LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Le devoir moral peut-il être libérateur ?

Relation qui prend non « d'espace intersubjectif » et que Lévinas, là aussi a contrario de la croyance dominante, reconnaît comme inégalitaire, donc d'emblée (« initialement ») « asymétrique ». 2) Dans un second mouvement, Lévinas abandonne l'approche concrète d'autrui, pour aborder de manière plus conceptuelle la notion d'extériorité.Disons qu'il y a trois extériorités. Mais, à chaque fois, pour...

2 pages - 1,80 ¤

Existe-t-il des devoirs universels ?

C'est une autre manière de dire qu'il n'y a pas de morale mais uniquement des moeurs et des usages. * La conscience morale est innée+ Rousseau prétend que l'homme a un sentiment inné du bien La passion, c'est ce qui est de l'ordre du besoin et des sens. La raison, avec ses subtilités, ne conduit le plus souvent qu'aux sophismes...

3 pages - 1,80 ¤

Le devoir moral est-il d'origine sociale ?

« De tout ce qu'il est possible de concevoir dans le monde, et même en général hors du monde, il n'est rien qui puisse sans restriction être tenu pour bon, si ce n'est seulement une BONNE VOLONTE. »La bonne volonté est bonne, non pas d'abord par ses oeuvres ou ses succès, mais déjà en elle-même et pour elle-même...

5 pages - 1,80 ¤

Le devoir moral se distingue-t-il toujours de l'obligation juridique ?

b) Au demeurant, Durkheim nous montre dans le même texte, l'Education morale, que la conscience du devoir, et son obéissance qui dicte des impératifs n'est que l'indice d'une profonde assimilation des impératifs sociaux, d'une moralisation si réussie qu'elle se passe d'autre chose. Donc, l'obéissance au devoir est une obéissance aux lois sociales. L'impératif...

4 pages - 1,80 ¤

Être libre, est-ce s'engager ou faire preuve de prudence ?

De plus la prudence concerne le particulier et non l'universel. Ainsi en tant que vertu de l'intellect pratique, la prudence couronne l'édifice de la philosophie pratique et est donc nécessairement liée à la liberté. L'homme prudent est un homme libre dans la mesure où il n'est pas soumis au vice. La règle qui doit définir la vertu éthique...

4 pages - 1,80 ¤

Si tout est déterminé, sommes-nous encore responsables de nos actes ?

En y réfléchissant bien. en recueillant avec soin nos souvenirs, nous verrons que nous avons formé nous-mêmes ces idées, nous-mêmes vécu ces sentiments ? mais que, par une inexplicable répugnance à vouloir, nous les avions repoussés dans les profondeurs obscures de notre être chaque fois qu'ils émergeaient à la surface. Et c'est pourquoi nous cherchons en vain à expliquer...

3 pages - 1,80 ¤

Être libre, est-ce être indéterminé ou être autonome ?

En voyant le loup, la brebis juge bon de fuir, mais par un discernement naturel et non libre, car ce discernement est l'expression d'un instinct naturel (...). Il en va de même pour tout discernement chez les animaux. Mais l'homme agit par jugement, car c'est par le pouvoir de connaître qu'il estime devoir...

8 pages - 1,80 ¤

L'action humaine est-elle le produit d'une causalité libre ?

Kant et la volonté libre. Kant, dans le Fondement de la métaphysique des moeurs, admet ce déterminisme d'un monde horizontal, matériel, où de toute évidence rien existe sans raison, où tout est l'effet d'une cause, elle-même déjà effet d'une cause antérieure (etc). Et la plupart du temps nous agissons de manière déterminée....

4 pages - 1,80 ¤

Faut-il distinguer le déterminisme de la nature et la liberté de l'action humaine ?

C'est ce qu'il appelle « la liberté de notre volonté », qui se connaît sans preuves  par « la seule expérience que nous en avons ». Cette liberté est donc distincte du déterminisme de la nature. Pour lui, c'est dans l'exercice du doute que la liberté se révèle. Lorsqu'on doute, on affirme l'indépendance absolue de notre volonté à l'égard de la raison...

2 pages - 1,80 ¤

La nécessité déterminante des lois de la nature repose-t-elle sur la liberté divine ?

LOI (n. f.) 1. - (Juridique) Prescription promulguée par l'autorité souveraine d'un pays et dont la transgression est poursuivie ; synonyme de loi positive ; par analogie, lois divines : décrets supposés émaner de la volonté divine et gouvernant tant la nature que les actions humaines. 2. - Par ext., règle suivie avec une certaine régularité dans...

13 pages - 1,80 ¤

Si tout est déterminé, le hasard a-t-il encore un sens ?

«La science est déterministe; elle l'est a priori, elle postule le déterminisme, parce que sans lui elle ne pourrait être. Elle l'est aussi a posteriori; si elle a commencé à le postuler, comme une condition indispensable de son existence, elle le démontre ensuite précisément en existant, et chacune de ses conquêtes est une victoire pour le déterminisme». (Henri...

3 pages - 1,80 ¤

La liberté humaine n'est-elle qu'une illusion ?

Note : 10/10

Le point de vue psychologique consiste à montrer que le sentiment de notre liberté existe, qu'il est réel. Il ne s'agit pas de faire ici l'histoire du concept philosophique de liberté. Autre chose avoir le sentiment qu'on est libre ; autre chose posséder une idée vraiment distincte de la liberté. A) Preuve de la liberté, tirée du témoignage de...

4 pages - 1,80 ¤

L'action humaine est-elle déterminée par les lois de la nature ?

Note : 10/10

En effet, toute chose à une cause, elle n'apparaît pas spontanément, et elle même provoque certains effets. La question étant alors de savoir si l'action humaine est régie par ce même type de loi. Autrement dit, l'action humaine peut-elle être réduite à une cause qui est elle-même l'effet d'une cause antécédente, elle-même l'effet d'une cause antécédente.... Suis-je dans...

3 pages - 1,80 ¤

La providence détermine-t-elle l'agir humain ?

Note : 10/10

HOMME: Le plus évolué des êtres vivants, appartenant à la famille des homini­dés et à l'espèce Homo sapiens (« homme sage »). * Traditionnellement défini comme « animal doué de raison », l'homme est aussi, selon Aristote, un « animal politique ». Ce serait en effet pour qu'il puisse s'entendre avec ses semblables sur le bon, l'utile...

2 pages - 1,80 ¤

Tout est-il déterminé à l'avance ?

Note : 10/10

D'abord parce qu'elles ont lieu à une échelle microscopique, où s'applique le principe de physique quantique dit principe d'incertitude. Ce principe dit que lorsqu'on a affaire à des corps extrêmement petits (sous l'échelle de l'atome), il y a toujours une marge de hasard dans ce qui va arriver (contrairement à ce qui se passe au niveau de la...

2 pages - 1,80 ¤

Le destin, arbitraire divin ou nécessité aveugle ?

Note : 10/10

a)      En réalité, la conception du cours du monde comme une chaîne, ou un rouleau comme l'imagine Diderot dans Jacques le Fataliste, n'empêche pas l'existence d'un Dieu. La nécessité n'empêche pas une volonté qui ait créé un monde capable de se conduire seul. b)      Hobbes, qui est un philosophe mécaniste considérant que tout à une cause, n'en déduit pas que Dieu...

2 pages - 1,80 ¤

L'homme a-t-il, par son action, le pouvoir de changer sa destinée ?

Note : 10/10

Les chrétiens, par exemple, imagineront que quiconque à mal agi et n'a pas obtenu le pardon de  Dieu  ira rôtir dans les flammes de l'enfer. La peur de la mort a partie liée avec les superstitions  religieuses dont la métaphysique matérialistes nous libère. De plus, si tout dans l'univers n'est fait que de matière, si nous, comme tous...

3 pages - 1,80 ¤

L'Etat, garde-fou contre la sauvagerie ou instrument d'aliénation sociale ?

Note : 10/10

Et enfin - la division du travail nous en offre tout de suite le premier exemple - l'action propre de l'homme devient pour l'homme une puissance étrangère, opposée, qui l'asservit, au lieu que ce soit lui qui la maîtrise, tant que les hommes se trouvent dans la société naturelle, donc tant que subsiste...

3 pages - 1,80 ¤

Le totalitarisme est-il la forme extrême du pouvoir d'État ?

Note : 10/10

Les individus n'on droit à aucune liberté propre, qu'elle soit d'expression ou de conscience. C'est ainsi que Baldur von Schirach dit un jour :  « Quand j'entends le mot culture, je sors mon revolver ».Les fondements des structures sociales sont éléminés et, en général, tout est fait pour étouffer les individualités. ( les camps pour la jeunesse qui abolissent les institutions...

4 pages - 1,80 ¤

L'État fait-il nécessairement usage de la violence ?

Note : 10/10

Le contrat : «  L'ordre social ne vient pas de la nature. Il est fondé sur des conventions. » Du contrat social Un contrat ne peut être conclu qu'entre deux partis égaux et consentants, aucun parti ne doit être lésé, l'égalité est la seule garantie de la stabilité d'un ordre politique, cela exclut tout usage de la force. Le contrat social chasse ce...

3 pages - 1,80 ¤

L'Etat légitime est-il un État limité ?

Note : 10/10

Comme l'État est né du besoin de réfréner des oppositions de classes, mais comme il est né, en même temps, au milieu du conflit de ces classes, il est, dans la règles, l'État de la classe la plus puissante, de celle qui domine au point de vue économique et qui, grâce à lui, devient aussi classe politiquement dominante...

4 pages - 1,80 ¤

L'État est-il un instrument de domination ?

Note : 10/10

On donnera l'exemple de « la nuit des longs couteaux » (30 juin 1934), quand les chefs de la SA (section d'assaut) dont le chef d'état major est Ernst Röhm, sont éliminés par les SS, et ce sous l'ordre du Führer. Hitler devait pourtant beaucoup à la SA. C'est pareil que ces purges de Staline (1930) où on élimine des...

3 pages - 1,80 ¤

L'Etat peut-il se confondre avec la société civile ?

Note : 10/10

 »               A ce stade, Etat et société civile semblent bien avoir les mêmes buts : sécurité, liberté et unification.     III - Critiques du contrat social au bénéfice de l'Etat               1) L'Etat c'est la Raison               L'homme ne peut atteindre la vérité que dans l'Etat, pas par le contrat social qui forme la société civile. Il faut aux hommes atteindre cet absolu...

2 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 17356 17357 17358 17359 17360 17361 17362 17363 17364 17365 17366 17367 17368 17369 17370 17371 17372 17373 17374 17375 17376 17377 17378 17379 17380 17381 17382 17383 17384 17385 17386 17387 17388 17389 17390 17391 17392 17393 17394 17395 17396 17397 17398 17399 17400 17401 17402 17403 17404 17405 17406 17407 17408 17409 17410 17411 17412 17413 17414 17415 17416 17417 17418 17419 17420 17421 17422 17423 17424 17425 17426 17427 17428 17429 17430 17431 17432 17433 17434 17435 17436 17437 17438 17439 17440 17441 17442 17443 17444 17445 17446 17447 17448 17449 17450 17451 17452 17453 17454 17455 17456 17457 17458 17459 17460 17461 17462 17463 17464 17465 17466 17467 17468 17469 17470 17471 17472 17473 17474 17475 17476 17477 17478 17479 17480 17481 17482 17483 17484 17485 17486 17487 17488 17489 17490 17491 17492 17493 17494 17495 17496 17497 17498 17499 17500 17501 17502 17503 17504 17505 ... 17529 17530 17531 17532 17533 17534

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit