LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Comment s'organise un raisonnement ?

par opposition au psychisme, SYN. physique, corporel. e) Qui organise, qui constitue ; par ex., une loi organique est une loi fondamentale organisant une institution. 5. - Organisation : a) Caractère de ce qui est organisé au sens a. b) Tout ensemble de fonctions coordonnées ; en part., institution regroupant diverses fonctions pot. ou sociales. c) Action de...

3 pages - 1,80 ¤

Pourquoi prescrire des principes et des règles ?

Cette universalité des principes de la raison avait pu sembler un moment remise en cause par la découverte des modes de penser des peuples dits primitifs. Ainsi, le philosophe Jean Laporte n'hésitait pas à affirmer, au début du siècle, que la mentalité primitive ignorait les principes de non-contradiction et du tiers exclu. Mais les travaux ethnographiques les plus...

4 pages - 1,80 ¤

La connaissance est-elle un processus social ?

||En fin de compte, la croyance n'est écartée de la connaissance que lorsqu'elle est affirmation strictement individuelle, non réfléchie et fermée à la critique. Mais la mise en débat des opinions, par le dialogue rationnel et la critique réciproque, est un moyen de progresser dans la connaissance. Certes, la discussion se réduit souvent à un dialogue de sourds...

4 pages - 1,80 ¤

Qu'est-ce que juger ?

||Que ce soit au tribunal ou dans la vie ordinaire, sur quoi se fonde-t-on pour juger par exemple qu'un homme est coupable ou innocent, qu'une oeuvre est belle ou pas? Le jugement ne fait-il que proclamer une évidence? Si cependant la personne ou la situation que l'on juge se montrent d'elles-mêmes dans leur vraie ...

7 pages - 1,80 ¤

L'opinion est-elle pour la connaissance scientifique un point d'appui ou un obstacle ?

Note : 5.1/10

L'histoire des sciences physiques est celle de leur révolution permanente. Les théories n'ont qu'une valeur provisoire. Des faits « polémiques » surgissent qui les contredisent, qui obligent à des révisions. Tout succès scientifique ouvre plus de questions qu'il n'en clôt. Faut-il pour autant sombrer dans le scepticisme et affirmer qu'il n'y a rien qui vaille vraiment ? Comment distinguer, dès lors,...

6 pages - 1,80 ¤

La sincérité de la foi est-elle une forme de vérité ?

Note : 5.1/10

Définition des termes du sujet: Vérité La vérité concerne l'ordre du discours, et il faut en cela la distinguer de la réalité. Elle se définit traditionnellement comme l'adéquation entre le réel et le discours.Qualité d'une proposition en accord avec son objet. La vérité formelle, en logique, en mathématiques c'est l'accord de l'esprit avec ses propres conventions. La vérité expérimentale c'est...

5 pages - 1,80 ¤

La croyance n'est-elle qu'une forme de naïveté ?

Note : 5.1/10

La seule vérité est qu'il n'y a pas une vérité, mais une multiplicité de croyances et de désirs.      b. Montaigne s'emploie aussi à une critique de tout dogmatisme en réhabilitant la croyance. Croyances et coutumes permettent de juger. Le jugement avec Montaigne ne contredit pas le doute puisqu'il est toujours arrêt et mouvement. Il y a une...

3 pages - 1,80 ¤

Faut-il s'abstenir de rien tenir pour vrai ?

Note : 5.1/10

« Un tel homme, en tant que tel, est dès lors semblable à un végétal."Si la négation du principe de contradiction ruine la possibilité de toute communication par le langage, elle détruit aussi corrélativement la stabilité des choses, des êtres singuliers. Si le blanc est aussi non-blanc, l'homme non-homme, alors il n'existe plus aucune différence entre les êtres ; toutes...

3 pages - 1,80 ¤

La croyance manque-t-elle de clarté ?

Note : 5.1/10

Pour le non-scientifique c'est une croyance, puisqu'elle est admise par la force d'autorité des savants. Ce n'est pas parce qu'une proposition a été produite dans le cadre de la science qu'elle est automatiquement une connaissance pour nous. Il faut encore s'y rapporter par un acte de connaissance, c'est-à-dire fonder son adhésion sur des principes objectifs et rationnels.Il ne...

2 pages - 1,80 ¤

La croyance peut-elle tenir lieu de critère de la vérité ?

Note : 5.1/10

Avant Spinoza déjà, qui posait la croyance à la hauteur de l'opinion, en tant que plus bas degré de la connaissance, Platon a rabaissait la croyance à la connaissance du visible, et donc de l'inessentiel. La croyance se situe ainsi, dans le « paradigme de la ligne « (République, L. VI, 509-511), dans le domaine...

3 pages - 1,80 ¤

Comment peut-on vérifier une hypothèse ?

Note : 5.1/10

C'est précisément parce qu'elle n'exclut aucun fait de son domaine, même ceux qui pourraient la contredire, que Popper relègue la psychanalyse au rang de fausse science, aux côtés de la cartomancie ou encore de l'astrologie. Il est donc possible de décider de la vérité ou de la fausseté d'une théorie ou d'un énoncé, et ce de manière concluante. Dire...

6 pages - 1,80 ¤

Comment l'hypothèse vient-elle à l'esprit du savant ?

Note : 5.1/10

Force lui est de les supposer connues, d'anticiper sur l'expérience, de risquer une, idée, de faire un « saut dans l'inconnu », (Goblot.)b) Rôle de l'hypothèse. L'importance de l'hypothèse ressort de son rôle même. C'est elle qui guide la main de l'expérimentateur, qui provoque des expériences nouvelles, en vue de mieux mettre en lumière l'explication cherchée : sans...

2 pages - 1,80 ¤

Quelle connaissance a priori est-elle possible ?

Note : 5.1/10

Mais comme Kant l'a montré, la raison est impuissante à rendre compte de l'Etre lui-même. Nous ne pouvons connaître la réalité qu'à travers les formes « a priori « de la sensibilité (espace & temps), sortes des structures mentales qui sont la condition de notre perception des choses, et les formes « a priori « de l'entendement (« catégories «). C'est pourquoi, seuls les...

5 pages - 1,80 ¤

Les principes de la raison sont-ils issus de l'expérience ?

Note : 5.1/10

Problématique : Étant donné le caractère universel et nécessaire des principes de la raison, est il possible qu'ils soient issus de l'expérience qui est toujours particulière et contingente? I : Empirisme Toute idée a son origine dans l'expérience L'empirisme a pour postulat que toute idée a son origine directe ou indirecte dans l'expérience sensible. Sans l'expérience, l'esprit est tabula rasa selon l'expression...

3 pages - 1,80 ¤

La connaissance repose-t-elle sur des idées innées ?

Note : 5.1/10

En effet, questionnant un jeune garçon qui n'a reçu aucune éducation en mathématiques, Socrate fait résoudre à celui-ci le problème suivant: comment construire un carré dont la surface soit le double d'un autre carré? Le jeune garçon parvient à la solution sans que Socrate lui ait rien «soufflé», seulement guidé par les questions de Socrate. Conclusion: les vérités mathématiques...

2 pages - 1,80 ¤

La connaissance est-elle possible si l'expérience sensible est sa seule source ?

Note : 7/10

John Locke (1632-1704) écrit, dans l'Essai philosophique sur l'entendement humain : « Supposons donc qu'au commencement l'Âme est ce qu'on appelle une table rase, vide de tous caractères, sans aucune idée, quelle qu'elle soit. Comment vient-elle à recevoir des idées ? Par quel moyen en acquiert-elle cette prodigieuse quantité que l'imagination de l'Homme, toujours agissante et sans bornes,...

3 pages - 1,80 ¤

La connaissance peut-elle reposer sur une base aussi instable que la sensation ?

Note : 7/10

La réminiscence est le souvenir des essences.2. Sensible et intelligiblePour Platon, est sensible ce que l'on peut saisir par les sens, intelligible ce que l'on saisit par l'esprit ou l'intelligence, ce que l'on comprend. Ainsi, la croyance est déterminée par des objets sensibles, alors que la science a pour principe des réalités intelligibles.La réalité sensible est celle des...

5 pages - 1,80 ¤

La sensibilité est-elle une condition de la connaissance ?

Note : 7/10

Il faut alors se rappeler Platon qui fait la distinction dans le Ménon entre une  opinion et une opinion droite. C'est-à-dire que l'on peut avoir une connaissance exacte d'une chose, on peut dire la réalité ou dire vrai sans pour autant que cela soit une connaissance relevant d'un esprit scientifique. Le sujet nous invite donc à découvrir le...

6 pages - 1,80 ¤

L'objet technique prend-il la place de l'oeuvre d'art ?

Note : 7/10

Le rôle et la nature de l'art ne sont pas fixés une fois pour toutes. Ils varient selon ce que les civilisations demandent à l'art. Dans un monde soumis au développement des techniques, l'art doit-il s'associer à elles au point de s'en rendre dépendant ? Doit-il s'exercer sous forme de divertissement de masse, ou doit-il en être le...

3 pages - 1,80 ¤

La reproductibilité de l'oeuvre d'art la transforme-t-elle en objet de consommation ?

Note : 7/10

De fait, à côté de cette consommation culturelle, la création d'oeuvres exigeantes, destinées à un public éclairé, continue de s'inscrire dans l'histoire de l'art au sens traditionnel du terme.Sujet 357La reproduction des oeuvres d'art nuit-elle à l'art ?1) IntroductionLa reproduction des oeuvres d'art nuit-elle à l'art ? D'emblée, il faut remarquer le balancement rhétorique (oeuvre d'art/art), annonciateur d'une...

3 pages - 1,80 ¤

Y a-t-il une beauté propre à l'objet technique ?

Note : 7/10

Ainsi, le pape Pie XII[1] écrit que "Le beau doit nous élever. La fonction de tout art consiste à briser l'espace étroit et angoissant du fini dans lequel est plongé l'Homme tant qu'il vit ici-bas, pour ouvrir une sorte de fenêtre à son esprit qui tend vers l'infini." Un objet technique peut-il être beau ? Un objet qui demande...

4 pages - 1,80 ¤

Le beau est-il un plaisir désintéressé ?

Note : 7/10

2) Le beau n'est pas l'agréable.  Dire « c'est beau « ce n'est pas communiquer notre sensation.3) La belle oeuvre d'art est une fin en soi. Kant justifie la thèse de l'art pour l'art.  Il n'est pas vrai, moral, agréable, il n'a pas d'autre fin que lui-même.4) Le beau, la finalité sans fin, n'est pas le privilège de l'art. Nature et...

6 pages - 1,80 ¤

Le beau se définit-il par opposition à l'utile ?

Note : 7/10

L'utile est ce qui sert. Or devant une oeuvre d'art se pose-t-on la question : à quoi ça sert ? De prime abord le beau et l'utile semblent s'exclure l'un l'autre dans la mesure où ils ne se référent pas aux mêmes objets. Un marteau est dit utile mais est-il dit beau ? L'utile introduit la notion de moyen, d'efficacité, tandis...

6 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 17267 17268 17269 17270 17271 17272 17273 17274 17275 17276 17277 17278 17279 17280 17281 17282 17283 17284 17285 17286 17287 17288 17289 17290 17291 17292 17293 17294 17295 17296 17297 17298 17299 17300 17301 17302 17303 17304 17305 17306 17307 17308 17309 17310 17311 17312 17313 17314 17315 17316 17317 17318 17319 17320 17321 17322 17323 17324 17325 17326 17327 17328 17329 17330 17331 17332 17333 17334 17335 17336 17337 17338 17339 17340 17341 17342 17343 17344 17345 17346 17347 17348 17349 17350 17351 17352 17353 17354 17355 17356 17357 17358 17359 17360 17361 17362 17363 17364 17365 17366 17367 17368 17369 17370 17371 17372 17373 17374 17375 17376 17377 17378 17379 17380 17381 17382 17383 17384 17385 17386 17387 17388 17389 17390 17391 17392 17393 17394 17395 17396 17397 17398 17399 17400 17401 17402 17403 17404 17405 17406 17407 17408 17409 17410 17411 17412 17413 17414 17415 17416 ... 17510 17511 17512 17513 17514 17515

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit