8/10

Si le droit est toujours plus ou moins lié à des rapports de forces et si la loi consacre le pouvoir du plus fort, il en résulte que la légalité ne coïncide pas toujours avec la légitimité (ce qui est juste). Le droit ne peut donc être assimilé à ce qui a été ou à ce qui est...

9 pages - 1,80 ¤

L'exigence de la justice a-t-elle sa place dans les rapports économiques ?

Note : 6/10

||L'exigence de justice procède de la raison comme faculté de mesure, faculté des principes. Celle-ci exige que la valeur absolue de la personne soit respectée, que l'égalité, proportionnelle ou arithmétique selon les domaines, soit instaurée. S'il semble aller de soi que ces exigences ont leur place dans les rapports moraux et politiques entre les hommes, ce n'est pas le...

4 pages - 1,80 ¤

Peut-on critiquer la démocratie ?

Note : 6/10

On peut comprendre la question de deux façons: 1. en tant que citoyen d'une démocratie, a-t-on la possibilité (= le droit) de la critiquer? 2. quels sont les défauts du système démocratique (et comment, éventuellement, y remédier)? Dans le premier cas, la copie risque d'être courte; une fois souligné que l'avantage de la démocratie est aussi de reconnaître...

9 pages - 1,80 ¤

Suffit-il d'obéir aux lois pour être juste ?

Note : 10/10

||La loi est très diverse. Elle peut être positive, c’est-à-dire être écrite et concernant tout un peuple ; elle peut être naturelle, c’est-a-dire précéder toute loi écrite, elle peut être morale ou divine. Obéir à ces différentes lois semble être nécessaire pour être juste. Mais est-ce la seule condition à la justice ? Ne doit-on pas penser que...

10 pages - 1,80 ¤

Le travail est-il un droit ?

Note : 10/10

DROIT: a° Un droit: liberté d'accomplir une action (droit de vote); possibilité d'y prétendre ou de l'exiger (droit au travail, droit de grève). b° Le droit: ce qui est légitime ou légal, ce qui devrait être, opposé au fait, ce qui est. c° Ce qui est permis par des règles non écrites (droit naturel) ou par des règles dûment codifiées...

4 pages - 1,80 ¤

A quoi l'homme doit-il renoncer pour vivre en société ?

Note : 10/10

HOMME: Le plus évolué des êtres vivants, appartenant à la famille des homini­dés et à l'espèce Homo sapiens (« homme sage »). Traditionnellement défini comme « animal doué de raison », l'homme est aussi, selon Aristote, un « animal politique ». Ce serait en effet pour qu'il puisse s'entendre avec ses semblables sur le bon, l'utile et...

3 pages - 1,80 ¤

Pourquoi obéir aux lois ?

Note : 5.1/10

Un sujet très classique, mais aussi très synthétique, car le concept de loi s'il s'intègre dans le champ des connaissances expérimentales, appartient aussi à la sphère de l'éthique (on parle, en effet, de la loi morale), mais également à celle de la philosophie politique (la loi de l'Etat, etc.). Donc un effort de synthèse est à réaliser,...

5 pages - 1,80 ¤

Y a-t-il un intermédiaire entre savoir et ignorer ?

Note : 5.1/10

• « Je ne sais qu'une chose », répétait, paraît-il, Socrate, « c'est que je ne sais rien ». Affirmation évidemment mensongère, si l'on objecte que Socrate savait au moins, comme tout un chacun, respirer, marcher, parler..» qu'il disposait donc d'un « savoir » élémentaire ou pragmatique qui suffit à vivre et à vaquer à ses occupations ordinaires....

6 pages - 1,80 ¤

Pourquoi cherche-t-on à connaître ?

Note : 5.1/10

-La connaissance, c'est la représentation d'un objet à travers sa définition conceptuelle. Toute connaissance est saisie conceptuelle, et donc moyen de maîtrise sur tous les objets concrets qui tombent sous leur concept commun et saisi comme tel. -Poser la question "Pourquoi", c'est poser la question de la finalité de la connaissance : il s'agit de savoir qu'elle en est...

7 pages - 1,80 ¤

Peut-on se fier aux apparences ?

Note : 5.1/10

La phénoménologie, initiée par Husserl, a pour mot d'ordre le « retour aux choses mêmes « (Ideen) ; en effet, la phénoménologie constitue une doctrine philosophique qui part du principe que l'objet n'est rien d'autre que les phénomènes qui le manifestent. Ainsi, il n'y a plus d'opposition entre l'essence et l'apparence, ou entre la vérité et...

9 pages - 1,80 ¤

Peut-on dire: "à chacun sa vérité" ?

Note : 5.1/10

||La vérité est l'adéquation de la pensée aux choses, mais cela implique donc que la pensée est en adéquation avec ses choses. Elle qualifie un jugement, un énoncé, une opinion  [...] qui sont susceptibles d'être vrais ou faux. Tout acte de jugement et dénonciation de la part d'un individu présuppose que celui-ci connaît la vérité.   « A...

13 pages - 1,80 ¤

En quoi l'histoire est-elle à la fois un savoir indispensable et une science impossible ?

Note : 9/10

Le nez de Cléopâtre, s'il eût été plus court, toute la face de la terre aurait changé. (Pensées) Pascal défend ici l'idée d'une histoire gouvernée par le hasard où de petites causes peuvent changer profondément le cours des évènements. A rapprocher de cette autre citation : Cromwell allait ravager toute la Chrétienté; la famille royale était perdue, et...

6 pages - 1,80 ¤

Faut-il croire que l'histoire a un sens ?

Note : 9/10

||Le déclin des idéologies en cette fin du XXe siècle est lié à l'effondrement des millénarismes, des attentes qui leur donnaient sens. La foi en un avenir radieux semble perdue, et l'histoire des luttes et des passions qui ont animé les peuples semble vaine. Ce désenchantement, cette fin des utopies politiques, s'accompagne d'une crise de l'idée de sens...

5 pages - 1,80 ¤

Peut-on considérer que la science et la philosophie nous délivrent des mythes ?

Note : 9/10

||1) En apparence, la philosophie nous délivre du mythe, la science nous délivre de la philosophie.  On entendra ici par « mythe « un récit imaginaire correspondant à une étape prélogique de la pensée : ainsi nous qualifions de mythe une histoire fausse qui nous mystifie.  a) Le mythe est à entendre comme fabulation primitive, étape préphilosophique et préscientifique du...

8 pages - 1,80 ¤

Les théories scientifiques sont-elles de libres créations de l'esprit ?

Note : 9/10

||En quoi les théories scientifiques sont-elles apparemment contraintes par les lois de la réalité qu'elles sont censées uniquement représenter ? Qu'est-ce qui fait cependant que la nature théorique des sciences suppose une prééminence de l'esprit ainsi que sa liberté ? Comment cependant concevoir cette liberté sans pour autant faire des théories scientifiques de pures inventions ? Étudiez à...

2 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 14437 14438 14439 14440 14441 14442 14443 14444 14445 14446 14447 14448 14449 14450 14451 14452 14453 14454 14455 14456 14457 14458 14459 14460 14461 14462 14463 14464 14465 14466 14467 14468 14469 14470 14471 14472 14473 14474 14475 14476 14477 14478 14479 14480 14481 14482 14483 14484 14485 14486 14487 14488 14489 14490 14491 14492 14493 14494 14495 14496 14497 14498 14499 14500 14501 14502 14503 14504 14505 14506 14507 14508 14509 14510 14511 14512 14513 14514 14515 14516 14517 14518 14519 14520 14521 14522 14523 14524 14525 14526 14527 14528 14529 14530 14531 14532 14533 14534 14535 14536

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit