LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Ce qui est naturel a-t-il nécessairement une valeur?

Mais nombre de phénomènes naturels ne sauraient représenter, d'un point de vue intéressé ou non, une valeur pour nous. Or l'adverbe « nécessairement », dans le libellé du sujet, nous oriente vers la recherche d'une relation universelle, systématique et qui ne souffre pas d'exceptions.Il faut donc, pour chercher cette relation, sortir la notion de valeur du domaine du...

4 pages - 1,80 ¤

Ce qui ne peut s'acheter est-il nécessairement dépourvu de valeur?

Une montre, legs d'un grand-père à son petit-fils peut avoir mille fois plus de valeur que n'importe quelle montre de luxe, et pourtant coûter un prix dérisoire. Ici, c'est véritablement parce que l'objet est pourvu de valeur qu'il ne s'achète pas.   C- Le legs. Le seul rapport possible avec ces objets...

8 pages - 1,80 ¤

Ce qui est naturel a-t-il nécessairement une valeur?

• Se méfier de la mode : une vague référence aux préoccupations écologiques est insuffisante. • D'où vient la valeur ? • Qu'est-ce que le naturel ? • Si le naturel a une valeur, celle-ci est-elle obligatoirement positive ?...

3 pages - 1,80 ¤

L'utopie n'est-elle qu'un rêve inutile?

Mais une telle acception peut sembler assez superficielle et caricaturale, et il serait quand même surprenant que des esprits de Platon à Saint-Simon en passant par More -aient consacré des textes à transcrire de simples rêves inutiles. On peut au contraire supposer qu'ils avaient d'autres intentions que celle consistant à prouver la fertilité de leur imagination. Dans ce...

5 pages - 1,80 ¤

Qui est autorisé à me dire "tu dois" ?

Quelle est l'origine et quel serait le pouvoir d'un tel impératif? S'interroger sur les fondements d'une telle adresse nous invite à discuter la nécessité ou la contingence du contenu moral de nos actions. Si  une extériorité, une tierce personne,  est  à même de me dire « tu dois «, cela n'impliquerait-il pas que notre...

6 pages - 1,80 ¤

Peut-on vivre sans travailler ?

L'homme d'action, le politique ne travaillaient pas et leur activité était perçue comme d'autant plus éminente qu'elle était délivrée de cette nécessité. Rousseau voit dans l'absence de travail l'état premier de l'homme et que "l'homme est naturellement paresseux". Il ne travaille que pour pouvoir survivre mais si ses conditions de survie sont assurés, il pourrait passer sa vie "à...

5 pages - 1,80 ¤

Gagne-t-on sa vie en travaillant ?

S'il est question de gain ou peut-être de perte à propos du travail, ce ne sera pas dans le même sens que pour le jeu. Que je gagne ou que je perde en jouant, l'enjeu est déterminé par ma seule volonté ; en revanche, en travaillant, l'enjeu, c'est ma vie. Ainsi, en travaillant, je gagne ma vie dans...

5 pages - 1,80 ¤

L'homme se libère-t-il en travaillant?

L'ouvrier est d'abord aliéné par rapport à son produit. Celui-ci lui échappe. Aussitôt qu'il est créé, l'ouvrier en est dépossédé : « L'objet que le travail produit, le produit du travail, vient s'opposer au travail comme s'il s'agissait d'un être étranger, comme si le produit était une puissance indépendante du producteur. » L'ouvrier ne perd pas seulement son...

6 pages - 1,80 ¤

Est-il nécessaire de travailler pour vivre ?

). Donc l'idéal grec est de se libérer de la nécessité du travail. Thèse confirmée par la technique moderne : les machines accomplissent les tâches répétitives ou aliénantes et l'homme peut se consacrer à autre chose. Il est libéré. Promotion du loisir (otium) qui a sa fin en lui-même et qui se distingue du travail (negocium) qui est une production...

4 pages - 1,80 ¤

Le travail a-t-il une fonction sociale?

Arendt, le premier peut se consacrer à la vie contemplative, alors que le second en est réduit à se préoccuper des moyens de subsistance. En conséquence, le travail introduit des rapports de subordination qui ne relèvent pas uniquement de la pyramide sociétale, mais atteint l'individu dans son être propre, dans ses possibilités d'agir et de pensée. Au sommet...

3 pages - 1,80 ¤

Peut-on donner un sens au travail?

    Proposition de plan :   1- le travail : une nécessité aliénante : Si la finalité du travail c'est la survie, si le travail est pur alimentaire, s'il vise simplement à satisfaire les besoins, alors il est absurde. Conception de la Grèce antique. Le travail, expression de la misère de notre condition, asservissement à la nécessité, tâche aliénante réservée aux esclaves. Ceux-ci sont considérés...

4 pages - 1,80 ¤

Le travail peut-il être autre chose que le moyen de subvenir à ses besoins?

Prétendre qu'il est un moyen laisse en effet entendre qu'il serait un moyen parmi d'autres. Or l'expérience quotidienne tend à montrer le contraire. Mais dira t-on du travail qu'il est encore un moyen s'il est le seul moyen ? Ce qui s'impose à nous n'est plus un moyen mais devient au contraire une nécessité. I -...

17 pages - 1,80 ¤

Le travail n'est-il pour l'Homme qu'un moyen de subvenir à ses besoins?

Analyser de façon serrée le terme « besoin «. Existe-t-il des finalités conscientes du travail humain autres que « subvenir à ses besoins « (directement ou indirectement) ? Réfléchir à la signification que le travail peut avoir pour l'homme. Réfléchir aux effets du travail sur l'homme (en intégrant cette réflexion au sujet précis posé). ||HTML clipboardIl ne faut surtout pas se hâter...

18 pages - 1,80 ¤

Qu'est-ce qui pousse l'homme à travailler?

Note : 5.1/10

Pourtant, la machine sans sa valorisation par l'homme n'est que du « travail mort « : mais le travail vivant auquel sa valorisation par l'homme donne lieu n'a plus rien de libérateur. Hegel le prophétisait déjà en quelque sorte : « enfin l'abstraction de la production fait le travail toujours plus mécanique et à la fin, il est possible...

8 pages - 1,80 ¤

Pourquoi les hommes travaillent-ils?

Note : 5.1/10

Même si cet état avait existé, l'homme n'y aurait pas été vraiment humain et libre. En réalité, le besoin naturel est complètement modelé par les conditions sociales dans lesquelles il est satisfait. La faim est un besoin naturel, mais, selon l'époque et la société, la façon dont la satisfait est différente. Le  caractère social du besoin signifie donc que...

8 pages - 1,80 ¤

Le travail est-il pour l'individu le moyen de devenir une personne?

Note : 9/10

La personne est digne de respect, elle n'a pas de valeur. La personne est donc celui qui est capable de choix, qui possède une volonté et une conscience de soi. ·         Il y a donc une relation entre individu et personne. La personne, c'est l'individu plus la conscience et la volonté. Alors, est-ce le travail qui est à l'origine de...

4 pages - 1,80 ¤

Travailler est-ce perdre son temps ?

Note : 9/10

3.      Que pouvons-nous gagner à travailler ? ·         Le travail, nous l'avons donc vu, peut se concevoir à la fois comme libération t comme contrainte. Il peut, pour reprendre l'expression de notre sujet, nous faire perdre notre temps ou au contraire être un vrai atout pour notre réussite non pas sociale, mais en tant...

8 pages - 1,80 ¤

L'homme peut-il se contenter de travailler en vue d'un seul gain?

Note : 9/10

Il y a de la joie dans l'argent, du plaisir dans la circulation de la monnaie. L'argent est possibilité d'obtenir tout un monde de choses belles, utiles, que nous n'avons pas le droit de dédaigner. S'il est raison, l'argent est aussi circulation joyeuse de valeurs. Il est médiation bénéfique à l'existence.Et d'ailleurs, le seul gain, l'unique profit en...

5 pages - 1,80 ¤

Pourquoi travaillons-nous?

Note : 10/10

Parce qu'il est ainsi représenté, le besoin social cesse d'être biologique ; il devient spirituel. C'est la raison pour laquelle Hegel dit ici qu'il est universel : le besoin social permet d'échapper à la nature immédiate, à la satisfaction animale ; il implique la pensée et le rapport à autrui. Avant donc de considérer le caractère libérateur du travail en lui-même (réalisation...

9 pages - 1,80 ¤

Est-ce un devoir de travailler ?

Note : 5.2/10

Les mains blanches, qui n'avaient pas à toucher à la terre, ni à se salir, étaient celles des possédants capables de ne pas éreinter leur existence dans l'effort. Le marxisme utilise l'idée autrement, considérant que le travail obligatoire est une forme moderne de l'esclavage : « Le domaine de la liberté commence là où cesse le travail. » Marx, Karl. Il est...

2 pages - 1,80 ¤

Y a-t-il un droit à la paresse ?

Note : 10/10

||Nous nous interrogeons sur le droit à la paresse. Y a-t-il un droit à la paresse ? Si la société est fondée sur l'échange des services et des biens que chacun de ses membres peut fournir grâce à son travail, serait-il juste qu'il y ait un droit à la paresse ? Une telle société...

5 pages - 1,80 ¤

L'homme a-t-il besoin de travailler ?

Note : 10/10

À ce titre, le travail n'est pas une fin en soi, mais un moyen, donc une activité imposée par la poursuite de certaines fins.Néanmoins, le travail n'est pas seulement une activité rendue nécessaire par la nécessité même de satisfaire certains besoins, dans la mesure où on peut observer qu'il peut être désiré en lui-même, indépendamment de la satisfaction...

5 pages - 1,80 ¤

Le travail est-il seulement une nécessité?

Note : 10/10

Il ne cesse de diviser la pensée contre elle-même : liberté contre servitude. La nécessité est plus qu'une obligation : elle renvoie à quelque chose d'inévitable ; une nécessité s'impose. ® Il va donc falloir confronter et surtout distinguer le vécu du travail de son concept ou essence. On doit ici analyser l'essence du travail afin de pouvoir affirmer, ou infirmer...

4 pages - 1,80 ¤

Le travail est-il une fatalité?

Note : 10/10

De façon plus abstraite, Hegel avait antérieurement montré que le stade final de la liberté (la liberté en-soi-pour-soi) ne se réalise que dans le travailleur. Dialectique : processus de pensée qui prend en charge des propositions apparemment contradictoires et se fonde sur ces contradictions afin de faire émerger de nouvelles propositions. ...

3 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 17014 17015 17016 17017 17018 17019 17020 17021 17022 17023 17024 17025 17026 17027 17028 17029 17030 17031 17032 17033 17034 17035 17036 17037 17038 17039 17040 17041 17042 17043 17044 17045 17046 17047 17048 17049 17050 17051 17052 17053 17054 17055 17056 17057 17058 17059 17060 17061 17062 17063 17064 17065 17066 17067 17068 17069 17070 17071 17072 17073 17074 17075 17076 17077 17078 17079 17080 17081 17082 17083 17084 17085 17086 17087 17088 17089 17090 17091 17092 17093 17094 17095 17096 17097 17098 17099 17100 17101 17102 17103 17104 17105 17106 17107 17108 17109 17110 17111 17112 17113 17114 17115 17116 17117 17118 17119 17120 17121 17122 17123 17124 17125 17126 17127 17128 17129 17130 17131 17132 17133 17134 17135 17136 17137 17138 17139 17140 17141 17142 17143 17144 17145 17146 17147 17148 17149 17150 17151 17152 17153 17154 17155 17156 17157 17158 17159 17160 17161 17162 17163 ... 17516 17517 17518 17519 17520 17521

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit