LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Faut-il dire que la société dénature l'homme où qu'elle l'humanise?

De  plus, la société peut dénaturer l'homme en le pervertissant (le luxe, la  compétition, etc). Pourtant la possibilité d'instaurer une société, avec ses  structures, son ordre, ses codes, ne manifeste-t-elle pas la nature humaine,  au sens où l'homme est un être de culture qui n'est pas qu'un animal ? Ici,  vous pouvez penser aux analyses d'Aristote dans la...

7 pages - 1,80 ¤

Peut on dire que la société constitue une entrave à l'épanouissement de l'individu ?

              L'épanouissement de l'individu ne s'obtiendrait-il que si celui-ci parvient à s'autoriser de lui-même ? La réalisation de l'individu passe t-elle nécessairement par un individualisme ? N'est-ce pas là la figure de l'artiste : à la fois paradigme de l'épanouissement et en même temps qu'on situe à la marge de la société parce qu'il ne participe pas aux mêmes cycles économiques...

2 pages - 1,80 ¤

A quoi l'homme doit-il renoncer pour vivre en société?

|| Qu'est-ce que la vie en société ? L'expression désigne la vie d'un ensemble d'individus entre lesquels existent des rapports organisés et des échanges de services. Pour qu'une organisation soit possible, ne faut-il pas que les désirs individuels passent après le bien de la collectivité ? La société ne doit-elle pas briser un...

5 pages - 1,80 ¤

Doit-on dire que sans la société la conscience humaine ne s'éveillerait pas ?

La conscience n'est alors pas susceptible d'un quelconque "éveil" : elle est pré-donnée existentiellement, nécessaire dans cette donation originelle. Son origine n'est pas ce qui intéresse Husserl : la conscience est présentée comme ne dérivant de rien, mais comme fondant même l'existence possible du monde extérieur (Méditations cartésiennes). Dès lors la société humaine pour Husserl ne saurait éveiller...

2 pages - 1,80 ¤

Tout a-t-il un sens ?

a) Malheureusement pour Platon, il semble que son enseignement n'ait fait que continuer le problème qu'il combattait lui-même. En s'en remettant à un monde intelligible garant de l'unité de la raison, il a invité tous les esprits spéculatifs à s'extraire du monde sensible et à verser dans un monde détaché de toute réalité. Libérés de toutes entraves, leurs...

3 pages - 1,80 ¤

Nos sens sont-ils trompeurs ?

La relation de cause à effet serait nécessairement absolument inconnue aux hommes. Dès lors, ce serait la fin de toute inférence et de tout raisonnement sur les opérations de la nature; la mémoire et les sens resteraient les seuls canaux qui pourraient livrer accès dans l'esprit à la connaissance d'une existence réelle. Notre idée de nécessité et de...

5 pages - 1,80 ¤

Les sciences humaines nous disent-elles ce qu'est l'humanité ?

Si l'on entend par « humanité » la totalité des hommes sur Terre, on relève que cette totalité est le champ d'une diversité culturelle extrêmement marquée. Il est clair que l'ethnologie, entendue particulièrement comme anthropologie culturelle, est à même de souligner et d'analyser ces différences. Toutefois, elle doit, faute de quoi elle échappe à sa scientificité, se contenter...

2 pages - 1,80 ¤

Les sciences humaines suffisent-elles à connaître l'homme ?

.../... Puisqu'il s'agit de considérer l'homme, non pas dans son identité individuelle, personnelle - rendre compte non de Callias, mais de l'humanité, l'universel, présent en lui dirait Aristote, de considérer ce que l'homme comporte de nécessité (il n'y a en effet de science au sens strict que du nécessaire) -, plusieurs normes ou exigences fondamentales...

5 pages - 1,80 ¤

Quelles sont les difficultés propres aux sciences humaines ?

b) A l'inverse, on s'accorde généralement à penser que ce qui fait la spécificité de l'humain, c'est le fait que le vécu humain mette en jeu des significations, des intentions, des anticipations, des symboles et des valeurs. L'homme donne un sens à ses propres actes comme à ceux des autres. Il prête des intentions à ses semblables. Il...

3 pages - 1,80 ¤

Les sciences humaine sont-elles véritablement des sciences?

— Lorsqu'on parle de sciences, on pense le plus souvent aux sciences exactes telles que les mathématiques, ou aux sciences de la nature, c'est-à-dire à toutes les disciplines ayant pour objet l'étude rigoureuse de la matière brute (la physique, la chimie, l'astronomie, etc.) et de la matière vivante (l'anatomie, la physiologie, la biologie). — Les sciences humaines, ayant pour...

4 pages - 1,80 ¤

La science doit-elle conduire au bonheur ?

1. Le bonheur comme accomplissement de la nature Aristote  considère que le bonheur réside dans la réalisation de l'homme, réalisation des fonctions qui lui sont les plus spécifiques : les activités de l'âme.   Texte : Aristote  ethique à  Nicomaque,  Tricot, Vrin,  p.57-59 "Mais sans doute l'identification du bonheur et du Souverain Bien apparaît-elle comme une chose sur laquelle tout le monde est...

7 pages - 1,80 ¤

Y a t il savoir faire sans savoir ?

La question devient donc celle-ci : peut-on encore parler d'un savoir qui est intraduisible ?   II-L'intuition, un autre nom pour le savoir.               L'expression même de « savoir faire » est ambiguë et résume la difficulté : on désigne par là une pure technique qui ne s'embarrasse pas de mots ni de théorie, les gestes du chirurgien, de l'artisan ou du cuisinier ne s'apprennent pas...

2 pages - 1,80 ¤

Entre croire et savoir faut-il choisir ?

Pesons le gain et la perte, en prenant choix que Dieu est. Estimons ces deux cas : si vous gagnez, vous gagnez tout; si vous perdez, vous ne perdez rien. Gagez donc qu'il est, sans hésiter. »   Ce n'est pas parce qu'il la tient pour certaine que le croyant croit en l'existence de dieu, mais parce qu'il lui semble que sans...

4 pages - 1,80 ¤

Le savoir exclut-il toutes formes de croyances?

Voyons. Puisqu'il faut choisir, voyons ce qui vous intéresse le moins. (...) .Votre raison n'est pas plus blessée, en choisissant l'un que l'autre, puisqu'il faut nécessairement choisir. Voilà un point vidé. Mais votre béatitude ? Pesons le gain et la perte, en prenant croix que Dieu est. Estimons ces deux cas : si vous...

7 pages - 1,80 ¤

La croyance limite t elle le savoir?

Bercé par un désir intense Don Quichotte a donc réussi à croire par la force de son désir en un autre monde. II. Deuxième partie : la croyance comme obstacle à la connaissance. Il est évident que si la croyance est irrationnelle, aucune science, ni aucun réel savoir ne peuvent en découler. Car le savoir requiert de l'exactitude et de...

2 pages - 1,80 ¤

La connaissance scientifique dissipe-t-elle la superstition?

Note : 8/10

Dans sa Loi des Trois États, Auguste Comte montre comment la connaissance humaine finit par accéder au stade positif ou scientifique. Doit-on en déduire qu'une fois parvenu à cet état « final «, l'esprit abandonne totalement ses attitudes antérieures? Malgré tous les problèmes qu'elle rencontre au XXe siècle, on sait bien que la foi...

5 pages - 1,80 ¤

Les limites de la connaissance remettent-elles en cause la possibilité d'atteindre le vrai?

Note : 8/10

Introduction : La recherche de la vérité est une motivation profonde de la connaissance. La vérité peut être définie comme une connaissance de la réalité. La quête de la vérité s'accomplit à travers la recherche d'une connaissance scientifique ou métaphysique de la réalité. Selon cette idée, la vérité se révélerait au terme de cette recherche. Mais la connaissance est...

6 pages - 1,80 ¤

Expliquez pourquoi la vérité, selon Parménide , ne peut être connue que par la raison.(la pensée)

Note : 8/10

Introduction : La recherche de la vérité est une motivation profonde de la connaissance. La vérité peut être définie comme une connaissance de la réalité. La quête de la vérité s'accomplit à travers la recherche d'une connaissance scientifique ou métaphysique de la réalité. Selon cette idée, la vérité se révélerait au terme de cette recherche. Mais la connaissance est...

1 page - 1,80 ¤

Peut-on assigner des limites à notre connaissance du réel?

Note : 8/10

Celles-là je les connais; et comme je trouve qu'elles répondent à toutes les nécessités et à toutes les fins de l'existence, je n'ai aucune raison de l'inquiéter d'autres être inconnus. Un morceau de pain sensible, par exemple apaisera ma faim mieux que dix mille fois autant de ce pain réel, insensible inintelligible dont vous parlez. C'est aussi mon...

7 pages - 1,80 ¤

Faut-il renoncer à s'interroger sur ce qui est hors de portée de la connaissance scientifique?

Note : 9/10

La religion n'est pas à prouver scientifiquement, elle repose sur une confiance et une foi. Pourtant, elle prend parfois dans la vie d'un homme autant de place que les vérités qu'il tient pour scientifiquement certaines. à La science n'est pas toute puissante. Exemple : erreurs scientifiques corrigées dans l'histoire (géocentrisme et héliocentrisme, entre autre). Exemple : beaucoup de choses échappent à la science :...

3 pages - 1,80 ¤

Y a-t-il des limites au pouvoir de la raison ?

Note : 9/10

Les thèses présentent le point de vue dogmatique. Elles naissent de la prépondérance attribuée au concept de substance,et présentent un intérêt pratique (au sens de la morale)considérable,car à leur sort paraît lié celui des idées d'âme,de liberté et de cause première. Elles présentent en outre un intérêt spéculatif car,en  dérivant le relatif de l'absolu,elles fournissent à la raison...

3 pages - 1,80 ¤

Connaître, est-ce le privilège de la science?

Note : 5.4/10

Il est même très vieux, car il a l'âge de ses préjugés. « La première bataille à livrer pour accéder à la connaissance scientifique est donc une bataille contre soi-même, contre le sens commun auquel le savant adhère spontanément. C'est une bataille contre l'opinion : « L'opinion pense mal, elle ne pense pas, elle traduit...

4 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 17020 17021 17022 17023 17024 17025 17026 17027 17028 17029 17030 17031 17032 17033 17034 17035 17036 17037 17038 17039 17040 17041 17042 17043 17044 17045 17046 17047 17048 17049 17050 17051 17052 17053 17054 17055 17056 17057 17058 17059 17060 17061 17062 17063 17064 17065 17066 17067 17068 17069 17070 17071 17072 17073 17074 17075 17076 17077 17078 17079 17080 17081 17082 17083 17084 17085 17086 17087 17088 17089 17090 17091 17092 17093 17094 17095 17096 17097 17098 17099 17100 17101 17102 17103 17104 17105 17106 17107 17108 17109 17110 17111 17112 17113 17114 17115 17116 17117 17118 17119 17120 17121 17122 17123 17124 17125 17126 17127 17128 17129 17130 17131 17132 17133 17134 17135 17136 17137 17138 17139 17140 17141 17142 17143 17144 17145 17146 17147 17148 17149 17150 17151 17152 17153 17154 17155 17156 17157 17158 17159 17160 17161 17162 17163 17164 17165 17166 17167 17168 17169 ... 17516 17517 17518 17519 17520 17521

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit