LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

La doctrine Jdanov

« Plus nous nous éloignons de la fin de la guerre et plus nettement apparaissent les deux principales directions de la politique internationale de l'après-guerre, correspondant à la disposition en deux camps principaux des forces politiques qui opèrent sur l'arène mondiale : le camp impérialiste et antidémocratique, le camp anti-impérialiste et démocratique. Les États-Unis sont la principale force dirigeante du...

1 page - 1,80 ¤

Le Kominform

L'annonce du plan Marshall d'aide à la reconstruction de l'Europe est comprise par Staline comme une arme de guerre contre les intérêts soviétiques. Si la doctrine Truman vise à arrêter l'expansion du communisme, son volet économique menace directement l'influence soviétique en Europe de l'est. Dans ce contexte la création du Kominform (bureau d'information des partis communistes qui réunit...

2 pages - 1,80 ¤

La création de l'OTAN

Article 1 Les parties s'engagent, ainsi qu'il est stipulé dans la charte des Nations Unies, à régler par des moyens pacifiques tous différends internationaux dans lesquels elles pourraient être impliquées, de telle manière que la paix et la sécurité internationales, ainsi que la justice, ne soient mises en danger, à s'abstenir dans leurs relations internationales de recourir à...

1 page - 1,80 ¤

La doctrine Truman

Lorsqu'en mars 1947 le président Harry Truman définit devant le Congrès américain sa politique extérieure de « containment » (endiguement) au communisme encore appelée « doctrine Truman », le climat est tendu entre les États-Unis et l'URSS. Après avoir freiné la résistance communiste grecque, Staline avalise l'aide que lui fournit la Yougoslavie. En Iran, il pousse les Kurdes à la révolte, cherche...

1 page - 1,80 ¤

Le cas polonais

La découverte, en 1943, des corps de 8 000 officiers polonais assassinés en masse par les troupes du NKVD (police politique soviétique) dans la forêt de Katyn, rend encore plus dramatique le contentieux soviéto-polonais. Car Staline après avoir obtenu satisfaction à la conférence de Téhéran en novembre 1943 sur la frontière soviéto-polonaise, réclame les territoires qu'il a annexé en 1941...

1 page - 1,80 ¤

Le sort de l'Europe de l'Est

L'Armée rouge a entamé à partir de juillet 1943 une longue marche victorieuse vers l'ouest libérant l'Europe centrale et orientale de l'Allemagne nazie, annexant les vastes régions de la Bessarabie, de la Bucovine du nord, de l'Estonie, de la Lituanie et de la Lettonie. L'Europe orientale et centrale, qui sort profondément bouleversée du conflit, rencontre l'ambition territoriale soviétique....

1 page - 1,80 ¤

La stratégie des vainqueurs

L'Amérique et l'URSS sont les deux grandes puissances victorieuses de la seconde guerre mondiale. Mais si elles ont toutes deux gagné cette légitimité au combat, la différence est énorme entre l'Union soviétique et ses 27 millions de morts, ravagée par le conflit, à reconstruire, et les États-Unis, première puissance économique mondiale dont le sol a été épargné par la...

1 page - 1,80 ¤

La création de l'ONU

Article 1er Les buts des Nations Unies sont les suivants : 1. Maintenir la paix et la sécurité internationales et à cette fin : prendre des mesures collectives efficaces en vue de prévenir et d'écarter les menaces à la paix et de réprimer tout acte d'agression ou autre rupture de la paix, et réaliser, par des moyens pacifiques, conformément aux principes...

1 page - 1,80 ¤

Churchill juge Staline

« Le moment était favorable pour agir, c'est pourquoi je déclarai : " Réglons nos affaires des Balkans. Vos armées se trouvent en Roumanie et en Bulgarie. Nous avons des intérêts, des missions et des agents dans ces pays. Evitons de nous heurter pour des questions qui n'en valent pas la peine. En ce qui concerne la Grande-Bretagne et la Russie, que...

1 page - 1,80 ¤

Au fil des conférences

En février 1943 la bataille de Stalingrad change le cours de la guerre. Pressentant la victoire sur l'Allemagne nazie, les Alliés se réunissent à Téhéran pour coordonner leurs actions et définir leurs projets. En novembre 1943, Churchill et Roosevelt s'engagent devant Staline à ouvrir un second front en Europe -le poids de la guerre repose alors essentiellement sur l'URSS....

1 page - 1,80 ¤

Le procès de Nuremberg

Le procès des principaux dignitaires nazis s'ouvre le 18 octobre 1945, à Nuremberg, en Allemagne, dans la zone d'occupation américaine. Une cour de justice internationale, composée de juges militaires des quatre délégations alliées -russe, américaine, britannique et française- tente de juger, pour la première fois dans l'histoire, les responsables d'un régime qui a entraîné la mort de plus de...

1 page - 1,80 ¤

Le réquisitoire final

« Les crimes de guerre, pas plus que les crimes contre l'humanité, n'ont été des actes isolés ou spontanés. Indépendamment des preuves indéniables que nous avons du complot, il suffit de se demander si six millions de personnes ont pu être détachées des populations de plusieurs nations, d'après leur race et leur origine, ont pu être détruites et...

1 page - 1,80 ¤

La victoire des Alliés

Les premières défaites de la Wehrmacht sur le front russe et l'entrée en guerre des États-Unis, le 8 décembre 1941 font progressivement basculer la guerre. La défaite de l'Allemagne, désormais forcée de se battre sur tous les fronts, devient inéluctable. À l'été 1943, les Anglo-Saxons et les Français sont maîtres de l'Afrique du Nord et du Proche-Orient. En septembre,...

1 page - 1,80 ¤

La victoire des Alliés

Les premières défaites de la Wehrmacht sur le front russe et l'entrée en guerre des États-Unis, le 8 décembre 1941 font progressivement basculer la guerre. La défaite de l'Allemagne, désormais forcée de se battre sur tous les fronts, devient inéluctable. À l'été 1943, les Anglo-Saxons et les Français sont maîtres de l'Afrique du Nord et du Proche-Orient. En septembre,...

1 page - 1,80 ¤

La fin des camps

Si l'une des priorités absolues d'Hitler est la « Solution finale de la question juive », termes pudiques et bureaucratiques désignant l'extermination de tous les Juifs d'Europe, sa réalisation est l'une des monstruosités les mieux gardées jusqu'à l'effondrement du Reich. Les nazis entendent ainsi cacher aux victimes déportées leur ultime destination : les camps d'extermination ou de concentration. Mais le génocide...

2 pages - 1,80 ¤

Le Reich en ruines

"Il n'y a pratiquement plus de différences entre l'armée et le civil, le Parti et l'extérieur du Parti, ceux qui mènent et ceux qui sont menés, les gens simples et les plus instruits, les ouvriers et les bourgeois, entre la ville et la campagne, les populations de l'Est et de l'Ouest, du Nord et du Sud, ceux...

1 page - 1,80 ¤

Le testament politique de Hitler

« Il est contraire à la vérité d'affirmer que c'est moi, ou tout autre en Allemagne, qui ai désiré la guerre en 1939. Elle n'a été voulue et provoquée que par des hommes politiques internationaux d'origine juive, ou au service des intérêts juifs. J'ai fait trop de propositions dans le but de réduire ou limiter les armements - ce...

1 page - 1,80 ¤

L'agonie du régime

Jusqu'en 1942, rien ne semble résister à l'hégémonie nazie en Europe. Pourtant, trois ans après le début du conflit, la Wehrmacht commence à essuyer ses premiers revers militaires. L'Armée rouge lui fait face devant Stalingrad, les Britanniques la repoussent en Afrique du Nord. Et, événement qu'Hitler redoutait par-dessus tout, les États-Unis entrent en guerre, le 8 décembre 1941. Or,...

1 page - 1,80 ¤

Le génocide des Tsiganes

Dans le délire raciste hitlérien, les Tsiganes, ont, avec les Juifs et les Slaves, le triste privilège d'être considérés comme des « asociaux », des « parasites » nomades, nuisibles au bon développement du Grand Reich que le Führer entend construire en Europe. C'est à ce titre, bien que selon la classification « raciale » nazie les Rom devraient être considérés comme aryens...

1 page - 1,80 ¤

La "science" selon Mengele

« Le soir, je devais sortir un par un les cadavres qui étaient entassés dans une sorte de cabanon, relever le numéro qu'ils avaient au bras et en apporter certains à l'intérieur au Dr Mengele. Ensuite, il les coupait en morceaux d'une manière ou d'une autre. Sur les étagères il y avait partout des bocaux contenant des organes, des...

1 page - 1,80 ¤

Le sort des prisonniers de guerre

« La capture de 2 500 000 soldats russes, leur entretien et leur utilisation comme travailleurs sur le territoire du Reich placent devant de nouvelles tâches les pouvoirs publics et la direction de l'armée (...). Nous allons utiliser pour une activité colonisatrice allemande une grande partie des territoires conquis jusqu'à ce jour. Comme chacun le comprendra de toute évidence, nous avons...

1 page - 1,80 ¤

L'extermination des bolchevik

Pour Hitler, la Russie soviétique est l'empire du Mal. Elle est peuplée de Slaves, qui, dans la théorie raciste nazie, sont considérés comme des untermenschen (sous-hommes). C'est également la patrie du « judéo-bolchevisme », deux épidémies, qu'il faut définitivement éradiquer en Europe, selon la vision malade du Führer. Dès l'invasion de l'URSS, en juin 1941, la Wehrmacht est sommée de...

1 page - 1,80 ¤

Hitler et la Pologne

« Une attitude inflexible, inébranlable, par-dessus tout de la part des supérieurs... (...). Quand on commence une guerre, ce n'est pas le droit qui compte, mais la victoire. Fermez vos coeurs à la pitié. Agissez brutalement. Quatre-vingt millions de personnes -" le peuple allemand "- doivent obtenir ce qui leur revient. Leur existence doit être assurée. La plus grande dureté......

1 page - 1,80 ¤

Briser la Pologne

Devenu maître de l'Europe, Hitler entend appliquer sa Weltanschaaung , sa propre « vision du monde », xénophobe, raciste et délirante. Selon cette doctrine macabre, les Slaves, et plus précisément les Polonais et les Russes, sont considérés comme des untermenschen, des (sous-hommes), dont la vie n'a aucune valeur, et qui, à terme, disparaîtront de l'empire nazi. Ils sont tout...

1 page - 1,80 ¤

L'exemple d'Auschwitz

Auschwitz-Birkenau est le plus gigantesque camp concentrationnaire nazi. C'est initialement une caserne située en Pologne occupée, que les Allemands décident de transformer, en février 1940, en camp de détention. Himmler ordonne, en mars 1941, la construction d'un nouveau camp, à deux kilomètres, baptisé Birkenau (Auschwitz II), au cours de laquelle meurent 10 000 prisonniers soviétiques. Les nazis ne veulent pas se...

3 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 16506 16507 16508 16509 16510 16511 16512 16513 16514 16515 16516 16517 16518 16519 16520 16521 16522 16523 16524 16525 16526 16527 16528 16529 16530 16531 16532 16533 16534 16535 16536 16537 16538 16539 16540 16541 16542 16543 16544 16545 16546 16547 16548 16549 16550 16551 16552 16553 16554 16555 16556 16557 16558 16559 16560 16561 16562 16563 16564 16565 16566 16567 16568 16569 16570 16571 16572 16573 16574 16575 16576 16577 16578 16579 16580 16581 16582 16583 16584 16585 16586 16587 16588 16589 16590 16591 16592 16593 16594 16595 16596 16597 16598 16599 16600 16601 16602 16603 16604 16605 16606 16607 16608 16609 16610 16611 16612 16613 16614 16615 16616 16617 16618 16619 16620 16621 16622 16623 16624 16625 16626 16627 16628 16629 16630 16631 16632 16633 16634 16635 16636 16637 16638 16639 16640 16641 16642 16643 16644 16645 16646 16647 16648 16649 16650 16651 16652 16653 16654 16655 ... 17466 17467 17468 17469 17470 17471

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit