LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Peut-on faire de la conscience le lieu de la liberté ?

Qu'un obstacle surgisse et sa conscience s'éveille, il redevient capable de représentation et réflexion. Ce faisant, il se libère de l'emprise de l'automatisme dont il n'était jusque-là que l'esclave aveugle. Qu'arrive-t-il quand une de nos actions cesse d'être spontanée pour devenir automatique ? La conscience s'en retire. Dans l'apprentissage d'un exercice, par ...

4 pages - 1,80 ¤

Obéir, est-ce renoncer à sa liberté ?

Bien lire le sujet: l'énoncé est très général puisqu'il ne précise pas de quelle obéissance il s'agit. On peut aussi bien penser à l'obéissance de l'enfant aux parents, de l'employé à l'employeur, du citoyen aux lois... Il serait donc arbitraire de restreindre la question aux seuls rapports de l'individu et de l'État. Toutefois, il conviendra d'accorder une place...

12 pages - 1,80 ¤

La liberté est-elle une illusion ?

Elle donne à sa vie un sens, son sens, et le désigne comme maître de ses pensées et de ses choix. Elle résulte du désir d'échapper au déterminisme naturel et de construire soi-même son existence. * Les hommes glissent ainsi du sentiment intérieur de leur liberté, vers l'affirmation de la réalité de cette liberté. Il s'agit proprement d'une illusion...

5 pages - 1,80 ¤

Faut-il se passer de tout maître ?

Il lui faut donc un maître qui batte en brèche sa volonté particulière et le force à obéir à une volonté universellement valable, grâce à laquelle chacun puisse être libre. Mais où va-t-il trouver ce maître ? Nulle part ailleurs que dans l'espèce humaine. Or ce maître, à son tour, est tout comme lui un animal qui a...

14 pages - 1,80 ¤

Qui a peur de la liberté ?

Et, néanmoins, c'est souvent pour leur servitude qu'ils se battent, comme nous le dit l'exemple fameux de certains esclaves, qui refusèrent la liberté quand elle leur fut offerte et se révoltèrent devant sa réalité. Qui dit mieux ? Aussi faut-il s'interroger sur la question posée. Cet homme qui s'effraie de la liberté, en soupèse le danger et veut...

8 pages - 1,80 ¤

Peut-on se libérer de l'autre ?

Sartre y affirme : « S'il y a un Autre, quel qu'il soit, quels que soient ses rapports avec moi, sans même qu'il agisse autrement sur moi que par le pur surgissement de son être, j'ai un dehors, une nature ; ma chute originelle, c'est l'existence de l'autre... » J'existe d'abord, je suis jeté dans le monde, et ensuite seulement je me définis...

4 pages - 1,80 ¤

Peut-on prouver sa liberté ?

Nous avons tous le sentiment intérieur d'être libre de vouloir ou de ne pas vouloir, d'affirmer ou de nier, de choisir tel parti plutôt que tel autre. Les seuls obstacles à notre liberté nous paraissent extérieurs à nous-mêmes. Mais peut-on fonder la liberté sur un tel sentiment ? Peut-on le prouver ? Comme le...

9 pages - 1,80 ¤

L'histoire n'est-elle que désordre ?

Note : 9/10

c'est de l'histoire dont il est ici question. Que désigne ce terme ? Il est ambigu et représente deux ordres de réalité fort différents: d'une part, les événements et les faits passés, cad la réalité historique objective, et, d'autre part, la science du devenir des sociétés, qui incarne la face subjective de l'histoire. De quoi parlons-nous ici ?...

4 pages - 1,80 ¤

L'histoire enseigne-t-elle la relativité des valeurs ?

Note : 9/10

Inutile de se résigner ainsi à l'injustice: l'idéal nous sauve de l'abandon de la justice en nous permettant de la trouver intacte en un certain endroit et de tendre vers elle comme vers un idéal. Cet idéal, c'est précisément ce que va refuser Montaigne. En ce sens, et par sa critique même, peut-être va-t-il nous permettre de mieux...

6 pages - 1,80 ¤

À quoi sert l'histoire ?

Note : 5.2/10

L'histoire comporte une part d'aléa, de hasard, d'accident. Que quelque chose soit arrivé, soit " entré dans l'histoire ", n'entraîne pas, ne signifie pas, que cette chose doit être, est de l'ordre de la vérité ou de la morale/du droit. Même si cette affirmation suppose que seul ce que l'histoire juge digne d'être gardé est vrai ou bien, cela suppose...

3 pages - 1,80 ¤

Est-ce que respecter l'humanité, c'est respecter ce qui est propre à l'homme ?

Note : 8/10

Le respect ne peut s'appliquer qu'aux personnesAinsi, la valeur de l'homme dépassant celle de tous les autres êtres non raisonnables, ces derniers sont des «choses », qu'il peut légitimement utiliser comme moyens au service de ses propres fins. Dans ces conditions, à strictement parler, on ne peut avoir du respect pour les choses, puisqu'elles peuvent être employées comme...

4 pages - 1,80 ¤

Est-ce que les hommes se haïssent de nature ?

Note : 8/10

Cette succession historique (supposée) a son équivalent à l'intérieur de l'homme. Il y a en lui ce qui est de l'ordre de la nature (inné) et ce qui a sa source dans la société (l'acquis). Rousseau estime que ce qui est de l'ordre du sentiment (la pitié) est déjà là, en l'homme, au niveau de l'homme naturel, et...

6 pages - 1,80 ¤

L'homme est-il par nature un être religieux ?

Note : 8/10

||A la suite de Cicéron, on fait dériver religio de relegere : recueillir, réfléchir mais il est plus courant de le faire dériver de religare : lier, attache. Le sens primitif désignerait l'attachement de l'homme à un être supérieur, transcendant. "On appelle d'une façon générale religion, la relation de l'homme avec ce qu'il considère comme sacré, ainsi qu'avec...

5 pages - 1,80 ¤

Suffit-il de communiquer pour dialoguer ?

Note : 8/10

.../... Nous nous trouvons là sur le terrain de facultés proprement humaines. Si l'on suit la thèse bergsonienne, l'homme a capacité à communiquer avec ses semblables dans le but d'agir sur le monde qui l'entoure, de manière utilitaire : le dialogue se définit-il de la même façon, dans une acception purement...

10 pages - 1,80 ¤

L'homme n'est-il qu'une espèce naturelle ?

Note : 8/10

I. L'homme est un animal métaphysique, en ce qu'il appartient à deux mondes opposés, ceux du devenir et de l'être éternel (Aristote). -L'homme a seul la capacité de s'étonner de ce que les choses sont ce qu'elles sont, de ce que rien ne va de soi : la philosophie vient de cet étonnement et de cette curiosité initiaux, qui...

3 pages - 1,80 ¤

Qu'est-ce qui distingue l'homme de l'animal ?

Note : 8/10

Les animaux ne parlent pas, même s'ils communiquent, ils ne fabriquent pas d'instruments dont ils améliorent sans cesse les performances ni ne se donnent des constitutions pour bien vivre ensemble. Leurs sociétés ne sont pas politiques. [Transition] La singularité de l'homme est de produire son milieu d'existence. La culture est son oeuvre propre. Peut-on dire alors qu'elle le dénature ? 2....

4 pages - 1,80 ¤

La relation fondamentale avec autrui est-elle l'imitation, la sympathie, ou le conflit ?

Note : 8/10

dans leur oeuvre... Le but de la camaraderie c'est ce que l'on fait ensemble, non ceux qui le font ; on pourrait dire en un sens de l'univers de la camaraderie qu'il est purement public. La vie privée n'y a aucune part»2. Au contraire, l'amitié n'est plus participation à une oeuvre extérieure au moi, mais don véritable de...

3 pages - 1,80 ¤

Un acte peut-il être désintéressé ?

Note : 8/10

Notre volonté n'est soumise à aucun mobile, à aucune cause. 3. La liberté comme puissance positive.Un acte gratuit n'est dès lors possible que si ma liberté est une puissance positive d'agir, de choisir sans y être portée entre plusieurs choix. C'est ce qui ressort d'une lettre de Descartes à Mesland du 9 février 1645; la liberté est alors liberté...

4 pages - 1,80 ¤

Nos rapports avec autrui sont-ils nécessairement de l'ordre de la violence ?

Note : 9/10

||Nos rapports avec autrui sont-ils nécessairement conflictuels ? L'autre est-il un rival avant que d'être un alter-ego ? Sur quoi se fondent originellement les relations entre les hommes ? Les consciences sont-elles obligatoirement en opposition ? L'autre est-il toujours soit un maître soit un esclave ? N'existe-t-il pas une moralisation possible des rapports humains ? L'autre ne peut-il...

3 pages - 1,80 ¤

Naît-on homme ?

Note : 9/10

Nous verrons dans un premier temps que nous sommes hommes de manière innée, mais que nous devons apprendre à utiliser correctement nos facultés. Nous verrons alors qu'il est possible de dire qu'il est de notre devoir de devenir hommes car il est de notre nature d'êtres libres d'accéder à cette qualité. On pourra alors s'interroger sur la validité...

4 pages - 1,80 ¤

La maladie d'un être vivant est-elle comparable à la panne d'une machine ?

Note : 9/10

« Lorsque les hirondelles viennent au printemps, elles agissent en cela comme des horloges. « Descartes, Lettre au Marquis de Newcastle, 1646. « Mettez une machine de chien et une machine de chienne l'une auprès de l'autre, et il en pourra résulter une troisième petite machine, au lieu que deux montres seront auprès l'une de l'autre, toute leur...

3 pages - 1,80 ¤

Ce qui est naturel est-il nécessairement une valeur ?

Note : 9/10

C'est pourtant, en apparence, quelque peu paradoxal : en effet l'idée même de valeur est culturelle, elle marque l'importance d'un sens, et donc l'intervention de l'homme. Se peut-il alors que la nature elle-même ait une valeur, ou bien est-ce l'intervention de l'homme qui lui confère cette valeur qu'elle n'aurait pas par elle-même ? La valeur de la nature...

6 pages - 1,80 ¤

Peut-on nous reprocher une faute de goût ?

Note : 9/10

||Le goût est-il naturel, incorrigible ? Peut-il faire l'objet de reproches ? Répond-il à une norme, ou le goût peut-il être individuel ? Qu'est-ce qu'une faute de goût ? Est-ce une faute par rapport à soi, par rapport à une société précise (voir la Distinction de Bourdieu) ? Le goût peut être défini pour partie comme le sens...

3 pages - 1,80 ¤

Les guerres sont-elles un effet de la nature humaine ?

Note : 9/10

C'est donc à bon droit que nous disons que la guerre est avant tout un phénomène social. Troisième partie : Guerre et paix. Aristote, Ethique à Nicomaque : « Ajoutons encore que le bonheur parfait consiste également dans le loisir. Nous ne nous privons de loisirs qu'en vue d'en obtenir et c'est pour vivre en paix que nous faisons la guerre. » On peut...

10 pages - 1,80 ¤

Peut-on affirmer que l'homme est libre et la nature soumise à des lois ?

Note : 10/10

Dieu aurait donné à l'homme le pouvoir de juger et d'agir librement. Au XVIIe siècle, Descartes reprend à son compte l'origine et la nature divines de ce libre-arbitre : « Dieu a fait trois merveilles : quelque chose à partir de rien, le libre-arbitre et l'Homme-Dieu. »Mais les partisans du libre-arbitre placent l'homme au-dessus des lois de la...

5 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 17125 17126 17127 17128 17129 17130 17131 17132 17133 17134 17135 17136 17137 17138 17139 17140 17141 17142 17143 17144 17145 17146 17147 17148 17149 17150 17151 17152 17153 17154 17155 17156 17157 17158 17159 17160 17161 17162 17163 17164 17165 17166 17167 17168 17169 17170 17171 17172 17173 17174 17175 17176 17177 17178 17179 17180 17181 17182 17183 17184 17185 17186 17187 17188 17189 17190 17191 17192 17193 17194 17195 17196 17197 17198 17199 17200 17201 17202 17203 17204 17205 17206 17207 17208 17209 17210 17211 17212 17213 17214 17215 17216 17217 17218 17219 17220 17221 17222 17223 17224 17225 17226 17227 17228 17229 17230 17231 17232 17233 17234 17235 17236 17237 17238 17239 17240 17241 17242 17243 17244 17245 17246 17247 17248 17249 17250 17251 17252 17253 17254 17255 17256 17257 17258 17259 17260 17261 17262 17263 17264 17265 17266 17267 17268 17269 17270 17271 17272 17273 17274 ... 17318 17319 17320 17321 17322 17323

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit