LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

L'avènement du national-socialisme.

Hitler, né en Autriche en 1889, combattant dans un régiment bavarois, se montre, dès 1919, ardemment nationaliste et reste dans l'armée jusqu'en 192o. Il adhère alors au minuscule parti ouvrier allemand, qu'il va transformer en parti national-socialiste. Les débuts sont très difficiles, mais l'agitation de droite favorise Hitler, qui, en novembre 1923, tente de créer à Munich un...

1 page - 1,80 ¤

La République de Weimar.

La Constitution de Weimar, compromis entre socialistes et modérés, est un peu socialiste et très unitaire : le Reich est une république divisée en « pays » et pourvue d'un gouvernement central fort : — président, élu au suffrage universel pour sept ans, qui choisit les ministres et le chancelier ; — chancelier, chargé de diriger le gouvernement ; — Reichstag,...

6 pages - 1,80 ¤

La révolution allemande.

La défaite allemande venant après les souffrances de la guerre, une agitation ouvrière (que Lénine a encouragée) éclate dans tout le pays. Après l'abdication de Guillaume II, le 9 novembre, un Conseil provisoire de six commissaires du peuple, présidé par le socialiste Ebert, est constitué. Il manque d'autorité, et, en se déclarant partisan d'une république constitutionnelle, il se...

1 page - 1,80 ¤

Le régime fasciste.

Mussolini — qui a beaucoup lu et subit l'influence des théoriciens de l'autorité et du nationalisme (Maurras, Nietzsche, les pangermanistes) et de certains socialistes (Proudhon, Sorel) — veut créer une nouvelle forme de gouvernement et un esprit nouveau, l' « esprit fasciste », discipliné et « dynamique », que résume la devise : « croire, obéir, combattre ». L'État...

1 page - 1,80 ¤

L'avènement du fascisme en Italie.

Après la guerre — qui lui a coûté 700 000 morts l'Italie est dans une situation tragique. La misère et le chômage font éclater une crise sociale, surtout dans le Nord, où se forment des soviets. Les hommes politiques au pouvoir (Nitti, Bonomi...) sont des libéraux, hostiles aux réformes profondes, mais sans autorité. Les socialistes veulent une révolution...

2 pages - 1,80 ¤

L'évolution intérieure de l'U.R.S.S.

Lénine meurt en janvier 1924. Staline, secrétaire général du parti communiste depuis 1921, lui succède à la direction de fait de l'U. R. S. S., qu'il exercera jusqu'à sa mort, en 1953. L'oeuvre de STALINE présente trois traits principaux : élimination des « trotskystes », qui veulent tout sacrifier à la révolution mondiale (1927-1929), puis d'une opposition de « droite...

1 page - 1,80 ¤

La fondation de l'U.R.S.S.

L'énergie de Lénine sauve la Russie de l'anarchie en organisant la révolution. Le communisme de guerre rétablit l'ordre et restaure le travail, grâce au dévouement des membres du parti, à une police sévère, à des procédés dictatoriaux (censure, exécutions, confiscations), et à un régime économique étatisé. ...

1 page - 1,80 ¤

Lénine

Étudiant noble gagné aux idées révolutionnaires et déporté en Sibérie, Vladimir Ilitch Oulianov Lénine passe en Suisse et en France les années de l'avant-guerre et de la guerre, jusqu'en 1917. Ce long contact avec la civilisation occidentale, où le socialisme se développe librement (c'est l'époque vivante de la deuxième Internationale), lui dorme une...

2 pages - 1,80 ¤

La Révolution russe.

En 1917, la Russie, pauvre et arriérée, n'a plus les moyens de soutenir sur un immense front une guerre de matériel, dont le peuple et les soldats — exposés à des souffrances inouïes — ne comprennent pas le sens. Le régime tsariste, déconsidéré par les scandales de la Cour (Raspoutine) et l'incapacité de sa bureaucratie, s'effondre. La Révolution s'est...

3 pages - 1,80 ¤

Clemenceau.

Clemenceau a une très longue carrière politique. Fils d'un républicain, qui doit s'exiler sous l'Empire, il est lui-même farouchement républicain et, pendant la Commune, il est maire de Montmartre. Avant 1914., il est le chef du parti radical après s'être séparé de Gambetta, auquel il reproche son infidélité au programme républicain « de Belleville » (1869). Inquiété lors de...

1 page - 1,80 ¤

Wilson

Wilson, président démocrate des États-Unis de 1912 à 1920, a été amené à jouer un rôle capital et lourd de conséquences pour l'avenir. T. Woodrow Wilson (1856-1924) est un intellectuel, écrivain, historien, professeur de droit, idéaliste, pacifiste. Son oeuvre intérieure est surtout destinée à faire baisser les prix (réduction des droits de douanes) et à limiter la puissance du capital...

1 page - 1,80 ¤

La S.D.N.

La création d'une Société des Nations, destinée à garantir l'indépendance des États, est le but essentiel du président Wilson. Celui-ci voudrait établir un organisme capable de maintenir la paix dans l'avenir. Ce projet constitue le dernier des quatorze points de Wilson (programme de paix présenté au Congrès américain en janvier 1918). Il est réalisé dès les premières semaines...

1 page - 1,80 ¤

Les traités de 1919-1920 (Histoire)

Cinq traités règlent le nouveau statut de l'Europe : — TRAITÉ DE VERSAILLES (28 juin 1919). L'Allemagne perd des territoires : Alsace-Lorraine (France), Eupen et Malmédy (Belgique), Slesvig (Danemark), Posnanie, «corridor de Dantzig », et, avec plébiscite, haute Silésie (Pologne). Les colonies sont partagées entre France, Angleterre et Japon. La rive gauche du Rhin et 5o kilomètres sur la...

1 page - 1,80 ¤

La Conférence de la Paix.

Les Alliés victorieux n'abordent pas sans divergences les problèmes de la paix. Aussi la Conférence de la Paix réunie à Versailles est-elle le théâtre de violents débats. Parmi les vingt-sept États alliés, cinq ont un rôle dominant : France, Angleterre, États-Unis, Italie, Japon. Leurs délégués constituent le Conseil des Dix. Mais, pour les questions délicates, les discussions sont le...

1 page - 1,80 ¤

Hindenburg et Ludendorff

Hindenburg et Ludendorff sont les deux chefs militaires les plus célèbres de l'armée allemande. En 1914, HINDENBURG, général en retraite (il a soixante-sept ans), reprend du service et commande les troupes du front oriental, associé à Ludendorff, plus jeune (cinquante ans), qui est son chef d'état-major. D'habiles manoeuvres permettent d'attirer les Russes dans un pays coupé de bois et...

1 page - 1,80 ¤

Joffre et Foch.

Deux chefs militaires dominent par leur personnalité et leur rôle, dans le camp allié, la première guerre mondiale : Joffre et Foch. JOFFRE est chef de l'état-major en 1914. Ancien officier du génie, il a participé aux travaux du Conseil supérieur de la guerre et croit à, la possibilité de l'offensive. La menace d'une attaque allemande parla Belgique a...

1 page - 1,80 ¤

La guerre en 1918 : la victoire des Alliés.

L'armée allemande, animée par Ludendorff, tente un gros effort de rupture du front français au début de 1918, dans l'espoir d'obtenir la décision avant l'arrivée des soldats américains. Elle réussit trois percées : en Picardie, en mars ; en Flandre, en avril ; au Chemin des Darnes (en Champagne), en mai ; chaque fois contenues, niais qui forment...

1 page - 1,80 ¤

La guerre en 1917 : les déboires des belligérants.

L'année 1917 est marquée, pour tous les belligérants, par de graves déboires. L'Allemagne tente de rompre le blocus naval par l'utilisation des sous-marins dans une campagne de torpillages qui, décidée en janvier 1917, doit « amener la paix en six mois ». Cette décision entraîne la RUPTURE AVEC LES ÉTATS-UNIS et, finalement, leur entrée en guerre en avril 1917. La...

1 page - 1,80 ¤

La guerre en 1915-1916 (Histoire)

La stabilisation du front occidental entraîne l'adaptation à une nouvelle forme de guerre : la guerre de positions sur des lignes de tranchées solidement fortifiées. Désormais un matériel énorme est nécessaire pour tenter une percée, et les nations belligérantes doivent entreprendre un gigantesque effort industriel. 1) EN 1915, les Alliés tentent, à l'ouest, de rom.pre le front allemand :...

1 page - 1,80 ¤

La guerre de 1914 : la guerre de mouvement.

L'Allemagne, contrainte à une guerre sur deux fronts, cherche à anéantir d'abord l'armée française. Aussi, sous le commandement de Moltke, essaie-t-elle de tourner les troupes françaises par l'ouest. Après avoir brisé la courageuse résistance belge (prise de Liège, 16 août), les Allemands bousculent les Français à Charleroi (21 août) et les contraignent à la retraite. Pendant ce temps, les...

1 page - 1,80 ¤

L'armée française de 1871 à 1914 (Histoire)

L'héritage militaire du second Empire n'était pas brillant, car le recrutement était insuffisant, l'armement médiocre et l'équipement très déficient. La guerre laissait une année désorganisée. EN 1872, le régime militaire est révisé (l'Allemagne en prend ombrage, mais la France tient bon). Le système ancien du tirage au sort est abandonné, et on adopte le service militaire universel obligatoire. Pourtant...

1 page - 1,80 ¤

Les grandes phases de la première guerre mondiale.

La guerre de 1914-1918, européenne dès le début du conflit, est devenue progressivement mondiale, en raison de l'importance des intérêts engagés et du jeu des alliances. Pourtant chaque année a une physionomie originale. En 1914, l'Allemagne veut anéantir la France, puis se retourner contre la Russie, dont les préparatifs sont lents. De là une vaste tentative de débordement des troupes...

1 page - 1,80 ¤

La politique extérieure allemande sous Guillaume II.

Jusqu'en 189o, Bismarck s'était efforcé de garantir l'Empire allemand contre toute coalition en essayant de maintenir un fragile équilibre entre la Russie et l'Autriche et en isolant la France. Il avait réussi dans une certaine mesure. Après 1890, la politique extérieure allemande est pratiquement dirigée par Guillaume II lui-même, qui n'a pas la souplesse et l'habileté du grand chancelier...

1 page - 1,80 ¤

La crise serbe de 1914 (Histoire)

En 1914, la tension est extrême entre les puissances. L'Allemagne et l'Autriche, liées par des intérêts économiques communs, sont unies sur la question serbe. La France et l'Angleterre ne veulent pas les laisser dominer le continent et sont résolues, comme la Russie, à ne plus céder. Les préparatifs militaires ont été hâtés dans tous les pays. La prochaine...

1 page - 1,80 ¤

Les crises balkaniques.

Les Balkans sont, depuis la guerre russo-turque de 1877- 1878, un domaine où rivalisent l'Autriche et la Russie. Celle-ci a dû reculer en 1878 et, en 1887, mais elle n'a pas abandonné ses projets et soutient la Serbie. L'Autriche, qui « administre » depuis 1878 la Bosnie-Herzégovine, s'inquiète des tentatives des Jeunes Turcs pour réorganiser l'Empire ottoman et...

9 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 16462 16463 16464 16465 16466 16467 16468 16469 16470 16471 16472 16473 16474 16475 16476 16477 16478 16479 16480 16481 16482 16483 16484 16485 16486 16487 16488 16489 16490 16491 16492 16493 16494 16495 16496 16497 16498 16499 16500 16501 16502 16503 16504 16505 16506 16507 16508 16509 16510 16511 16512 16513 16514 16515 16516 16517 16518 16519 16520 16521 16522 16523 16524 16525 16526 16527 16528 16529 16530 16531 16532 16533 16534 16535 16536 16537 16538 16539 16540 16541 16542 16543 16544 16545 16546 16547 16548 16549 16550 16551 16552 16553 16554 16555 16556 16557 16558 16559 16560 16561 16562 16563 16564 16565 16566 16567 16568 16569 16570 16571 16572 16573 16574 16575 16576 16577 16578 16579 16580 16581 16582 16583 16584 16585 16586 16587 16588 16589 16590 16591 16592 16593 16594 16595 16596 16597 16598 16599 16600 16601 16602 16603 16604 16605 16606 16607 16608 16609 16610 16611 ... 17517 17518 17519 17520 17521 17522

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit