LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Peut-on reconnaître à l'homme une place particulière dans la nature ?

La place qu'occupe l'homme dans l'univers est-elle centrale, sa position est-elle de supériorité, celle d'un maître et possesseur de la nature ? Ou bien n'est-elle que celle d'un être naturel parmi les autres? Et s'il y a supériorité de sa position, en quoi consiste cette supériorité et est-elle fondée ? Légitime ? La question "peut-on reconnaître à l'homme une...

12 pages - 1,80 ¤

Peut-on parler de nature humaine ?

|| Parler de nature humaine, c'est parler d'une essence universelle de l'homme, c'est dire qu'il existe un certains nombre de caractéristiques communes à tous les hommes sans restriction. C'est donc dire qu'il existe une définition de l'homme qui s'appliquerait à tous et à chacun d'entre eux sans reste. Or, lorsqu'on observe les hommes, ce qu'on voit, ce n'est pas...

11 pages - 1,80 ¤

On dit souvent pour expliquer ou même excuser un comportement humain : "c'est naturel". Que faut-il en penser ?

On dit souvent pour expliquer ou même excuser un comportement humain : "C'est naturel.". Que faut-il en penser ? Définitions des termes de la question. Expliquer, c'est rendre compte, donner les raisons cad les raisons d'un acte. Excuser, c'est innocenter, pardonner.Comportement humain : toute action accomplie par un homme que cette action soit volontaire ou non.Naturel...

3 pages - 1,80 ¤

Y a-t-il du désordre dans la nature ?

CONSEILS PRATIQUESVous devez vous attarder longuement sur les définitions des notions de nature et de désordre. Faites bien apparaître, en ce qui concerne ce dernier concept, le caractère partiellement subjectif qui est sien. Un plan dialectique, prenant en compte le déterminisme de la nature, peut alors être développé.BIBLIOGRAPHIEEdgar MORIN, La méthode, tome 1, Points-Seuil. I- QUELLE ANALYSE POUR CE...

6 pages - 1,80 ¤

En quoi peut-on dire d'autrui qu'il est à la fois le plus proche et le plus lointain ?

Par l'expérience d'autrui et le sentiment de coexistence, je sors de ma solitude originelle (Husserl).b. La distance ou la proximité avec l'autre s'éprouve de manière affective, et me rend vulnérable.II. Ma relation à autrui comme découverte d'une identité : autrui est un autre moi.a. Par certains sentiments (la pitié), je reconnais le même dans l'autre. b. Cette ressemblance...

3 pages - 1,80 ¤

A quoi reconnaît-on l'humanité en chaque homme ?

La distinction s'établit ici facilement avec l'ANIMAL.Parmi ces traits : la parole, les sentiments supérieurs (religieux notamment) ... 2 - Réponse par la QUALITE EMINENTEParmi toutes les qualités humaines, une seule se détache, suffisante à elle seule à garantir l'humanité de l'homme : sens moral, activité scientifique, sens esthétique. B - LA RECHERCHE D'UN INDEFINISSABLECes traits sont des traits POSITIFS,...

5 pages - 1,80 ¤

Peut-on penser la vie sans référence à la mort ?

Non pas...La mort est une naissance à l'envers. Comme le suicide, une pulsion positive. La Mort, inversement de naissance, naissance inversée! Et aucunement, absence de naissance: naissance opposée, dans un autre sens, dans une autre direction, une force inverse. Comme la haine est amour (et non absence de) négatif; la laideur, beauté négative; l'erreur, vérité négative. En ce...

9 pages - 1,80 ¤

Faut-il redouter la mort ?

Épictète, Manuel, vers 130 apr. J.-C. « En s'occupant de philosophie comme il convient, on ne fait pas autre chose que de rechercher la mort et l'état qui la suit. » Platon, Phédon, Ive s. av. J.-C. « Ce qui trouble les hommes, ce ne sont pas les choses, mais les opinions tranchées qu'ils ont sur les...

4 pages - 1,80 ¤

Peut-on triompher de la mort ?

Ils ne savent pas ce qui les attend et craignent confusément que des souffrances terribles ne leur soient infligées, peut-être en punition de leurs actes terrestres. Les chrétiens, par exemple, imagineront que quiconque à mal agi et n'a pas obtenu le pardon de  Dieu  ira rôtir dans les flammes de l'enfer. La peur de...

4 pages - 1,80 ¤

La mort abolit-elle le sens de l'existence ?

Introduction La mort apparaît spontanément comme le strict opposé de notre existence : elle rompt tout lien avec le monde et autrui, toute perception, opposant son néant à la pleine présence au monde caractérisant notre vie. Mais la mort ne se réduit pas à ce pur fait de néant : elle se définit aussi par la certitude de sa...

11 pages - 1,80 ¤

Le souci de soi recommande-t-il seulement d'être heureux ?

            Le souci de soi doit donc aussi ménager un oubli de soi, c'est-à-dire que le sujet doit parfois savoir entrer de plain pied dans le réel et se heurter aux résistances qu'il rencontre : le réel est garantie par celle-ci, autrement dit faire l'épreuve du réel c'est aussi faire l'épreuve de l'échec. A chacun d'apprendre à faire quelque...

4 pages - 1,80 ¤

L'indifférence est-elle immorale ?

Ce sont encore des impératifs de l'habileté. Ils disent comment atteindre telle fin. Ils ne s'occupent que des moyens, pas des fins. Ces impératifs sont non moraux au sens où ils n'appartiennent pas au domaine de la morale (on emploie alors le terme d' « amoral »), mais non pas au sens où ils seraient contraires à la morale (on emploie...

3 pages - 1,80 ¤

La vertu peut-elle s'enseigner ?

||  La vertu est considérée comme une disposition qui porte à faire le bien, au détriment du mal. Au premier rang des vertus, on place traditionnellement la sagesse, la justice, la piété, le courage et la tempérance, que l'on nomme « vertus cardinales « en référence à leur unicité et universalité supposées. La question est ici de savoir si, à la...

5 pages - 1,80 ¤

La morale a-t-elle un rôle à jouer dans les sciences ?

Toute vérité est-elle bonne à divulguer ? Ne peut-il pas aussi à l'occasion prévoir quels usages peuvent être faits de ses découvertes ? Peut-il se voir, dans ces conditions, attribuer une responsabilité lorsque des conséquences indésirables découlent de ses travaux ? Comment doit-il réagir lorsque ses travaux sont financés par des institutions dont les finalités n'ont rien de...

4 pages - 1,80 ¤

Le savoir exclut-il toute forme de croyance ?

Note : 8.3/10

||Le savoir et la croyance, en leur sens le plus large, ont un point commun : chacun prétend délivrer une vérité.Les théories scientifiques prétendent dégager certaines lois régulières expliquant les phénomènes physiques, ou bien établir indubitablement des démonstrations mathématiques.C'est pourquoi le savoir semble destiné à faire disparaître la croyance, partout où elle règne encore.Pourtant, le progrès considérable du...

7 pages - 1,80 ¤

Peut-on être plus ou moins libre ?

Note : 8.3/10

• L'homme, dit Sartre, est condamné à être libre. Faut-il comprendre, comme à propos d'une condamnation ordinaire, que la liberté est plus ou moins lourde à assumer ? Une telle interprétation inviterait à admettre que la liberté est plus ou moins présente, dans le quotidien et le comportement. Mais l'existence de la liberté est-elle...

11 pages - 1,80 ¤

La liberté est-elle limitée par la nécessité de travailler ?

Note : 8.3/10

La source de la nécessité est la nature en ce sens qu'elle ne dépend pas de nous.Il ne faut pas confondre la nécessité, la contrainte et l'obligation.La contrainte est l'exercice d'une force qui soumet ma volonté et me prive de ma liberté ; tandis que l'obligation suppose la reconnaissance d'une nécessité morale (d'un devoir) à laquelle je consens...

8 pages - 1,80 ¤

Etre libre, est-ce être autonome ?

Note : 8.3/10

Et encore, ce sont là deux cas parmi des milliers d'autres à citer ! Eh bien, Xerxès et son père ont agi, j'en suis sûr, conformément à la nature du droit - c'est-à-dire conformément à la loi, oui, par Zeus, à la loi de la nature -, mais ils n'ont certainement pas agi en respectant la loi que...

7 pages - 1,80 ¤

De quoi suis-je responsable ?

Note : 8.3/10

Aussi, se refuser à reconnaître que c'est à l'exercice de telles actions particulières que sont dues les dispositions de notre caractère est le fait d'un esprit singulièrement étroit. En outre, il est absurde de supposer que l'homme qui commet des actes d'injustice ou d'intempérance ne souhaite pas être injuste ou intempérant. Et si, sans avoir l'ignorance pour excuse,...

7 pages - 1,80 ¤

Si le droit est relatif aux temps et aux lieux, faut-il renoncer à l'idée d'une justice universelle ?

Note : 9.5/10

La formulation de la question appelle deux remarques. * La question est au conditionnel : elle repose sur une hypothèse (" Si le droit est relatif au temps et au lieu"). Il faudra donc établir cette hypothèse en introduction, avant de poser le problème du sujet. *Elle est introduite par l'expression " faut-il". Or la forme verbale " il...

12 pages - 1,80 ¤

Y a-t-il nécessairement des imperfections dans le langage ?

Note : 9.5/10

Penser aux usages poétiques scientifiques, ou philosophiques du langage par exemple pour montrer comment la notion de perfection peut être déterminée différemment et atteinte de différentes façons. DÉVELOPPEMENT Dire qu'il y a des imperfections dans le langage, c'est se poster d'un point de vue normatif par rapport à celui-ci. Si le langage est défini comme une...

5 pages - 1,80 ¤

Les mots cachent-ils les choses ?

Note : 9.5/10

  1.      Comment se fait connaitre la chose ? « Ce que nous appelons sensation est à l'origine de toutes les pensées. [...] La cause de la sensation réside dans le corps extérieur, ou objet, qui produit une impression sur chacun des sens appropriés » Thomas Hobbes, Léviathan. ·         Selon Hobbes, le corps extérieur est à l'origine de toute sensation, Cette même sensation est aussi à...

5 pages - 1,80 ¤

Le langage permet-il seulement de communiquer ?

Note : 9.5/10

Identification de la problématique. D'une part la communication est plus large que le langage, en ce qu'elle ne présuppose pas nécessairement la pensée consciente : les animaux (les abeilles, les dauphins) communiquent, sans pour autant « se parler «. D'autre part, nous-mêmes pouvons tout à fait nous passer du langage articulé pour communiquer avec autrui. Par nos gestes ou...

7 pages - 1,80 ¤

On oppose souvent les actes et les paroles. Cette opposition vous paraît - elle pertinente ?

Note : 10/10

Il semble que plusieurs raisons, plusieurs expériences pratiques, nous font opposer les actes et les paroles. Néanmoins, il s’agit de se demander si cette opposition est légitime et si elle peut fournir une opposition conceptuelle intéressante. Pour bien juger de la pertinence de cette opposition, il faut mettre en crise la pré-compréhension de ce qu’est une parole, de...

6 pages - 1,80 ¤

Peut-on tout justifier ?

Note : 10/10

On trouve, dans la tradition sophistique, l'opinion selon laquelle toute cause peut être défendue, la bonne comme la mauvaise.Les sophistes enseignent d'ailleurs l'art oratoire, essentiellement pratiqué dans les procès et les délibérations publiques.Mais la sophistique, comme le pointe Platon, prend garde d'enraciner cette position axiologique dans une théorie de la connaissance, que l'on peut, avec François Châtelet, nommer...

4 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 14472 14473 14474 14475 14476 14477 14478 14479 14480 14481 14482 14483 14484 14485 14486 14487 14488 14489 14490 14491 14492 14493 14494 14495 14496 14497 14498 14499 14500 14501 14502 14503 14504 14505 14506 14507 14508 14509 14510 14511 14512 14513 14514 14515 14516 14517 14518 14519 14520 14521 14522 14523 14524 14525 14526 14527 14528 14529 14530 14531 14532 14533 14534 14535 14536 14537 14538 14539 14540 14541 14542 14543 14544 14545 14546 14547 14548 14549 14550 14551 14552 14553 14554 14555 14556 14557 14558 14559 14560 14561 14562 14563 14564 14565 14566 14567 14568 14569 14570 14571

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit