LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Paul Ehrlich

Médecin allemand (1854-1915). Les recherches de Paul Ehrlich portèrent notamment sur l'utilisation des anticorps sécrétés par l'organisme contre les affections microbiennes. Il mit au point deux dérivés arsenicaux qui furent les premiers traitements efficaces de la syphilis. En 1908, il reçut le prix Nobel de médecine pour ses travaux....

1 page - 1,80 ¤

Erasistrate

Erasistrate, né à Cos en 320 av. étudie le système vasculaire. Il affirme que le sang circule des artères dans les veines par d'invisibles conduits et rectifie l'analyse erronée d'Aristote sur le coeur. Convaincu du rôle primordial du sang dans le corps humain, il s'oppose à la saignée en raison de la perte qui en résulte. Comme il...

1 page - 1,80 ¤

Robert Debré

Robert Debré (1882-1978), pédiatre est l'instigateur d'une loi votée en 1958 qui marque une transformation complète de l'exercice des médecins hospitaliers et des professeurs de faculté, en les contraignant à consacrer le temps plein de leurs activités en un seul endroit. Elle entraîne aussi la construction de locaux universitaires et hospitaliers au voisinage immédiat les uns des autres...

1 page - 1,80 ¤

Jean Delay

Psychiatre français (1907-1987). Titulaire de la chaire des maladies mentales et de l'encéphale à la faculté de médecine de Paris à partir de 1946, Jean Delay décrivit en 1956 l'action sur les maladies mentales de la chlorpromazine, nouveau médicament capable d'atténuer considérablement les symptômes des psychoses. Il ouvrait ainsi l'ère de la psychopharmacologie. Son oeuvre littéraire (en particulier...

1 page - 1,80 ¤

Divaka

Au IVe siècle av. J.-C., on pense qu'un chirurgien du nom de Divaka se trouvait dans l'entourage de Bouddha et son oeuvre sera constamment complétée jusqu'à nos jours : le traitement des plaies, des tumeurs superficielles, de la rétention d'urine, des malformations se montre plus perfectionné qu'en Europe à la même époque. Un catalogue médiéval, parvenu jusqu'à nous,...

1 page - 1,80 ¤

Henri Dunant

Henri Dunant (1828-1870), épouvanté par le spectacle des blessés et des mourants sur le champ de bataille de Solferino (1859) alerte suffisamment l'opinion publique pour que plusieurs gouvernements s'associent et signent, en 1864, la convention de Genève pour la protection des prisonniers de guerre, des blessés, des malades et des personnels sanitaires. De cette initiative naîtra la Croix-Rouge...

1 page - 1,80 ¤

Guillaume Dupuytren

Chirurgien français (1777-1835). Considéré comme l'un des fondateurs de l'anatomie pathologique, le baron Guillaume Dupuytren devint, en 1815, grâce à son habileté technique chirurgien en chef de l'Hôtel-Dieu, à Paris. Il fut également chirurgien de Louis XVIII, puis de Charles X. Il a laissé son nom à une maladie des mains ainsi qu'à une fracture du péroné d'un...

1 page - 1,80 ¤

Celse

Celse est un naturaliste encyclopédiste qui exerce la médecine à Rome au 1er siècle. Son traité "De arte medica" représente le premier ouvrage complet sur la profession médicale. Répertoriant toutes les maladies, il les classe en trois catégories : les maladies guéries par simple régime, au moyen de médicaments ou par une action chirurgicale. Parallèlement à cette tentative...

1 page - 1,80 ¤

Charaka et Suçruta

Médecins indien, qui avait exercé peu avant notre ère, Charaka, avec Suçruta, devenus légendaires, exposent la doctrine «ayurvédique» dans deux collections de textes sanskrits. Non méthodiques, ces textes se présentent plutôt comme l'aboutissement d'un enseignement oral mais n'en constituent pas moins un ensemble cohérent, miroir des conceptions physiologiques et thérapeutiques de l'époque, qui fait appel aux connaissances et...

1 page - 1,80 ¤

Jean-Martin Charcot

Jean-Martin Charcot (1825-1893) est le fondateur à la Salpêtrière, à Paris, d'une école de renommée mondiale. Clinicien précis, il décrit plusieurs maladies qui portent toujours son nom. A partir de certaines manifestations spectaculaires observées chez des femmes présentant des symptômes neurologiques et psychiques, Charcot isole «l'hystérie». Non seulement il en décrit les signes au cours de ses leçons,...

1 page - 1,80 ¤

Guy de Chauliac

Guy de Chauliac (1300 ? - 1368) fait ses études à Paris et à Bologne, séjourne quelque temps à Paris, à Toulouse et à Lyon avant de se fixer à Montpellier. Il exerce aussi à Avignon auprès du pape, où il peut décrire les grands méfaits de la peste de 1348. Il doit sa grande célébrité à son...

1 page - 1,80 ¤

Auguste Chauveau

Vétérinaire, Auguste Chauveau (1827-1917) apporte de précieux renseignements sur la physiologie de la contraction cardiaque et l'hémodynamique en introduisant des sondes dans le coeur d'animaux....

1 page - 1,80 ¤

Realdo Colombo

Successeur de Vésale, après avoir été son élève, Realdo Colombo (1510-1559) décrit le chemin du sang veineux vers le ventricule droit du coeur, son passage au poumon par l'artère pulmonaire, le retour au ventricule gauche par les veines pulmonaires. Il analyse ainsi le circuit sanguin de manière précise, mais Galien sévit toujours, et cette conception, malgré son succès...

1 page - 1,80 ¤

Jean Nicolas Corvisart

Jean Nicolas Corvisart (1755-1821) s'impose comme un remarquable enseignant au lit du malade. Cet esprit clair, fut célèbre pour avoir été le médecin de Napoléon qui l'avait choisi en raison de sa vaste clientèle, pour avoir été un bon cardiologue, et surtout, pour avoir traduit en français un livre publié en latin par Auenbrugger en 1761 et oublié...

1 page - 1,80 ¤

Marie Curie

Pionnière, Marie Curie décide, en 1897, de faire un doctorat de physique. Henri Becquerel, étudiant les rayons X, venait de constater qu'un sel d'uranium impressionne une plaque photographique malgré des enveloppes protectrices. Comprendre l'effet, l'énergie de ces rayons uraniques, quel meilleur sujet pour Marie! Pierre acquiesce. Sa frêle épouse brasse des tonnes de minerai et s'aperçoit qu'une autre...

1 page - 1,80 ¤

John Brown

John Brown (1735-1788) s'imposa comme l'une des nombreuses figures de la riche école d'Edimbourg. Parce qu'il conçoit la vie comme la résultante des forces nerveuses répondant plus ou moins à des excitations - la perturbation de ces forces étant due à des maladies, les unes dites sthéniques, les autres asthéniques - Brown préconise contre les affections sthéniques l'opium...

1 page - 1,80 ¤

Charles Brown-Séquard

Charles Brown-Séquard (1817-1894) est le successeur de Claude Bernard dans sa chaire du Collège de France. Il utilise l'électricité dans ses expériences de neurophysiologie qui lui permet, en excitant les nerfs ou des faisceaux sectionnés de la moelle épinière, d'en déterminer les fonctions. Il s'attache aussi à décrire l'activité des glandes endocrines, des organes sexuels ou les surrénales...

1 page - 1,80 ¤

François Broussais

François Broussais (1772-1838), professeur à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce, républicain, athée, fut violent dans son langage et ses écrits. Sa verve, son autorité, l'abondance de ses livres lui vaudront de son vivant un renom qui nous étonne dans la mesure où rien ne subsiste de son oeuvre. S'il développe à juste titre le concept d'inflammation, il se trompe...

1 page - 1,80 ¤

Pierre Bretonneau

Pierre Bretonneau (1778-1862) grâce à ses talents d'observation nous a permis de mieux connaître la fièvre typhoïde. Ce médecin tourangeau rattache à une maladie unique les manifestations pathologiques réparties sur tout le corps : une angine, des tâches cutanées d'une couleur rose particulière, des hémorragies, des douleurs articulaires, une péritonite par perforation de l'intestin grêle, des troubles hépatiques...

1 page - 1,80 ¤

Marie François Xavier Bichat

Marie François Xavier Bichat (1771-1802) est considéré comme l'initiateur de l'anatomie générale, car, en plus des organes eux-mêmes, il étudia les tissus qui les constituent. Il contribua également aux progrès de l'embryologie et définit la vie comme l'ensemble des propriétés vitales résistant aux processus physico-chimiques, de dégradation. Disparu prématurément, Bichat, qui fut médecin à l'Hôtel-Dieu à Paris, laissa...

1 page - 1,80 ¤

Claude Bernard

Claude Bernard obtient son diplôme de médecin en 1843, après avoir soutenu une thèse sur le suc gastrique et son rôle dans la nutrition. Ce travail inaugure toute une série d'expériences sur les phénomènes chimiques de la digestion, qui aboutiront à la découverte de la fonction glycogénique du foie et à celle du rôle du pancréas. Il révèle...

1 page - 1,80 ¤

Ibn Sînâ (Avicenne pour les Occidentaux)

Ibn Sînâ (Avicenne pour les Occidentaux) est né en 980 près de Boukhara (aujourd'hui en Ouzbékistan), d'un haut fonctionnaire de l'administration samanide et d'une mère tadjike. Médecin réputé, sa fonction lui vaut tout d'abord sa célébrité et l'aide à vivre. Il commente l'oeuvre d'Aristote et s'intéresse aux sciences de la nature et aux mathématiques. Du XIIe au XVIIe...

1 page - 1,80 ¤

Assaph de Tibériade

Au VIe siècle, Assaph de Tibériade, tente dans ses traités de s'écarter de ces préoccupations abstraites. Bien qu'il le contredise quelquefois, il est imprégné de galénisme, assure que le sang circule, distingue les artères qui battent des veines immobiles et, contrairement au Talmud, fixe le siège principal du sang dans le coeur et non dans le foie. La...

1 page - 1,80 ¤

Asclépiade

Dans son premier sens étymologique, Asclépiade désigne un descendant d'Asclépios. Les asclépiades auraient constitué un groupe de prêtres attachés aux temples d'Asclépios, les asclépéions. Ils y auraient pratiqué une médecine qualifiée de «religieuse» en invoquant la bienveillance d'Asclépios. Mais au cours des deux siècles précédant et suivant le début de l'ère chrétienne, il semble qu'Asclépiadès soit devenu d'abord...

1 page - 1,80 ¤

Aristote et la médecine

Aristote (né en 384 av. J.-C) est un familier des choses de la médecine. Il rédigea la plupart de ses ouvrages, grâce aux libéralités d'Alexandre le Grand de Macédoine, qui mit à sa disposition une bibliothèque considérable, des animaux et des plantes de toutes espèces, montrant ainsi l'intérêt qu'il portait aux recherches biologiques. D'abord intéressé par la zoologie,...

1 page - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 16517 16518 16519 16520 16521 16522 16523 16524 16525 16526 16527 16528 16529 16530 16531 16532 16533 16534 16535 16536 16537 16538 16539 16540 16541 16542 16543 16544 16545 16546 16547 16548 16549 16550 16551 16552 16553 16554 16555 16556 16557 16558 16559 16560 16561 16562 16563 16564 16565 16566 16567 16568 16569 16570 16571 16572 16573 16574 16575 16576 16577 16578 16579 16580 16581 16582 16583 16584 16585 16586 16587 16588 16589 16590 16591 16592 16593 16594 16595 16596 16597 16598 16599 16600 16601 16602 16603 16604 16605 16606 16607 16608 16609 16610 16611 16612 16613 16614 16615 16616 16617 16618 16619 16620 16621 16622 16623 16624 16625 16626 16627 16628 16629 16630 16631 16632 16633 16634 16635 16636 16637 16638 16639 16640 16641 16642 16643 16644 16645 16646 16647 16648 16649 16650 16651 16652 16653 16654 16655 16656 16657 16658 16659 16660 16661 16662 16663 16664 16665 16666 ... 17466 17467 17468 17469 17470 17471

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit