LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Recourir au langage, est-ce renoncer a la violence ?

Il permet de structurer la pensée et d'organiser un meilleur « contrôle « sur les actes. D'où l'importance de pouvoir mettre des mots précis sur des représentations ou sur des ressentis pour avoir davantage de pouvoir sur ses actes et de prise sur le monde. Des enquêtes ont été faites pour étudier le mode de traitement...

4 pages - 1,80 ¤

Reconnaître que la liberté ne peut se prouver, est-ce reconnaître que la liberté n'existe pas ?

EXISTENCE (lat. existere, sortir de, s'élever de) Gén. Le fait...

3 pages - 1,80 ¤

Reconnaître l'existence de l'inconscient, est-ce élargir notre conscience ?

Soumettre ces causes à l'examen de notre entendement, c'est les faire quitter le registre inconscient pour les intégrer à notre conscience, sans supprimer leur action de détermination. Pour Spinoza, l'inconscient est réductible en droit, ce qui fait que le reconnaître dans son existence, c'est permettre à la conscience de regagner du terrain.   III Inclusion de la conscience dans l'inconscience :...

7 pages - 1,80 ¤

Reconnaître l'existence de l'inconscient est-ce rétrécir ou élargir notre conscience ?

Soumettre ces causes à l'examen de notre entendement, c'est les faire quitter le registre inconscient pour les intégrer à notre conscience, sans supprimer leur action de détermination. Pour Spinoza, l'inconscient est réductible en droit, ce qui fait que le reconnaître dans son existence, c'est permettre à la conscience de regagner du terrain.   III Inclusion de la conscience dans l'inconscience :...

9 pages - 1,80 ¤

Reconnaître la différence est-ce l'accepter ?

                    La reconnaissance spéculaire de la différence n'est pas son acceptation   a.       Reconnaître la différence comme sa propre singularité Dans un premier temps, nous soutiendrons que reconnaître la différence n'est pas l'accepter. En effet, reconnaître la différence d'autrui peut signifier que nous entretenons un rapport spéculaire avec elle : je reconnais la différence d'autrui en me reconnaissant en elle, je la reconnais,...

2 pages - 1,80 ¤

Reconnaît-on l'artiste à son savoir-faire ?

Note : 7/10

||Il convient de montrer en quoi le savoir-faire peut être caractéristique d'un artiste, mais aussi de demander si ce savoir-faire peut fournir un critère permettant d'évaluer un artiste. Cette interrogation doit permettre de dégager le problème essentiel, qui est celui de savoir si l'on peut faire du savoir-faire le critère même de l'art.||Introduction Oui, on reconnaît l'artiste à son...

4 pages - 1,80 ¤

Rechercher le bonheur n'est ce pas se condamner à ne pas le trouver ?

Note : 7/10

.../... La mesure de notre bonheur, comme de notre souffrance, est déterminée en permanence subjectivement, et non par des changements extérieurs. L'homme peut donc chercher non pas le bonheur à l'extérieur, mais effectuer un travail sur soi-même, pour mieux se connaître et de comprendre ce qui est mauvais pour nous et ce qui ne...

4 pages - 1,80 ¤

Qu'y a-t-il de plus dans l'art que dans la réalité ?

Note : 7/10

Le fait d'imiter est inhérent à la nature humaine dès l'enfance; et ce qui fait différer l'homme d'avec les autres animaux, c'est qu'il est le plus enclin à l'imitation : les premières connaissances qu'il acquiert, il les doit à l'imitation, et tout le monde goûte les imitations. La preuve en est dans ce qui arrive à propos des oeuvres artistiques;...

6 pages - 1,80 ¤

Qu'y a-t-il de naturel dans l'Art ?

Note : 7/10

Cela n'empêche pas qu'il existe chez Platon des attaques virulentes contre la peinture (à l'époque, les arts nobles étaient surtout la poésie ou la danse), considérée comme un miroir déformant et amenuisant de la réalité, le peintre lui-même étant souvent assimilé dans son intention au trompeur. La distinction platonicienne entre copie et simulacre permet de remettre en question...

3 pages - 1,80 ¤

Qu'y a-t-il dans l'art de plus que dans la réalité ?

Note : 7/10

Mais l'expérience esthétique, si souvent invoquée, ne peut pas non plus négliger la chose qui est dans l'oeuvre d'art. Il y a de la pierre dans le monument, du bois dans la sculpture sur bois. Dans le tableau, il y a la couleur, dans les oeuvres de la parole et du son (poésie et musique), il y a...

6 pages - 1,80 ¤

Qu'il y ait une histoire de l'art cela signifie-t-il que les valeurs esthétiques sont relatives ?

Note : 7/10

 » Platon Est beau ce qui correspond le mieux à sa fonction. Le beau sensible n'a pas de valeur en soi, mais est seulement révélateur d'un ordre plus profond : celui du cosmos. D-     Il n'y a ainsi pas de Beaux-arts. La notion d'art comme production du beau n'existait pas.  Ce que nous appelons maintenant art était totalement déprécié dans l'Antiquité,...

4 pages - 1,80 ¤
1,80 ¤

Qui suis-je, moi qui sais que je suis ?

Note : 7/10

J'ai aussi le pouvoir de dire «je », c'est-à-dire de me saisir moi-même, par un retour sur moi, comme sujet conscient et un, qui reste identique à lui-même malgré la diversité des expériences vécues et des affects éprouvés. C'est ce pouvoir d'unité de la conscience qui fait de moi un être humain, une personne, un être ayant une...

5 pages - 1,80 ¤

Qui suis-je ?

Note : 7/10

Cependant, toutes les pensées et tous les désirs sont-ils susceptibles d'être repris dans l'introspection ? À l'inverse de Descartes, Freud montre comment une partie de la conscience échappe de fait à son éclairage. L'inconscient, partie de la conscience où se trouve refoulée partie des désirs et des pulsions, échappe à ma saisie consciente. Ainsi, m'est-il toujours possible de me connaître...

3 pages - 1,80 ¤

Qui sont les sophistes ?

Note : 7/10

Pur produit de la démocratie athénienne, les sophistes, dont les plus prestigieux furent Protagoras et Gorgias, étaient, au ve siècle avant J.-C., des professeurs itinérants, enseignant, de cité en cité et contre rétribution, l'art d'argumenter rationnellement dans les affaires privées et publiques. Ils s'adressaient surtout aux jeunes gens appelés à jouer un rôle dans les assemblées démocratiques de...

3 pages - 1,80 ¤

Qui peut connaître son moi ?

Note : 7/10

  Chaque individu humain peut se connaître soi, dans la vie quotidienne ; mais il ne s'agit alors que d'une connaissance empirique, objet de la représentation ; ce que l'on connaît alors, ce n'est seulement que le moi empirique. Or, l'homme ne peut pas connaître son moi transcendantal, c'est-à-dire le moi qui rend précisément possible ce moi empirique, car...

2 pages - 1,80 ¤

Qui pense quand je dis "je pense" ?

Note : 7/10

C'est  au final toujours un sujet au contact du monde qui pense, puisque le monde donne à penser.   III. Les eaux troubles du cogito          a. On a vu précédemment que le « je pense » confirme l'idée d'un sujet qui se pense lui-même. Aussi que le « je pense » pouvait avoir pour contenu des objets extérieurs d'ordre moral par exemple....

2 pages - 1,80 ¤

Qui ne voudrait que vivre vivrait-il heureux ?

Note : 7/10

Il ne faut donc surtout pas bâtir de projet, mais vivre une vie touristique. Il faut renoncer à toute ambition, à tout projet, à tout idéal : ce serait s'empêcher de profiter maintenant des plaisirs. Un seul conseil : profiter de la vie Pour Nietzsche, la condition du bonheur, c'est de savoir oublier, s'extraire de l'histoire pour savourer l'instant,...

6 pages - 1,80 ¤

Qui n'a jamais réfléchi sur le langage , n'a jamais philosophé ?

Note : 7/10

    III - Lacan et l'inconscient structuré comme langage   Selon notre hypothèse, le langage est capable d'expliquer l'homme. Pour le dire d'une manière moins brutale, le langage permet de comprendre certains mécanismes proprement humains : il révèle, pour ainsi dire, le mode de fonctionnement de l'homme. C'est à partir de cette hypothèse que Jacques Lacan a élaboré une théorie de l'inconscient...

3 pages - 1,80 ¤

Qui faut-il croire ?

Note : 7/10

||La croyance semble être le contraire du savoir, de la certitude. Or ce qui constitue le caractère de la certitude c’est son évidence et sa clarté, c’est-à-dire sa nécessaire, donc l’impossibilité de pouvoir être autrement. Mais la croyance paraît prendre sa place au cœur de l’opinion, de la foi. Elle serait donc liée à...

4 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 16747 16748 16749 16750 16751 16752 16753 16754 16755 16756 16757 16758 16759 16760 16761 16762 16763 16764 16765 16766 16767 16768 16769 16770 16771 16772 16773 16774 16775 16776 16777 16778 16779 16780 16781 16782 16783 16784 16785 16786 16787 16788 16789 16790 16791 16792 16793 16794 16795 16796 16797 16798 16799 16800 16801 16802 16803 16804 16805 16806 16807 16808 16809 16810 16811 16812 16813 16814 16815 16816 16817 16818 16819 16820 16821 16822 16823 16824 16825 16826 16827 16828 16829 16830 16831 16832 16833 16834 16835 16836 16837 16838 16839 16840 16841 16842 16843 16844 16845 16846 16847 16848 16849 16850 16851 16852 16853 16854 16855 16856 16857 16858 16859 16860 16861 16862 16863 16864 16865 16866 16867 16868 16869 16870 16871 16872 16873 16874 16875 16876 16877 16878 16879 16880 16881 16882 16883 16884 16885 16886 16887 16888 16889 16890 16891 16892 16893 16894 16895 16896 ... 17518 17519 17520 17521 17522 17523

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit