LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Une oeuvre d'art peut-elle être immorale ?

On connaît les déboires des artistes maudits, les procès intentés à Baudelaire, à Flaubert, la tentation permanente, chez les autorités politiques, de les empêcher de troubler la morale commune. L'art est une « justification « de la vie (et d'abord de celle de l'artiste), mais aussi la recherche d'une forme de vie ...

6 pages - 1,80 ¤

Le travail n'est-il que servitude ?

Note : 8/10

L'intitulé pose le travail comme une servitude. Comment pourrait-il être autre chose ? Cette qualité de servitude n'anéantit-elle pas toute fin ? L'idée de servitude renvoie à un type d'esclavage historiquement déterminé. Bien sûr, le terme dépasse ce cadre, mais il incite à se rappeler qu'il n'y avait pas de servitude sans féodalisme, pas de serfs sans...

14 pages - 1,80 ¤

En vue de quoi travaille-t-on ?

Note : 8/10

TRAVAIL: Du latin populaire tripalium, «machine à trois pieux » destinée à immobiliser les chevaux pour les ferrer, d'où « instrument de torture ». Toute activité visant à la production d'une oeuvre utile. Spécialement, ensemble des activités accomplies par l'homme pour produire des biens et des services en contrepartie desquels il est rémunéré. * Le travail est souvent associe...

4 pages - 1,80 ¤

Le refus du travail a-t-il un sens ?

Note : 8/10

Effectivement, ainsi, cette position n'a aucun sens. Si le refus est une manière de se libérer de l'aliénation provoquée par le travail, peut-on considérer que la liberté est dans un refus ? Pourquoi lier refus de travailler et possibilité d'une absurdité ? Refuser de travailler est-il impossible, vain ? Cela présuppose-t-il que le travail a nécessairement un sens...

4 pages - 1,80 ¤

Est-ce par son travail que l'homme prend conscience qu'il a une histoire ?

Note : 8/10

Les salaires ne sont pas proportionnels au travail et la division du travail, de plus en plus complexe dans un système industriel de type capitaliste, engendre de nouvelles inégalités et opère de nouveaux partages. Pourtant le travail n'est pas seulement un moyen de...

5 pages - 1,80 ¤

Que serait une société sans artiste ?

Note : 8/10

On peut y lire « les anciens codes moraux et politiques que les personnages sacrés avaient la charge de maintenir [...]. Les masques veulent être, dans le secret des cours d'initiation, les principaux éducateurs des générations nouvelles : ce sont eux qui font les hommes estimables [...]. Ils apportent, en même temps qu'un reflet de la société, un...

10 pages - 1,80 ¤

Faut-il travailler pour être heureux ?

Note : 8/10

Or, la satisfaction des besoins n'est pas immédiate : une activité, donc une dépense, est requise non seulement pour boire et manger, mais aussi pour se procurer les biens nécessaires. J. Locke justifiait la propriété par le travail : dans l'état de nature, le simple geste de cueillir un fruit confère un droit...

7 pages - 1,80 ¤

Les hommes vivent-ils en société par intérêt ?

Note : 8/10

La politique, cet art de diriger la vie de la Cité, a pour principal problème de réaliser ou de maintenir l'union des hommes au sein de la société. Cette union peut sembler n'avoir d'existence qu'artificielle. En ce sens, toute société, toute communauté politique ne serait qu'une communauté d'intérêts que l'homme d'État aurait à gérer du mieux qu'il peut....

3 pages - 1,80 ¤

Juge-t-on le beau ou le perçoit-on ?

Note : 8/10

C'est ce qui se passe quand je vois une fleur et que je dis : « c'est une fleur ». Mais la notion de perfection naturelle pose problème. Qu'est-ce qu'une fleur parfaite ? Ce n'est jamais qu'un végétal dont l'apparence est conforme à l'image moyenne des fleurs. Ce n'est pas la fleur exceptionnelle, particulièrement admirable, c'est au contraire...

3 pages - 1,80 ¤

Peut-on dire en même temps "c'est beau" et "ça ne me plaît pas" ?

Note : 8/10

Ne puis-je considérer comme beau que ce qui me plaît ? N'y a-t-il pas une beauté qui pourrait être fondée sur le monstrueux, sur ce qui peut choquer, et même sur le mauvais goût (voir l'art moderne par exemple) ? Il est question de l'importance de la culture, de l'éducation du goût, d'une adéquation à une norme. On...

2 pages - 1,80 ¤

La théorie de l'inconscient peut-elle être un alibi de l'inconscience ?

Note : 8/10

||— L'adjectif «inconscient« est synonyme de non-conscience. En psychanalyse, l'inconscient est un système composé de tous les éléments qui n'accèdent pas à la conscience et qui peuvent expliquer pour une part la structure de la personnalité, le comportement du sujet, les désordres psychiques, etc.  — L'«inconscience« est reprochée à un homme qui n'est pas consciencieux,...

7 pages - 1,80 ¤

La conscience peut-elle être objective ?

Note : 8/10

En suivant l'étymologie latine (cum-scire : avec savoir), on peut dire qu'être conscient c'est non pas seulement savoir mais aussi savoir que l'on sait : je vois l'arbre qui est en face de moi et je sais que je le vois. Il n'y a donc d'objet que pour un sujet : l'objectivité est le ...

4 pages - 1,80 ¤

Est-ce dans la solitude que l'on prend conscience de soi ?

Note : 6.3/10

||L’interrogation « est-ce (…) que (…) « indique d’emblée que l’on s’interroge sur la condition dans laquelle on accomplit un acte, cette condition étant ici la solitude, et l’acte, le fait de prendre conscience de soi. Il va falloir évaluer le degré de pertinence de l’affirmation qui pose cette condition à l’accomplissement cet acte. La solitude, d’abord, peut se définir comme...

10 pages - 1,80 ¤

Est-on responsable de ce dont on n'a pas conscience ?

Note : 6.3/10

« Ce dont je n'ai pas conscience «, ce pourrait être une définition de l'inconscient. Mais il faut être sur ses gardes, distinguer l'inconscience - qui désigne un si faible degré de conscience que la conscience est quasiment absente, et l'inconscient psychique, qui est constitué par les désirs incompatibles avec la réalité et dont le refoulement assure justement...

8 pages - 1,80 ¤

Est-on prisonnier du passé ?

Note : 10/10

Tout changement possède un caractère irréductible, définitif. Le temps nous fait découvrir ainsi notre impuissance : la temporalité échappe à nos prises. Je ne recommencerai pas ce qui fut. Le passé se donne à nous comme ordre qui s'impose et que nous ne saurions effacer. Comment n'en serions-nous pas prisonniers ? Si l'espace est marque de ma puissance,...

4 pages - 1,80 ¤

Comment comprendre : "ne pas savoir ce que l'on fait" ?

Note : 10/10

Mais alors il semble que dans toute action il y ait cette part d'aveuglement. Sait-on jamais ce que l'on fait ? Il n'est donc pas seulement question de connaissance, de savoir, du pouvoir de la raison, mais des rapports entre la conscience et l'action. Est-on toujours conscient, des risques, mais aussi de tous les tenants, de nos actes...

2 pages - 1,80 ¤

Pourquoi refuse-t-on la conscience à l'animal ?

Note : 5.1/10

Peut-on le laisser accéder au statut de conscience au même titre que les hommes ? De par l'essence de la conscience, a-t-on le droit d'attribuer à 'animal une conscience ? Y a-t-il des raisons pour, ne pas lui admettre ce statut ? Mais si on ne peut le lui admettre, pourquoi parle-t-on du droit des animaux ? Aux deux...

5 pages - 1,80 ¤

Peut-on se mettre à la place d'autrui ?

Note : 5.1/10

Elle n'est pas être une boite fermée mais au contraire, pour reprendre la métaphore de Sartre (interprétant Heidegger) l'ouverture d'une fenêtre sur le monde. Cette perspective nous offre peut-être la possibilité de pénétrer dans la conscience d'autrui. Il faut donc se demander en quoi consiste précisément cette ouverture au monde. L'homme ou,...

10 pages - 1,80 ¤

L'art est-il le règne de l'apparence ?

Note : 5.1/10

L'apparence renvoie d'un côté à ce qui est trompeur ou déception ; mais elle renvoie aussi à la réalité sensible, la réalité qui apparaît aux sens. Autrement dit, dire que l'art est le règne de l'apparence, ce n'est pas nécessairement dire que l'art est trompeur : d'ailleurs l'art a-t-il jamais trompé qui que ce soit ? Traditionnellement, l'art...

13 pages - 1,80 ¤

Qu'est-ce qu'une expérience esthétique ?

Note : 5.1/10

Ainsi, l'expérience esthétique serait celle d'une production spirituelle, par laquelle l'esprit transforme ce qu'il y a d'extérieur et de sensible dans toute chose matérielle en une forme qu'il peut contempler pour elle-même, dégagée de la matérialité (à la place de la laine, on voit une simple couleur). L'expérience esthétique consisterait donc en une recréation...

2 pages - 1,80 ¤

Peut-on apprendre le bon goût ?

Note : 5.1/10

Un plaisir esthétique a sa source « dans le libre jeu de l'imagination et de l'entendement ». Libre jeu car l'imagination n'est pas subordonnée à l'entendement comme dans la connaissance où elle doit se plier à ses règles : si elle ne s'y plie pas elle divague, elle rêve, elle entrave la connaissance.  Face au beau qui n'est pas l'objet...

5 pages - 1,80 ¤

L'artiste peut-il être juge de lui-même ?

Note : 5.1/10

Cette éducation passe notamment par l'acquisition d'un savoir : nous comprenons mieux une oeuvre littéraire, par exemple, quand nous savons quelles lectures l'auteur a faites avant de l'écrire, dans quelles circonstances il lui a donné le jour. Nous dirons donc qu'autrui est toujours meilleur juge de l'oeuvre d'un artiste que ce dernier, et que parmi tous les juges potentiels,...

3 pages - 1,80 ¤

L'oeuvre d'art instruit-elle ?

Note : 7/10

L'oeuvre d'art serait alors une espèce d'intermédiaire, de relais, d'un ensemble de connaissances dont pourrait bénéficier spontanément le spectateur. Pour autant, on a tendance à appréhender une oeuvre d'art moins du point de vue de la connaissance, démarche intellectuelle et rationnelle, que de celui de l'émotion : l'oeuvre d'art semble nous toucher, nous émouvoir avant de nous transmettre...

4 pages - 1,80 ¤

L'art fait-il réfléchir, ou fait-il rêver ?

Note : 5.4/10

Cette distinction est-elle pertinente ? Quel rapport a-t-elle avec celle, hautement contestable, établie entre "fond" et "forme" ? Comment distinguer à coup sûr le rêve de la réflexion ? Comme disait Bachelard, "le rêve a ses avenues" ; même si la rêverie est une pensée dont l'ordre nous échappe, elle ne peut pas aller n'importe où. De même, la...

3 pages - 1,80 ¤

La laideur peut-elle faire l'objet d'une représentation esthétique ?

Note : 5.4/10

Ici, c'est il est question de savoir si un objet laid peut faire l'objet d'une représentation artistique. Cela sous-entend, que seul des objets déjà beau en eux-mêmes pourraient faire l'objet d'une représentation artistique et que l'artiste ne serait qu'un enregistreur, qu'un imitateur de la réalité, que la manière de représenter la chose ne...

4 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 17131 17132 17133 17134 17135 17136 17137 17138 17139 17140 17141 17142 17143 17144 17145 17146 17147 17148 17149 17150 17151 17152 17153 17154 17155 17156 17157 17158 17159 17160 17161 17162 17163 17164 17165 17166 17167 17168 17169 17170 17171 17172 17173 17174 17175 17176 17177 17178 17179 17180 17181 17182 17183 17184 17185 17186 17187 17188 17189 17190 17191 17192 17193 17194 17195 17196 17197 17198 17199 17200 17201 17202 17203 17204 17205 17206 17207 17208 17209 17210 17211 17212 17213 17214 17215 17216 17217 17218 17219 17220 17221 17222 17223 17224 17225 17226 17227 17228 17229 17230 17231 17232 17233 17234 17235 17236 17237 17238 17239 17240 17241 17242 17243 17244 17245 17246 17247 17248 17249 17250 17251 17252 17253 17254 17255 17256 17257 17258 17259 17260 17261 17262 17263 17264 17265 17266 17267 17268 17269 17270 17271 17272 17273 17274 17275 17276 17277 17278 17279 17280 ... 17313 17314 17315 17316 17317 17318

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit