LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Rôle du sentiment en morale ?

la Genetrix de MAURIAC) ou les sentiments patriotique, religieux, etc., qui, tant qu'ils ne sont que purs sentiments, peuvent nous rendre partiaux et sectaires. Le sentiment, s'il n'est pas guidé par la raison, peut même dégénérer en passion et entraîner un véritable déséquilibre moral. II. Véritable rôle du sentiment. A. - Aussi bien la plupart des auteurs à qui l'on...

1 page - 1,80 ¤

La morale nous enseigne, non pas comment nous devons nous rendre heureux, mais comment nous devons nous rendre dignes du bonheur ?

A. On ne saurait trop approuver KANT dans son opposition aux Morales de l'intérêt personnel. Si noble que soit l'intérêt, tant qu'on reste enfermé en soi-même, on ne s'élève pas au niveau de la moralité; on agit en homme avisé non en homme de devoir ou en homme de bien. Il n'y a de conduite moralement bonne que...

3 pages - 1,80 ¤

Est-il vrai que nul n'est méchant volontairement ?

Du reste, ici, l'on répondra aisément que le motif de nos infractions à la loi morale c'est généralement l'attrait violent de quelque satisfaction - puissance, plaisir, richesse - que nous pensons ne pouvoir obtenir que par là. En d'autres termes, la conduite immorale...

5 pages - 1,80 ¤

Les valeurs morales sont-elles le reflet de la société ?

L'École sociologique y a vu le reflet de la société; mais cette explication est-elle satisfaisante ? A. La théorie sociologique. - Elle peut être exposée soit à partir de la thèse générale formulée dans la première introduction, soit à partir de la thèse durkheimienne de la conscience ou de la morale. B. Réponse à la question. - a) Il faut...

2 pages - 1,80 ¤

Valeur morale et utilité sociale ?

1° D'abord, la rationalisation dont nous venons de parler est bien imparfaite. Elle consiste en un simple calcul, en une supputation d'avantages et d'inconvénients. Or, nous sentons bien que la valeur morale se situe sur un plan beaucoup plus élevé que ce calcul utilitaire. Comme l'écrit CICÉRON dans le De Officiis (III, chap. 30), « on dit parfois...

2 pages - 1,80 ¤

D'où vient la difficulté de nous faire comprendre ?

C'est dire qu'il y a une chose signifiée. Le signe, par nature, est donc plus pauvre qu'elle. Il a le pouvoir de désigner plusieurs êtres (le mot « Arbre » s'applique à tous les arbres); on dit qu'il a une grande extension. Mais celle-ci est en raison inverse de la compréhension (l'idée d'arbre est d'autant moins riche que...

2 pages - 1,80 ¤

Habitude et liberté ?

- L'acte libre est l'aboutissant d'un processus mental complexe, qui devient de plus en plus difficile à mesure que les habitudes prennent plus d'emprise.Pour se déterminer librement, il faut d'abord avoir l'idée d'un but à atteindre, par exemple, d'un meuble à construire ou d'un nouveau mode de production à expérimenter ; ou plutôt, pour qu'une idée réalisable se...

3 pages - 1,80 ¤

Caractères de l'acte volontaire et libre ?

II. - CARACTÉRISTIQUES Nous partirons des caractères les plus apparents et par suite les plus communément reconnus pour en venir ensuite aux caractères essentiels. L'acte volontaire et libre paraît pénible, et certains sont portés à l'identifier avec l'effort. Effectivement, étant donnée la dualité de la nature humaine, l'activité volontaire et libre implique un effort soutenu : elle consiste, en effet, dans...

2 pages - 1,80 ¤

L'amour est-il un mode de connaissance ?

L'amour est-il une connaissance ?   Le concept d'amour et la philosophie sont intimement liés, la philosophie étant étymologiquement l'amour de la sagesse. (« philo », amour et « sophia », sagesse, en grec ancien) Pourtant, l'association entre amour et connaissance, ou, par extension, amour et rationalité, est contre-intuitif, on lie plus volontiers l'amour et la passion, passion elle-même opposée à la rationalité. Il...

4 pages - 1,80 ¤

Peut-il y avoir une pensée sans images ?

 »   1.        La thèse est examinée en chacun de ses éléments. D'abord la pensée. Penser c'est avoir conscience de penser, ce qui implique un dédoublement. Si naïvement toute pensée, en tant que personnelle (« nos pensées »), est  crue de l'ordre de notre intériorité (et strictement seulement de cet ordre), philosophiquement, elle est  aussi de l'ordre de l'extériorité (et donc différenciée de...

6 pages - 1,80 ¤

Qu'est-ce que la raison ? Comment est-elle constituée ? Quel est son rôle dans la connaissance ?

Ou, pour emprunter les heureuses expressions proposées par LALANDE (La raison et les normes), il faut distinguer une raison constituante et une raison constituée : dans les principes, nous pouvons voir la raison constituée, c'est-à-dire le système de normes impliqué dans nos raisonnements; mais ce système est l'oeuvre de la raison constituante. C'est cette dernière que nous trouvons...

3 pages - 1,80 ¤

L'imagination, maîtresse d'erreur ?

Mais à peine mariée, elle connaît la déception : en vain, elle cherche l'ivresse de la passion, bientôt elle sombre dans le morne ennui, se suicide en absorbant de l'arsenic. On le comprend aisément: Pascal épris de rigueur et de vérité ne pouvait voir dans l'imagination qu'une « puissance trompeuse et ennemie de la raison ». IIMais n'est-elle que...

2 pages - 1,80 ¤

Qu'est-ce que connaître ?

A. La connaissance sensible. a) Rappelons sommairement le processus de la connaissance sensible caractérisée par le rôle qu'y jouent les sens et particulièrement la vue, le plus instructif d'entre eux. Les objets extérieurs impressionnent un organe sensoriel, par exemple l'oeil, et cette impression, une fois parvenue au cerveau, produit le phénomène psychique de la sensation. La sensation objectivée, c'est-à-dire...

3 pages - 1,80 ¤

L'humanité se compose-t-elle de plus de morts que de vivants ?

80) . Une fois admise cette notion de l'humanité, il est bien évident que, dans cet être immense, la proportion des morts est, non pas plus grande, mais des milliers de fois plus grande que celle des vivants. Aussi, non seulement l'affirmation « l'humanité se compose de plus de morts que de vivants » ne présente rien d'étonnant, mais...

3 pages - 1,80 ¤

Travail et propriété ?

On entend par propriété : au sens abstrait, le droit exclusif de tirer d'une chose toute l'utilité qu'elle comporte; au sens concret, la chose même sur laquelle on a des droits. Le fermier n'a pas la propriété (au sens abstrait) de la propriété (au sens concret) qu'il exploite. Les biens qui font l'objet du droit de propriété sont de...

3 pages - 1,80 ¤

La liberté a-t-elle une valeur absolue ?

II. Non, car la valeur de la liberté n'est pas absolue. - a) Remarquons pour commencer que poser en principe la valeur absolue de la liberté entraîne une contradiction pratique. En effet, nous vivons en société; or, dans une société, la liberté accordée aux uns restreint d'autant les libertés des autres. Si l'on doit, au nom de la...

2 pages - 1,80 ¤

Individualisme et morale ?

    Je suis responsable même de la responsabilité d'autrui. Ce sont là des formules extrêmes qu'il ne faut pas dégager de leur contexte. Dans le concret, beaucoup d'autres considérations interviennent et exigent la justice même pour moi. Les lois écartent certaines conséquences pratiquement. Mais la justice n'a de sens que si elle conserve l'esprit du désintéressement qui anime...

3 pages - 1,80 ¤

Le bien est-il aimable ?

Mais ce sont surtout. les êtres concrets en qui nous voyons réalisé dans une large mesure le bien idéal qu'il est aimable de fréquenter. Quant à la contemplation de Bien suprême, Dieu, elle ferait notre BÉATITUDE : Bonheur spirituel, total et définitif. béatitude et nous fixerait nécessairement dans la voie de l'idéal.b) Le bien est aimable à pratiquer. En effet,...

2 pages - 1,80 ¤

La morale est-elle la science du bonheur ?

II. ANTITHÈSE : La morale se désintéresse du bonheur : elle n'est que la science du bien. - Pour fixer quelle doit être la conduite de l'homme, elle n'a pas à prévoir les conséquences heureuses ou malheureuses qui en résulteront pour lui. La grande maxime de la morale est : fais ce que dois, advienne que pourra.Cette formule...

1 page - 1,80 ¤

Qu'est-ce que prouver ?

Mais le genre de preuves varie avec les sciences et les objets; et il est intéressant d'en envisager les diverses nuances. II. - LES PREUVES. A. La preuve en Mathématiques, c'est la démonstration. Son -mécanisme consiste essentiellement, pour établir une proposition quantitative, à montrer, à l'aide d'un ou plusieurs intermédiaires et grâce à des artifices variés son identité avec des...

1 page - 1,80 ¤

L'histoire est-elle un art ou une science pure ?

La première affirmation de FUSTEL DE COULANGES (" l'histoire n'est pas un art") ne soulèvera pas d'objections irréductibles.a) Sans doute, il est bon que l'historien complet, celui qui aux travaux de l'analyse ajoute les grandes synthèses d'où résultent les ouvrage: historiques, soit un écrivain distingué et même artiste.1° La place que les travaux historiques occupent dans l'histoire de...

2 pages - 1,80 ¤

La science doit-elle renoncer à connaître les causes intimes des phénomènes ?

Est-il vrai, comme l'affirme A. Comte, que la science ait renoncé à connaître les causes intimes des phénomènes  ? INTRODUCTION. - Le fondateur et théoricien de l'école positiviste, Auguste COMTE, a formulé une thèse devenue célèbre sous le nom de « loi des trois étals », qui prétend expliquer l'évolution générale de la pensée dans l'humanité entière et dans...

2 pages - 1,80 ¤

Les nombres gouvernent-ils le monde ?

) Or qu'y a-t-il de plus éloigné de « connaître la Réalité » que « faire » la Réalité ? Dans le même ordre d'idées, Bachelard indique que la science moderne travaille sur des phénomènes factices. Par exemple : « Sans l'homme sur la terre pas d'autres causalités électriques que celle qui va de la foudre au tonnerre :...

2 pages - 1,80 ¤

En quoi la connaissance scientifique se distingue-t-elle de la connaissance vulgaire ?

Selon G. BACHELARD, les préoccupations utilitaires, la « connaissance pragmatique » constituent précisément l'un de ces e obstacles épistémologiques » que rencontre la science pour se constituer. On en arrive à « chercher l'utilité tout humaine, non seulement pour l'avantage positif qu'elle peut procurer, mais comme principe d'explication » (La formation de l'esprit scientifique, p. 92) et l'on...

2 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 17148 17149 17150 17151 17152 17153 17154 17155 17156 17157 17158 17159 17160 17161 17162 17163 17164 17165 17166 17167 17168 17169 17170 17171 17172 17173 17174 17175 17176 17177 17178 17179 17180 17181 17182 17183 17184 17185 17186 17187 17188 17189 17190 17191 17192 17193 17194 17195 17196 17197 17198 17199 17200 17201 17202 17203 17204 17205 17206 17207 17208 17209 17210 17211 17212 17213 17214 17215 17216 17217 17218 17219 17220 17221 17222 17223 17224 17225 17226 17227 17228 17229 17230 17231 17232 17233 17234 17235 17236 17237 17238 17239 17240 17241 17242 17243 17244 17245 17246 17247 17248 17249 17250 17251 17252 17253 17254 17255 17256 17257 17258 17259 17260 17261 17262 17263 17264 17265 17266 17267 17268 17269 17270 17271 17272 17273 17274 17275 17276 17277 17278 17279 17280 17281 17282 17283 17284 17285 17286 17287 17288 17289 17290 17291 17292 17293 17294 17295 17296 17297 ... 17517 17518 17519 17520 17521 17522

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit