LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

L'histoire est-elle dépourvue de sens ?

C'est après coup, par un regard rétrospectif, qu'on découvre éventuellement une signification aux événements. En postulant au contraire ce sens, comme une hypothèse de départ et non comme le résultat d'une recherche, les philosophies du progrès sombrent dans l'idéologie. Elles risquent de légitimer les pires atrocités, au nom du nécessaire cheminement vers le but postulé. L'évangélisation peut ainsi...

4 pages - 1,80 ¤

Est-il raisonnable de critiquer le progrès technique ?

Mais les pouvoirs accrus acquis par l'homme du fait de sa puissance technique lui donnent aujourd'hui la possibilité de faire du mal à un être qui est fort éloigné de lui et à l'égard duquel ne peut se poser la question de la réciprocité: un homme qui n'existe pas encore, celui...

8 pages - 1,80 ¤

Les oeuvres d'art peuvent-elles être utiles ?

Note : 9/10

Pourquoi la nature ? Kant veut signifier par l'emploi du mot nature:* que la création ne s'apprend pas. Un savoir-faire s'apprend et le grand artiste l'a acquis. Mais il permet de re-faire ce qui a été fait, d'imiter les grands, il ne permet pas de créer. Le savoir-faire est une condition nécessaire mais pas suffisante. La création relève...

5 pages - 1,80 ¤

L'art transforme-t-il la nature ou la dévoile-t-il ?

Note : 9/10

||On considère souvent l'activité créatrice de façon caricaturale : comme puisant sa matière et son inspiration dans la nature, comprise au sens large comme l'ensemble des choses existantes, ou au contraire comme innovant et imposant au réel ses propres normes. Dans le premier cas, l'art apparaît comme une simple continuation et appropriation de la nature ; dans le...

8 pages - 1,80 ¤

Respecter la nature, est-ce renoncer à la transformer ?

Note : 9/10

||HTML clipboard Le véritable respect de la nature ne s'identifie donc pas à une contemplation inactive, romantico-idéaliste. Car lorsque l'homme se laisse vivre et absorber dans le Grand Tout, il perd cet éveil réflexif et cette étincelle de liberté qui font de lui un homme. Mais la transformation de la nature doit, pour être pleinement humaine, s'accompagner...

4 pages - 1,80 ¤

Le pouvoir que nous avons sur la nature repose-t-il sur la connaissance de ce qu'elle est ?

Note : 9/10

Il postule en cela qu'il est au sommet de l'échelle naturelle, donc que ses intérêts prévalent sur ceux des autres (anthropocentrisme). Et il est indifférent à la connaissance de la nature des êtres dont il se sert. 2. La considération des moyens (comment ça marche ? à quoi ça sert ?) prend ainsi le pas sur l'examen des fins...

2 pages - 1,80 ¤

La joie rend-elle le bonheur inutile ?

Note : 9/10

Ét Schopenhauer de railler Leibniz qui, dans la Théodicée, affirme que notre monde est le meilleur des mondes possibles, ainsi que son disciple Wolf. Que l'on dresse le bilan des joies et des souffrances d'une vie humaine prise dans son entier, on découvrira que la colonne « peines » l'emporte sur la colonne « joies ». A quoi...

8 pages - 1,80 ¤

Le bonheur mène-t-il à l'égoïsme ?

Note : 9/10

b) Culture de l'individualité (souvent péj.). BONHEUR: De bon et heur (terme dérivé du latin augurium, présage,  chance). État de complète satisfaction de tous les penchants humains.* Le bonheur se distingue du plaisir et de la joie, qui sont des émotions éphémères et toujours liées à un objet particulier. * Dans les morales eudémonistes, le bonheur est la...

4 pages - 1,80 ¤

Peut-on fonder la morale sur la recherche du bonheur ?

Note : 9/10

||Le bonheur est la finalité de l'existence humaine. La morale doit se fonder sur lui. De plus, d'après l'utilitarisme, le bonheur personnel permet d'accroître le bien-être de tous. Mais, la morale ne peut pas seulement reposer sur la quête du bonheur. Le bonheur est un état subjectif, qui ne peut avoir de portée universelle. La morale ne peut...

4 pages - 1,80 ¤

L'irrespect est-il contraire au devoir ?

Note : 9/10

Ce qui a un prix peut être aussi bien remplacé par quelque autre chose, à titre d'équivalent ; au contraire, ce qui est supérieur à tout prix, ce qui par suite n'admet pas d'équivalent, c'est ce qui a une dignité. » Enfin, si l'être humain a une dignité, une valeur absolue et non pas relative, l'une des formules qui dicte l'action...

8 pages - 1,80 ¤

La morale est-elle un ensemble de devoirs ?

Note : 9/10

■ Au brouillon * Rappeler pourquoi Rousseau aborde le droit du plus fort (recherche des conventions qui fondent l'ordre social : le droit du plus fort peut-il en faire partie ?).* Opposition de vocabulaire : d'une part, ce qui renvoie à la force et à la nature : force, obéissance, puissance physique, nécessité, prudence ; de l'autre, ce qui...

5 pages - 1,80 ¤

Faut-il opposer la liberté morale à la liberté politique ?

Note : 9/10

||La liberté politique se comprend au sein d'une communauté, d'un Etat. Elle se saisit comme  dépassement de la liberté naturelle. La liberté politique se comprend comme l'exercice de la  liberté de l'arbitre dans la limite de la coexistence de la liberté d'autrui. La liberté morale, elle se définit comme auto-détermination de l'arbitre. Elle est fondée sur l'autonomie. Cependant,...

7 pages - 1,80 ¤

Les hommes naissent-ils libres ?

Note : 9/10

||Le sujet interroge le caractère inné ou acquis de la liberté. D'après la Déclaration universelle des droits de l'homme, les hommes sont libres dès leur naissance. La liberté serait alors une qualité intrinsèque à la nature humaine. Toutefois, ne serait-il pas plus judicieux de concevoir la liberté comme conquête de l'homme sur lui-même et sur le monde ?...

7 pages - 1,80 ¤

La liberté doit-elle se penser en opposition au monde ?

Note : 9/10

||La liberté peut se comprendre comme la possibilité de se déterminer par soit même. Le monde lui représente l'ensemble de ce qui est naturel ou non, l'ensemble de ce qui existe et qui est déterminer par des lois de la nature. Dès lors, il semble que la liberté doive s'exclure de ce monde qui est entièrement déterminé. La...

2 pages - 1,80 ¤

La démocratie est-elle la fin de la politique ?

Note : 9/10

||La démocratie se définit étymologiquement comme étant le pouvoir au peuple (demos : le peuple ;  cratein : le pouvoir). La politique est l'art de gouverner et d'administrer une cité. Or  pourquoi la démocratie serait la fin de la politique ? La démocratie suppose effectivement la  participation de tous à l'oeuvre de la cité. En ce sens, la...

2 pages - 1,80 ¤

Faut-il supprimer les inégalités pour instaurer la justice ?

Note : 9/10

|| PROBLEMATIQUE: L'inégalité se définit comme le trop ou le trop peu par rapport à une norme donnée. En ce sens, l'inégalité est un excès ou un défaut. La justice est une norme supérieure instituant un rapport d'égalité, ici au sein de groupes sociaux, c'est-à-dire au sein d'une société. Or dans la cité, il semble pour que l'on ait une...

4 pages - 1,80 ¤

Le droit est-il le seul horizon de la politique ?

Note : 9/10

I) Historiquement, la fonction de la politique est de fonder et faire respecter le droit. II) Etat de droit et droit de l'Etat. III) Un Etat policier ? IV) La morale comme vérité de la raison d'Etat. ||Ce sujet se pose le problème de la finalité du politique. On sait que, dans nos démocraties, l'Etat (de droit) possède le pouvoir législatif et...

5 pages - 1,80 ¤

Le droit nous impose-t-il des limites ?

Note : 9/10

|| Le droit peut se comprendre comme l'ensemble positif et législatif régissant les relations entre les personnes au sein d'un Etat. Dès lors, le droit est ce qui nous permet d'être agréable à autrui, c'est-à-dire sociable. Le droit marque alors le passage à l'état civil c'est-à-dire la sortie de l'état de nature qui est un état de guerre. Mais...

3 pages - 1,80 ¤

À quelles conditions un État peut-il être légitime ?

Note : 9/10

||Quelle est la fonction de l'Etat ? Il permet d'échapper à l'instabilité et aux luttes. Facteur d'ordre, de régulation et de stabilité dans la dynamique sociale et politique, l'Etat qu'il soit légitime ou non semble être facteur d'ordre. Pourtant comment comprendre le fait que l'on reconnaisse pour légitime certains Etats et non d'autres. Qu'est-ce que la légitimité ?...

4 pages - 1,80 ¤

Une société peut-elle se passer d'État ?

Note : 5.4/10

||La société peut se définir comme un milieu pour des êtres vivants. Elle est un ensemble d'individus entre lesquels existent des rapport organisés et des échanges de services. Ce groupe forme une réalité spécifique, irréductible aux individus qui le composent. L'Etat quant à lieu est une institution créée par l'homme afin de garantir des droits à ses membres...

5 pages - 1,80 ¤

La société est-elle connaissable ?

Note : 5.4/10

||La société est le milieu dans lequel tout homme est intégré. Mais dire cela nous renseigne-t-il  sur ce qu'est la société, son sens, sa valeur et son fondement ? La société peut se comprendre  comme l'espace structuré par les rapports entre les individus. C'est alors ces rapports qu'il  s'agit de comprendre et de connaître afin de saisir ce...

1 page - 1,80 ¤

La société est-elle naturelle ?

Note : 5.4/10

  Certaines espèces animales vivent en groupe hiérarchisés et organisés en fonction des capacités physiologiques de leurs membres. On peut de la sorte évoquer l'existence de "sociétés animales", mais les "sociétés humaines" s'en distinguent essentiellement: elles sont les seules à évoluer, à connaître des crises ou des modifications, à s'inscrire dans une historicité, et,...

3 pages - 1,80 ¤

Est-ce par la raison que l'on connaît la réalité ?

Note : 5.4/10

||Le problème principal du sujet repose ici sur la détermination du verbe connaître. En effet, connaître peut se prendre en au moins deux sens qui ici sont porteur de la tension de la question. Connaître c'est avoir une connaissance de quelque chose, au moins partielle. En ce sens, il semble que la perception donc la sensibilité, c'est-à-dire l'expérience...

2 pages - 1,80 ¤

Pourquoi cherchons-nous la vérité ?

Note : 5.4/10

||La vérité peut se définir, de façon simple, comme ce qui est le critère qui vrai et du faux, c'est-à-dire plus spécifiquement la vérité-correspondance donc l'accord entre l'idée et la chose. (Il y a aussi la vérité-cohérence mais elle sera moins porteuse pour le sujet et elle est sujette à de nombreuses contradiction). Pourtant la question ne porte...

8 pages - 1,80 ¤

Y a-t-il des vérités éternelles ?

Note : 5.2/10

La question peut sembler déroutante au premier abord puisque intuitivement une vérité semble éternelle ou ne pas être une vérité. En effet, peut-on penser une vérité qui ne serait valable que pour un jour voire dix ans et fausse par la suite ? La vérité peut se définir comme la propriété objective de la connaissance. En ce sens,...

3 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 17416 17417 17418 17419 17420 17421 17422 17423 17424 17425 17426 17427 17428 17429 17430 17431 17432 17433 17434 17435 17436 17437 17438 17439 17440 17441 17442 17443 17444 17445 17446 17447 17448 17449 17450 17451 17452 17453 17454 17455 17456 17457 17458 17459 17460 17461 17462 17463 17464 17465 17466 17467 17468 17469 17470 17471 17472 17473 17474 17475 17476 17477 17478 17479 17480 17481 17482 17483 17484 17485 17486 17487 17488 17489 17490 17491 17492 17493 17494 17495 17496 17497 17498 17499 17500 17501 17502 17503 17504 17505 17506 17507 17508 17509 17510 17511 17512 17513 17514 17515

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit