LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

L'ascension d'Adolf Hitler

Adolf Hitler naît en Autriche, le 20 avril 1889, dans un milieu modeste. Son père est douanier, sa mère élève ses trois enfants. Élève médiocre et paresseux, il quitte le lycée sans diplôme de fin d'études. Convaincu de ses talents artistiques, il part pour Vienne afin d'entrer, sans succès, aux Beaux Arts. Dépité, sans le sou, haïssant désormais cette ville...

1 page - 1,80 ¤

Récit d'une résistante

« Une nuit, Veneziani [chef de la police de Gênes] accompagné de policiers et de brigadistes vint me chercher à la maison de l'étudiant. Il me fît monter dans une roulotte et me conduisit au cimetière de Staglieno. Lorsque nous fûmes arrivés, ils me tendirent une pelle en me disant : « Dans peu de temps nous allons te fusiller, creuse ta...

1 page - 1,80 ¤

La République de Salò

Le 12 septembre 1943, les SS enlèvent Mussolini, et l'installe à Salò, près du lac de Garde. Le Duce, malade, vieilli, y instaure un régime d'opérette, la République sociale italienne. Afin de se venger de la grande bourgeoisie qui l'a trahi, Mussolini revient aux idées socialisantes du premier fascisme, et imagine pouvoir, en se ralliant la classe ouvrière, se maintenir...

1 page - 1,80 ¤

La chute du Duce

Le régime fasciste est sérieusement ébranlé par la débâcle militaire, qui devient évidente à l'hiver 1941. Les rêves de grandeurs impériales de Mussolini sont brisés, et la propagande officielle ne fait plus illusion. D'autant que la population est frappée de malnutrition du fait du rationnement, devenu draconien. Peu à peu, le régime perd les appuis qui lui restent. La grande...

1 page - 1,80 ¤

L'Italie entre en guerre

« Nous, nous voulons casser les chaînes d'ordre territoriales et militaires qui se déplacent dans nos mers, puisque un peuple de 45 millions d'âmes n'est pas vraiment libre s'il n'a pas libre accès à l'océan. Cette lutte gigantesque n'est qu'une phase de l'orientation logique de notre révolution. C'est la lutte des peuples pauvres et nombreux contre les affameurs qui détiennent,...

1 page - 1,80 ¤

Mussolini et la paix

« La politique de Rome et de l'Axe est une politique inspirée par des critères de paix et de collaboration, auxquels l'Italie et l'Allemagne ont donné des preuves concrètes. Et les tentatives de les réduire au silence par les semeurs de panique, les anticipateurs de catastrophes, les fatalistes de profession, lesquels couvrent souvent de grands drapeaux leur peur, leur haine...

1 page - 1,80 ¤

Le pacte d'Acier

« Art. 1. Les parties contractantes maintiendront un contact permanent afin de s'entendre sur toutes les questions relatives à leurs intérêts communs et à la situation européenne. Art. 2. Au cas où les intérêts communs des parties contractantes viendraient à être mis en péril à la suite d'événements internationaux quels qu'ils soient, elles devront se consulter sans délai sur les...

1 page - 1,80 ¤

L'union des dictateurs

« ... Pour nous, fascistes, habitués à examiner froidement les réalités de la vie et de l'histoire, une... illusion que nous repoussons, c'est celle qui se dénomme la « sécurité collective ». La sécurité collective n'a jamais existé, elle n'existe pas et n'existera jamais. Un peuple viril réalise dans ses frontières sa propre sécurité et refuse de confier son avenir aux...

1 page - 1,80 ¤

L'Axe Rome-Berlin

Tout d'abord condescendant à l'égard du Troisième Reich et de son chef, puis rapidement inquiet des visées expansionnistes hitlériennes en Europe, Mussolini, à partir de 1936, finit par se rapprocher d'Hitler, lorsqu'il devient évident que les deux dictateurs ont tout à gagner à faire alliance et que l'Italie paraît bien démunie comparée à la puissante Allemagne nazie. Les deux...

1 page - 1,80 ¤

Reconstituer l'Empire romain

« Une heure solennelle dans l'histoire de la patrie est sur le point de sonner. (...) Ce n'est pas seulement une armée qui marche vers ses objectifs, ce sont quarante-quatre millions d'Italiens qui marchent avec cette armée, tous unis, puisque l'on essaye de commettre contre eux la plus noire des injustices : celle de nous enlever un peu de place au...

1 page - 1,80 ¤

Le temps des hésitations

Jusqu'à l'invasion de l'Éthiopie, en octobre 1935, Mussolini n'a pas de réelle ligne de conduite en matière diplomatique. Il ne manque jamais d'affirmer qu'il compte faire de l'Italie le nouveau maître de la Méditerranée, comme aux temps de la Rome antique. Or, il n'a, dans les faits, qu'une politique à courte vue, maniant revendications territoriales et marchandages diplomatiques, mais...

1 page - 1,80 ¤

Une “ révolution fasciste ” ?

Mussolini, tout au long de sa dictature, ne cesse de proclamer l'avènement d'une ère nouvelle en Italie, débarrassée des valeurs et des divisions de classes de l'ancienne société « bourgeoise », et dont serait bannies les disparités sociales. La réalité est pourtant tout autre, puisqu'en définitive les structures sociales varient peu sous le fascisme. Les classes possédantes, si elles acceptent de...

1 page - 1,80 ¤

Étatisme et autarcie

À partir de 1927, Mussolini veut prendre en main l'économie du pays et la subordonner à la grandeur du régime. L'État se lance dans une politique de grands travaux -constructions d'autoroutes, assèchements des marais...- et de grandes « Batailles », comme celle de la hausse de la production de blé. Mais c'est surtout à partir des années 30, lorsque la...

1 page - 1,80 ¤

Mussolini le libéral

« Je suis un libéral. La nouvelle réalité de demain, répétons-le, sera capitaliste. La vraie histoire du capitalisme ne commence que maintenant. Le socialisme n'a plus une chance de s'imposer. Il s'agit de choisir entre un passé presque mort et des possibilités illimitées d'avenir... Il faut abolir l'Etat collectiviste, tel que la guerre nous l'a transmis, par la nécessité...

1 page - 1,80 ¤

L'ère libérale

Mussolini, arrivé au pouvoir grâce notamment à l'appui politique et financier du grand patronat italien, a tôt fait de jeter aux orties tout ce qui, dans le premier fascisme, ressemblait à une politique économique de gauche. Faisant désormais l'éloge de l'État manchestérien, dont le rôle n'est que d'assurer l'ordre, il offre l'économie du pays au secteur privé et...

1 page - 1,80 ¤

Les rafles

« Au début du fascisme, la population juive de Rome était bien intégrée à la vie nationale. Pour vous donner un exemple personnel, mon arrière-grand-père a été député dans le premier Parlement du Royaume d'Italie. Dans ma famille, il y a des gens qui sont morts au front pendant la première guerre mondiale, d'autres qui ont été décorés. Certains...

1 page - 1,80 ¤

Le statut des Juifs

« Après la conquête de l'Empire, le Grand Conseil déclare l'urgente actualité des problèmes raciaux et la nécessité d'une conscience raciale; il rappelle que le Fascisme a mené depuis seize ans et mène toujours une action positive en vue de l'amélioration quantitative et qualitative de la race italienne, une amélioration qui pourrait être gravement compromise, avec les conséquences politiques incalculables qui...

1 page - 1,80 ¤

La législation antisémite

Le fascisme italien, à la différence du nazisme ou des régimes et mouvement d'extrême-droite qui fleurissent un peu partout dans l'Europe de l'entre-deux-guerres, ne fait pas de l'antisémitisme l'un des fondements de sa doctrine. Il compte d'ailleurs dans ses rangs des militants italiens de confession israélite, qui participent à l'avènement de Mussolini au pouvoir, et que l'on retrouve ensuite...

1 page - 1,80 ¤

Censure et propagande

Le fascisme veut aboutir au contrôle total des esprits. Il doit, pour ce faire, éliminer toute forme de pensée non conforme à ses idées. La presse est rapidement mise au pas. Le régime crée, en 1926, un Ministère de la Presse et de la Propagande, alors que les journalistes, s'ils veulent continuer à travailler, doivent adhérer au Syndicat national...

1 page - 1,80 ¤

Le fascisme selon Starace

« Que les jeunes fascistes fixent bien dans leur esprit la pensée du Duce. Il est absurde de croire à la possibilité de la paix perpétuelle ou d'attribuer une quelconque importance aux constructions internationalistes et sociétaires. Le pacifisme est renoncement à la lutte et lâcheté devant le sacrifice. Le fier mot d'ordre squadriste « je m'en fous! » (me ne frego), inscrit sur les...

1 page - 1,80 ¤

Former l'« Homme nouveau »

Le but ultime du fascisme italien est de former une nouvelle génération d'hommes et de femmes qui épousent totalement ses principes et puissent assurer son avenir. Le pouvoir s'attaque d'abord à la jeunesse. Ainsi, à partir de 1926, les divers mouvements de jeunesse sont regroupés dans l'Opera Nazionale Babilla (ONB). Cet organisme, à travers ses diverses organisations, prend en...

1 page - 1,80 ¤

Mussolini et le corporatisme

« Ce [les Corporations] sont des instruments destinés à atteindre des buts déterminés. Quels sont ces buts ? A l'intérieur, une organisation qui, graduellement, mais de façon inflexible, rapproche les distances entre les possibilités maxima et les possibilités minima ou nulles de la vie : c'est cela que j'appelle une plus haute justice sociale. En ce siècle, on ne peut admettre l'inévitabilité...

1 page - 1,80 ¤

Le corporatisme

Vieille revendication de l'extrême-droite, le corporatisme entend mettre fin à la lutte des classes, en réunissant, au sein d'un même organisme, ouvriers et patronat. Toujours, dans les faits, au bénéfice de ce dernier. Mussolini procède par étape pour imposer le corporatisme à la mode fasciste. Il doit en effet faire face à une puissante organisation syndicale, la Confederazione generale...

1 page - 1,80 ¤

Les outils de la terreur

En dépit d'une vitrine législative légale, le régime fasciste se dote de redoutables organes répressifs afin d'asseoir sa dictature. L'OVRA (Oeuvre volontaire de répression antifasciste ou Organisation de vigilance et de répression de l'antifascisme), créée en novembre 1926, rassemble l'ensemble des services secrets de la police politique. Sa principale tâche est de faire la chasse aux militants communistes. En mai-juin 1927,...

1 page - 1,80 ¤

Les principes du fascisme

LE FASCISTE - Est reconnaissant à Dieu de l'avoir fait naître italien - Croit en la religion des martyres et des héros - Aspire à la patrie comme à une récompense à mériter- Croit en l'universalité de l'idée fasciste - N'aime pas le bonheur du ventre et dédaigne la vie aisée - Méprise le danger et cherche la lutte - Considère le travail comme...

1 page - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 16560 16561 16562 16563 16564 16565 16566 16567 16568 16569 16570 16571 16572 16573 16574 16575 16576 16577 16578 16579 16580 16581 16582 16583 16584 16585 16586 16587 16588 16589 16590 16591 16592 16593 16594 16595 16596 16597 16598 16599 16600 16601 16602 16603 16604 16605 16606 16607 16608 16609 16610 16611 16612 16613 16614 16615 16616 16617 16618 16619 16620 16621 16622 16623 16624 16625 16626 16627 16628 16629 16630 16631 16632 16633 16634 16635 16636 16637 16638 16639 16640 16641 16642 16643 16644 16645 16646 16647 16648 16649 16650 16651 16652 16653 16654 16655 16656 16657 16658 16659 16660 16661 16662 16663 16664 16665 16666 16667 16668 16669 16670 16671 16672 16673 16674 16675 16676 16677 16678 16679 16680 16681 16682 16683 16684 16685 16686 16687 16688 16689 16690 16691 16692 16693 16694 16695 16696 16697 16698 16699 16700 16701 16702 16703 16704 16705 16706 16707 16708 16709 ... 17517 17518 17519 17520 17521 17522

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit