LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Sur quelles raisons pouvons-nous nous appuyer pour admettre l'existence de l'inconscient?

c) La méconnaissance Plus fondamentalement, l'inconscient freudien doit être postulé pour donner à l'ensemble des phénomènes psychiques leur cohérence. Or, la théorie freudienne repose sur l'idée que la conscience est dans un rapport de méconnaissance avec le reste de l'appareil psychique. Alors que traditionnellement on lui attribue le plus haut degré de lucidité et...

3 pages - 1,80 ¤

Quelle conception de l'homme l'hypothèse de l'inconscient remet-elle en cause ?

Note : 5.1/10

Si une partie inconsciente du sujet détermine les actions de ce sujet, et si celui-ci ne peut en être tenu pour cause, alors que dire, par exemple, d'un criminel ? Faut-il punir son inconscient ? Peut-on le punir pour des actes dont il n'est pas responsable ? C'est un problème éthique sérieux. -...

7 pages - 1,80 ¤

La connaissance de l'inconscient apporte-t-elle quelque chose d'essentiel à la connaissance de l'homme ?

Note : 5.1/10

   Thème 494Connais-toi toi même Il ne s'agit pas pour Socrate de se livrer à une investigation psychologique, mais d'acquérir la science des valeurs que l'homme porte en lui. Cette science importe essentiellement - bien avant de connaître la nature ou les dieux. Comment conduire sa vie pour être heureux ; voilà la question qui hante tous les hommes. L'opinion,...

6 pages - 1,80 ¤

Quelle conception de l'homme l'hypothèse de l'inconscient remet-elle en cause ?

Note : 5.1/10

(L'existentialisme est un humanisme) Voir : http://www.philocours.com/cours/cours-inconscient2.html#A-%20L%E2%80%99OBJECTION%20ETHIQUE%20:%20SARTRE - Car pour Sartre l'homme se réalise entièrement, il n'est le jouet d'aucune force occultée, il est fait de choix et de décisions propres. L'inconscient, qui est un déterminisme caché, nie cette liberté. Sartre s'efforcera donc, par cohérence avec son existentialisme, de répondre point par point à l'hypothèse de l'inconscient de Freud. Conclusion Ainsi, l'hypothèse de...

7 pages - 1,80 ¤

L'idée d'un inconscient psychique exclue t-elle l'idée de liberté ?

Note : 5.1/10

Ces faits psychiques refoulés sont en effet soumis à une censure qui évacue hors de la conscience (qui « refoule ») les désirs jugés incompatibles avec les exigences morales du sujet. « L'inconscient est le psychique lui-même et son essentielle réalité. » Freud, L'Interprétation des rêves, 1899. « Longtemps on a considéré la pensée consciente comme la pensée...

4 pages - 1,80 ¤

L'idée d'inconscient introduit elle la fatalité dans la vie de l homme?

Note : 5.1/10

.../...       Or si l'homme ne domine pas le rythme, le sens, de sa propre vie, comment continuer de croire en la possibilité d'un sens moral puisque celui-ci exige comme condition de possibilité que l'homme puisse librement décider de ses actes. La morale, la responsabilité, sont entamées dans leur sens même dès lors que l'homme...

7 pages - 1,80 ¤

L'homme est-il réellement responsable de tout ce qu'il fait?

Note : 5.1/10

a)                  Il est évident, dans un premier temps, qu'il y a un ensemble d'actions qui ne mettent pas en jeu la responsabilité. C'est le cas notamment des actions anodines, c'est-à-dire des actions qui n'affligent personne, dont personne ne cherche un responsable. De plus, il y a des actions dans lesquelles je ne m'engage pas. L'action politique est le paradigme...

2 pages - 1,80 ¤

La volonté est-elle libre ?

Note : 5.1/10

L'action sera dite libre car l'homme en est la cause. La volonté est une force dont le sujet s'empare pour lui donner un sens : on distinguera la force qui produit l'action et l'intention qui lui confère un sens ou sa direction. En fait la volonté emprunte le dynamisme du désir et coopère avec lui. Aristote...

4 pages - 1,80 ¤

La lecture des images nécessite-t-elle une éducation particulière?

Note : 5.1/10

De même Cassirer, élargit à la culture les catégories kantiennes, avec l'idée de formes symboliques. Il s'agit de principes intelligibles qui opèrent une synthèse sensible qui sont toujours à l'oeuvre dans le sensible. Panofsky contrairement à ce dernier ne sépare pas la forme du fond. Panofsky reproche à la modernité de ne s'attarder que sur la forme. L'oeuvre...

3 pages - 1,80 ¤

L'ignorance est-elle une excuse ?

Note : 5.1/10

Peut-on considérer le sujet comme responsable ?  Le propre de l'erreur est de ne pas savoir que l'on est erreur : il est dès lors difficile de reprocher à quelqu'un de se tromper, s'il le fait en toute bonne foi.  On ne peut dissocier la condition de sujet d'une tâche d'une identification au savoir qui fasse...

4 pages - 1,80 ¤

Qu'est ce que l'identité ?

Note : 5.1/10

car aimerait-on la substance de l'âme d'une personne, abstraitement, et quelques qualités qui y fussent ? Cela ne se peut, et serait injuste. On n'aime donc jamais personne, mais seulement des qualités.Qu'on ne se moque donc plus de ceux qui se font honorer pour des charges et des offices, car on n'aime personne que pour des qualités empruntées."...

6 pages - 1,80 ¤

Garde t-on son identité ?

Note : 5.1/10

Il faut se garder de faire des glissements hasardeux, par exemple il y a un fichage génétique de certains criminels, ce qui ne doit pas nous conduire à assimiler ces empreintes Adn à des gènes du mal ou du crime. Le crime ou l'identité, bref ce qui se construit n'est pas inscrit dans nos gènes.             L'expression de...

2 pages - 1,80 ¤

Changer, est-ce devenir quelqu'un d'autre?

Note : 5.1/10

Le moi véritable témoigne de nos actes : « l'âme n'est pas une chose, l'âme est acte » (Alain). L'âme c'est donc le sujet en acte. Or le sujet qui décide est atemporel, ses décisions sont variables au cours du temps mais c'est toujours le même « moi » qui décide   2- Critique de la permanence du sujet : On serait bien en peine de définir un...

6 pages - 1,80 ¤

Sommes nous le même en des temps différents?

Note : 5.1/10

Le je n'est qu'une expression de l'entendement, défini comme pouvoir de penser les objets au moyen de concepts unifiant & ordonnant le divers. L'absence du mot "je" dans certaines langues n'implique donc pas l'absence de cette faculté propre à tout homme d'unifier le divers de la représentation.Ainsi, dans cette première grande partie du texte, Kant affirme que le...

8 pages - 1,80 ¤

Sur quoi repose l'unité de la personne ?

Note : 5.1/10

On acquiert progressivement depuis l'enfance ce sentiment du moi unifié, en imitant, ou au contraire en s'opposant à autrui. La société m'inculque la notion de responsabilité : je reconnais les actes que j'ai commis la veille comme miens.  La mémoire assure également l'unité de la personne à travers le temps : souvenir de ma date de naissance, de mon nom......

3 pages - 1,80 ¤

Suis je le même en des temps différents?

Note : 5.1/10

.. Sa signification. »Mais l'idée d'un projet fondamental éclairant mon passé reste encore trop théorique et Sartre en vient à une analyse plus précise et plus concrète. Certes, l'idée d'un choix originel (partie maîtresse de la « psychanalyse existentielle » de Sartre) a le mérite de me renvoyer à ce thème décisif : l'homme est une totalité et...

7 pages - 1,80 ¤

Changer, ce n'est pas devenir quelqu'un d'autre, c'est reconnaître ce que l'on est et l'accepter.

Note : 5.1/10

 ». Le simple fait que les circonstances et mon entourage aient pris sur moi pour me façonner suffit à prouver que ce "noyau originel" n'est pas invariant. Comment peut-on parler d'un "noyau" essentiel, si l'homme est cet être chez qui l'existence précède l'essence ? Sartre montre que la conscience déborde sans cesse le présent pour se tendre vers l'avenir et...

6 pages - 1,80 ¤

Faut-il se méfier de la notion de nature humaine?

Note : 5.1/10

||La notion de nature humaine incarne d'abord l'exigence d'une recherche de l'homme sur lui-même, et à ce titre elle est déjà ancienne. Pourtant, si l'on prend en compte le statut à la fois naturel et culturel de l'homme, la notion de « nature humaine « pose un paradoxe. Puisque l'homme est aussi un être culturel, ce n'est peut-être...

7 pages - 1,80 ¤

L'intérêt est-il le seul lien social?

Note : 5.1/10

..) Elles sont la chose du groupe et elles en font l'unité. Les individus qui la composent se sentent liés les uns aux autres (...).» Toutes les croyances religieuses ont des caractères communs. Ce sont des systèmes qui classent les choses, réelles ou idéales, en deux mondes distincts et opposés : le profane et le sacré. Ces deux...

6 pages - 1,80 ¤

Les hommes ne vivent-ils en société que par intérêt?

Note : 5.1/10

||  Homme : Le trait saillant qui définit l’homme semble être le fait que c’est un être vivant doué de raison. Cette hypothèse résulte d’une longue tradition philosophique qui a construit le concept d’humanité en opposition à celui d’animalité. Ainsi, on a tendance à considérer que l’homme se distinguerait du reste des créatures vivantes parce qu’il serait capable de pensée,...

6 pages - 1,80 ¤

Qu'est-ce qui pousse les hommes à entrer en société?

Note : 5.1/10

Le dommage volontaire devient un outrage et chacun étant le seul juge de ses intérêts, « les vengeances devinrent terribles et les hommes, sanguinaires et cruels » ».     II Les raisons sociales et morales       A le désir de reconnaissance.   Pascal dans les Pensées : le désir de reconnaissance, l'orgueil et la vanité, les passions sociales   Le divertissement, ce sera la capacité à s'étourdir,...

3 pages - 1,80 ¤

L'homme est il un animal politique?

Note : 5.1/10

Autrement dit, la cité permet à l'homme d'échapper au besoin, qui le rapproche de l'animal, qui le maintient dans l'état de nature - fondamentalement haïssable pour un Grec, qui veut surtout assurer le passage de la nature à la culture et ne pas revenir à un stade primitif de l'évolution ; il faudra attendre...

3 pages - 1,80 ¤

Dans quelle mesure peut-on dire que l'homme est un être inachevé ?

Note : 5.1/10

Après tout, c'est bien l'homme qui prétend que du point de vue divin, son être apparaît achevé. Dieu ne s'est jamais manifesté en personne pour nous révéler qu'en réalité, notre être était achevé. Comment donc trancher ? Heidegger propose tout au long de son oeuvre une réinterprétation de l'histoire de la métaphysique. En particulier, Kant et le problème de la...

2 pages - 1,80 ¤

Les sciences humaines pensent-elles l'homme comme être prévisible ?

Note : 5.1/10

Ainsi Boudon réaffirme la nécessité de comprendre que des relations statistiques ne peuvent être interprétées comme des relations causales, qu'avec de grandes précautions. De plus, le caractère universel des lois proposées en sciences humaines ne peut s'appliquer directement à l'individu. Si pour la psychanalyse, le complexe d'Oedipe vaut pour tous les hommes, il diffère pourtant pour chaque individu en...

2 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 17038 17039 17040 17041 17042 17043 17044 17045 17046 17047 17048 17049 17050 17051 17052 17053 17054 17055 17056 17057 17058 17059 17060 17061 17062 17063 17064 17065 17066 17067 17068 17069 17070 17071 17072 17073 17074 17075 17076 17077 17078 17079 17080 17081 17082 17083 17084 17085 17086 17087 17088 17089 17090 17091 17092 17093 17094 17095 17096 17097 17098 17099 17100 17101 17102 17103 17104 17105 17106 17107 17108 17109 17110 17111 17112 17113 17114 17115 17116 17117 17118 17119 17120 17121 17122 17123 17124 17125 17126 17127 17128 17129 17130 17131 17132 17133 17134 17135 17136 17137 17138 17139 17140 17141 17142 17143 17144 17145 17146 17147 17148 17149 17150 17151 17152 17153 17154 17155 17156 17157 17158 17159 17160 17161 17162 17163 17164 17165 17166 17167 17168 17169 17170 17171 17172 17173 17174 17175 17176 17177 17178 17179 17180 17181 17182 17183 17184 17185 17186 17187 ... 17516 17517 17518 17519 17520 17521

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit