LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

En quoi la connaissance scientifique se distingue-t-elle de la connaissance vulgaire ?

Selon G. BACHELARD, les préoccupations utilitaires, la « connaissance pragmatique » constituent précisément l'un de ces e obstacles épistémologiques » que rencontre la science pour se constituer. On en arrive à « chercher l'utilité tout humaine, non seulement pour l'avantage positif qu'elle peut procurer, mais comme principe d'explication » (La formation de l'esprit scientifique, p. 92) et l'on...

2 pages - 1,80 ¤

La raison peut-elle triompher des passions ?

||Pour de nombreux penseurs, les passions sont l'ennemi de la raison car elles rendent l'esprit esclave, provoquant erreur dans le jugement et douleur de l'âme et du corps : le passionné pare l'objet de sa passion de toutes les beautés et oublie le monde ; il souffre de l'absence de l'objet désiré et sa passion peut parfois le...

3 pages - 1,80 ¤

Passion et volonté ?

N'est-ce pas admettre équivalemment qu'un grand volontaire est un grand passionné ? c) Inversement : la raison, par laquelle on définit la volonté, ne manque pas chez le passionné. Bien plus, il faut considérer la raison comme une « condition première de la passion » f1), sinon comment expliquer chez l'animal que les tendances ne s'élèvent jamais au degré...

2 pages - 1,80 ¤

Peut-on définir l'intelligence comme faculté d'interpréter et de créer des signes ?

SIGNE : du latin signum, « marque, signe ». On peut distinguer : - Les signes naturels : tout ce qui évoque un phénomène non perçu et permet de le reconnaître, tout ce qui dépend des seules lois de la nature, comme la fumée est signe du feu. - Les signes conventionnel ou artificiels : ils permettent d'évoquer un élément absent,...

1 page - 1,80 ¤

Qu'est-ce que réfléchir ?

Ce genre de sujet appelle une définition. Partez de la définition du sens commun et approfondissez-la. Faites des comparaisons, des distinctions. Examinez les enjeux.||Réfléchir est un acte de l’esprit, il s’agit de l’opération qui implique un retour sur un élément connu. C’est en ce sens que la réflexion prend aussi son sens en référence au...

3 pages - 1,80 ¤

La science est-elle capable de donner une réponse au problème de la destinée ou finalité ?

Ainsi, c'est la psychologie, science positive, qui est chargée de résoudre le problème de la destinée humaine. Mais, pour la science moderne, l'homme n'est pas, ainsi qu'on l'avait cru pendant longtemps en se fondant sur le récit de la Genèse, un être miraculeusement installé dans un monde essentiellement différent de lui. Il est le résultat d'une poussée évolutive qui...

4 pages - 1,80 ¤

Le problème du mal ?

Le mal éprouvé. - C'est l'épreuve de la douleur physique qui constitue notre première rencontre avec le mal; car toute souffrance dans notre chair revêt ce caractère d'hostilité qu'il faut subir et qui heurte notre désir légitime d'épanouissement. Mais le mal physique ne constitue qu'un premier obstacle où vient buter notre sensibilité. Avec l'âge de raison, nous prenons...

4 pages - 1,80 ¤

Peut-on définir la raison comme un ensemble de principes immuables, universels et nécessaires ?

Il y a donc bien un progrès de la raison en ce sens que les hommes, à mesure qu'ils s'instruisent et se forment l'esprit, s'habituent à penser plus rationnellement et à éliminer de leurs jugements les facteurs extra-rationnels qui les faussent. Mais ce progrès s'effectue toujours dans le même sens et consiste dans l'extension à des domaines nouveaux...

4 pages - 1,80 ¤

Liberté et égalité sont-elles compatibles dans la vie civile ?

Car, ce qui plaît aux faibles, c'est d'avoir l'air d'être égaux à de tels hommes, alors qu'ils leur sont inférieurs.Et quand on dit qu'il est injuste, qu'il est vilain, de vouloir avoir plus que la plupart des gens, on s'exprime en se référant à la loi. Or, au contraire, il est évident, selon moi, que la justice consiste...

2 pages - 1,80 ¤

Différence entre individu et personne ?

DURKHEIM lui-même l'a noté : il y a jusque dans la conscience individuelle des « germes de rationalité » et les catégories de la raison « sont en un sens, immanentes à la vie de l'individu », mais les relations qu'elles expriment « ne pouvaient devenir conscientes que dans et par la société ».II. La personne (ou la...

3 pages - 1,80 ¤

La vie morale n'est-elle qu'obéissance aux règles établies ?

.../... Sans doute, la vie morale comporte bien l'obéissance aux règles légitimement établies. mais elle ne se réduit pas à cette obéissance.   a) Tout d'abord, la vie morale n'est pas simple obéissance. Comme l'a bien fait valoir KANT, la moralité consiste, non pas à observer matériellement une règle reçue de l'extérieur, mais à s'imposer à...

3 pages - 1,80 ¤

Plaisir et morale ?

On oublierait peut-être un peu trop le devoir de se nourrir si les aliments n'avaient aucun attrait. BERGSON considère le plaisir sous cet aspect quand il note : « Le plaisir n'est qu'un artifice imaginé par la nature pour obtenir de l'être vivant la conservation de la vie. »b) Il faut reconnaître que toutes les relations précédentes sont...

3 pages - 1,80 ¤

Bonne volonté et vie morale ?

C'est une forme, une façon de vouloir, qui peut s'appliquer à des contenus opposés. Et cependant il serait extrêmement intéressant de préciser la nature d'une disposition dont on pressent le rôle capital en morale. Essayons-le en recueillant les affirmations de la conscience morale,...

3 pages - 1,80 ¤

L'intention fait-elle seule la valeur morale de l'acte ?

Ainsi, l'ouvrier qui travaille par amour du travail bien fait, le père qui peine pour ses enfants, n'agissent pas mal, mais leur activité n'est moralement bonne que s'ils agissent dans la pure intention de se conformer à la loi. S'ils n'atteignent pas ce niveau, ils observent la « légalité », mais ils ne s'élèvent pas jusqu'à la moralité...

3 pages - 1,80 ¤

La fin justifie-t-elle les moyens ?

De là deux acceptions du mot « justifier » : justifier consiste d'abord à montrer qu'une conduite est rationnelle; dans un second sens, on ne se justifie qu'en montrant que sa conduite est conforme au droit ou au devoir, c'est-à-dire morale.B. La maxime. - Ainsi, nous pouvons donner de la maxime « la fin justifie les moyens »...

6 pages - 1,80 ¤

Pour être moral, suffit-il d'avoir le courage de rester d'accord avec soi-même ?

INTRODUCTION. - Nous admirons l'homme conséquent avec lui-même et qui, au lieu de se laisser aller au gré des circonstances, maintient coûte que coûte, les principes auxquels il s'est arrêté. Pouvons-nous donc définir la morale une logique de la conduite, et le courage qui fait rester d'accord avec soi-même suffit-il à constituer la moralité ? I. - MORALE ET...

2 pages - 1,80 ¤

Quelles sont les limites de l'objectivité historique ?

Pour cela, écoutons d'abord ceux qui essaient de serrer, de préciser la conception opposée. Après les avoir suivis loyalement, nous aurons le droit de leur montrer à quel moment et pourquoi un historien digne de ce nom doit se risquer au-delà des pures constatations impersonnelles. a) On nous dit d'abord que l'historien peut déterminer objectivement les faits qui serviront...

3 pages - 1,80 ¤

La finalité en biologie ?

Paré ou Descartes, mais toutes les explications positives devront trouver place dans un ensemble dominé par une entité comme le principe vital. On utilise pour convaincre le savant un raisonnement passablement spécieux, qui d'ailleurs se trouve souvent repris par la suite. En vain la science progresse et démonte des mécanismes compliqués de la nature. Ces mécanismes compliqués, si...

2 pages - 1,80 ¤

Qu'est-ce qu'une théorie scientifique ?

Le choix et la définition de certaines grandeurs mesurables : dans le cas de l'optique ondulatoire, ce sera par exemple les coordonnées d'espace et de temps, la longueur d'onde et l'intensité lumineuse, etc.B. Le choix des hypothèses fondamentales qui relient ces grandeurs. Le choix de ces hypothèses et leur nombre sont commandés par le but de la théorie...

3 pages - 1,80 ¤

Les faits ne sont-ils jamais vus qu'à travers des théories ?

- L'iNTERPRÉTATION DU FAIT SCIENTIFIQUE CONSISTE A £E RÉFÉRER A UNE THÉORIE DOÎT IL APPARAÎT COMME UN CAS PARTICULIER. a) Ou bien il s'agit d'un fait nouveau qui suggère une théorie nouvelle : ainsi en fut-il des franges d'interférence et de diffraction qui, étudiées par FRESNEL, lui suggérèrent la nouvelle théorie ondulatoire. b) Ou bien il s'agit d'un fait prévu...

2 pages - 1,80 ¤

Quelle est l'attitude de la science en face du hasard ?

C'est là une attitude « a priori » à laquelle le savant ne renoncerait que si les faits venaient à l'y contraindre. Elle pousse le savant à rechercher les causes des phénomènes qu'il ignore encore. D'autre part, la science refuse une définition purement subjective du hasard selon laquelle les événements fortuits seraient simplement ceux qui nous étonnent ou nous...

3 pages - 1,80 ¤

Qu'est-ce qu'un fait scientifique ?

d) « Fait » est souvent synonyme de « phénomène ». Mais tandis que ce second terme met l'accent sur l'idée d'apparaître et d'être pour nous, le premier marque l'existence réelle et en soi. Aussi ne parle-t-on pas de "phénomènes scientifiques", la science ayant pour objet le réel.B. Le fait scientifique. - a) En accolant l'épithète de «...

2 pages - 1,80 ¤

Est-il vrai que les mathématiques soient moins une science à part que l'instrument de toutes les sciences ?

A. Son objet. - Elle traite, à un certain niveau d'abstraction, de l'ordre, de la grandeur (quantité) et de la mesure continue ou discontinue. Ses êtres, suggérés par l'observation sensible, ne sont pas seulement abstraits, comme certains concepts, mais construits, disons mieux créés sur un mode idéal, avec des conditions d'existence propre qui les rendent souvent irréalisables en...

3 pages - 1,80 ¤

N'est-il de science que mathématique ?

L'emploi du schématisme et du symbolisme mathématique a souvent clarifié et débrouillé bien des questions. b) Rigueur du raisonnement. - Les démarches de la pensée sont toutes a priori, à partir de principes posés, admis et non remis en question - sauf pour perfectionner les théories. Le mathématicien est entièrement maître de son objet, de ses créations qu'il se...

3 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 17149 17150 17151 17152 17153 17154 17155 17156 17157 17158 17159 17160 17161 17162 17163 17164 17165 17166 17167 17168 17169 17170 17171 17172 17173 17174 17175 17176 17177 17178 17179 17180 17181 17182 17183 17184 17185 17186 17187 17188 17189 17190 17191 17192 17193 17194 17195 17196 17197 17198 17199 17200 17201 17202 17203 17204 17205 17206 17207 17208 17209 17210 17211 17212 17213 17214 17215 17216 17217 17218 17219 17220 17221 17222 17223 17224 17225 17226 17227 17228 17229 17230 17231 17232 17233 17234 17235 17236 17237 17238 17239 17240 17241 17242 17243 17244 17245 17246 17247 17248 17249 17250 17251 17252 17253 17254 17255 17256 17257 17258 17259 17260 17261 17262 17263 17264 17265 17266 17267 17268 17269 17270 17271 17272 17273 17274 17275 17276 17277 17278 17279 17280 17281 17282 17283 17284 17285 17286 17287 17288 17289 17290 17291 17292 17293 17294 17295 17296 17297 17298 ... 17517 17518 17519 17520 17521 17522

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit