LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Quelle est la valeur des preuves métaphysiques de l'existence de Dieu ?

Note : 8/10

[...] De cela seul que je ne puis concevoir Dieu sans existence, il s'ensuit que l'existence est inséparable de lui, et partant qu'il existe véritablement : non pas que ma pensée puisse faire que cela soit de la sorte, et qu'elle impose aux choses aucune nécessité ; mais, au contraire, parce que la...

4 pages - 1,80 ¤

La science pénétre-t-elle au-delà des apparences ?

Note : 8/10

« Nous ne connaissons a priori des choses que ce que nous y mettons nous-mêmes » (Critique de la raison pure). 2. Phénomènes et choses en soi Les phénomènes désignent ce qui apparaît dans l'espace et dans le temps et ce dont nous pouvons faire l'expérience. Les choses en soi, ou noumènes, désignent les réalités en elles-mêmes. Elles ne sont...

1 page - 1,80 ¤

Une morale sans obligation, ni sanction ?

Note : 8/10

C'est également un thème fort présente dans la philosophie libertine du début du XVIIème s., où les « libertins érudits » réclamaient cette liberté de choisir une morale propre à l'individu et non aux intérêts de l'Église.          Ainsi, pour analyser ce problème, il faudra distinguer deux sortes de morale: d'une coté, la morale unique qui prétend à l'Universel et qui...

2 pages - 1,80 ¤

La vertu, pour être morale, doit-elle être absolument désintéressée ?

Note : 8/10

La maxime est subjective si elle est et reste individuelle. Elle deviendrait objective, nécessaire (semblable à une loi de la nature) si tous les êtres raisonnables y subordonnaient toujours entièrement leur faculté de désirer. Devenue objective, universelle, la maxime est la loi morale. Le principe suprême de jugement en matière de moralité réside donc dans la conformité des...

3 pages - 1,80 ¤

Quel est le fondement du droit ?

Note : 8/10

Les hommes selon Rousseau ne sont pas naturellement méchant : il y a dans la nature humaine, une passion permettant de tempérer l'égoïsme (l'amour propre) : la pitié. Ainsi aucune loi ne nous dit que si un homme est en danger il faut s'efforcer de lui porter secours ; c'est une conclusion à laquelle on parvient spontanément, sans raisonnement. Du coup, l'homme...

5 pages - 1,80 ¤

Le progrès scientifique est-il nécessairement suivi du progrès moral ?

Note : 5.5/10

Cela signifie que si la technique accomplit des «miracles«, ces derniers consistent bien plus à asservir l'homme qu'à l'émanciper. * La technique a donc permis à l'homme de maîtriser son environnement. On accuse pourtant aujourd'hui la technique : épuisement des ressources énergétiques de la planète, réchauffement de la planète... La...

2 pages - 1,80 ¤

Le devoir est-il coextensif au bien ?

Note : 5.5/10

A. - Montrer, par des exemples, que, pratiquement, tout bien n'est pas obligatoire. La conscience a toujours distingué entre ce qui est de précepte et ce qui est de simple conseil; entre le devoir strict et le bien de surérogation. S'il en était autrement, il faudrait conclure que l'héroïsme, par exemple, est obligatoire pour tous et même d'autant...

1 page - 1,80 ¤

L'intention morale suffit-elle à constituer la valeur morale des actions ?

Note : 5.5/10

Suffit-il de diriger son intention vers un but louable ou héroïque pour justifier toutes ses actions ? Évidemment non. Ce serait légitimer la maxime immorale de Machiavel : La fin justifie les moyens. Rappeler avec quelle verve Pascal, dans ses Provinciales, a combattu cette théorie. C. - On peut maintenir cependant que l'intention seule vaut moralement : un acte sans...

1 page - 1,80 ¤

L'autorité sociale suffit-elle à fonder l'obligation morale ?

Note : 5.5/10

L'autorité sociale suffit-elle à fonder l'obligation morale? Interprétation sociologique. - 1° EXPOSÉ,. Les sociologues reconnaissent le caractère obligatoire du devoir, et ils essayent de l'interpréter. Comment expliquer ce caractère catégorique et transcendant des impératifs moraux ? C'est que, répondent-ils, ces règles émanent de la conscience collective, elles ont une origine sociale. Ces philosophes partent de ce principe que seul «...

2 pages - 1,80 ¤

Loi morale, loi physique, loi civile

Note : 5.5/10

Les caractères généraux de la loi morale la distinguent des lois physiques et des lois civiles. 1° Loi morale et lois physiques: - a) La loi physique est une simple formule abstraite qui indique à l'intelligence la manière constante et invariable dont les faits se passent. Elle est énonciative de ce qui est. La loi morale ne constate pas,...

1 page - 1,80 ¤

Une science normative est-elle possible ?

Note : 5.5/10

A. - Certains sociologues contemporains (Durkheim, Lévy-bruhl.) se refusent à admettre la notion de science normative, nom donné, abusivement, d'après eux, à la logique, à la morale, à la politique, à l'économie sociale. Il n'y a de science, disent-ils, que de ce qui est : la recherche des lois, seul objet de la science, ne doit pas être...

1 page - 1,80 ¤

Une proposition peut-elle être vraie en théorie et fausse en pratique ?

Note : 5.5/10

b) Que la science et l'art, loin de se contredire, sont solidaires, se prêtent aide et secours et se tendent continuellement la main. « Science, d'où prévoyance; prévoyance, d'où action », telle est la formule très simple qui exprime d'une manière exacte les relations de la théorie et de la pratique, de la science et de l'art.   Science, d'où...

3 pages - 1,80 ¤

L'erreur est-elle un fait de l'entendement ou de la volonté ?

Note : 5.5/10

L'intelligence se borne à percevoir les idées. Si les idées sont claires et distinctes, la volonté est déterminée à affirmer: si elles sont obscures et confuses, elle reste libre de juger comme il lui plaît ou de suspendre son, jugement. a) Cette doctrine est fausse dans son principe : elle pose que le jugement est un acte. de la...

1 page - 1,80 ¤

Théorie pragmatiste de la vérité

Note : 5.5/10

THÉORIE (gr. theoria) Gén. Construction de l'esprit rattachant des conséquences à des principes. Par opposition à la pratique, ce qui est l'objet d'une connaissance désintéressée, indépendante de ses applications (Lévy-Bruhl distingue la physique...

2 pages - 1,80 ¤

La vérité est-elle conformité à la réalité ?

Note : 5.5/10

L'adéquation définit ainsi traditionnellement la vérité. A. L'adéquation de la pensée à l'objet* Une idée ne serait donc pas qualifiée de « vraie « ou de « fausse « en elle-même, par ses caractéristiques intrinsèques, mais seulement en fonction de sa conformité ou de sa non-conformité à la réalité. Dans les universités médiévales, on définissait la vérité comme...

2 pages - 1,80 ¤

Existe-t-il un déterminisme social ?

Note : 5.5/10

- Qu'il existe un certain déterminisme social cela est incontestable. Mais ce déterminisme a-t-il une universalité, une nécessité, une rigueur absolue ? Beaucoup de psychologues contemporains, à la suite du Durkheim, le prétendent. Leur postulat, c'est qu'un déterminisme rigoureux régit la vie de l'homme en société : ce déterminisme, disent-ils, est encore mal connu parce que le jeu...

2 pages - 1,80 ¤

L'histoire est-elle la résurrection du passé ?

Note : 5.5/10

Commenter cette pensée de Michelet : « L'histoire est la résurrection du passé ». I. Diverses manières de concevoir et d'écrire l'histoire. Conception de Michelet : évocation intégrale du passé; le faire revivre dans son exacte et nette réalité, avec son mouvement propre et captivant... II. Conditions nécessaires pour réaliser cette conception : 1° Conditions scientifiques : documentation exacte, sens critique,...

4 pages - 1,80 ¤

L'impartialité de l'historien

Note : 5.5/10

|| Le terme « impartial « fondé sur l’addition du préfixe négatif –im et de l’adjectif « partial « renvoie donc au fait de ne pas prendre partie. Il désigne ici une certaine objectivité du scientifique qui observe les faits sans faire intervenir sa personnalité dans sa recherche. L’historien impartial serait alors celui qui peut...

8 pages - 1,80 ¤

Quelles sont les qualités qui font le bon historien ?

Note : 5.5/10

Introduction : « Un excellent historien, a dit Fénelon, est peut-être encore plus rare qu'un grand poète ». C'est qu'en effet les qualités nécessaires à l'historien sont nombreuses, variées, presque effrayantes. Pour découvrir et transmettre la vérité intégrale sans l'altérer en rien, il lui faut, à un rare degré, des qualités intellectuelles, morales, littéraires.I. Qualités intellectuelles. - 1°...

1 page - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 17269 17270 17271 17272 17273 17274 17275 17276 17277 17278 17279 17280 17281 17282 17283 17284 17285 17286 17287 17288 17289 17290 17291 17292 17293 17294 17295 17296 17297 17298 17299 17300 17301 17302 17303 17304 17305 17306 17307 17308 17309 17310 17311 17312 17313 17314 17315 17316 17317 17318 17319 17320 17321 17322 17323 17324 17325 17326 17327 17328 17329 17330 17331 17332 17333 17334 17335 17336 17337 17338 17339 17340 17341 17342 17343 17344 17345 17346 17347 17348 17349 17350 17351 17352 17353 17354 17355 17356 17357 17358 17359 17360 17361 17362 17363 17364 17365 17366 17367 17368 17369 17370 17371 17372 17373 17374 17375 17376 17377 17378 17379 17380 17381 17382 17383 17384 17385 17386 17387 17388 17389 17390 17391 17392 17393 17394 17395 17396 17397 17398 17399 17400 17401 17402 17403 17404 17405 17406 17407 17408 17409 17410 17411 17412 17413 17414 17415 17416 17417 17418 ... 17529 17530 17531 17532 17533 17534

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit