LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

La guerre est-elle absurde ?

On voit ici que celui-ci n'est pas un vain principe mais qu'il peut influer sur le devenir de l'histoire humaine.3) "Et si notre fin [...] puisqu'elle est un devoir."L'extrait s'achève sur une deuxième conséquence du constat qui se situe ici plus sur un plan moral. En tant qu'elle est un devoir, la maxime...

7 pages - 1,80 ¤

La violence a-t-elle un rôle dans l'histoire ?

En ce qui concerne Freud, la violence est moins posée comme à l'origine du monde qu'à celle de l'homme et de ses comportements : pulsion de destruction ou "libido négative qui fait luire à nouveau la notion héraclitéenne de la discorde" dit Lacan. Freud affirme avec d'autres une tendance naturelle à l'agressivité, à la destruction qui cohabite avec...

10 pages - 1,80 ¤

La parole est-elle un pouvoir ?

A tel point que le fait de nommer, de qualifier un Pouvoir, lui donne sa cohérence, sinon son existence: qui dit monarchie se met en mesure d'élaborer le système monarchique, formule la série des concepts qui se trouvent mis dans la langue. Toutes les institutions majeures ont pour rôle de tester et d'élaborer le langage du Pouvoir. L'un...

3 pages - 1,80 ¤

Le pouvoir politique est-il nécessairement violent ?

Le pouvoir politique, qui s'incarne dans l'État, détient le monopole de la violence légale. Nul citoyen n'a droit d'user de violence en dehors des règles strictement établies par l'État. Mais de ce que l'État représente la seule source de violence habilitée à se dire légitime, peut-on conclure que l'État est nécessairement et toujours porteur de violence ? Cette...

3 pages - 1,80 ¤

La démocratie, tyrannie de l'incompétence. Que penser de cette affirmation ?

Note : 5.1/10

À cet égard, les démocraties de fait semblent critiquables lorsque de l'intérieur elles pervertissent l'idéal démocratique. Faut-il alors conclure que la capacité de se critiquer elles-mêmes est pour les démocraties existantes une urgence et une nécessité? 1) La démocratie n'est pas en droit critiquable : il serait contradictoire d'invalider le seul pouvoir politique qui soit légitime en son origine...

5 pages - 1,80 ¤

Est-il dans la nature de l'État de refuser les différences ?

Note : 5.1/10

||La question du juste et de l'injuste est de celles qui provoquent de vives réactions. Chacun se sent agressé lorsqu'il a le sentiment de n'avoir pas été traité d'une façon comparable aux autres. Dès lors, il peut sembler qu'un accord unanime peut être aisément obtenu entre les individus qui composent une communauté: les personnes doivent être traitées d'une...

6 pages - 1,80 ¤

L'État est-il plus à craindre que l'absence d'Etat ?

Note : 5.1/10

Qu'est-ce que serait l'absence d'État ? Quand l'absence d'état pourrait-elle devenir préférable ? Une société sans État n'est pas nécessairement une société désorganisée (Lévi-Strauss) : elle existe juste sans cette forme bien particulière d'organisation qu'est l'État. Il faut distinguer trois types de sociétés sans État : - l'état de nature, qui est un état théorique, développé chez Hobbes...

4 pages - 1,80 ¤

Est-il contradictoire de reconnaître des différences et de désirer l'égalité des individus ?

Note : 5.1/10

Chacun manifeste, en effet, sa subjectivité qui est la sienne propre. Dès lors, je ne peux pas être égal, substituable par mon voisin ou mon ami. Ma différence, ma singularité est intrinsèque même à mon essence. - De plus, affirmer ou désirer l'égalité, c'est vouloir niveler les différences et en définitive les nier. Ce contre quoi Nietzsche s'élèvera de...

3 pages - 1,80 ¤

Une société sans conflits est-elle possible ? Est-elle souhaitable ?

Note : 7.5/10

Le risque est la torpeur des individus et, à terme la décadence. [Une société heureuse et juste est une société sans conflits. Tous les gouvernements tentent d'établir la paix et la justice sociales. Les individus peuvent éviter les conflits en se soumettant à la volonté générale et en oeuvrant pour le bien commun. La société sans classes mettra fin...

9 pages - 1,80 ¤

A quoi servent les lois ?

Note : 7.5/10

.../... Sitôt que c'est la force qui fait le droit, l'effet change avec la cause; toute force qui surmonte la première succède à son droit." Il suffit d'échapper à la force pour en avoir le droit, puisque, selon ce principe, le plus fort a toujours raison. Un droit qui disparaît sitôt que s'éclipse la force...

9 pages - 1,80 ¤

Peut-on affirmer que l'utopie est nécessaire ?

Note : 7.5/10

Thomas More, titre complet de L'Utopie, 1516. « La cité qu'il faut placer au premier rang, la cité dont la constitution et les lois sont les meilleures, est celle où régnera le plus complètement possible dans la vie sociale sous toutes ses formes l'antique maxime d'après laquelle tout doit être réellement commun entre amis. « Platon,...

5 pages - 1,80 ¤

Crise et progrès s'excluent-ils toujours l'un l'autre ?

Note : 7.5/10

||Le sens commun tient volontiers la crise pour un phénomène uniquement négatif, une période de régression ; le plus souvent d'ailleurs sans avoir aucune idée claire de ce qu'il faut entendre par crise. Inversement, comme le faisait remarquer Cournot, la croyance dans le progrès prend des allures de foi religieuse. Une analyse concrète et approfondie des notions communes...

4 pages - 1,80 ¤

L'esprit religieux n'existe-t-il que dans les religions ?

Note : 7.5/10

. »   Expliquons ces termes qui cernent le champ de la métaphysique avec rigueur. Bien que la métaphysique soit apparentée à la religion par son objet (il s'agit de l'âme, du monde comme totalité, de Dieu) elle en diffère par sa méthode. La religion repose sur la révélation alors que la métaphysique prétend nous enseigner par les seules forces de...

7 pages - 1,80 ¤

Les progrès des sciences expérimentales vont-ils à l'encontre de la foi religieuse ?

Note : 7.5/10

Par leurs objets, leurs démarches, leurs buts ultimes, ces deux approches du monde suivent des axes contraires. Cette contradiction peut se lire dans l'histoire réelle des conflits entre les Églises et le monde scientifique; la fameuse « affaire Galilée » n'en est qu'un épisode spectaculaire.Mais peut-on parler d'une véritable guerre d' « influences » entre religion et sciences...

5 pages - 1,80 ¤

Pourquoi ce qui nous déplait dans la vie nous plait-il dans une oeuvre d'art ?

Note : 7.5/10

A propos de cet état d'exaltation, Aristote fait référence explicitement au sens thérapeutique du terme: «certains individus ont une réceptivité particulière pour cette sorte d'émotions [l'enthousiasme], et nous voyons ces gens-là, sous l'effet des chants sacrés, recouvrer leur calme comme sous l'action d'une cure médicale ou d'une purgation. » Est-ce pour lui, une manière de retrouver le lieu commun...

7 pages - 1,80 ¤

Peut-on reprocher à une oeuvre d'art de ne rien vouloir dire ?

Note : 7.8/10

||La raison d'être d'une œuvre d'art ne semble pouvoir être définie sans donner lieu à toutes sortes de controverses, voire de malentendus — comme l'atteste, dans la critique d'art, la diversité des appréciations portées sur une même œuvre. En fait, tout jugement porté sur une œuvre engage une certaine conception des critères distinctifs de...

7 pages - 1,80 ¤

En quel sens peut-on dire d'une oeuvre d'art qu'elle est vraie ?

Note : 7.8/10

Une oeuvre sera d'autant plus vraie que son auteur se tournera vers les réalités idéales (cf. Timée 28 a). En ce sens cf. J. Joyce : « L'art ne doit nous révéler que des idées, des essences spirituelles dégagées de toute forme » (Ulysse). b) La vérité d'une oeuvre d'art réside dans son « naturel », c'est-à-dire, selon Kant,...

2 pages - 1,80 ¤

Est-il possible, dans le domaine des arts, d'avoir tort ou raison lorsqu'on dit: "c'est beau" ?

Note : 5.5/10

Ce n'est pas comme éprouver. J'éprouve une sensation et je n'en tire pas de conclusion alors que je juge quelque chose et j'essaie d'en déduire quelque chose. L'acte de juger suppose l'idée de trancher entre A et B. Et ici, dans les domaines des arts, si je juge une oeuvre c'est pour trancher entre : elle est belle, elle...

2 pages - 1,80 ¤

La beauté est-elle dans le regard ou dans la chose regardée ?

Note : 5.5/10

||Soit, en face de moi, un objet qui me procure une jouissance esthétique. Je dirai par exemple: "cette fleur est belle" ou "ce tableau est beau". Ce jugement, par lequel j'attribue la beauté à un objet, est moins clair qu'il n'y paraît. Dois-je penser que la beauté est une propriété intrinsèque à cette fleur regardée ? La beauté...

3 pages - 1,80 ¤

Peut-on en toute rigueur parler des "miracles" de la technique ?

Note : 5.5/10

L'idée selon laquelle la technique (il vaudrait mieux dire : les techniques) réaliserait des miracles est aujourd'hui bien banale; c'est un lieu commun journalistique, qui tend d'ailleurs depuis quelque temps à s'effacer devant la dénonciation des méfaits du progrès technique (pollution, nuisances). La banalité certaine de cette idée n'enlève toutefois rien à sa force dans l'opinion courante, prompte à...

4 pages - 1,80 ¤
1 page - 1,80 ¤

Peut-on distinguer de vrais et de faux besoins ?

Note : 10/10

|| Si les besoins naturels sont dits vrais, et les besoins artificiels faux, c'est que l'on présuppose que l'homme "vrai" est l'homme naturel. Tous les artifices qu'il s'ajoute (et d'abord, les produits qu'il fabrique), et tous les besoins qu'il se crée, seraient en quelque sorte contre nature. Notre problématique consiste à interroger ce présupposé. Qui nous dit en...

3 pages - 1,80 ¤

Pourquoi parler du travail comme d'un droit ?

Note : 10/10

||Pourquoi le travail intervient-il dans le domaine du droit ? N'est-il pas indépendant du droit ? La question du droit au travail se pose à partir du moment où on définit des choses élémentaires comme les droits de l'homme. Historiquement le droit au travail n'est d'ailleurs venu qu'après, et Tocqueville en tant que député a participé dans les...

8 pages - 1,80 ¤

Qu'est-ce qu'un esclave ?

Note : 10/10

Esclave: Du latin médiéval sclavus, « slave «.Personne placée sous l'autorité et la dépendance absolue d'un maître qui peut disposer d'elle comme de n'importe quel bien. Chez Hegel, la conscience qui, dans la lutte à mort qui l'oppose à une autre conscience, préfère la vie à la liberté et s'affirme dans la dépendance à autrui.Chez Nietzsche, l'homme faible,...

5 pages - 1,80 ¤

Comment comprendre l'expression "l'erreur est humaine" ?

Note : 10/10

||Une formulation assez originale d'un sujet classique sur la vérité et l'erreur. Celle-ci est-elle une composante intrinsèque de la condition humaine, et l'homme peut-il lutter contre elle ? Cherchez à bien caractériser chacune des attitudes philosophique ( ou pratiques) qui se dessinent derrière les trois interprétations. Dans le cas de la condamnation, examinez...

4 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 14687 14688 14689 14690 14691 14692 14693 14694 14695 14696 14697 14698 14699 14700 14701 14702 14703 14704 14705 14706 14707 14708 14709 14710 14711 14712 14713 14714 14715 14716 14717 14718 14719 14720 14721 14722 14723 14724 14725 14726 14727 14728 14729 14730 14731 14732 14733 14734 14735 14736 14737 14738 14739 14740 14741 14742 14743 14744 14745 14746 14747 14748 14749 14750 14751 14752 14753 14754 14755 14756 14757 14758 14759 14760 14761 14762 14763 14764 14765 14766 14767 14768 14769 14770 14771 14772 14773 14774 14775 14776 14777 14778 14779 14780 14781 14782 14783 14784 14785 14786

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit