LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

L'homme est-il responsable de son histoire ?

Histoire Du grec historia, « enquête ». Ce mot recouvre principalement deux significations, que la langue allemande distingue : le devenir historique lui-même, comme ensemble d'événements (Geschichte), et la connaissance du passé que l'historien essaie de constituer (Historie).La première signification pose le problème du sens et de la finalité de l'histoire ; la seconde, celui de la scientificité de...

5 pages - 1,80 ¤

La force des religions et la foi ?

Foi:Du latin fides, « confiance », « croyance ».a) Adhésion ferme de l'esprit à une vérité révélée, ou à un ordre de choses dépassant le simple domaine de l'expérience (exemple : la foi religieuse). b) En morale, fidélité à un engagement. c) Mauvaise foi : chez Sartre, mensonge que l'homme se fait à lui-même, pour ne pas voir...

4 pages - 1,80 ¤

La religion est-elle une compensation nécessaire ?

Note : 5.1/10

Contre la croyance religieuse, Freud veut nourrir une autre croyance : celle du progrès de l'esprit humain, devenant mature et susceptible d'autonomie, c'est-à-dire capable de se donner sa propre loi sans la médiation d'une transcendance ecclésiastique et/ou divine. Cette opposition de l'intelligence et de la religion n'est-elle pas toutefois trop simple ? Est-ce véritablement par faiblesse et manque...

5 pages - 1,80 ¤

La religion comme source d'une consolation infantilisante ?

Note : 5.1/10

Critique de l'illusion religieuse. A)   La religion comme aliénation de l'essence humaine. La religion s'enracine dans le sentiment du sacré. Mais dans la société moderne, depuis le triomphe de la bourgeoisie, il semble que ce sentiment du sacré se soit évanoui ou ait été perverti. Feuerbach est l'un des premiers philosophes à avoir pris toute la mesure du caractère profane de...

8 pages - 1,80 ¤

Le langage est-il un instrument ou un obstacle à la pensée ?

Note : 5.1/10

Loin d'être deux mondes radicalement extérieurs, « incommensurables » comme le disait Bergson, le langage et la pensée apparaissent ici comme absolument consubstantiels. Que reproche Hegel à l'ineffable ? Il lui reproche de n'offrir, en fait de pensée, qu'une matière de pensée sans la forme que seule la formulation par le langage pourrait lui conférer. L'ineffable en effet, c'est la pensée informe,...

17 pages - 1,80 ¤

L'existence libère-t-elle du temps ?

Note : 5.1/10

On peut bien dire qu'ils existent mais de telle sorte que l'existence n'est jamais chez eux mise en question. À l'inverse, l'existence humaine n'est pas une simple possibilité que le devenir actualisera ; elle est prise dans ce devenir temporel qui épuise les projets, les rend caducs, et nous destine à l'inexistence. Dès lors exister, compte tenu de...

6 pages - 1,80 ¤

L'existence est-elle prisonnière du temps ?

Note : 5.1/10

Pascal est très explicite sur ce point : l'homme, en s'intéressant à son passé ou à son avenir, cherche en réalité à échapper au présent qui est pourtant le seul temps qui soit véritablement à nous. Ici, il n'y a pas seulement le témoignage d'une « pensée » écrite à la hâte, mais l'expression réfléchie d'une lettre rédigée...

5 pages - 1,80 ¤

Désir et plénitude ?

Note : 5.1/10

Pour Descartes, perceptions, sentiments, émotions sont des « passions ». Cependant précise le philosophe que le terme de « passion » désignera pour lui surtout es émotions car « parmi toutes les pensées de l'âme, les passions sont celles qui l'agitent et l'ébranlent le plus fort ». En fait les six passions fondamentales citées par Descartes : l'admiration,...

5 pages - 1,80 ¤

Désir et temps ?

Note : 5.1/10

Définition des termes du sujet: TEMPS: Milieu indéfini et homogène, analogue à l'espace, dans lequel se déroulent les événements.Temps objectif: Mouvement continu et irréversible (« flèche du temps ») par lequel le présent rejoint le passé.Temps subjectif: Sentiment intérieur de la temporalité, telle qu'elle est vécue par le sujet (synonyme : durée). DÉSIR : Tension vers un objet que l'on...

3 pages - 1,80 ¤

Le désir comme manque ?

Note : 5.1/10

1,80 ¤

Autrui et morale ?

Note : 5.1/10

Ainsi, les connaissances évidentes sont, pour Rousseau, celles auxquelles, dans la sincérité de mon coeur, je ne peux refuser mon consentement (Profession de foi du vicaire savoyard). Certes, autrui n'est pas moi, il est différent ; cependant, si je reconnais le statut d'ego à autrui, il est mon semblable, mon égal. Comme moi, il est un être conscient, pensant,...

2 pages - 1,80 ¤

La reconnaissance d'autrui passe-t-elle nécessairement par le conflit ?

Note : 5.1/10

) Quel peut-être ce conflit "originaire" ? Est-ce qu'on peut simplement le déduire du fait que chacun a des intérêts particuliers ? Mais, dans ce cas, ce qui est au fondement, c'est notre intérêt personnel, mais pas le conflit. On peut très bien imaginer que nos intérêts finissent par converger. Donc comment définir le conflit de manière plus...

8 pages - 1,80 ¤

Pourquoi l'hypothèse de l'inconscient freudien est-elle problématique ?

Note : 5.1/10

En deuxième lieu, il devra satisfaire au critère de démarcation, c'est-à-dire qu'il ne devra pas être métaphysique mais devra représenter un monde de l'expérience possible. En troisième lieu, il devra constituer un système qui se distingue de quelque autre manière des autres systèmes du même type dans la mesure où il est le seul à représenter notre monde...

2 pages - 1,80 ¤

L'inconscient comme hypothèse nécessaire et légitime ?

Note : 5.1/10

Pour Freud, les données immédiates de la conscience « sont insuffisantes « pour donner raison de la totalité des actes psychiques. Au contraire, il est nécessaire de construire (à l'opposé du donné) la notion d'inconscient.Dans une seconde partie, beaucoup plus brève, Freud argumente sur la légitimité de l'hypothèse de l'inconscient. Maintenant il ne s'agit plus d'une théorie nouvelle...

6 pages - 1,80 ¤

Perception et interprétation du réel ?

Note : 5.1/10

La cosmologie céleste fait appel à la psychologie de l'âme bienheureuse, la physique terrestre d'Aristote s'éclaire par la psychologie de l'âme inquiète. Aristote distingue deux sortes de corps, les lourds et les légers. Les corps légers (la fumée) vont spontanément vers le haut alors que les graves (une pierre) se meuvent d'eux-mêmes vers le...

8 pages - 1,80 ¤

Percevoir et connaître ?

Note : 5.1/10

ConnaissanceDu latin cognitio, « action d'apprendre ». Activité de l'esprit par laquelle l'homme cherche à expliquer et à comprendre des données sensibles.Le problème de l'origine et du fondement de la connaissance, ainsi que celui de ses limites, oppose en particulier Kant et les empiristes.Si percevoir c'est juger, comment ce jugement est-il possible ? Notre capacité de juger se...

3 pages - 1,80 ¤

Peut-on légitimement parler d'illusion des sens ?

Note : 5.1/10

Le produit de cette synthèse est un jugement sur le réel qui interprète et nomme ce qui est. Comme cette activité de l'esprit est spontanée, le fait de l'habitude, nous n'en avons pas conscience, et c'est seulement lorsque la synthèse proposée par la perception s'avère non conforme au réel que nous nous apercevons que nous nous sommes trompés....

3 pages - 1,80 ¤

Conscience et existence: la mauvaise foi ?

Note : 5.1/10

Conscience morale Capacité propre à l'homme de pouvoir juger ses actions en bien comme en mal. Si elle est susceptible de nous faire éprouver du remords et de la mauvaise conscience, la conscience morale fait pourtant notre dignité. L'analyse de la mauvaise foi, telle qu'elle a été menée par Sartre dans L'être et le néant, souligne l'écart entre...

2 pages - 1,80 ¤

Conscience et morale ?

Note : 5.5/10

||C'est sans aucun doute dans les rapports qu'elle est susceptible d'entretenir avec ce que les hommes appellent la morale, que la conscience montre à quel point elle peut également étendre sa signification originelle et même, dans une certaine mesure, s'en écarter quelque peu.  Dans cette dernière perspective, il ne s'agit plus en effet de la...

2 pages - 1,80 ¤

La conscience de soi comme vérité première ?

Note : 5.5/10

La première certitude que j'ai est donc celle de mon existence, mais comme pure pensée, puisque, en toute rigueur, je n'ai pas encore de preuve de l'existence de mon corps. Quand bien même je nierais que le monde existe, que mon corps existe, que je puisse penser correctement, je ne pourrais remettre en cause ce fait : je...

3 pages - 1,80 ¤

L'imagination créatrice comme condition du bonheur ?

Note : 5.5/10

Ce renoncement est la première cause de nos malheurs. La création artistique, royaume de l'imagination par excellence, me permet d'entrer dans un univers qui laisse libre cours à l'expression des désirs. Ce rôle consolateur de l'imagination avait déjà été bien perçu par Épicure. Il affirme ainsi dans la Lettre à Ménécée que le souvenir et l'image de plaisirs passés...

3 pages - 1,80 ¤

L'imagination comme remède au malheur ?

Note : 5.5/10

Elle exerce une très forte contrainte sociale : elle fait croire qu'un signe extérieur de noblesse (le port d'une perruque, d'une épée) renvoie à un caractère réel de la personne. Elle est donc à l'origine d'un pouvoir arbitraire, fondé sur une illusion, car il s'agit bien d'un pouvoir imaginaire. Pascal affirme ainsi : « Qui dispense la réputation...

3 pages - 1,80 ¤

L'imagination comme malheur de l'homme ?

Note : 5.5/10

Bachelard, L'Air et les Songes, 1943. « Grâce à l'imaginaire, l'imagination est essentiellementouverte, évasive. Elle est dans le psychisme humain l'expérience même de l'ouverture, l'expérience même de la nouveauté. » Bachelard, L'Air et les Songes, 1943. « L'imagination [...], c'est la conscience tout entière en tant qu'elle réalise sa liberté. » Sartre, L'Imaginaire, 1940. « L'imagination est la folle...

3 pages - 1,80 ¤

Comment gouverner la souveraineté ?

Note : 5.5/10

Sujet 3879Comment gouverner la souveraineté ?  Termes du sujet: Gouverner: Diriger les affaires publiques d'un État. PLAISIRDu latin placere, être agréable à.a) Sensation ou émotion agréable, liée à la satisfaction d'un besoin, d'un désir. b) Principe de plaisir : chez Freud, principe primaire en vertu duquel nous cherchons d'abord à nous procurer du plaisir et à fuir le déplaisir.[A....

2 pages - 1,80 ¤

Faut-il se méfier de la raison ?

Note : 10/10

Mais plus encore, Kant, qui lui-même fait un usage rigoureux et régulier de sa raison, finit par évoquer l'envie que l'on peut ressentir à l'égard de ceux « qui n'accordent à leur raison que peu d'empire sur leur conduite «. Être trop raisonnable serait donc le reproche qu'il serait raisonnable d'adresser à celui qui est trop rationnel.Cette condamnation...

4 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 17244 17245 17246 17247 17248 17249 17250 17251 17252 17253 17254 17255 17256 17257 17258 17259 17260 17261 17262 17263 17264 17265 17266 17267 17268 17269 17270 17271 17272 17273 17274 17275 17276 17277 17278 17279 17280 17281 17282 17283 17284 17285 17286 17287 17288 17289 17290 17291 17292 17293 17294 17295 17296 17297 17298 17299 17300 17301 17302 17303 17304 17305 17306 17307 17308 17309 17310 17311 17312 17313 17314 17315 17316 17317 17318 17319 17320 17321 17322 17323 17324 17325 17326 17327 17328 17329 17330 17331 17332 17333 17334 17335 17336 17337 17338 17339 17340 17341 17342 17343 17344 17345 17346 17347 17348 17349 17350 17351 17352 17353 17354 17355 17356 17357 17358 17359 17360 17361 17362 17363 17364 17365 17366 17367 17368 17369 17370 17371 17372 17373 17374 17375 17376 17377 17378 17379 17380 17381 17382 17383 17384 17385 17386 17387 17388 17389 17390 17391 17392 17393 ... 17465 17466 17467 17468 17469 17470

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit