LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Le langage n'est-il que transmission d'informations ?

Aussi est-il dans l'essence de la poésie d'être obscure, mystérieuse, insaisissable. Par le langage poétique, nous vivons l'aventure, l'alchimie du verbe. Nommer une réalité, c'est nous la faire étudier dans ce qu'elle a de plus beau, telle que nous ne l'expérimenterons jamais. Mais la poésie dépasse, transcende le langage, elle n'est possible...

5 pages - 1,80 ¤

Pouvons-nous dire n'importe quoi n'importe comment ?

Note : 5.1/10

  Pouvoir faire quelque chose, c'est ou bien en avoir la capacité, ou bien en avoir le droit : les deux sens sont possibles ici. « Dire n'importe quoi « peut avoir plusieurs sens : c'est ou bien dire des mots sans ordre, sans se soucier de leur sens, voire des mots qui n'existent pas, ou bien tenir un discours semblable au discours vrai,...

3 pages - 1,80 ¤

Prendre soin du langage, n'est-ce que pur conformisme ?

Note : 5.1/10

Le langage a ses propres règles Comme le dit Claude Lévi-Strauss dans La Pensée sauvage: «La langue est une raison humaine qui a ses raisons, et que l'homme ne connaît pas.« S'inspirant du structuralisme, des linguistes comme Noam Chomsky ont tenté d'élaborer des grammaires qui ne soient pas fondées sur des normes arbitraires, comme...

1 page - 1,80 ¤

Faut-il éviter les querelles de mots ?

Note : 5.1/10

Quand je dis, à la mairie ou à l'autel, etc. « Oui [je le veux] «, je ne fais pas le reportage d'un mariage : je me marie. Quel nom donner à une phrase ou à une énonciation de ce type ? Je propose de l'appeler une phrase performative ou une énonciation performative ou � par...

7 pages - 1,80 ¤

La magie des mots: une perversion du langage ?

Note : 5.1/10

Pour Descartes et Leibniz ce qui manque c'est donc un langage qui évite la confusion. Le langage est responsable des querelles, lorsqu'il est mal compris on aboutit à des disputes. L'erreur que nous faisons est qu'on croit trop facilement que ce que l'autre dit est également ce qu'il pense. Nous sommes accoutumés à faire des dires d'autrui l'expression...

5 pages - 1,80 ¤

Héritage de mots, héritage d'idées ?

Note : 5.1/10

Est-ce que les mots sont nécessairement liés à la pensée ou peuvent-ils s'en libérer ? Est-ce que la pensée peut se passer de langage ? Nous sommes face à deux difficultés : les mots comme signes portent en eux une signification et sont de ce fait essentiellement liés à une pensée, comment les considérer détachés de toute signification ? La deuxième difficulté...

3 pages - 1,80 ¤

L'ambiguïté des mots peut-elle être heureuse ?

Note : 5.1/10

Cependant, ce n'est pas là la faute du mot, mais celle d'une pensée défectueuse, indéterminée, sans teneur. De même que la pensée vraie est la Chose, de même le mot l'est aussi, lorsqu'il est employé par la pensée vraie. C'est pourquoi, en se remplissant du mot, l'intelligence accueille en elle la nature de la Chose. »HEGEL, Encyclopédie des sciences...

3 pages - 1,80 ¤

Pourquoi parle-t-on ?

Note : 5.1/10

L'homme est le seul animal à posséder les valeurs politiques, celles-là mêmes qui sont traduites dans le langage articulé, et c'est la possession commune de ces valeurs, transmises et exprimées par le langage, qui constitue une cité, c'est-à-dire une communauté politique. Ainsi, le langage a une nature profondément politique : on parle pour partager des valeurs "politiques" (au...

2 pages - 1,80 ¤
1,80 ¤

Faut-il enterrer le passé ?

Note : 5.1/10

||Enterrer quelque chose ou quelqu'un, c'est l'enfouir dans la terre, entendons loin de soi, de la surface visible. Une bonne part des choses que nous enterrons le sont pour la simple raison qu'elles ne peuvent et ne doivent pas rester accessible au regard. On enterre ce qui doit rester secret, ce qui doit être tû. Si l'on prend...

3 pages - 1,80 ¤

En quel sens peut-on dire de l'histoire qu'elle est un mythe ?

Note : 5.1/10

            L'une des spécificités de l'histoire par rapport à la science est la dimension de temporalité : l'histoire ne peut s'écrire qu'après un certain délai, un fait ne devient historique que lorsque l'on est à même de le mettre à distance, tandis que les faits observés par la science n'ont qu'une temporalité relative. La vitesse de formation de tel...

2 pages - 1,80 ¤

Toute histoire est-elle histoire contemporaine ?

Note : 5.1/10

Seignobos disait que l'on juge de l'importance d'un fait à ses conséquences mais celles-ci à son tour ne seront-elles pas appréciées subjectivement par l'historien? On connaît la boutade de Valéry. La découverte des propriétés fébrifuges de l'écorce de quinquina au XVII ième serait plus importante que tel traité signé par Louis XIV parce les conséquences de ce traité...

3 pages - 1,80 ¤

L'histoire de l'humanité justifie-t-elle une réflexion philosophique ?

Note : 5.1/10

En effet au sein de l'histoire se réalise un plan de la nature qui vise notamment le progrès de l'humanité rendu possible par le développement progressif des dispositions naturelles de l'homme.   Transition : Dans la mesure où l'histoire peut être une matière de réflexion pour la philosophie nous pouvons considérer qu'elle est une occasion pour la pensée philosophique de...

2 pages - 1,80 ¤

L'historien peut-il se passer d'une philosophie ?

Note : 5.1/10

Ne faut-il pas dépasser la cohue bigarrée de l'histoire ? Toutefois, la volonté d'intégrer tous les faits dans un ensemble cohérent et une philosophie de l'histoire ne peut-elle conduire à délaisser l'étude des événements particuliers de la vie quotidienne ? Et d'ailleurs, en définitive, y a-t-il une histoire totalisante pouvant guider l'historien ou des histoires multiples pouvant faire...

4 pages - 1,80 ¤

Est-il vrai que l'ignorance de notre histoire nous condamne à la revivre ?

Note : 5.1/10

Mais il exprime pourtant un espoir que son opuscule tâchera de conforter et de justifier. L'histoire a un sens, selon lui, elle est en progrès ; mais ce fil conducteur du passé n'est pas évident et c'est à l'historien philosophe de l'exhiber. Malgré son aspect sanglant, l'histoire serait en fait globalement orientée vers une amélioration continuelle de l'humanité. Ainsi,...

4 pages - 1,80 ¤

Peut-on modifier le cours de l'histoire ?

Note : 5.1/10

En tant que nous agissons, nous participons à l'Histoire. Selon Hegel, c'est la Raison qui mène l'Histoire, elle doit donc passer par chaque conscience pour se réaliser et se développer. Mais nous n'avons pas conscience de la fin de l'histoire, nous participons à son développement, même de manière irréfléchie, ce que Hegel appelle ruse de la Raison: par des...

5 pages - 1,80 ¤

Les événements historiques sont-ils, par nature, imprévisibles ?

Note : 5.1/10

                  Limites de la conception du sens de l'histoire.   Parce qu'elle tente l'instauration d'un rapport au passé comme passé, l'histoire manifeste en fait la contingence du temps humain, qui constitue le premier contenu de la conscience historique. Quels que soient les progrès de la recherche historique comme « histoire totale » (Fernand Brodel), on ne peut pas dire que celle-ci soit...

2 pages - 1,80 ¤

Le journaliste peut-il décider qu'un événement est historique ?

Note : 5.5/10

Le journaliste connaît l'histoire A plus forte raison un et journaliste, habitué à suivre et à analyser l'actualité, est-il à même de distinguer, parmi les multiples événements qui se déroulent chaque jour dans le monde, ceux qui marqueront leur époque de ceux qui n'auront aucune conséquence et seront vite oubliés. Par la sélection même...

3 pages - 1,80 ¤

L'histoire peut-elle délivrer l'homme du déterminisme naturel ?

Note : 5.5/10

Est-il si aisé, dès lors, d'identifier et de distinguer le déterminisme naturel ? L'histoire, saisie comme processus culturel, ne tend-elle pas à développer le monde de l'homme dans une autonomie sans cesse accrue ? L'histoire peut-elle délivrer l'homme du déterminisme naturel ? Proposition de plan I. L'impuissance devant l'histoire Ce sujet...

2 pages - 1,80 ¤

Les concepts des historiens sont-ils eux-mêmes historiques ?

Note : 5.5/10

HISTOIRE Gén. Terme équivoque qui désigne à la fois le récit du...

2 pages - 1,80 ¤

Lorsque l'on dit: "l'histoire jugera", suppose-t-on que l'histoire acquitte ou condamne d'un point de vue moral ?

Note : 5.5/10

Ne jugeons donc pas ; laissons ce soin à l'histoire.B. Sa face positive. - « L'histoire jugera » : cela seul est dit explicitement. Que faut-il entendre par là ?a) Et d'abord, quelle est cette histoire au jugement de laquelle il est fait appel ? Il y a, en effet, l'histoire que font les hommes, surtout les chefs...

3 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 16535 16536 16537 16538 16539 16540 16541 16542 16543 16544 16545 16546 16547 16548 16549 16550 16551 16552 16553 16554 16555 16556 16557 16558 16559 16560 16561 16562 16563 16564 16565 16566 16567 16568 16569 16570 16571 16572 16573 16574 16575 16576 16577 16578 16579 16580 16581 16582 16583 16584 16585 16586 16587 16588 16589 16590 16591 16592 16593 16594 16595 16596 16597 16598 16599 16600 16601 16602 16603 16604 16605 16606 16607 16608 16609 16610 16611 16612 16613 16614 16615 16616 16617 16618 16619 16620 16621 16622 16623 16624 16625 16626 16627 16628 16629 16630 16631 16632 16633 16634 16635 16636 16637 16638 16639 16640 16641 16642 16643 16644 16645 16646 16647 16648 16649 16650 16651 16652 16653 16654 16655 16656 16657 16658 16659 16660 16661 16662 16663 16664 16665 16666 16667 16668 16669 16670 16671 16672 16673 16674 16675 16676 16677 16678 16679 16680 16681 16682 16683 16684 ... 17127 17128 17129 17130 17131 17132

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit