LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Pourquoi y a-t-il de l'imprévisible ?

Mais le microphysicien est incapable de déterminer la trajectoire des corpuscules individuels. Il ne peut préciser la position qu'en augmentant l'imprécision sur la quantité de mouvement et réciproquement. Eclairer l'électron c'est troubler son mouvement en le bombardant avec des photons. La position du corpuscule sera d'autant mieux précisée que la radiation lumineuse exploratrice aura une longueur d'onde plus...

2 pages - 1,80 ¤

A quels besoins l'art peut-il répondre ?

Une oeuvre d'art est à la fois le témoignage du génie de l'homme et une invitation au voyage.2) Besoin de s'assurer un sens contre la mort et le néant. L'art est la preuve qu'il y a quelque chose d'autre que l'absurdité de la matière - la présence de l'esprit et la première forme de l'immortalité.Pour autant de raisons,...

3 pages - 1,80 ¤

Les superstitions sont-elles absurdes ?

3) Le superstitieux est incapable de justifier sa croyance autrement que par tautologie : c'est comme ça parce que c'est comme ça. On comprend que la plupart des superstitions aient disparu avec les progrès techno-scientifiques. Cependant, elles n'ont pas disparu toutes, loin s'en faut. De toute manière, l'essentiel est de comprendre leurs raisons d'être. II. Antithèse : les superstitions...

3 pages - 1,80 ¤

De quoi dépend la conscience humaine ?

En effet, c'est elle qui organise les informations, et en assure l'unité, mais pour cela, il faut qu'elle soit renseignée par autre chose qu'elle-même, d'où la présence nécessaire d'une extériorité : les objets du monde qui nous entoure, mais aussi les pensées et les activités humaines qui viennent nourrir notre conscience. Il y a des choses qui sont perçues par...

3 pages - 1,80 ¤

Langage et Inconscient

Par exemple, le locuteur dit le contraire de ce qu'il voudrait dire. Freud cite le cas d'un président qui, dans son discours d'ouverture, dit : «Je déclare la séance close.» Les lapsus ne sont pas dus à l'inattention ou à la fatigue, ils ont un sens : «...il est clair que tout acte manqué est un discours réussi,...

5 pages - 1,80 ¤

Ce qui appartient à l'histoire est-il par là-même inactuel ?

. Oui, que de changements !Tous les symboles sociaux, ou presque tous - et certains pour lesquels nous serions morts hier sans trop discuter - se sont vidés de leur contenu. La question est de savoir s'il nous sera possible, non pas de vivre, mais de vivre et de penser paisiblement sans leurs repères et la lumière de...

5 pages - 1,80 ¤

A-t-on le devoir d'aimer autrui ?

L'amour comme devoir : la reconquête de soi par-delà l'épreuve de l'offense Le refus du pardon et l'affirmation de soi m'enferment dans le souvenir de l'offense. Une part de moi-même est volée dans l'offense non pardonnée. Il y aurait donc une sorte d'impasse, et dont l'amour serait la solution, à nourrir sa rancune pour rester soi. La joie...

5 pages - 1,80 ¤

La politique doit-elle être subordonnée au droit ?

.../... en vertu de quel commandement moral ou de quel impératif voulons-nous que la politique soit subordonnée au droit ? Autrement dit, la subordination de la politique au droit représente-t-elle une obligation ou une interdiction morale majeure ? Quelle loi prescrirait d'agir politiquement dans les limites du droit ? Une telle loi existe-t-elle ? Approche de la problématique:  Si la politique...

4 pages - 1,80 ¤

La justice est-elle un idéal ?

PLATON, La République, Garnier-Flammarion. Difficulté du sujet : **Nature du sujet : Classique. I. L'IDÉALITÉ DE LA JUSTICE : RÉALITÉ OU IDÉE RÉGULATRICE A. Le règne des finsPar règne des fins, Kant entend la capacité par des êtres raisonnables de vivre ensemble sous les lois objectives de la raison pratique, et dans le respect mutuel des uns et des autres, les...

11 pages - 1,80 ¤

Est-il de l'essence de la vérité d'être impuissante ?

||L'essence de la vérité postule l'adéquation de la pensée à l'être. Non seulement le vrai porte l'empreinte du réel, mais surtout l'affirmation d'une réalité que rien ne modifie. Est vrai tout ce qui nécessaire ou irréfutable. Est vrai tout ce qui nous interdit de pouvoir penser ou agir autrement. La vérité donc, en consacrant le réel (l'ordre des...

2 pages - 1,80 ¤

Peut-on se soustraire au temps ?

||• Voici un sujet extrêmement délicat ; la question posée semble même absurde, à première vue tout au moins. Il faudra réfléchir, pour en dégager le sens, sur les différents aspects de la temporalité : condition a priori de l'expérience, temps scientifique, temps vécu de la conscience. Kant, Bergson, mais aussi Proust, sont vos...

5 pages - 1,80 ¤

Les images nous parlent-elles comme les mots ?

Note : 5.1/10

||Lorsque nous parlons d’image, nous parlons en vérité de deux choses distinctes : il y a d’une part les images mentales, qui dépendent de notre capacité à nous représenter le monde, et il y a des images qui existent matériellement, et qui sont produites grâce à des techniques diverses (dessin, gravure, reproduction photographique, infographie). Dire d’une image qu’elle parle est...

2 pages - 1,80 ¤

Pouvons-nous penser autrui autrement qu'à partir de nous-mêmes ?

Note : 5.1/10

Le mur qui m'en sépare est infranchissable. Je suis seul, à la rigueur, à percevoir, sentir, penser ce que je perçois, sens, pense. Je suis même impénétrable à autrui, en ce double sens que, non seulement je suis insaisissable en mon for intérieur à autrui, mais que je suis incapable, quand je le voudrais, de m'ouvrir tout entier...

3 pages - 1,80 ¤

Notre existence a-t-elle un sens si l'histoire n'en a pas ?

Note : 8/10

  3-Le postulat du progrès : On s'aperçoit donc que le sens de l'existence individuelle et celui de l'histoire sont liés. Pour que l'existence d'un individu trouve son sens il faut qu'elle s'inscrive dans l'histoire et inversement c'est parce que l'existence a un sens que l'histoire en a un. La vocation de l'homme n'est pas le bonheur, elle est plus haute, parce...

10 pages - 1,80 ¤

Qu'est-ce que la béatitude ?

Note : 8/10

Il résulte d'une réaction contre le scepticisme, et se caractérise par l'effacement de la raison au profit du sentiment et de l'imagination. Les étapes du développement du mysticisme sont déterminées par E. Boutroux : la première est l'aspiration à l'absolu, puis vient l'effort de purification et l'ascèse, ensuite l'extase, ainsi que le retour sur la vie antérieure et l'orientation...

3 pages - 1,80 ¤

Comment doit-on envisager le bonheur « terrestre » ?

Note : 8.2/10

 » de Pascal) constitue déjà un premier pas vers le bonheur éternel promis : le bonheur terrestre n'est envisageable que comme propédeutique à la félicité éternelle.   La bonheur dans la moralité Le désir est ainsi à expulser des conditions de la vie car il entre en conflit avec le bonheur, Schopenhauer le souligne dans Le Monde comme volonté et comme...

3 pages - 1,80 ¤

L'expérience du bonheur est-elle l'expérience de la perfection ?

Note : 8.2/10

Il n'y a pas certes cette volonté de se jeter dans la débauche à tout crin mais il s'agit de vivre, de faire l'expérience d'un bonheur qui tourne le dos à la perfection. Il n'est donc pas question de s'améliorer ou de vivre selon des principes restrictifs imposés par la raison.   Mais cette définition du bonheur est-elle admissible ?...

2 pages - 1,80 ¤

La recherche du bonheur est-elle une recherche du plaisir ?

Note : 8.2/10

Le vrai bonheur et la maîtrise des plaisirs   Ce resserrement de la définition du plaisir pourrait consister à préciser ce que c'est qu'un plaisir réel et stable, dont nous puissions être maîtres. C'est le rapport de l'homme au plaisir qui est en question : si l'homme parvient à limiter et maîtriser les objets qui lui sont susceptibles de lui procurer...

7 pages - 1,80 ¤

Le bonheur est-il dans la suppression ou dans la modération des désirs ?

Note : 8.2/10

Tant de choses peuvent arriver...En revanche, il est une chose qui ne dépend que de moi, sur laquelle j'ai un pouvoir absolu : c'est ma volonté. Moi seul décide de ce que je veux. Par exemple, si je ne veux pas aller à un endroit, on peut m'y contraindre par la force, mais on n'aura pas pu changer...

9 pages - 1,80 ¤

Comment doit-on envisager le bonheur des sages ?

Note : 8.2/10

Mais la béatitude se distingue surtout du bonheur par son rapport au temps ou, comme dirait Spinoza, à l'éternité (cf. livre V de l'Ethique). Toute chose, y montre Spinoza, peut être conçue de deux manières, selon qu'on la considère dans le temps ou dans l'éternité. C'est le cas aussi du bonheur. En tant qu'il est conçu dans le...

3 pages - 1,80 ¤

La pratique du devoir peut-elle être dangereuse ?

Note : 8.2/10

Il suffit que dans la joie de l'enthousiasme il y ait plus que dans le plaisir du bien-être, ce plaisir n'impliquant pas cette joie, cette joie enveloppant et même résorbant en elle ce plaisir. Cela, nous le sentons; et la certitude ainsi obtenue, bien loin d'être suspendue à une métaphysique, est ce qui donnera à cette métaphysique son...

1 page - 1,80 ¤

Le devoir moral peut-il être libérateur ?

Note : 8.2/10

Relation qui prend non « d'espace intersubjectif » et que Lévinas, là aussi a contrario de la croyance dominante, reconnaît comme inégalitaire, donc d'emblée (« initialement ») « asymétrique ». 2) Dans un second mouvement, Lévinas abandonne l'approche concrète d'autrui, pour aborder de manière plus conceptuelle la notion d'extériorité.Disons qu'il y a trois extériorités. Mais, à chaque fois, pour...

2 pages - 1,80 ¤

Existe-t-il des devoirs universels ?

Note : 8.2/10

C'est une autre manière de dire qu'il n'y a pas de morale mais uniquement des moeurs et des usages. * La conscience morale est innée+ Rousseau prétend que l'homme a un sentiment inné du bien La passion, c'est ce qui est de l'ordre du besoin et des sens. La raison, avec ses subtilités, ne conduit le plus souvent qu'aux sophismes...

3 pages - 1,80 ¤

Le devoir moral est-il d'origine sociale ?

Note : 8.2/10

« De tout ce qu'il est possible de concevoir dans le monde, et même en général hors du monde, il n'est rien qui puisse sans restriction être tenu pour bon, si ce n'est seulement une BONNE VOLONTE. »La bonne volonté est bonne, non pas d'abord par ses oeuvres ou ses succès, mais déjà en elle-même et pour elle-même...

5 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 17336 17337 17338 17339 17340 17341 17342 17343 17344 17345 17346 17347 17348 17349 17350 17351 17352 17353 17354 17355 17356 17357 17358 17359 17360 17361 17362 17363 17364 17365 17366 17367 17368 17369 17370 17371 17372 17373 17374 17375 17376 17377 17378 17379 17380 17381 17382 17383 17384 17385 17386 17387 17388 17389 17390 17391 17392 17393 17394 17395 17396 17397 17398 17399 17400 17401 17402 17403 17404 17405 17406 17407 17408 17409 17410 17411 17412 17413 17414 17415 17416 17417 17418 17419 17420 17421 17422 17423 17424 17425 17426 17427 17428 17429 17430 17431 17432 17433 17434 17435 17436 17437 17438 17439 17440 17441 17442 17443 17444 17445 17446 17447 17448 17449 17450 17451 17452 17453 17454 17455 17456 17457 17458 17459 17460 17461 17462 17463 17464 17465 17466 17467 17468 17469 17470 17471 17472 17473 17474 17475 17476 17477 17478 17479 17480 17481 17482 17483 17484 17485 ... 17510 17511 17512 17513 17514 17515

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit