LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Quel est le rôle du corps dans les passions ?

Plus je scrute mes états intérieurs, explique-t-il, plus je me convaincs que les modifications organiques, dont on veut faire les simples conséquences et l'expression de nos affections et passions fortes, en sont au contraire le tissu profond et l'essence réelle. L'enjeu des travaux de William James dans la genèse des passions et plus précisément en ce qui concerne...

6 pages - 1,80 ¤

Qu'est-ce qu'un caractère passionné ?

Et c'est bien ce que nous fait comprendre St Augustin lorsqu'il alla à Carthage, et qu'il recherchait un objet à cette passion qui le dévorait, l'amour : « Je n'aimais pas encore mais j'aimais l'amour [...]. Aimant l'amour, je cherchais un objet à mon amour « (Les confessions, III, 1).           c. On retrouve ce sens...

8 pages - 1,80 ¤

Les lois de la passion ?

LOI (n. f.) 1. - (Juridique) Prescription promulguée par l'autorité souveraine d'un pays et dont la transgression est poursuivie ; synonyme de loi positive ; par analogie, lois divines : décrets supposés émaner de la volonté divine et gouvernant tant la nature que les actions humaines. 2. - Par ext., règle suivie avec une certaine régularité dans...

2 pages - 1,80 ¤

La passion est-elle destructrice ?

.../...  -          Il faut  admette que la passion puisse être destructrice, mais en dernier et potentiel recours. Ce qui est certain, c'est que la passion est une violence faite à soi-même et aux autres, c'est un principe de rupture dans la réflexion et l'action, une révolution dans le psychisme de l'individu. A ce titre, la...

8 pages - 1,80 ¤

Les passions sont-elles un obstacle aux devoirs de l'homme ?

Elles troublent la pensée et la réflexion. Le passionné manque à tous ses devoirs, foule aux pieds les lois. Les philosophes de la tradition rationaliste - de Platon à Kant sont en conséquence unanimes dans leur condamnation de la démesure passionnelle.C'est aussi qu'elles semblent contredire, par leur nature même, l'exercice de notre volonté que suppose le devoir :...

8 pages - 1,80 ¤

Les passions sont-elles naturelles ?

||La passion se situe dans l'affectivité et est généralement qualifiée de désir né d'un manque. Elle se caractérise par la focalisation de la conscience sur un objet au détriment de tout le reste et implique un état de dépendance. Elle semble liée à la nature de l'homme et pourtant on l'associe souvent au dérèglement...

3 pages - 1,80 ¤

Que peut la raison sur les passions ?

PASSION: * Ce que l'âme subit, ce qu'elle reçoit passivement. Chez Descartes, le mot désigne tout état affectif, tout ce que le corps fait subir à l'âme. Son origine n'est pas rationnelle ni volontaire. * Inclination irrésistible et exclusive qui finit par dominer la volonté et la raison du sujet (la passion amoureuse). RAISON: Du latin ratio,...

10 pages - 1,80 ¤

Liberté et responsabilité

Cette responsabilité n'est pas uniquement d'ordre juridique, elle est aussi morale : nous avons encore des devoirs à l'égard d'autrui, quand bien même nous serions en règle à son égard du point de vue de la stricte légalité. Or ces devoirs viennent parfois contredire nos intérêts égoïstes. C'est pourquoi ils peuvent être ressentis comme une contrainte. Mais alors...

5 pages - 1,80 ¤

Liberté, fatalisme et déterminisme

Par quoi l'on voit que le fatalisme, qui postule que la destinée de chacun est fixée d'avance, dérive des pratiques superstitieuses de la divination. « Le sage [...] se moque du destin, dont certains font le maître absolu des choses. « Épicure, Lettre à Ménécée, Ille s. av. J.-C. Zénon de Cittium...

6 pages - 1,80 ¤

Que m'est-il permis d'espérer ?

Chez un historien comme Polybe (IIe siècle avant notre ère), une philosophie de l'histoire s'ébauche dans une interrogation sur la pérennité de l'Empire romain. Mais c'est avec la notion chrétienne de la providence et sa traduction en termes rationnels que commencent les grandes philosophies du progrès. « La raison finit toujours par avoir raison », prophétisait Voltaire. Rien...

2 pages - 1,80 ¤

Que dois-je faire ?

Tentons dans chacun de ces cas de répondre aux questions : I - Que dois-je faire ? II - Qu'est-ce que je veux ? III - Quel est le but de mon existence ? I - Que dois-je faire ? Nous pouvons, afin de répondre à notre premier problème, nous inspirer de la réflexion aristotélicienne suivante : Référence : Aristote « Est-ce qu'on délibère sur toutes choses, autrement dit est-ce que toute...

4 pages - 1,80 ¤

Que puis-je savoir ?

En s'en tenant aux probabilités de la connaissance sensible, il est toujours associé à un empirisme.Les conditions de l'objectivitéAvec Galilée, Descartes et surtout Newton, c'est-à-dire avec la fondation et le développement, depuis le XVIIe siècle, de la physique mathématique moderne, la question de la connaissance va se poser en des termes nouveaux. Le scepticisme est incapable de rendre...

3 pages - 1,80 ¤

Qu'est-ce que l'homme ?

Comme la plupart des mots en -isme, l'humanisme est un terme très imprécis, équivoque, dont la polémique abuse. Notons d'abord qu'il n'est nullement classique comme on le croit souvent, mais relativement récent (absent du dictionnaire de Littré, il n'est introduit que dans le Supplément de 1882). Le mot désigne d'abord un mouvement de pensée de la Renaissance, qui,...

2 pages - 1,80 ¤

Sens et finalité du désir

Le désir comme manque, mais aussi comme projet ou élan vers l'avenir, est le témoin d'une finitude qui n'appartient qu'à l'homme : ni Dieu (le supra-humain), ni les animaux (l'infra-humain) ne sont susceptibles de désirer : ce n'est pas qu'ils ne désirent rien, c'est qu'ils ne désirent pas. La structure paradoxale du désirLa spécificité humaine du désir amène celui-ci...

3 pages - 1,80 ¤

Désir, loi et liberté

La question est de savoir si une intervention extérieure de la loi sur les désirs, pour les limiter et les orienter, est nécessaire et, surtout, si elle est philosophiquement légitime. Mesure et démesure du désirLe rapport du désir et de la loi est d'abord celui d'une mesure, d'une évaluation, par la raison, des orientations subjectives. En grec, logos («...

6 pages - 1,80 ¤

La recherche de la vérité en question

Ce dernier n'est peut-être qu'une apparence à laquelle il ne faut pas s'arrêter. Bref, une quête de la vérité quelque peu rigoureuse exige toujours d'aller au-delà des apparences. Car tels sont les deux sens du mot « apparence « : les choses qui nous apparaissent (qui apparaissent à nos sens) ne sont peut-être que des images, éloignées et...

3 pages - 1,80 ¤

La vérité comme valeur

L'erreur d'abord : contraire « épistémologique », elle se rectifie une fois les conditions de la vérité rendues effectives, ou s'évite en respectant les règles de la bonne méthode. Et pourtant, même si ses mécanismes ne sont intelligibles que du point de vue d'une juste compréhension du vrai, l'erreur n'engage-t-elle pas déjà plus qu'un manquement aux critères de...

2 pages - 1,80 ¤

La durée et la mémoire ?

Il s'agit de tenter une description directe de l'apparaître du temps qui mette à nu la constitution de la durée. « Comment se constituent le temps lui-même, la durée et la succession des objets ? » Telle est la question directrice de l'enquête husserlienne. Pour dégager ces phénomènes, Husserl propose de suspendre l'examen du « temps objectif »,...

3 pages - 1,80 ¤

Sens et valeur du travail ?

Comment expliquer ce paradoxe ? Travail et morale On peut voir dans la valeur accordée au travail, l'héritage d'une tradition moraliste, d'origine religieuse, pour laquelle le travail est synonyme de discipline et de renoncement au plaisir. Plus le travail est pénible, plus il impose de sacrifices, plus grande est son efficacité morale, car il forme la volonté et réprime les...

4 pages - 1,80 ¤

Pour qui travaillons-nous ?

Il y a bien un profit, mais il ne résulte pas de l'exploitation du travail d'autrui puisque le travail est payé. C'est ce qui différencie le salarié du serf, dont le travail est gratuit. Certes, le salarié n'est pas propriétaire du produit de son travail, mais il reçoit en échange de son travail un salaire. Pour réfuter cet...

3 pages - 1,80 ¤

Qu'est-ce que travailler ?

Au contraire il peut être échangé. Le produit du travail est un moyen essentiel d'échange entre les hommes.Si l'on reprend un à un tous ces caractères du travail : activité qui impose une satisfaction différée et non immédiate, qui suppose un projet, l'utilisation d'intermédiaires et permet la fabrication de produits d'échange, l'idée de médiation semble la plus propre...

2 pages - 1,80 ¤

Critiques de la religion ?

Critiquer la religion, c'est, au sens strict, l'évaluer sans a priori, en vue de porter sur elle, au terme de l'évaluation, un jugement favorable ou défavorable. Nous nous limiterons cependant ici aux jugements négatifs, dont les auteurs s'affirment comme des contempteurs de la religion. Nous avons rencontré ou rencontrerons des approches plus favorables, parfois même de type apologétique....

1 page - 1,80 ¤

Foi et raison: qu'est-ce que croire ?

Le sujet, de Descartes à Hegel, n'est qu'une abstraction qui ôte à l'existence son existence : tel est le point de départ de la révolte de Kierkegaard contre le rationalisme.  La conversion à l'existence est l'acte par lequel le peseur subjectif se détourne de l'universalité des règles de la raison uniformisant les règles de...

6 pages - 1,80 ¤

Justice et démocratie

Mais à peine ce consensus établi, les difficultés surgissent. Des conceptions différentes sur la façon d'organiser les rapports sociaux s'affrontent, des conflits naissent, des antagonismes se créent. Qui décidera entre ces points de vue divergents ou même opposés et également légitimes ?La deuxième condition sera que soit posée la règle de la majorité. Cette règle nous est si...

2 pages - 1,80 ¤

La loi et l'équité ?

La loi reste le critère du juste. Tout autre est le problème que soulève la critique du formalisme de la loi, par rapport à la question de la justice et de l'égalité. En effet, la loi, même en restant formellement juste, c'est-à-dire en respectant la forme de l'égalité, peut décider d'un traitement inégal des individus qui y sont...

2 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 17331 17332 17333 17334 17335 17336 17337 17338 17339 17340 17341 17342 17343 17344 17345 17346 17347 17348 17349 17350 17351 17352 17353 17354 17355 17356 17357 17358 17359 17360 17361 17362 17363 17364 17365 17366 17367 17368 17369 17370 17371 17372 17373 17374 17375 17376 17377 17378 17379 17380 17381 17382 17383 17384 17385 17386 17387 17388 17389 17390 17391 17392 17393 17394 17395 17396 17397 17398 17399 17400 17401 17402 17403 17404 17405 17406 17407 17408 17409 17410 17411 17412 17413 17414 17415 17416 17417 17418 17419 17420 17421 17422 17423 17424 17425 17426 17427 17428 17429 17430 17431 17432 17433 17434 17435 17436 17437 17438 17439 17440 17441 17442 17443 17444 17445 17446 17447 17448 17449 17450 17451 17452 17453 17454 17455 17456 17457 17458 17459 17460 17461 17462 17463 17464 17465 17466 17467 17468 17469 17470 17471 17472 17473 17474 17475 17476 17477 17478 17479 17480 ... 17529 17530 17531 17532 17533 17534

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit