LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Pourquoi s'intéresser à l'histoire ?

•    L'homme est le seul être vivant à se penser dans le temps. Il a besoin de repères pour trouver son identité individuelle et collective.•    La connaissance historique lui apporte ce savoir et l'insère dans la société. Les hommes échappent à l'oubli grâce à l'histoire.•    S'intéresser à l'histoire, c'est essayer de comprendre non seulement ce qui n'est plus,...

3 pages - 1,80 ¤

Que peut la raison pour exclure la violence ?

||► Qu'est-ce que la raison? En grec ancien, le terme de logos (traduit en latin par ratio) désigne la raison en un sens très large de faculté du discours: ainsi, si l'homme est pour Aristote un animal «doué de raison«, c'est au sens où il parle (on retrouve la racine logos dans «langage«). Mais en...

7 pages - 1,80 ¤

Notre liberté de penser a-t-elle des limites ?

Note : 7.5/10

La volonté seule fait exception, elle est puissance d'élire, et puissance de poursuivre et d'exécuter ce qu'on a choisi. à Elire, c'est donner son assentiment à la représentation de cette chose comme étant la meilleur qu'on puisse choisir. La volonté est donc à la fois une faculté d'élire et de juger, autrement dit, elle est très fortement liée...

7 pages - 1,80 ¤

Le droit nous dit-il ce qu'il est juste de faire ?

Note : 7.5/10

Mais le droit est-il toujours juste ?S'il est des cas où l'on peut parler d'une loi injuste, au nom de quel critère est-ce possible ? N'y a-t-il pas un risque, cependant, à chercher ailleurs que dans le droit un fondement de la justice ? III - UNE ANALYSE POSSIBLEA - UN DISSOCIATION DU DROIT ET DU JUSTE Partir sur l'idée que...

2 pages - 1,80 ¤

Le développement technique transforme-t-il réellement l'homme ?

Note : 10/10

Doit-on considérer que la technique est une manière, pour les hommes, d'accomplir leur nature ou au contraire, qu'elle modifie tellement les hommes, qu'ils changent de nature selon les moments de son développement ? LA TECHNIQUE COMME ACCOMPLISSEMENT DE LA NATURE ? La technique est souvent présentée soit comme un facteur indiscutable des progrès des hommes, soit comme un facteur...

6 pages - 1,80 ¤

Le déroulement de l'histoire : un progrès de l'humanité ?

Note : 10/10

Une approche irrationnelle et émotionnelle du progrès doit être évitée au profit d'une analyse impartiale et objective, qui ne débouche pas nécessairement sur un constat de pessimisme. B - REALITE ET LIMITES DU PROGRES.L'Histoire comporte, en effet, des progrès : celui de l'efficacité scientifique et technique est connu de tous. Mais doit-on en inférer un progrès global de l'humanité ?...

1 page - 1,80 ¤

L'art répond-il à un besoin ?

Note : 10/10

A) L'OMNIPRÉSENCE DE L'ART DANS LA VIE MATÉRIELLE ET SOCIALE DES HOMMES 1 - L'utilisation de l'oeuvre d'art On constate un souci commun, partagé par la plupart, de faire de belles choses ou des choses intéressantes. Pour se loger, il suffirait de construire un cube fonctionnel, or nous voulons que nos maisons soient belles, originales, capables d'attirer l'attention ou...

26 pages - 1,80 ¤

Le projet de maîtriser la nature est-il raisonnable ?

Note : 10/10

Dans la sixième partie du « Discours de la méthode « (1637), Descartes met au jour un projet dont nous sommes les héritiers. Il s'agit de promouvoir une nouvelle conception de la science, de la technique et de leurs rapports, apte à nous rendre « comme maître et possesseurs de la nature «. Descartes n'inaugure pas seulement l'ère...

8 pages - 1,80 ¤

Toute contrainte est-elle un obstacle à la liberté ?

Note : 10/10

||La liberté désigne cette capacité que chacun à d’agir selon son choix, son jugement, sa volonté. On peut aisément conclure à partir de là que l’on est davantage libre à mesure que nos volontés ne sont pas limitées par des obstacles qui freinent notre liberté. Notre condition d’homme est nécessairement finie, limitée par l’existence...

7 pages - 1,80 ¤

A quoi tient la force des religions ?

Note : 5.5/10

B - LA RELIGION MISE SUR LA FORCE DE L'IRRATIONNEL 1) Le sentiment ne doute pas de lui-même Ce que je sens, j'ai du mal à le mettre en doute. Je suis traversé par le sentiment, il m'accompagne et se fortifie de mon acceptation. L'intime conviction d'être dans le vrai se passe aisément de preuves. Tel est le sentiment...

7 pages - 1,80 ¤

Une oeuvre d'art peut-elle ne pas être belle ?

Note : 5.1/10

  Et, de fait les jugements sont divers et il semble impossible de les ramener à l'unité.  Mais, considérons les choses de plus près.  Le consensus n'est-il pas étonnant ? Après tout n'y a-t-il pas moins de désaccord sur la grandeur de Sophocle, sur la beauté du ciel étoilé que sur la théorie du big-bang? Cet accord surprenant...

7 pages - 1,80 ¤

L'imagination peut-elle s'affranchir de toute contrainte ?

Note : 5.1/10

||L'imagination, qui semble défier la raison par sa puissance, peut-elle être absolue, c'est-à-dire se libérer des obstacles qu'elle peut rencontrer, et se déployer indéfiniment en toute liberté ?||Un plan en deux parties est tout à fait adéquat ici : •    La puissance débridée de l'imagination n'épargne personne.•    Cependant, l'imagination n'est pas forcément une puissance stérile : elle est à...

3 pages - 1,80 ¤

L'être libre : tyran ou sage ?

Note : 5.1/10

Il s'agit là de deux positions extrêmes que l'on rencontre dès l'Antiquité. Tyrannie ou liberté de la pensée et de l'intériorité ? Maîtrise des autres ou maîtrise de soi-même ? CONSEILS PRATIQUESIl faut examiner avec beaucoup de soin chacun des termes de l'alternative qui est posée, et bien en analyser les inconvénients : le tyran devient le prisonnier de...

3 pages - 1,80 ¤

Faire régner la justice, est-ce seulement appliquer le droit ?

Note : 5.1/10

Elle signifie que la nature des choses ou de l'homme est le fondement originaire où toutes les conventions trouvent leur légitimité. Ainsi, la loi positive ou conventionnelle, qui est fixée par le législateur, ne peut être juste que dans la mesure où elle est conforme aux principes naturels. Pour Aristote, la fin du droit est le juste. Or...

5 pages - 1,80 ¤

Juge-t-on du beau ou le perçoit-on ?

Note : 5.1/10

||Sont-ce les sens qui nous font percevoir la beauté ? Ou bien, notre intelligence, notre entendement ? Si le beau est perçu par les sens, peut-on encore parler d'objectivité du jugement de goût ? La perception est relative alors que le jugement lui est objectif.||...

4 pages - 1,80 ¤

L'indépendance suffit-elle à définir la liberté ?

Note : 5.1/10

.../... En ce sens, l'indépendance désigne bien la condition absolue de la liberté, comprise au sens large comme capacité de l'individu à s'affirmer comme un sujet.À cet égard, Descartes a montré la nécessité absolue de rompre avec les préjugés, c'est-à-dire avec toute pensée reçue de l'extérieur (parents, précepteurs, nourrices, etc.) et dont on n'a pas pris la peine d'examiner...

4 pages - 1,80 ¤

Faut-il être connaisseur pour apprécier une oeuvre d'art ?

Note : 5.1/10

Il y a quelque chose de profondément subjectif dans le rapport à l'art. Avoir un rapport à l'art, c'est être capable de ressentir quelque chose devant une oeuvre. C'est se laisser gagner par l'émotion qu'elle suscite. Cet aspect subjectif du rapport à l'art est d'autant plus important qu'il est conforté par deux éléments : l'art, comme le disait Hegel, c'est...

2 pages - 1,80 ¤

Expliquer une oeuvre d'art, est-ce la comprendre ?

Note : 5.1/10

Mais il semble que les oeuvres résistent bien à cette tentative. Elles permettent très souvent de nouvelles interprétations, elles nous surprennent, ou bien nous leur donnons un sens complètement différent du créateur, tels les surréalistes s'emparant de l'oeuvre de J. Bosch pour des raisons étrangères à la religion. III - UNE DEMARCHE POSSIBLEA - LA CONNAISSANCE DE L'oeUVRE COMME...

5 pages - 1,80 ¤

Devons-nous nous méfier de nos certitudes ?

Note : 5.5/10

||La certitude désigne l'état d'esprit de celui qui est assuré de détenir la vérité. Quelqu'un de certain de ses idées est souvent assimilé à quelqu'un plein de préjugés et d'a priori. Si l'on blâme celui qui ne remet pas en cause ses certitudes, cela signifie-t-il pour autant qu'on ne peut avoir aucune certitude ? Ne faut-il pas parfois...

5 pages - 1,80 ¤

L'Homme cherche-t-il toujours à connaître la vérité ?

Note : 5.5/10

La vérité est désignée comme une notion générique. On peut toutefois faire la distinction entre différents types de vérités comme par exemple la vérité mathématique, la vérité matérielle ou la vérité historique. Cette distinction peut être utile pour analyser d'éventuelles différences dans les modalités de la recherche que fait l'Homme de ces vérités. Le caractère intemporel de la recherche...

3 pages - 1,80 ¤

La vérité dépend-elle de nous ?

Note : 5.5/10

En d'autres termes, si nous ne pouvons exiger des théories scientifiques qu'elles soient vérifiables, nous pouvons exiger d'elles qu'elles soient mises à l'épreuve. Il s'agit pour cela de déduire de la théorie examinée des énoncés singuliers ou « prédictions » susceptibles d'être facilement testés dans ExPERIMENTATION : Montage technique visant à la production artificielle de phénomènes dans des...

9 pages - 1,80 ¤

Peut-on convaincre autrui qu'une oeuvre d'art est belle ?

Note : 5.3/10

On juge et on sent que cette musique ou cette montagne sont belles mais on ne peut le prouver.  Il n'y a pas de règles a priori du beau.  En langage kantien, le sujet esthétique n'est pas législateur.  En science le sujet légifère, retrouve dans la nature les règles nécessaires, universelles qu'il...

4 pages - 1,80 ¤

Peut-on changer le cours de l'histoire ?

Note : 5.3/10

IV - UNE DÉMARCHE POSSIBLEA - Le problème philosophique posé par l'histoire est de savoir si elle a un sens, une cohérence et une unité qui permettent d'en parler en évoquant l'idée d'un cours. En un sens, l'histoire pèse sur les vivants en ce qu'elle borne leur liberté. Elle est ainsi souvent ressentie comme un destin. Les changements qu'on...

2 pages - 1,80 ¤

Les hommes peuvent-ils avoir des droits sans avoir des devoirs ?

Note : 5.3/10

III - LES GRANDES LIGNES DE REFLEXIONA - L'exigence de droits subjectifs se fonde dans l'association du concept de personne (ou de sujet de droit) avec le concept de liberté.Si je suis capable de droit, c'est d'abord parce que je suis capable de liberté. Au premier abord, c'est donc dans l'opposition à toute contrainte, à toute obligation et...

3 pages - 1,80 ¤

Nos paroles dépassent-elles notre pensée ?

Note : 5.3/10

Si la langue, selon le mot d'Ésope, est la meilleure et la pire des choses, c'est sans doute parce qu'elle évite à notre pensée de rester confinée dans l'incommunicabilité et qu'elle lui impose en même temps la perte de son authenticité singulière. Ainsi, à peine proférées, nos paroles semblent dépasser par leurs effets le but que nous leur...

4 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 17416 17417 17418 17419 17420 17421 17422 17423 17424 17425 17426 17427 17428 17429 17430 17431 17432 17433 17434 17435 17436 17437 17438 17439 17440 17441 17442 17443 17444 17445 17446 17447 17448 17449 17450 17451 17452 17453 17454 17455 17456 17457 17458 17459 17460 17461 17462 17463 17464 17465 17466 17467 17468 17469 17470 17471 17472 17473 17474 17475 17476 17477 17478 17479 17480 17481 17482 17483 17484 17485 17486 17487 17488 17489 17490 17491 17492 17493 17494 17495 17496 17497 17498 17499 17500 17501 17502 17503 17504 17505 17506 17507 17508 17509 17510 17511 17512 17513 17514 17515

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit