LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Pensez-vous que l'individu puisse créer librement ses valeurs ?

C'est de la liberté au sens métaphysique du terme qu'il s'agit ici. Être libre c'est être capable de dire non, de refuser une situation. L'occupation allemande est un de ces moments de notre histoire où notre attitude avait une pleine signification. Accepter c'était être complice, refuser, devenir résistant c'était risquer la torture et la mort. C'est donc une...

5 pages - 1,80 ¤

Le bonheur est-il le bien suprême ?

||Si suprême désigne le plus élevé, ce au-dessus de quoi il n'y a rien, comment pourrions -nous refuser ce qualificatif au bonheur ? Qui ne reconnaîtrait dans cet état l'état le plus enviable, le plus désirable ? Déjà Pascal observait: "tous les hommes recherchent d'être heureux, cela sans exception; quelques différents moyens qu'ils y emploient, ils tendent tous...

8 pages - 1,80 ¤

Que prétend-on affirmer en déclarant que l'homme est né libre ?

||• Souligner l'existence, dans l'opinion commune, de deux représentations opposées de la liberté : comme état ou comme conquête. • Mettre en évidence l'enjeu éthique et politique de telles représentations : thème de la responsabilité (seul un homme libre de ses choix sera dit responsable) ; thème du droit naturel (ou des droits de l'homme)...

2 pages - 1,80 ¤

La volonté est-elle complice ou maîtresse du désir ?

||• Souligner l'existence, dans l'opinion commune, de deux représentations opposées de la liberté : comme état ou comme conquête. • Mettre en évidence l'enjeu éthique et politique de telles représentations : thème de la responsabilité (seul un homme libre de ses choix sera dit responsable) ; thème du droit naturel (ou des droits de l'homme)...

3 pages - 1,80 ¤

Regret, remords, repentir ?

Note : 10/10

Une conscience rationnelle ne peut faire fond sur lui. Obsédé par le passé, incapable d'agir, l'homme du remords manque aux deux exigences fondarnentales d'une conscience morale authentique. laquelle est « proversive » (orientée vers l'avenir) et tournée vers l'action. Le remords et le regret, si différents et si opposés qu'ils puissent être par ailleurs, se rejoignent sur ce...

3 pages - 1,80 ¤

Que vaut, au point de vue moral, le principe: "La fin justifie les moyens" ?

Note : 10/10

Sacrifier ne serait-ce qu'une vie humaine pour en sauver dix mille autres, c'est trahir une fois le principe moral au nom duquel on prétend justifier sa conduite. C'est donc réellement manquer à la fin qu'on déclare poursuivre. Pour de tels moralistes, on ne doit jamais et sous aucun prétexte faire le mal. Les Américains, donc, auraient eu tort...

5 pages - 1,80 ¤

Fidélité et sincérité ?

Note : 10/10

Il faut bien comprendre que le conflit qui se révèle entre sincérité et fidélité se pose surtout à partir des changements introduits dans ma pensée et dans mes sentiments par le temps.Que faire lorsque j'ai changé ? Abandonner pour être sincère la conduite que j'avais d'abord adoptée et qui, maintenant, ne correspond plus à mes voeux les plus...

3 pages - 1,80 ¤

Le chemin de l'enfer est pavé de bonnes intentions ?

Note : 10/10

Thénardier ranime un blessé évanoui sur le champ de bataille. Son acte est cependant odieux car il ne l'a ranimé qu'en secouant son gilet pour dérober sa montre. Au rebours, l'infirmier qui, croyant donner à un malade un médicament lui fait avaler un poison - qu'un autre a déposé sur sa table de nuit - agit moralement, malgré...

3 pages - 1,80 ¤

La vraie morale se moque de la morale. Qu'en pensez-vous ?

Note : 10/10

||Cette formule est de Pascal. Selon lui, la "vraie morale", c'est celle du jugement, celle du coeur, du sentiment qui "est sans règle", relevant de "l'esprit de finesse" et qui se moque d'une morale réduite à des règles, des principes fixés, reconnus. Que penser de cette conception de la morale et de la supériorité d'une morale du sentiment,...

5 pages - 1,80 ¤

Comment punir ?

Note : 10/10

une peine de prison de un an ou de trois cent soixante-quatre jours ou encore de un an et un, deux ou trois jours. Pourtant, [...] une semaine ou un jour de prison en trop ou en moins sont déjà une injustice. » Hegel, Principes de la philosophie du droit, 1821. « Vous avez entendu qu'il a...

5 pages - 1,80 ¤

Avons-nous le droit de discuter le droit ?

Note : 10/10

- Un droit ne serait-ce pas ce qui est conforme à une règle précise et qu'il est par suite légitime d'exiger soit parce que les lois ou règlements le présentent ou parce que cela résulte de contrats établis en conformité de ces lois, ou parce que cela est conforme à l'opinion en matière morale? *...

4 pages - 1,80 ¤

La balance est-elle le symbole adéquat de la justice ?

Note : 10/10

(Il faudrait neutraliser toute forme de privilège dû au milieu culturel, aux relations sociales, au poids des corporations, etc.)- En outre, il est une critique que l'on peut adresser à toute pensée méritocratique, qu'elle soit de gauche comme de droite, c'est que valoriser le mérite conduit à substituer une forme d'inégalité à une autre. Si l'on met de...

8 pages - 1,80 ¤

Comment concevez-vous les rapports du droit et de la moralité ?

Note : 10/10

Autrement dit, l'homme n'entend plus recevoir ses normes ou ses lois de la nature des choses (Aristote), ni de Dieu (Cicéron ou Thomas), mais entend les fonder lui-même à partir de sa raison et de sa volonté. Or la référence à une transcendance permettait d'affirmer le caractère absolu et intemporel des droits fondamentaux de l'homme. Dès lors, la...

6 pages - 1,80 ¤

On parle des "droits de l'homme". Cette notion a-t-elle un fondement philosophique ?

Note : 10/10

Elle se présente comme une loi transcendante qui a existé bien avant l'apparition des peuples et des sociétés civiles. Elle est née de l'esprit divin : « ... la loi n'est pas une invention de l'esprit humain ni un décret des peuples, mais quelque chose d'éternel qui gouverne le monde entier, montrant ce qu'il est sage de prescrire...

6 pages - 1,80 ¤

Faut-il vouloir la paix à tout prix ?

Note : 10/10

Définition des termes du sujet: PAIX: Absence de conflit armé entre des nations, des États, des groupes humains. Par extension, concorde, entente. ||Chacun a tendance à se prétendre pacifiste. Nul n'avoue vouloir la guerre. On sait que les plus grands conquérants, à les entendre, n'ont jamais fait que se défendre contre une agression possible. On n'attaque jamais si bien...

5 pages - 1,80 ¤

La guerre est-elle absurde ?

Note : 10/10

On voit ici que celui-ci n'est pas un vain principe mais qu'il peut influer sur le devenir de l'histoire humaine.3) "Et si notre fin [...] puisqu'elle est un devoir."L'extrait s'achève sur une deuxième conséquence du constat qui se situe ici plus sur un plan moral. En tant qu'elle est un devoir, la maxime...

7 pages - 1,80 ¤

La violence a-t-elle un rôle dans l'histoire ?

Note : 10/10

En ce qui concerne Freud, la violence est moins posée comme à l'origine du monde qu'à celle de l'homme et de ses comportements : pulsion de destruction ou "libido négative qui fait luire à nouveau la notion héraclitéenne de la discorde" dit Lacan. Freud affirme avec d'autres une tendance naturelle à l'agressivité, à la destruction qui cohabite avec...

10 pages - 1,80 ¤

La parole est-elle un pouvoir ?

Note : 10/10

A tel point que le fait de nommer, de qualifier un Pouvoir, lui donne sa cohérence, sinon son existence: qui dit monarchie se met en mesure d'élaborer le système monarchique, formule la série des concepts qui se trouvent mis dans la langue. Toutes les institutions majeures ont pour rôle de tester et d'élaborer le langage du Pouvoir. L'un...

3 pages - 1,80 ¤

Le pouvoir politique est-il nécessairement violent ?

Note : 10/10

Le pouvoir politique, qui s'incarne dans l'État, détient le monopole de la violence légale. Nul citoyen n'a droit d'user de violence en dehors des règles strictement établies par l'État. Mais de ce que l'État représente la seule source de violence habilitée à se dire légitime, peut-on conclure que l'État est nécessairement et toujours porteur de violence ? Cette...

3 pages - 1,80 ¤

La démocratie, tyrannie de l'incompétence. Que penser de cette affirmation ?

Note : 5.1/10

À cet égard, les démocraties de fait semblent critiquables lorsque de l'intérieur elles pervertissent l'idéal démocratique. Faut-il alors conclure que la capacité de se critiquer elles-mêmes est pour les démocraties existantes une urgence et une nécessité? 1) La démocratie n'est pas en droit critiquable : il serait contradictoire d'invalider le seul pouvoir politique qui soit légitime en son origine...

5 pages - 1,80 ¤

Est-il dans la nature de l'État de refuser les différences ?

Note : 5.1/10

||La question du juste et de l'injuste est de celles qui provoquent de vives réactions. Chacun se sent agressé lorsqu'il a le sentiment de n'avoir pas été traité d'une façon comparable aux autres. Dès lors, il peut sembler qu'un accord unanime peut être aisément obtenu entre les individus qui composent une communauté: les personnes doivent être traitées d'une...

6 pages - 1,80 ¤

L'État est-il plus à craindre que l'absence d'Etat ?

Note : 5.1/10

Qu'est-ce que serait l'absence d'État ? Quand l'absence d'état pourrait-elle devenir préférable ? Une société sans État n'est pas nécessairement une société désorganisée (Lévi-Strauss) : elle existe juste sans cette forme bien particulière d'organisation qu'est l'État. Il faut distinguer trois types de sociétés sans État : - l'état de nature, qui est un état théorique, développé chez Hobbes...

4 pages - 1,80 ¤

Est-il contradictoire de reconnaître des différences et de désirer l'égalité des individus ?

Note : 5.1/10

Chacun manifeste, en effet, sa subjectivité qui est la sienne propre. Dès lors, je ne peux pas être égal, substituable par mon voisin ou mon ami. Ma différence, ma singularité est intrinsèque même à mon essence. - De plus, affirmer ou désirer l'égalité, c'est vouloir niveler les différences et en définitive les nier. Ce contre quoi Nietzsche s'élèvera de...

3 pages - 1,80 ¤

Une société sans conflits est-elle possible ? Est-elle souhaitable ?

Note : 7.5/10

Le risque est la torpeur des individus et, à terme la décadence. [Une société heureuse et juste est une société sans conflits. Tous les gouvernements tentent d'établir la paix et la justice sociales. Les individus peuvent éviter les conflits en se soumettant à la volonté générale et en oeuvrant pour le bien commun. La société sans classes mettra fin...

9 pages - 1,80 ¤

A quoi servent les lois ?

Note : 7.5/10

.../... Sitôt que c'est la force qui fait le droit, l'effet change avec la cause; toute force qui surmonte la première succède à son droit." Il suffit d'échapper à la force pour en avoir le droit, puisque, selon ce principe, le plus fort a toujours raison. Un droit qui disparaît sitôt que s'éclipse la force...

9 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 17194 17195 17196 17197 17198 17199 17200 17201 17202 17203 17204 17205 17206 17207 17208 17209 17210 17211 17212 17213 17214 17215 17216 17217 17218 17219 17220 17221 17222 17223 17224 17225 17226 17227 17228 17229 17230 17231 17232 17233 17234 17235 17236 17237 17238 17239 17240 17241 17242 17243 17244 17245 17246 17247 17248 17249 17250 17251 17252 17253 17254 17255 17256 17257 17258 17259 17260 17261 17262 17263 17264 17265 17266 17267 17268 17269 17270 17271 17272 17273 17274 17275 17276 17277 17278 17279 17280 17281 17282 17283 17284 17285 17286 17287 17288 17289 17290 17291 17292 17293

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit