LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Quelle crédibilité peut-on accorder à l'image ?

PEUT-ON : Ce genre de sujet interroge sur la capacité, la faculté, la possibilité de faire ou de ne pas faire quelque chose, d'être ou de ne pas être. Il faudra distinguer la possibilité technique et la possibilité morale. ...

3 pages - 1,80 ¤

Un monde sans travail est-il souhaitable?

Dès lors, un monde sans travail est souhaitable.   II.                  Un monde sans travail n'est pas souhaitable pour l'homme   Penser le travail comme l'activité qui consiste à produire une marchandise consiste à définir le travail par sa réalisation finale. Or le travail est d'abord une activité qu'il faut analyser afin de savoir si un monde sans travail est souhaitable. Bergson dans L'évolution créatrice...

4 pages - 1,80 ¤

L'apparence est-elle nécessairement une illusion ?

Les choses sont leur apparence, pour ainsi dire. De ce point de vue, l'apparence n'est pas nécessairement illusoire, mieux elle ne l'est jamais.     III - L'expérience esthétique               Dans ce processus de réhabilitation de l'apparence que nous avons entrepris, celle-ci n'apparaît donc plus comme un voile masquant l'être. Au contraire, l'être se trouve exprimé dans l'apparence. Cependant, ne peut-on...

2 pages - 1,80 ¤

Doit-on considérer le doute comme une faiblesse ?

Mais si je propose une preuve pour une affirmation, le sceptique me dira « Prouve ta preuve ». ainsi la preuve qu'on apporte pour garantir l'affirmation a besoin d'une autre preuve et celle-ci d'une autre à l'infini. Pour connaître la moindre chose je suis d'autre part contraint de remonter à l'infini, c'est-à-dire de mettre ce donné en rapport...

5 pages - 1,80 ¤

Suffit-il de voir pour savoir ?

La vue dit vrai Pour Épicure, à chaque objet correspond un «simulacre», c'est-à-dire une forme visible directement saisissable qui se dégage de lui et permet de le connaître. Pour Etienne Bonnot de Condillac, réflexion, jugement, passion, tout n'est que sensation plus ou moins modifiée. Ainsi, il suffit de voir pour savoir. La perception est la meilleure des connaissances Pour Hume, sont...

2 pages - 1,80 ¤

La culture affranchit-elle l'homme de la nature ?

Pour vivre en société, les hommes développent des « médiations », c'est-à-dire des réalités intermédiaires qui permettent de faire le lien entre eux comme le langage par exemple. La culture n'affranchit donc pas l'homme de la nature, elle développe la nature proprement humaine.       III : Culture et civilisation.   1)      Il convient de distinguer la culture et la civilisation.  On peut définir la culture comme...

2 pages - 1,80 ¤

L'homme est-il naturellement humain?

On s'aperçoit d'emblée que la question pose un certain nombre de problèmes dans sa formulation même. En effet, la présence qui semble redondante, des termes « homme » et « humain » pose le doigt sur une ambiguïté manifeste qui, si elle n'était pas soulevée, nous amènerait à répondre immédiatement de façon positive à la question posée. Car au...

4 pages - 1,80 ¤

Les réalités mathématiques sont-elle des réalités intelligibles?

Celles-ci pour lui relèvent d'une autre nature, non seulement réelle mais aussi formelle : leurs outils de raisonnement ne sont pas des outils mathématiques. Wittgenstein se demande ainsi comment les hommes s'accordent quant aux significations du langage : selon lui, il ne s'agit pas du tout d'un "calcul" propositionnel mathématique, mais d'une sensibilité humaine intuitive (Recherches philosophiques).   -Heidegger va...

2 pages - 1,80 ¤

Peut-on parler de l'amitié entre les peuples?

PEUT-ON : Ce genre de sujet interroge sur la capacité, la faculté, la possibilité de faire ou de ne pas faire quelque chose, d'être ou de ne pas être. Il faudra distinguer la possibilité technique et la possibilité morale. ...

2 pages - 1,80 ¤

L'intérêt est-il le seul lien social?

Ils sont naturellement destinés à vivre en société. C'est le sens de la définition d'Aristote : l'homme est un animal politique. De fait, si c'est une tendance naturelle qui fait se joindre l'homme et la femme en vue de la génération, c'est aussi naturellement que se constitue la famille, société élémentaire, puis le regroupement des familles en villages,...

4 pages - 1,80 ¤

Les hommes ne vivent-ils en société que par intérêt?

(...) Les sociétés fondées sur un contrat ne sont pas de véritables sociétés. Une banque, dès qu'il y a menace de ruine, tout le monde en retire ses fonds et l'abandonne» (Définitions). La société repose sur des valeurs communes «Les croyances proprement religieuses sont toujours communes à une collectivité déterminée. (...) Elles sont la chose du groupe et elles en...

4 pages - 1,80 ¤

Qu'est-ce qui pousse les hommes à entrer en société ?

L'individu y devient membre d'un tout. Mais, là encore, le moment de la différence est maintenu dans l'unité. L'unité du couple, qui, en tant que substantielle, est intériorité et sentiment, bien qu'en tant qu'existence elle soit séparée en deux sujets, devient dans l'enfant une unité réelle, une existence pour soi. Le rôle de l'éducation est de faire sor­tir...

3 pages - 1,80 ¤

La liberté est elle le principal but de la vie en société ?

LIBERTÉ (lat. libertas, condition de l'homme libre) Gén. La liberté au sens primitif s'oppose à l'esclavage et se définit alors négativement comme absence de contrainte extérieure. On appelle ordinairement liberté physique le fait d'agir...

1 page - 1,80 ¤

Une communauté politique n'est-elle qu'une communauté d'intérêts ?

||Le sujet semble ici affirmer que la communauté politique est d'abord une communauté d'intérêts. Ne peut-on pas légitimement remettre en doute le caractère absolu de cette affirmation ? Le pluriel a été choisi pour le terme « intérêts : ce qui renvoie donc non à un intérêt commun mais à des intérêts personnels et égoïstes. La communauté...

5 pages - 1,80 ¤

Faut-il dire que la société dénature l'homme où qu'elle l'humanise?

De  plus, la société peut dénaturer l'homme en le pervertissant (le luxe, la  compétition, etc). Pourtant la possibilité d'instaurer une société, avec ses  structures, son ordre, ses codes, ne manifeste-t-elle pas la nature humaine,  au sens où l'homme est un être de culture qui n'est pas qu'un animal ? Ici,  vous pouvez penser aux analyses d'Aristote dans la...

7 pages - 1,80 ¤

Peut on dire que la société constitue une entrave à l'épanouissement de l'individu ?

              L'épanouissement de l'individu ne s'obtiendrait-il que si celui-ci parvient à s'autoriser de lui-même ? La réalisation de l'individu passe t-elle nécessairement par un individualisme ? N'est-ce pas là la figure de l'artiste : à la fois paradigme de l'épanouissement et en même temps qu'on situe à la marge de la société parce qu'il ne participe pas aux mêmes cycles économiques...

2 pages - 1,80 ¤

A quoi l'homme doit-il renoncer pour vivre en société?

|| Qu'est-ce que la vie en société ? L'expression désigne la vie d'un ensemble d'individus entre lesquels existent des rapports organisés et des échanges de services. Pour qu'une organisation soit possible, ne faut-il pas que les désirs individuels passent après le bien de la collectivité ? La société ne doit-elle pas briser un...

5 pages - 1,80 ¤

Doit-on dire que sans la société la conscience humaine ne s'éveillerait pas ?

La conscience n'est alors pas susceptible d'un quelconque "éveil" : elle est pré-donnée existentiellement, nécessaire dans cette donation originelle. Son origine n'est pas ce qui intéresse Husserl : la conscience est présentée comme ne dérivant de rien, mais comme fondant même l'existence possible du monde extérieur (Méditations cartésiennes). Dès lors la société humaine pour Husserl ne saurait éveiller...

2 pages - 1,80 ¤

Tout a-t-il un sens ?

a) Malheureusement pour Platon, il semble que son enseignement n'ait fait que continuer le problème qu'il combattait lui-même. En s'en remettant à un monde intelligible garant de l'unité de la raison, il a invité tous les esprits spéculatifs à s'extraire du monde sensible et à verser dans un monde détaché de toute réalité. Libérés de toutes entraves, leurs...

3 pages - 1,80 ¤

Nos sens sont-ils trompeurs ?

La relation de cause à effet serait nécessairement absolument inconnue aux hommes. Dès lors, ce serait la fin de toute inférence et de tout raisonnement sur les opérations de la nature; la mémoire et les sens resteraient les seuls canaux qui pourraient livrer accès dans l'esprit à la connaissance d'une existence réelle. Notre idée de nécessité et de...

5 pages - 1,80 ¤

Les sciences humaines nous disent-elles ce qu'est l'humanité ?

Si l'on entend par « humanité » la totalité des hommes sur Terre, on relève que cette totalité est le champ d'une diversité culturelle extrêmement marquée. Il est clair que l'ethnologie, entendue particulièrement comme anthropologie culturelle, est à même de souligner et d'analyser ces différences. Toutefois, elle doit, faute de quoi elle échappe à sa scientificité, se contenter...

2 pages - 1,80 ¤

Les sciences humaines suffisent-elles à connaître l'homme ?

.../... Puisqu'il s'agit de considérer l'homme, non pas dans son identité individuelle, personnelle - rendre compte non de Callias, mais de l'humanité, l'universel, présent en lui dirait Aristote, de considérer ce que l'homme comporte de nécessité (il n'y a en effet de science au sens strict que du nécessaire) -, plusieurs normes ou exigences fondamentales...

5 pages - 1,80 ¤

Quelles sont les difficultés propres aux sciences humaines ?

b) A l'inverse, on s'accorde généralement à penser que ce qui fait la spécificité de l'humain, c'est le fait que le vécu humain mette en jeu des significations, des intentions, des anticipations, des symboles et des valeurs. L'homme donne un sens à ses propres actes comme à ceux des autres. Il prête des intentions à ses semblables. Il...

3 pages - 1,80 ¤

Les sciences humaine sont-elles véritablement des sciences?

— Lorsqu'on parle de sciences, on pense le plus souvent aux sciences exactes telles que les mathématiques, ou aux sciences de la nature, c'est-à-dire à toutes les disciplines ayant pour objet l'étude rigoureuse de la matière brute (la physique, la chimie, l'astronomie, etc.) et de la matière vivante (l'anatomie, la physiologie, la biologie). — Les sciences humaines, ayant pour...

4 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 17034 17035 17036 17037 17038 17039 17040 17041 17042 17043 17044 17045 17046 17047 17048 17049 17050 17051 17052 17053 17054 17055 17056 17057 17058 17059 17060 17061 17062 17063 17064 17065 17066 17067 17068 17069 17070 17071 17072 17073 17074 17075 17076 17077 17078 17079 17080 17081 17082 17083 17084 17085 17086 17087 17088 17089 17090 17091 17092 17093 17094 17095 17096 17097 17098 17099 17100 17101 17102 17103 17104 17105 17106 17107 17108 17109 17110 17111 17112 17113 17114 17115 17116 17117 17118 17119 17120 17121 17122 17123 17124 17125 17126 17127 17128 17129 17130 17131 17132 17133 17134 17135 17136 17137 17138 17139 17140 17141 17142 17143 17144 17145 17146 17147 17148 17149 17150 17151 17152 17153 17154 17155 17156 17157 17158 17159 17160 17161 17162 17163 17164 17165 17166 17167 17168 17169 17170 17171 17172 17173 17174 17175 17176 17177 17178 17179 17180 17181 17182 17183 ... 17531 17532 17533 17534 17535 17536

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit