LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Peut-on dire d'un acte qu'il est inhumain ?

Note : 5.8/10

Se demander si l'on peut dire qu'un acte est inhumain suppose l'existence d'une nature humaine. L'inhumain serait alors ce qui va à l'encontre de cette même nature, en tant qu'il bajoue ses principes. Mais peut-on être vraiment sûr qu'il existe une nature humaine? Si ce n'est pas le cas, quelle serait donc la valeur...

10 pages - 1,80 ¤

L'éphémère a-t-il de la valeur ?

Note : 5.8/10

Selon la réponse apportée, notre destinée sera éclairée sous un jour bien différent. 2) DiscussionA. L'éphémère n'a pas de valeur, laquelle s'attache soit à la durée, soit à l'éternité (thèse). l'éphémère ? Ce terme n'est pas, dans la langue courante, valorisé : est éphémère ce qui est sans lendemain, sans futur, sans avenir. Le langage est, à cet...

3 pages - 1,80 ¤

L'art peut-il nous affranchir de l'ordre du temps ?

Note : 5.8/10

La beauté échappe au temps Toute oeuvre d'art exprime une forme de la beauté ou de la vérité humaine. Or la beauté et la vérité sont des essences immuables, universelles et intemporelles. Voilà pourquoi une conscience occidentale du XXIe siècle peut encore être fascinée par les peintures rupestres de Lascaux ou par des masques...

5 pages - 1,80 ¤

Etre temporels nous fait-il libres ou esclaves ?

Note : 5.8/10

Entraîné dans le temps, je suis confronté à mon « non-être ». Mon présent m'échappe; mon passé est déjà in- , existant et mon futur, qui n'est pas encore, est, lui aussi, souffle ténébreux. Donc si, en tant qu'être temporel, je suis non-être, je saisis ici mes limites. Le temps est cause de mon impuissance car il me...

3 pages - 1,80 ¤

Tout s'en va-t-il avec le temps ?

Note : 5.8/10

Notre vécu, notre expérience, notre univers ?Le temps n'est-il pas formé de non-être ? Et s'il désignait le négatif à l'état pur, de telle sorte que tout s'en aille avec le temps ? Le temps, radicale puissance de destruction ? Pouvoir de division ou bien soubassement du dynamisme créateur ? Tel est un des problèmes essentiels. A. Tout s'en...

2 pages - 1,80 ¤

Qu'est-ce qu'un homme seul ?

Note : 5.8/10

La foi ne vit plus de la réitération publique de ses incarnations, elle perd la parole pour faire place au silence terrible où l'individu ne sait plus distinguer entre le commandement divin et l'intimité personnelle. C'est donc dans « la crainte et le tremblement « que la décision éthique trouvera son fondement. Fondement sans fond... abîme de l'intériorité....

6 pages - 1,80 ¤

Peut-on être plus ou moins libre ?

Note : 5.1/10

Examen de l'énoncé. * "peut-on": la question porte sur la possibilité de fait, et non sur la possibilité morale. * "on": cet indéfini autorise à envisager le problème sous différents angles. On, ce peut être un individu pris dans sa situation concrète, l'individu comme représentant le genre humain ou les hommes considérés dans leur diversité culturelle. * "plus ou moins":...

10 pages - 1,80 ¤

Le bonheur est-il inaccessible à l'homme ?

Note : 7/10

Examen de l'énoncé. * Le bonheur: notion complexe où se mêlent des aspects contradictoires. L'étymologie amène à penser le bonheur comme un don de la fortune et comme un état passager non maîtrisable. La notion est pourtant définie comme un état durable de pleine satisfaction. De quelle nature est cette satisfaction ? Quelle y est la place du...

17 pages - 1,80 ¤

Avons-nous des devoirs envers nous-mêmes ?

Note : 7/10

On comprend facilement qu'il y ait des devoirs envers autrui en premier lieu les devoirs civiques prescrits par les lois sociales que la réflexion morale entérine. En effet la vie sociale ne va pas sans règles qui définissent les droits et les devoirs de chacun, et le premier devoir est le respect de ces droits. Nous sommes devant...

6 pages - 1,80 ¤

Avoir le droit pour soi suffit-il pour être juste ?

Note : 7/10

Définition des termes du sujet: Juste : qui est conforme au droit et à l'égalité des personnes. DROIT:a° Un droit: liberté d'accomplir une action (droit de vote); possibilité d'y prétendre ou de l'exiger (droit au travail, droit de grève). b° Le droit: ce qui est légitime ou légal, ce qui devrait être, opposé au fait, ce qui est. c° Ce qui est...

9 pages - 1,80 ¤

Quelle est la fonction première de l'État ?

Note : 7/10

La question s'impose donc de déterminer à quelles conditions le pouvoir de l'État est légitime, c'est-à-dire juste. A cette question on peut répondre de deux manières. Les uns tendent à considérer la nécessité du pouvoir de l'État comme suffisant à le légitimer, et dans son origine, et dans son mode d'exercice. Le fait qu'il...

7 pages - 1,80 ¤

Les hommes ne vivent-ils en société que par intérêt ?

Note : 7/10

C'est le sens de la définition d'Aristote : l'homme est un animal politique. De fait, si c'est une tendance naturelle qui fait se joindre l'homme et la femme en vue de la génération, c'est aussi naturellement que se constitue la famille, société élémentaire, puis le regroupement des familles en villages, et enfin la Cité qui regroupe les villages....

4 pages - 1,80 ¤

A quoi reconnaît-on une attitude religieuse ?

Note : 7/10

 Examen de l'énoncé. "Reconnaître": identifier un être à partir de ce qui le manifeste extérieurement."Attitude": geste, conduite."Religion": ensemble solidaire de croyances et de pratiques relatives à des choses sacrées. On peut distinguer la religion comme institution sociale et la religion comme sentiment et croyance personnels. Reformulation. Peut-on identifier une attitude religieuse à travers ses manifestations objectives et observables ? Au-delà de...

2 pages - 1,80 ¤

L'expérience de la beauté passe-t-elle nécessairement par l'oeuvre d'art ?

Note : 7/10

- Sens concret : objet du jugement esthétique ; ce qui provoque une émotion esthétique par l'harmonie des formes, l'équilibre des proportions. 3. - (Par ext.) Ce qui suscite une idée de noblesse, de supériorité morale (un beau geste). 4. - Pour KANT, le jugement de goût ne détermine pas son objet en le...

2 pages - 1,80 ¤

L'expression "règne de la technique" signifie-t-elle l'absence de toute autre forme de pouvoir ?

Note : 7/10

Vocabulaire Le mot "Technique" désigne aussi l'ensemble des objets artificiels et des machines. Le mot "règne" suggère l'idée d'un envahissement, mais aussi celle d'une domination. En quel sens la technique exerce-t-elle une domination ? * Pouvoir : capacité de contraindre, d'imposer une volonté. * Toute autre forme de pouvoir : il peut s'agir du pouvoir politique, du pouvoir de la science, du...

3 pages - 1,80 ¤

Le travail contribue-t-il à unir les hommes ou à les diviser ?

Note : 5.4/10

|| Analyse des terme: Le travail: l'activité intelligente que l'homme exerce sur la nature pour satisfaire ses besoins. Le travail produit de la richesse. Il est en même temps transformation de la nature et formation de l'homme. Contribuer: non pas être cause de, mais être facteur qui favorise.Unir: faire union. Tisser des liens qui rapprochent. Ces liens peuvent être...

7 pages - 1,80 ¤

Les règles de la logique limitent-elles la liberté de l'esprit ?

Note : 5.4/10

VOCABULAIRE: RÈGLE: Proposition indiquant la manière de se conduite (prescription morale) ou la démarche à suivre pour obtenir un certain résultat (règles de l'art). LOGIQUE: a) Comme nom, science des lois de la pensée. b) Comme adjectif, se dit d'un discours dans lequel les arguments s'enchaînent de façon cohérente. LIBERTÉ:...

3 pages - 1,80 ¤

Peut-on être indifférent à la vérité ?

Note : 5.4/10

Ainsi que le rappelle Husserl, savoir que la Terre tourne autour du Soleil n'empêche nullement de continuer à penser ou à dire quotidiennement le contraire : une vérité, même scientifiquement incontestable, ne s'impose pas en permanence à l'esprit, pour peu que la pratique invite à d'autres croyances. Mais cette forme d'indifférence quotidienne à la vérité semble peu grave,...

6 pages - 1,80 ¤

Les sciences humaines nous disent-elles ce qu'est l'humanité ?

Note : 5.4/10

W. DILTHEY : Le monde de l'esprit.M. HEIDEGGER : Etre et temps. (introduction)J.P. SARTRE : L'existentialisme est un humanisme.IV - LES FAUSSES PISTES Il ne faut pas :* s'enfermer dans une énumération empirique des sciences humaines, sans réflexion conceptuelle sur la scientificité.* prendre "humanité" au sens de : ensemble des humains, et non au sens de : concept relatif...

3 pages - 1,80 ¤

La morale a-t-elle un rôle à jouer dans les sciences ?

Note : 5.4/10

Quelle finalité, celle de la connaissance ou celle des usages qu'on peut en faire ? Cela dépend-il du savant ? * Démarche possible. Partir de l'indépendance apparente des deux notions-clés et justifier qu'on ne peut s'y tenir. Dans un premier moment on peut s'interroger sur la pertinence de la question du fait que les sciences visent la connaissance tandis que...

2 pages - 1,80 ¤

Pour connaître, suffit-il de bien observer ?

Note : 5.4/10

||Il s'agit d'une question portant à une réflexion d'ordre épistémologique. Le terme connaître renvoie donc à la connaissance scientifique, et plus précisément aux sciences qui supposent une certaine observation, savoir les sciences de la nature et les sciences expérimentales (physique, biologie, etc.). Observer signifie regarder avec attention. Ce qui est d'ailleurs renforcé par l'adverbe : "bien". On notera...

2 pages - 1,80 ¤

La recherche du vrai dans les sciences doit-elle se passer du concours de l'imagination ?

Note : 5.4/10

Par ailleurs, si le contact avec la chose permet de l'examiner sous de multiples aspects pour en affiner l'observation, l'image est plate et ne laisse pas scruter son contenu. "L'objet de la perception déborde constamment la conscience ; l'objet de l'image n'est jamais rien de plus que la conscience qu'on en a ; il se définit par cette...

5 pages - 1,80 ¤

Pourquoi nous trompons-nous ?

Note : 8/10

On pourrait parvenir à la même conclusion en se référant à ce que Descartes appelle "prévention", principale source de nos erreurs parce qu'elle nous rend victimes des préjugés qui viennent de l'enfance, de l'illusion, de l'inattention, ou des pièges du langage. Lire : Descartes, Les Principes de la Philosophie, première partie, art. 71 à 74. Conclure : l'homme est initialement...

5 pages - 1,80 ¤

Le langage permet-il seulement de communiquer ?

Note : 6/10

||Quotidiennement, nous n'en finissons pas d'utiliser le langage, pour discuter, échanger des informations, acheter un journal ou une revue (qui nous donnera à lire encore du langage), donner un avis, lire un mode d'emploi, etc. Au point que vivre sans le langage nous paraît pratiquement inconcevable : le recours à un langage de substitution par signes gestuels chez...

7 pages - 1,80 ¤

Peut-on triompher de la mort ?

Note : 8/10

Une réflexion sur la mort a un caractère paradoxal puisqu'elle n'existe que quand je n'existe plus ! Personne ne peut développer le savoir objectif sur la mort. En effet, comme l'a montré Kant, une connaissance de la mort est impossible car elle se situe en dehors de l'expérience possible, et donc hors des limites de la connaissance humaine....

6 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 14462 14463 14464 14465 14466 14467 14468 14469 14470 14471 14472 14473 14474 14475 14476 14477 14478 14479 14480 14481 14482 14483 14484 14485 14486 14487 14488 14489 14490 14491 14492 14493 14494 14495 14496 14497 14498 14499 14500 14501 14502 14503 14504 14505 14506 14507 14508 14509 14510 14511 14512 14513 14514 14515 14516 14517 14518 14519 14520 14521 14522 14523 14524 14525 14526 14527 14528 14529 14530 14531 14532 14533 14534 14535 14536 14537 14538 14539 14540 14541 14542 14543 14544 14545 14546 14547 14548 14549 14550 14551 14552 14553 14554 14555 14556 14557 14558 14559 14560 14561

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit