LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Qui parle quand je dis "je" ?

(« Introduction à la psychanalyse »).Le but de la cure est donc de faire que le patient, au lieu de subir un conflit dont il n'a pas la maîtrise, puisse prendre conscience de celui-ci. Un conflit qui existe mais n'est pas posé ne peut être résolu. Seule la claire conscience des désirs qui agitent le patient, et...

4 pages - 1,80 ¤

Suffit-il pour être soi-même, d'être différent des autres ?

L'affirmation de soi passe le plus souvent par la recherche d'une identité propre, différente de celle des autres. Mais tous en cela se ressemblent. La prise en compte de l'universalité de l'humaine condition conduit à la vraie richesse intérieure. Affirmer sa personnalité, c'est s'opposer à tout ce qui n'est pas conforme à elle. Cependant,...

17 pages - 1,80 ¤

La perception est-elle déjà une science ?

« Que je songe à un beau visage, les yeux ou d'autres traits, qui m'auront le plus frappé, s'offriront d'abord ; et ce sera relativement à ces premiers traits que les autres viendront prendre place dans mon imagination« (ibid., II, 2, 22). La perception du plus régulier ouvre la voie à la perception du plus dissymétrique, le familier...

7 pages - 1,80 ¤

Suffit-il de devenir le maître de ses pensées pour l'être de ses sentiments ?

Note : 5.1/10

||A propos des passions, une des questions classiques de la philosophie est celle de la maîtrise de soi. Si je suis entièrement maître des pensées qui viennent directement de mon âme, comme ma volonté, comment faire pour être maître de celles qui sont l'effet de l'action des choses sur moi? L'action de l'âme, c'est-à-dire essentiellement la volonté, peut-elle...

4 pages - 1,80 ¤

Mieux vaut se perdre dans la passion qu'avoir perdu toute passion ?

Note : 5.1/10

La question de savoir qu'elles sont les inclinations bonnes, rationnelles, et quelle est leur subordination, se transforme en l'exposé des rapports que produit l'esprit en se développant lui-même comme esprit objectif. Développement où le contenu de l'ipso-détermination [Cette expression spécifie que l'esprit se réalise et se détermine lui-même selon des lois rationnelles] perd sa contingence ou son arbitraire....

4 pages - 1,80 ¤

Peut-on justifier une opinion ?

Note : 5.1/10

Fort peu. Dans le champ du social, comme dans celui de la méthode ou de la science, l'opinion conçue comme conjecture doit généralement être balayé. Il exprime un certain état de mon corps ou de mon milieu culturel. Que désigne l'opinion ? Un jugement recueilli par expérience, à partir d'un minimum d'élaboration personnelle, en bref un simple avis...

4 pages - 1,80 ¤

Faut-il protéger ou respecter la nature ?

Note : 5.1/10

Et le terme de respect ne peut pas être galvaudé.On peut élargir la notion de respect et l'appliquer à la création de celui qui est lui-même objet de respect. Ainsi les oeuvres d'art sont-elles, parmi toutes les productions humaines, celles qui suscitent en nous le plus fort respect, parce qu'à nos yeux, elles témoignent de l'incomparable génie de...

5 pages - 1,80 ¤

Y a-t-il un sens à parler de pratiques contre nature au sujet de l'homme ?

Note : 5.1/10

A l'inverse, les pratiques moralement proscrites sont déclarées contre nature. N'a-t-on jamais entendu dire de l'inceste ou de l'homosexualité qu'ils étaient contre nature? N'a-t-on jamais entendu cette expression à propos d'un sadique sexuel ou de parents qui battent leurs enfants ? Cette manière de parler est-elle fondée ? Y a-t-il un sens à parler de pratiques contre nature au...

3 pages - 1,80 ¤

Tout ce qui est naturel est-il normal ?

Note : 5.8/10

A ce titre, Durkheim souligne que le crime par exemple peut être qualifié de normal puisque se produisant régulièrement dans une société. C'est ici qu'il est possible de disjoindre normalité et norme : le crime ne répond pas aux normes d'une société, pour autant il est naturel et normal puisqu'il a une fonction dans celle-ci.   La norme s'oppose à la...

6 pages - 1,80 ¤

La mort n'est rien pour nous. Qu'en penser ?

Note : 5.8/10

||Que désigne «nous«: nous les hommes ?; nous mêmes ?; nous, les philosophes ?De même, que faut-il entendre par la mort ? L'état qui succède à la vie, et qui se caractérise cliniquement par l'arrêt des principales fonctions vitales (respiratoires, cardiaques, cérébrales) ? Le passage d'un état dans un autre, marqué par tous les mots de la langue...

9 pages - 1,80 ¤

La pensée de la mort importe-t-elle à la vie ?

Note : 5.8/10

La mort marque donc une faiblesse de notre puissance d'existence face aux autres puissances du monde. Penser à la mort est donc une pensée néfaste : il faut plutôt pour Spinoza consacrer l'effort de l'entendement à concevoir des rencontres positives dans le monde, rencontres qui viendraient soutenir notre désir de conservation. II La pensée de la mort comme négation...

5 pages - 1,80 ¤

Peut-on affirmer que le monde a un ordre ?

Note : 5.8/10

Plan I-                   L'ordre : une propriété intrinsèque du monde   ·         Deux types de pensée philosophique affirment que le monde a, de manière essentielle et ontologique, un ordre, à savoir d'un côté les finalistes et les mécanismes. ·         Ordre finalisé : Platon raconte dans le Phédon comment Socrate avait été d'abord enthousiasmé par ce qu'il avait entendu dire de la philosophie d'Anaxagore (présocratique) qui affirmait que « c'est...

5 pages - 1,80 ¤

Faut-il vraiment renoncer à chercher l'origine et la destination de l'univers ?

Note : 5.8/10

||  L\'exigence métaphysique de la vie spirituelle ne peut se contenter de la modestie des prétentions de la science qui se contente de décrire des phénomènes, faute de pouvoir en expliquer les causes ultimes. L\'étonnement face au mystère du monde ne peut se satisfaire de vérités partielles.  ||...

2 pages - 1,80 ¤

Y a-t-il un devoir de mémoire ?

Note : 5.8/10

|| Le devoir est une notion morale. On appelle devoir l'acte qui revêt pour moi la forme d'une obligation. Pour le sujet qui est obligé, le devoir se caractérise par son aspect impératif : «Il faut«. D'autre part, le devoir fixe mes obligations envers moi-même et envers autrui. Quand on doit quelque chose à quelqu'un, le caractère de l'obligation...

6 pages - 1,80 ¤

Pourquoi les hommes éprouvent-ils le besoin de commémorer leur passé ?

Note : 7/10

||Toute commémoration a pour but de revivre un instant historique et décisif dans l’histoire d’un pays. La commémoration à parfois des airs de fête, d’autres signalent des moments plus sombres de l’histoire d’un pays, elle rend hommages aux morts et aux combattants. A première vue ces commémorations se justifie par le besoin que l’homme éprouve de se souvenir...

3 pages - 1,80 ¤

L'oubli est-il une déficience de la mémoire ?

Note : 7/10

Notre passé nous paralyserait, s'il était à tout moment présent à notre esprit.Ne plus retrouver un mot, un souvenir, est vécu comme une déficience de la mémoire, alors que c'est le signe d'une activité structurante et sélective qui opère à notre insu. Le trouble de la remémoration peut être signe de perturbations inconscientes, donc névrotiques. Ce que vous savez❑...

6 pages - 1,80 ¤

La vérité mathématique est-elle le modèle de toute vérité ?

Note : 7/10

|| Le rapport mathématiques/vérité est complexe: il peut avoir plusieurs sens. Les mathématiques peuvent être considérées, par exemple comme un modèle de méthode pour la connaissance (les enchaînements) ou comme donnant un modèle d’évidence (l’intuition), et donc comme la reine des sciences...|| 1) les mathématiques sont un modèle de cohérence... En un...

7 pages - 1,80 ¤

La contradiction n'est-elle que dans les idées, ou peut-elle se trouver également dans les choses ?

Note : 7/10

La rigueur veut que l'on passe des prémisses à la conclusion, alors que la passion a déjà souvent choisi la conclusion, et construit à rebours les prémisses dont elle a besoin. C'est la logique de la mauvaise foi. C'est ce que l'on appelle aussi la pétition de principe. Le fondement de l'affirmation ne fait l'objet d'aucune analyse et...

4 pages - 1,80 ¤

La revendication de l'égalité menace-t-elle la liberté ?

Note : 7/10

Le sens du mot « égalité » est moins net, et pour répondre à la question posée, nous passerons en revue ses diverses acceptions. I. - FORMES D'ÉGALITÉ COMPATIBLES AVEC LA LIBERTÉ. A. Les auteurs de la maxime républicaine avaient en vue l'égalité civile, c'est-à-dire des droits égaux pour tous d'accéder à la propriété et aux fonctions publiques. Dans ce...

5 pages - 1,80 ¤

Existe-t-il une contradiction entre l'affirmation de la liberté humaine et l'affirmation scientifique du déterminisme ?

Note : 7/10

b) Poser un dualisme fondamental entre la matière et l'esprit. La nature, le monde de la matière, est le lieu d'un déterminisme rigoureux, tandis que l'esprit, la pensée, est celui de la liberté. Cf. le dualisme cartésien : en tant que corps, l'homme appartient à la nature et est soumis à ses lois, mais en tant qu'âme, que...

4 pages - 1,80 ¤

Peut-on forcer quelqu'un à être libre ?

Note : 7/10

Avec Nietzsche nous avons vu que l'on peut en un sens forcer quelqu'un à devenir libre. Mais lorsque l'on a affaire à un sujet constitué, peut-on le forcer à être libre. La possibilité doit être ici interrogée en un sens moral, c'est-à-dire qu'il s'agit de répondre à la question de savoir s'il est légitime...

4 pages - 1,80 ¤

En quoi le langage est-il spécifiquement humain ?

Note : 5.1/10

||Critiquant les vues de Montaigne et de Charron qui avançaient « qu'il y a plus de différences d'homme à homme, que d'homme à bête «, Descartes observait : « il est fort remarquable que la parole ne convient qu'à l'homme seul « (Lettre au marquis de Newcastle, Lettres, P.U.F., p. 161). Le langage serait le...

6 pages - 1,80 ¤

Le silence ne dit-il rien ?

Note : 5.1/10

Psychanalyse freudienne et langage." Ca parle là où ça souffre": cet aphorisme de Jacques Lacan souligne la liaison étroite entre le langage et la psychanalyse. Lapsus, rêves, cure, tout se joue autour de la question du langage et de sa signification.La révolution psychanalytique part d'une constatation dont toute l'oeuvre de Freud s'efforce d'administrer la preuve en étendant ses...

7 pages - 1,80 ¤

Les mots peuvent-ils rendre compte de la nature des choses ?

Note : 5.1/10

||Nous pensons à l'aide de concepts que nous exprimons par des mots. Le risque est de confondre les mots et les choses: il ne suffit pas de désigner un objet pour que notre représentation soit correcte. Il y a ici un risque d'illusion qu'une démarche méthodique doit dépasser. Partons d'une évidence : les mots ne sont pas les choses....

5 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 14440 14441 14442 14443 14444 14445 14446 14447 14448 14449 14450 14451 14452 14453 14454 14455 14456 14457 14458 14459 14460 14461 14462 14463 14464 14465 14466 14467 14468 14469 14470 14471 14472 14473 14474 14475 14476 14477 14478 14479 14480 14481 14482 14483 14484 14485 14486 14487 14488 14489 14490 14491 14492 14493 14494 14495 14496 14497 14498 14499 14500 14501 14502 14503 14504 14505 14506 14507 14508 14509 14510 14511 14512 14513 14514 14515 14516 14517 14518 14519 14520 14521 14522 14523 14524 14525 14526 14527 14528 14529 14530 14531 14532 14533 14534 14535 14536 14537 14538 14539

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit