LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Gustave CAILLEBOTTE: DANS UN CAFÉ

Au Salon des Indépendants de 1880, Caillebotte présente cette scène de café aux effets d'optique étonnants. Elle fascinera tellement les experts qu'ils reconstitueront le schéma du café à partir de l'angle de vision du peintre. En 1880, Caillebotte peint de nombreuses scènes d'intérieur et des vues de Paris. ...

1 page - 1,80 ¤

Gustave CAILLEBOTTE: PÉRISSOIRES

Passionné de canotage, Caillebotte le pratique fréquemment sur l'Yerres, au sud de Paris. Ces week-ends tranquilles sur la rivière lui inspirent une série de tableaux vers la fin des années 1870. Dès les premières expositions impressionnistes, Caillebotte se distingue de ses amis par ses effets de perspective et sa palette sombre. ...

1 page - 1,80 ¤

Gustave CAILLEBOTTE: VUE DE TOITS, EFFET DE NEIGE

Caillebotte, qui vient de perdre trois membres de sa famille, exprime ici toute la tristesse de son âme : des toits enneigés écrasés par un ciel lourd d'angoisse... C'est durant sa période la plus impressionniste que Gustave Caillebotte peint cet effet de neige sur les toits parisiens, reflet de son chagrin. ...

1 page - 1,80 ¤

Gustave CAILLEBOTTE: LE PLONGEUR

Les scènes de baignade ou de canotage ont inspiré à Caillebotte de nombreux tableaux pleins de fraîcheur. Il lui suffisait d'ouvrir les fenêtres de sa maison, à Gennevilliers, pour apercevoir les baigneurs ou les canotiers profitant des premiers rayons du soleil. Habitué à séjourner dans la maison familiale au bord de a Seine, Caillebotte manifeste rapidement une prédilection pour...

1 page - 1,80 ¤

Gustave CAILLEBOTTE: LE PONT DE L'EUROPE

Témoin du bouleversement architectural de Paris, Caillebotte peint ce pont qui enjambe les voies de chemin de fer. Vision industrielle d'une capitale en pleine mutation. Avec cette oeuvre qui célèbre le renouveau de Paris, Gustave Caillebotte s'intéresse à une ville remodelée par les grands travaux entrepris sous le règne de Napoléon III. ...

1 page - 1,80 ¤

Gustave CAILLEBOTTE: LES RABOTEURS DE PARQUET

Comme Degas avant lui, Caillebotte donne une vision très photographique d'ouvriers au travail. La critique y voit l'oeuvre d'un peintre social ! Refusée en 1875 par le jury du Salon officiel, l'oeuvre fut présentée à l'exposition impressionniste de 1876. Le tableau lui attira d'emblée une très grande notoriété et son admission au sein du groupe. ...

3 pages - 1,80 ¤

Théo Van RYSSELBERGHE: MADAME MAURICE DENIS AU KAKEMONO

« Une fleur épanouie », voilà comment Suzanne Barazotti, biographe de Maurice Denis, définit Marthe, la femme du grand peintre. Théo Van Rysselberghe nous livre de cette mère de sept enfants un portrait fidèle et réaliste. Francs-tireurs de leur art, attirés l'un par l'Ecole de Pont-Aven, l'autre par le mouvement néo-impressionniste, Maurice Denis et Théo Van Rysselberghe exposèrent dans...

1 page - 1,80 ¤

Charles CAMOIN: LA PLACE AUX HERBES À SAINT-TROPEZ

C'est au cours de son premier séjour à Saint-Tropez que Camoin peint cette scène estivale tout en finesse et en légèreté. Pendant l'été 1905, Camoin séjourne à Saint-Tropez avec son ami Albert Marquet. Ils y peignent dans la bonne humeur des vues du village et les filles du bar des Roses. «Le temps se passe ici à sucer des...

1 page - 1,80 ¤

Charles CAMOIN: JARDIN A SAINT-TROPEZ

Cette vue de la propriété de Georges Grammont est une des oeuvres les plus somptueuses de Camoin. Grammont l'admirait tellement qu'il la légua au musée de l'Annonciade, à Saint-Tropez. Camoin avait fait la connaissance de l'amateur d'art Georges Grammont en 1935. Pour la plus grande joie du peintre, cet industriel lyonnais lui avait acheté d'emblée deux toiles. ...

1 page - 1,80 ¤

Charles CAMOIN: LE PORT DE CASSIS

Camoin, le Méridional, n'aimait rien de mieux qu'installer son chevalet au bord de la mer, au côté de son ami Marquet. En pleine période fauve, il nous livre cette oeuvre sobre et discrète. Au début des années 1900, Camoin peint souvent avec son ami Albert Marquet à Marseille, Saint-Tropez ou Cassis. S'il participe à la première exposition fauve en...

1 page - 1,80 ¤

Charles CAMOIN: LA PLACE DU MARCHÉ, TOULON

Pendant de longues années, Camoin sillonne la côte varoise à la recherche de nouveaux motifs. A Toulon, il installe son chevalet près de l'église Saint-François un jour de marché. Toute la Provence... Dans les années 1900, Camoin visite fréquemment Cassis, Toulon, Antibes et Saint-Tropez avec son ami Albert Marquet. Les deux peintres plantent leur chevalet en plein air et...

1 page - 1,80 ¤

Charles CAMOIN: VUE DE SAINT-TROPEZ

Dès 1905, Camoin tombe amoureux du petit port de pêche méditerranéen. Il y restera fidèle toute sa vie et peindra toujours cette lumière avec autant d'intensité. Charles Camoin laissera d'innombrables toiles magnifiant la beauté de la presqu'île des Maures. Malheureusement, un grand nombre d'entre elles ont été volées pendant la Seconde Guerre mondiale. Les collectionneurs ont parfois la joie...

1 page - 1,80 ¤

Sartre, L'Existentialisme est un humanisme.

Ils estiment que l'existence précède l'essence [...] Que faut-il au juste entendre par là? Lorsque l'on considère un objet fabriqué, comme par exemple [...] un coupe-papier, cet objet a été fabriqué par un artisan qui s'est inspiré d'un concept [...] Nous dirons donc que, pour le coupe-papier, l'essence [...] précède l'existence [...I Nous avons [...] là une vision...

1 page - 1,80 ¤

Bergson, Le Rire.

Quand nous éprouvons de l'amour ou de la haine, quand nous nous sentons joyeux ou tristes, est-ce bien notre sentiment lui-même qui arrive à notre conscience avec les mille nuances fugitives et les mille résonances profondes, qui en font quelque chose d'absolument nôtre ? Nous serions alors tous romanciers, tous poètes, tous musiciens. Mais le plus souvent, nous...

1 page - 1,80 ¤

Freud, Cinq leçons sur la psychanalyse.

Le passage expliqué est à la fin de la troisième leçon, dont l'objet est d'expliquer les principes d'interprétation des rêves et des actes manqués. Le psychanalyste se distingue par sa foi dans le déterminisme de la vie psychique. Celle-ci n'a, à ses yeux, rien d'arbitraire ni de fortuit ; il imagine une cause particulière là où, d'habitude, on. n'a...

1 page - 1,80 ¤

Nietzsche, Sur la vérité et le mensonge au sens extra-moral.

Note : 5.5/10

En tant qu'il est un moyen de conservation pour l'individu, l'intellect développe ses forces principales dans la dissimulation ; celle-ci est en effet le moyen par lequel les individus plus faibles, moins robustes, subsistent en tant que ceux à qui il est refusé de mener une lutte pour l'existence avec des cornes ou avec des mâchoires aiguës d'une...

1 page - 1,80 ¤

Marx, L'Idéologie allemande.

Note : 5.5/10

La production des idées, des représentations et de la conscience est d'abord directement et intimement mêlée à l'activité matérielle des hommes, elle est le langage de la vie réelle [...] Ce sont les hommes qui sont les producteurs de leurs représentations, mais les hommes réels, agissants, tels qu'ils sont conditionnés par un développement déterminé de leur force productive...

1 page - 1,80 ¤

Kant, Idée d'une histoire universelle d'un point de vue cosmopolitique.

Note : 5.5/10

La raison, dans une créature, est le pouvoir d'étendre les règles et les desseins qui président à l'usage de toutes ses forces bien au-delà de l'instinct naturel, et ses projets ne connaissent pas de limites. Mais elle n'agit pas elle-même instinctivement : elle a besoin de s'essayer, de s'exercer, pour s'avancer d'une manière continue d'un degré d'intelligence à...

42 pages - 1,80 ¤

Kant, Seconde introduction à la Critique de la raison pure.

Note : 5.5/10

On admettait jusqu'ici que toute notre connaissance devait se régler sur les objets ; mais les essais pour établir à leur endroit quelque chose a priori par des concepts, par quoi notre connaissance eût été étendue, n'aboutissaient, dans cette hypothèse à rien. Que l'on essaie donc une fois de voir si nous ne serions pas plus heureux dans...

1 page - 1,80 ¤

Rousseau, Discours sur l'origine et le fondement de l'inégalité parmi les hommes.

Note : 5.5/10

Tout animal a des idées puisqu'il a des sens ; il combine même ses idées jusqu'à un certain point : et l'homme ne diffère à cet égard de la bête que du plus au moins. [...] Ce n'est donc pas tant l'entendement qui fait parmi les animaux la distinction spécifique de l'homme que sa qualité d'agent libre. La...

1 page - 1,80 ¤

Rousseau, Du Contrat social, livre I : « Du droit du plus fort »

Note : 5.5/10

Le plus fort n'est jamais assez fort pour être toujours le maître, s'il ne transforme sa force en droit et l'obéissance en devoir. De là le droit du plus fort ; droit pris ironiquement en apparence et réellement établi en principe. Mais ne nous expliquera-t-on jamais ce mot ? La force est une puissance physique ; je ne...

1 page - 1,80 ¤

Descartes, Méditations métaphysiques.

Note : 5.5/10

Je me suis persuadé qu'il n'y avait rien du tout dans le monde..., ne me suis-je donc pas aussi persuadé que je n'étais point ? Non certes, j'étais sans doute si je me suis persuadé, ou seulement si j'ai pensé quelque chose ; mais il y a un je ne sais quel trompeur très puissant et très rusé...

1 page - 1,80 ¤

Machiavel, Le Prince.

Note : 5.5/10

Un prince, et surtout un prince nouveau, ne peut exercer impunément toutes les vertus de l'homme moyen, parce que l'intérêt de sa conservation l'oblige souvent à violer les lois de l'humanité, de la charité, de la loyauté et de la religion. [...] Il doit savoir persévérer dans le bien, lorsqu'il n'y trouve aucun inconvénient, et s'en détourner lorsque...

1 page - 1,80 ¤

Épicure, Lettre à Ménécée: La mort

Note : 5.5/10

Maintenant habitue-toi à la pensée que la mort n'est rien pour nous, puisqu'il n'y a de bien et de mal que dans la sensation et que la mort est absence de sensation. Par conséquent, si l'on considère avec justesse que la mort n'est rien pour nous, l'on pourra jouir de sa vie mortelle. On cessera de l'augmenter d'un...

1 page - 1,80 ¤

Platon, La République.

Note : 5.5/10

À chaque partie du monde correspond l'une des parties ou opérations de l'âme. Elle le comprend ainsi, en dépit de la différence qui existe entre le sensible et l'intelligible. Platon l'explique en décrivant le réseau d'analogies leur permettant de se rapporter l'un à l'autre. Rappelons donc, pour comprendre ce texte, qu'une analogie est une proportion, c'est-à-dire une égalité de...

1 page - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 16418 16419 16420 16421 16422 16423 16424 16425 16426 16427 16428 16429 16430 16431 16432 16433 16434 16435 16436 16437 16438 16439 16440 16441 16442 16443 16444 16445 16446 16447 16448 16449 16450 16451 16452 16453 16454 16455 16456 16457 16458 16459 16460 16461 16462 16463 16464 16465 16466 16467 16468 16469 16470 16471 16472 16473 16474 16475 16476 16477 16478 16479 16480 16481 16482 16483 16484 16485 16486 16487 16488 16489 16490 16491 16492 16493 16494 16495 16496 16497 16498 16499 16500 16501 16502 16503 16504 16505 16506 16507 16508 16509 16510 16511 16512 16513 16514 16515 16516 16517 16518 16519 16520 16521 16522 16523 16524 16525 16526 16527 16528 16529 16530 16531 16532 16533 16534 16535 16536 16537 16538 16539 16540 16541 16542 16543 16544 16545 16546 16547 16548 16549 16550 16551 16552 16553 16554 16555 16556 16557 16558 16559 16560 16561 16562 16563 16564 16565 16566 16567 ... 17517 17518 17519 17520 17521 17522

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit