LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Puis-je échanger ce qu'il ne m'appartient pas ?

Moi pensant qui est simultanément une existence. D'où la possibilité d'avoir des pensées divers. * L'exigence d'avoir un corps. Le cogito implique qu'il ne saurait d'existence sans corps. Le corps est la demeure du moi en tant qu'il me rend présent au présent. * Toutes mes perceptions changeantes. Dans la mesure où le moi pensant vit dans le monde sensible,...

2 pages - 1,80 ¤

Puis-je désirer mourir ?

Celui qui désire la mort apparaîtrait presque comme un fou, comme quelqu'un qui n'aurait pas conscience de ce que la mort représenterait. « Je trouve la mort si terrible que je hais plus la vie parce qu'elle m'y mène, que par les épines dont elle est semée», écrit Mme de Sévigné à sa fille Mme de Grignan, soulignant à...

2 pages - 1,80 ¤

Puis-je créer un langage ?

Roland Barthes disait aussi que l'écrivain « est un penseur de mots. » Deuxième partie : la philosophie et la création de langage Le poète n'est pas le seul pour qui il est nécessaire de produire sa langue. En philosophie aussi il est requit de fabriquer son propre système de concept en vue de produire un système. Car toute architectonique philosophique suppose...

2 pages - 1,80 ¤

Puis-je considérer que le moi est haïssable ?

Il est aussi bien ce qui nous révèle notre spiritualité, la foi naturelle en une intelligence divine à laquelle invite l'ordre de l'univers, que ce qui nous permet de décider du bien ou du mal, du vrai et du faux. Ainsi, les connaissances évidentes sont, pour Rousseau, celles auxquelles, dans la sincérité de mon coeur, je ne peux...

6 pages - 1,80 ¤

Puis-je connaître le point de vue d'autrui ?

Un tel passage peut-il se faire sans porter préjudice à la subjectivité, à l'individualité ? (on sait bien que les régimes totalitaire ont pour credo : « l'état est tout, l'individu n'est rien »)   Problématique : comment est-il possible de connaître un point de vue qui, par définition, n'est pas le sien ? Comment parvenir à la connaissance d'un point de vue autre qui égale...

3 pages - 1,80 ¤

Puis-je avoir pleinement conscience de ce que je suis ?

Note : 10/10

La conscience me fait connaître que j'existe (« je pense donc je suis ») et ce que je suis : une chose pensante, distincte d'un corps et plus aisée à connaître que celui-ci. Kant est proche de cette position lorsqu'il énonce que « le je pense doit pouvoir accompagner toutes mes représentations ». En effet, de même que chez Descartes, la pensée en première personne...

4 pages - 1,80 ¤

Puis-je avoir conscience de ce que je ne sais pas ?

Note : 10/10

||  Au sens premier et étymologique du mot conscience, il y a le savoir, puisque « conscience « vient du latin « cum- scientia «, qui veut dire « accompagné de savoir «, avoir conscience de quelque chose, c'est donc  agir, sentir, ou penser, et savoir qu’on agit, sent, ou pense. Il semblerait donc absurde de prétendre avoir conscience de quelque chose que je ne...

3 pages - 1,80 ¤
1,80 ¤

Puis je savoir sans autrui que je suis libre ?

Note : 10/10

ÉLÉMENT DE RÉFLEXION * Il peut paraître curieux qu'il soit imposé sans problème que «nous sommes libres». Il y a donc lieu de rechercher selon quelle(s) conception(s) de la liberté et quelle «problématique» (si l'on peut dire) cette liberté peut apparaître. * Nous découvrirons sans doute ainsi pourquoi autrui peut être la médiation nécessaire de la révélation de cette liberté....

4 pages - 1,80 ¤

Puis je me connaître ?

Note : 10/10

  Dans la recherche d'un fondement absolu de vérité, nous devons douter de tout, même de notre propre corps ; or, la première certitude à laquelle nous parvenons est celle de notre propre conscience : "Je pense, je suis" (Discours de la Méthode) ; l'ego cartésien constitue donc notre première certitude : l'individu est sa propre conscience, il est...

3 pages - 1,80 ¤

Promettre, est-ce renoncer a sa liberté ?

Note : 10/10

.) Après tout, en ce qui concerne la réponse à cette question, si une promesse trompeuse est conforme au devoir, le moyen de m'instruire le plus rapide, tout en étant infaillible, c'est de me demander à moi-même : accepterais-je bien avec satisfaction que ma maxime (de me tirer d'embarras par une fausse promesse) dût valoir comme une loi...

6 pages - 1,80 ¤

Profondeur et surface ?

Note : 10/10

Profondeur et surface sont du point de vue de la géométrie complémentaire, la profondeur étant la troisième dimension qui s'ajoute à la longueur et à la la largeur de la surface. Mais si l'on prend les adjectifs, on remarque au contraire une opposition entre ce qui est profond et ce qui est superficiel, opposition de valeur entre...

3 pages - 1,80 ¤

Prévision et prédiction ?

Note : 10/10

Profondeur et surface sont du point de vue de la géométrie complémentaire, la profondeur étant la troisième dimension qui s'ajoute à la longueur et à la la largeur de la surface. Mais si l'on prend les adjectifs, on remarque au contraire une opposition entre ce qui est profond et ce qui est superficiel, opposition de valeur entre...

5 pages - 1,80 ¤

Prétendre distinguer l'homme de l'animal, est-ce légitime ?

Note : 10/10

Mais Aristote insiste moins sur le genre animal que sur sa différence spécifique, qui rend légitime de faire à l'homme une place à part : l'homme est un animal politique, doué de pensée. Il existe des degrés de perfection au sein du vivant, et l'homme, par son âme rationnelle, se distingue des autres animaux qui n'ont qu'une âme nutritive,...

5 pages - 1,80 ¤
1,80 ¤

Prendre son temps, est-ce le perdre ?

Note : 10/10

||■ Analyse du sujet    — La question paraît d'abord surprenante, en raison de la répétition du même verbe. On vient à bout de la difficulté en s'interrogeant sur la signification du possessif : peut-être ne perd-on qu'un temps qui n'est pas uniquement le sien, mais un temps qui obéit à des normes sociales.  —...

6 pages - 1,80 ¤

Prendre conscience n'est-il pas parfois un devoir ?

Note : 10/10

  II La conscience comme objet de devoir par excellence : Platon et Descartes   -Platon : La prise de conscience du fait que nous ne vivons que dans un monde empirique d'images trompeuses des Idées qui sont les seules réalités intelligibles est un devoir absolu pour qui veut entreprendre une démarche philosophique (La République). Cette démarche n'est pas elle-même obligatoire : la plupart...

2 pages - 1,80 ¤

Prendre conscience de soi. Est-ce que cela exige de se perdre ?

Note : 10/10

Or le langage est une convention non pas universelle, mais collective. Il ne transcrit pas l'originalité de ma personnalité et de mes sensations. Tel est aussi le point de vue de Bergson : pour lui, les mots sont distincts, juxtaposés, généraux et ils ne peuvent rendre compte de toute la vie de nos pensées, sa continuité et son...

2 pages - 1,80 ¤

Prendre conscience de soi, est-ce devenir étranger à soi-même ?

Note : 10/10

Tel est le cas de l'autisme, auquel du reste nous fait penser au héros principal de "L'Étranger" de Camus, si l'on considère que l'autisme se définit comme l'incapacité pour l'individu autiste de ressentir des émotions et d'éprouver la moindre empathie pour l'Autre. La personne autiste est tellement centrée sur elle-même (on la ...

3 pages - 1,80 ¤

Prendre conscience de soi, est ce seulement etre spectateur de son intériorité ?

Note : 10/10

Rester spectateur, s'est se condamner.   B. Freud : l'individualité se constitue dans un rapport de force avec autrui   1. L'oedipe, un conflit formateur Nos conflits structurent notre identité sexuelle, on intériorise l'autre tout en le repoussant On passe d'une communion avec la mère, d'une stricte identité avec elle à la découverte de sa propre identité, puis la découverte d'un concurrent auprès de la...

4 pages - 1,80 ¤

Pouvons-nous vivre heureux tout en ayant conscience qu'on va mourir ?

Note : 10/10

  Deuxième partie : « la mort n'est rien pour nous ».   Epicure, La Lettre à Ménecée : « Habitue-toi en second lieu à penser que la mort n'est rien pour nous, puisque le bien et le mal n'existent que dans la sensation. D'où il suit qu'une connaissance exacte de ce fait que la mort n'est rien pour nous permet de jouir de cette vie...

3 pages - 1,80 ¤

Pouvons-nous vivre dans l'ignorance ?

Note : 10/10

Analyse du sujet - Ignorer c\'est ne pas savoir. Mais l\'ignorance n\'est pas simple absence de connaissance, elle est privation : le non savoir de ce qu\'on devrait savoir ; la pire ignorance étant, depuis Platon, celle qui s\'ignore elle-même. - Comprenons donc ici le terme d\'ignorer en plusieurs sens – qui seront d\'ailleurs essentiels dans la définition...

4 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 16713 16714 16715 16716 16717 16718 16719 16720 16721 16722 16723 16724 16725 16726 16727 16728 16729 16730 16731 16732 16733 16734 16735 16736 16737 16738 16739 16740 16741 16742 16743 16744 16745 16746 16747 16748 16749 16750 16751 16752 16753 16754 16755 16756 16757 16758 16759 16760 16761 16762 16763 16764 16765 16766 16767 16768 16769 16770 16771 16772 16773 16774 16775 16776 16777 16778 16779 16780 16781 16782 16783 16784 16785 16786 16787 16788 16789 16790 16791 16792 16793 16794 16795 16796 16797 16798 16799 16800 16801 16802 16803 16804 16805 16806 16807 16808 16809 16810 16811 16812 16813 16814 16815 16816 16817 16818 16819 16820 16821 16822 16823 16824 16825 16826 16827 16828 16829 16830 16831 16832 16833 16834 16835 16836 16837 16838 16839 16840 16841 16842 16843 16844 16845 16846 16847 16848 16849 16850 16851 16852 16853 16854 16855 16856 16857 16858 16859 16860 16861 16862 ... 17465 17466 17467 17468 17469 17470

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit